CONTEMPLATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pour la plupart des philosophes grecs, et essentiellement pour le courant de pensée qui relie le pythagorisme, Platon et le néoplatonisme, la contemplation (théôria, de Théa : déesse, et oraô : voir) désigne une attitude de connaissance qui permet à l'être humain de se libérer d'une condition commune d'esclavage du sensible, des désirs et des opinions, et d'atteindre ainsi la perfection de sa nature et l'autarcie qui en résulte. La contemplation serait à la fois connaissance suprême, maîtrise de soi, vision directe des réalités célestes et proximité ou contact avec le divin. Par là, la philosophie grecque est en accord avec la sagesse traditionnelle, telle qu'on la retrouve formulée dans toutes les grandes voies spirituelles.

Une telle conception de la contemplation — avec l'anthropologie et la théorie de la connaissance qu'elle sous-entend — est à l'opposé d'un certain aspect de la pensée moderne. Pour celle-ci, seule l'action est susceptible de permettre la libération de l'homme et, à la limite, la connaissance est elle-même une forme d'action. Elle se caractérise par la prééminence de la pensée opératoire et technique sur toute forme de théorie, suspectée d'être coupée de tout contact avec le réel. Seule la transformation du monde par l'action humaine serait susceptible de transformer l'être humain.

Or ce que ces modernes entendent par le terme action est cela même qui est condamné par la pensée traditionnelle. Les différentes voies de sagesse s'accordent pour critiquer cette action en la dénonçant comme agitation, aliénation, mensonge à soi, fuite devant le réel. Le retournement de la nature contre elle-même, qu'est l'action selon la pensée moderne, est dénoncé par la sagesse traditionnelle comme aveuglement et sommeil, inversion de l'ordre de la réalité humaine et de ses valeurs, dispersion dans l'illusion de la multiplicité. Bien loin de nous réaliser, la [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CONTEMPLATION  » est également traité dans :

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 833 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La vie contemplative »  : […] Dans le livre X de l' Éthique à Nicomaque , le point de vue qui paraissait jusque-là dominant dans les théories morales d'Aristote, celui d'une anthropologie de la finitude, semble faire place à l'idéal platonisant d'une assimilation de l'homme au divin. Les éditeurs ont associé dans ce livre X deux dissertations d'Aristote : l'une sur le plaisir, l'autre sur le bonheur. Dans la première, Aristote […] Lire la suite

ART (Aspects esthétiques) - La contemplation esthétique

  • Écrit par 
  • Didier DELEULE
  •  • 3 639 mots

La fortune philosophique de la notion de catharsis est liée essentiellement à une phrase de la Poétique d' Aristote : « La tragédie est l' imitation d'une action de caractère élevé et complète, d'une certaine étendue, dans un langage relevé d'assaisonnements d'une espèce particulière suivant les diverses parties, imitation qui est faite des personnages en action et non au moyen d'un récit, et qu […] Lire la suite

BIEN, philosophie

  • Écrit par 
  • Monique CANTO-SPERBER
  •  • 6 603 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le bien comme bonheur, ou « eudaimonia »  »  : […] Les philosophes de l'Antiquité ont lié la recherche du bonheur à la moralité. D'où le nom d'eudémonisme (du terme grec eudaimonia , bonheur, prospérité ou félicité) donné à leur philosophie. La thèse centrale de l'eudémonisme a trait à la coïncidence de la poursuite du bonheur et de l'accès à la vertu. Les philosophes antiques l'ont défendue contre les objections communes qui leur étaient opposées […] Lire la suite

CERCLE, symbolisme

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 659 mots

Le cercle est une figure qui exerce une réelle fascination sur l'imagination humaine. Ce fait ne peut être réduit à une simple dimension subjective ; il reflète tout autant une dimension objective, constituant ainsi l'un des archétypes les plus universels. C'est à travers la révélation de sa forme que Parménide a fondé la métaphysique occidentale, en s'appuyant sur l'intuition d'une identité de l' […] Lire la suite

DIEU - L'affirmation de Dieu

  • Écrit par 
  • Claude GEFFRÉ
  •  • 7 959 mots

Dans le chapitre « Le Dieu incompréhensible »  : […] La pensée des Pères cappadociens du iv e  siècle (Basile, Grégoire de Naziance, Grégoire de Nysse) représente un moment décisif dans l'effort de purification de l'hellénisme alexandrin de Clément et d'Origène. C'est pourquoi il est toujours abusif de parler sans plus du « platonisme des Pères ». « La contemplation n'est pas l'apanage exclusif du platonisme et, s'il en était ainsi, platonisme dans […] Lire la suite

ESTHÉTIQUE - L'expérience esthétique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 5 074 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'expérience comme expérimentation »  : […] Liée à un sujet, l'expérience fait d'abord problème parce que la subjectivité qui est censée l'éprouver risque d'être labile, de se dérober et de faire défaut. C'est ce que révèle déjà l'étymologie allemande : Erfährung contient le verbe fahren , « voyager ». Ainsi que l'a formulé le musicologue Carl Dahlhaus, s'il est normal que l'interprète désireux d'émouvoir son public soit lui-même ému (ce […] Lire la suite

GRÉGOIRE Ier LE GRAND saint (540 env.-604)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 1 735 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un classique de la vie spirituelle »  : […] Les lettres de Grégoire (au nombre de huit cent cinquante-quatre, en treize livres) sont le document le plus sûr et le plus vivant sur sa vie et son activité. Dès le début de son pontificat, il adresse à Jean de Ravenne le Liber regulae pastoralis , qui traite, en quatre livres, de la vie pastorale, de l'« art des arts » qu'est le « gouvernement des âmes », de la prédication, de la vie spirituelle […] Lire la suite

HILTON WALTER (1340?-1396)

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 311 mots

Auteur spirituel anglais, originaire du Yorkshire (comme on peut le penser, d'après le dialecte de ses écrits), Walter Hilton étudie d'abord à Cambridge, puis se fait ermite ; admis par la suite parmi les chanoines de Saint-Augustin, il entre dans un prieuré près de Nottingham (1384). Il est surtout, par ses écrits spirituels authentiques comme par ceux qui lui ont été attribués, un chef d'école f […] Lire la suite

INTUITION

  • Écrit par 
  • Noël MOULOUD
  •