DUALISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le nom de dualisme est donné à des doctrines suivant lesquelles on ne peut expliquer les choses en général, ou certaines catégories de faits, qu'en supposant l'existence de deux principes premiers et irréductibles. On distingue souvent le dualisme cosmologique, qui consiste à penser que le monde est dominé par le concours, ou l'alternance, ou l'opposition perpétuelle de deux causes primordiales ; le dualisme métaphysique, qui pose l'existence d'une réalité transcendante par rapport au monde sensible ; le dualisme anthropologique, qui explique les faits humains par la présence, dans l'homme, de deux réalités irréductibles : l'âme et le corps, ou la raison et les passions, ou la liberté et la nécessité ; le dualisme épistémologique, qui représente la connaissance comme dépendant de deux genres d'être : le sujet et l'objet ; le dualisme éthique, qui oppose le devoir à la sensibilité. Il est clair que ces divers dualismes ne sont pas sans liens entre eux. Le dualisme anthropologique est en même temps métaphysique ; il a aussi des conséquences cosmologiques, car distinguer deux principes dans l'homme, c'est distinguer deux principes dans l'univers. Le dualisme épistémologique et le dualisme éthique ont évidemment des rapports avec le dualisme anthropologique auquel ils servent souvent d'arguments. Peut-être faudrait-il distinguer seulement un dualisme ontologique, qui comprendrait les dualismes cosmologique, anthropologique et métaphysique et un dualisme critique, qui comprendrait les dualismes épistémologique et éthique. Le dualisme critique a pu servir d'argument au dualisme anthropologique, mais il ne lui est pas exactement identique. La supposition de deux principes y est donnée comme un postulat de l'action et de la connaissance, mais non comme nécessairement valable pour l'être en soi.

Quoi qu'il en soit, il faut surtout distinguer l'emploi du mot « dualisme » en histoire des religions et en histoire de la philosophie, car ce n'est pas au même genre de doctrine qu'il s'applique dans ces deux domaines. Ce mot fut d'abord employé en histoire des religions. C'est Thomas Hyde qui a forgé le terme dualistae, dont il se sert dans son Historia religionis veterum Persarum (1700) pour désigner les hommes qui regardent Dieu et le Diable comme coéternels. Bayle l'introduisit en français ; il s'en sert, de même que Leibniz, dans le même sens que Hyde. Christian Wolff, le premier, l'appliqua aux philosophes qui considèrent l'âme et le corps comme des substances distinctes (Psychologia rationalis, § 39, 1734). Il en est résulté un double usage : c'est dans le sens de Wolff que le mot « dualisme » est généralement employé par les historiens de la philosophie, tandis que chez les historiens des religions il a ordinairement gardé le sens qu'il avait chez Hyde.

Ce mot désigne donc traditionnellement deux genres de doctrines. D'une part, il désigne des religions telles que le mazdéisme de l'Avesta postgâthique et des écrits pehlevis ; d'autre part, des philosophies telles que le cartésianisme. Ce sont là, comme on voit, des doctrines très différentes et dont on pourrait même tirer des conséquences opposées. Par exemple, le dualisme âme-corps, ou esprit-matière, pourrait conduire à nier l'existence d'un esprit pur qui serait mauvais (le Diable), et même celle d'un principe mauvais. La matière n'est pas mauvaise en elle-même pour les philosophes dualistes, et un esprit pur peut difficilement être mauvais pour ceux qui regardent le mélange confus de l'esprit et de la matière, ou le renversement de leur hiérarchie légitime, comme la cause de l'erreur et, par là, du mal.

À ces deux espèces principales de dualisme, il faut ajouter une troisième : le « dualisme gnostique », c'est-à-dire le genre de dualisme qui, selon beaucoup d'historiens, constituerait l'essence du gnosticisme. Ce genre de dualisme est l'objet, à notre époque, d'une attention particulière, au point que certains semblent assimiler complètement la notion de dualisme à celle de gnosticisme. Quand ils parlent de dualisme, ils entendent une doctrine du genre gnostique. Cet usage n'est guère justifié. Le sens traditionnel du mot « dualisme » ne permet pas de faire coïncider le dualisme en général, ou même seulement le dualisme religieux, avec ce genre particulier de dualisme qui se trouve, si l'on veut, dans le gnosticisme. Il est même peut-être illégitime de considérer celui-ci comme dualiste. En tant que systèmes concernant les principes premiers, la plupart des doctrines gnostiques sont monistes. Dieu y est en dernier ressort cause de tout. Le « dualisme gnostique », si dualisme il y a, est d'une espèce particulière. Il consiste à penser qu'entre Dieu et le monde il n'y a pas de lien immédiat ; que les puissances qui ont créé directement le monde et le gouvernent, quoique venant de Dieu, ne connaissent pas Dieu, s'opposent même à lui en un sens, car elles dominaient injustement les âmes avant la venue du Sauveur et celui-ci a dû les vaincre pour sauver les âmes. Ce genre de dualisme, où les pôles sont Dieu et le monde, diffère aussi bien du dualisme mazdéen (où le monde est directement créé par Dieu et bon dans l'ensemble, bien que le Mauvais Esprit s'y soit introduit et qu'il y ait mêlé ses mauvaises créatures) que du dualisme philosophique (où les deux termes sont plutôt l'esprit et la matière, et sont distincts mais non nécessairement opposés).

Il est vrai que l'une des doctrines dérivées du gnosticisme est le manichéisme, qui, lui, est certainement un dualisme au sens propre. Mais Mani a modifié le gnosticisme en y joignant des traits empruntés à la fois au dualisme philosophique et au mazdéisme. Le dualisme manichéen s'écarte du dualisme proprement gnostique. L'opposition n'y est plus exactement entre Dieu et le monde, mais plutôt entre Dieu et la matière. Le monde, pour Mani, est un ordre institué par la divinité pour rendre possible le salut des âmes.

Le gnosticisme proprement dit ne peut être appelé un dualisme que par une extension, à peine légitime, du sens traditionnel de ce mot. C'est en tout cas un dualis [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Écrit par :

  • : agrégé de l'université, conservateur honoraire à la Bibliothèque nationale

Classification

Autres références

«  DUALISME  » est également traité dans :

AFFECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Marc RICHIR
  •  • 12 253 mots

Dans le chapitre « Prolégomènes pour une phénoménologie de l'affectivité »  : […] Dans la mesure où elle doit méthodologiquement se tenir dans une situation de mise hors circuit ( épochè ) de toute téléologie d'ordre éthique, une phénoménologie de l'affectivité ne sera conséquente que si elle traite de front la problématique dans sa teneur classique et les pathologies que l'on a mises jusqu'ici sur le compte du « mental ». Deux voies semblent s'ébaucher pour un tel traitement : […] Lire la suite

AYMARAS

  • Écrit par 
  • Thérèse BOUYSSE-CASSAGNE
  •  • 4 751 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'histoire et les structures des Aymaras »  : […] L'histoire de l'ethnie aymara est encore mal connue, bien que, par sa culture, celle-ci soit relativement plus homogène que les autres ethnies andines, et que sa tradition orale soit riche et ancienne. Comme les autres groupes amérindiens, on présume que les ancêtres des Aymaras vinrent d'Asie, sur le continent américain, il y a environ 20 ou 30 000 ans, via le détroit de Béring. Leur origine amaz […] Lire la suite

BOGOMILES

  • Écrit par 
  • Marie-Madeleine DAVY
  •  • 1 105 mots

Dans le chapitre « Théologie et vie des communautés »  : […] Ce système dualiste est fondé sur l'opposition entre la lumière et les ténèbres correspondant au Bien et au Mal. On retrouve ainsi les thèmes des anciennes gnoses telles qu'elles se présentaient chez Basilide et Valentin et telles que, de temps à autre, elles ont surgi sous des revêtements divers au cours de l'histoire. Ainsi les messaliens et les pauliciens, répandus dans l'Empire byzantin, ont […] Lire la suite

BOSNIE-HERZÉGOVINE

  • Écrit par 
  • Emmanuelle CHAVENEAU, 
  • Renaud DORLHIAC, 
  • Nikola KOVAC, 
  • Noel R. MALCOLM
  • , Universalis
  •  • 13 485 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Antiquité et Moyen Âge »  : […] Quand les Romains conquirent le territoire de l'actuelle Bosnie, au cours des ii e et i er  siècles avant notre ère, les populations qu'ils rencontrèrent appartenaient surtout à des tribus illyriennes. La majeure partie de la Bosnie moderne fut alors incorporée à la province romaine de Dalmatie. Au cours des iv e et v e  siècles de notre ère, les armées romaines subirent plusieurs défaites sévè […] Lire la suite

CATHARES

  • Écrit par 
  • Christine THOUZELLIER
  •  • 6 769 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le dualisme et les Églises »  : […] Pour les cathares, le problème crucial est celui du mal, qu'on trouve dans l'univers rempli de créatures vaines et corruptibles, et qu'ils ne peuvent imputer à Dieu. Leur foi repose sur la conviction commune que ce monde visible et tout ce qu'il renferme est l'œuvre du diable. Selon le traité de Bartholomé de Carcassonne, « il y a un autre monde formé de créatures incorruptibles et éternelles ». […] Lire la suite

CÉRINTHE (fin Ier s.)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 123 mots

Hérétique judéo-chrétien qui aurait enseigné en Asie Mineure à la fin du i er siècle. Autant qu'on puisse la reconstituer, la théologie de Cérinthe est une forme de l'hétérodoxie judéo-chrétienne d'Asie Mineure, que déjà combat saint Jean, et elle reflète le dualisme courant à cette époque et dans ces milieux : le monde est l'œuvre d'une puissance étrangère au Dieu suprême, le Dieu inconnu ; Jésu […] Lire la suite

CORPS - Soma et psyché

  • Écrit par 
  • Pierre FÉDIDA
  •  • 3 215 mots

Dans le chapitre « Jalons philosophiques »  : […] L'histoire de la philosophie fournirait de très précieuses indications concernant la façon dont ont pu être conçus les jeux de distinction et de corrélation entre le soma et la psyché. Chez les philosophes présocratiques, le problème d'un dualisme entre soma et psyché ne se pose point comme tel dans la mesure où la conception de l'homme reste engagée dans une cosmologie et se trouve étroitement l […] Lire la suite

DYADE

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 864 mots

La dyade est l'archétype de tous les aspects symboliques, conceptuels et logiques que porte le nombre deux : dualité, duplicité, contrariété, aporicité, symétrie, gémellité, complémentarité, antagonisme, ambivalence, etc. C'est l'archétype qui régit les formes et les processus de symétrisation, de polarisation, d'opposition, d'union, de séparation, de domination, de conjonction, de disjonction, et […] Lire la suite

FINALITÉ

  • Écrit par 
  • Raymond RUYER
  •  • 6 602 mots

Dans le chapitre « Nécessité d'un sélecteur »  : […] L'action finaliste suppose une dualité fondamentale chez l'agent, dualité d'un « matériel fortuit » et d'un « sélecteur », d'un hasard et d'un anti-hasard, de l'agent dans l'espace et le temps (comme multiplicité et zone de rencontres fortuites) et de l'agent comme possesseur de thèmes de sélection signifiante hors du domaine d'espace-temps survolé. Dans l'exemple classique du singe dactylographe […] Lire la suite

GĀTHĀ

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 399 mots

Nom donné en iranien ancien à un groupe de poèmes, en forme d'hymnes liturgiques, attribués par la tradition mazdéenne à Zarathuštra (Zoroastre) lui-même. Ces textes ont été intégrés à date ancienne dans l'Avesta, qui constitue, de nos jours encore, le corps des Écritures sacrées du zoroastrisme (ou mazdéisme). À ce titre, les Gāthā sont récités chaque jour dans le rituel mazdéen tel que le célèbr […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Simone PÉTREMENT, « DUALISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/dualisme/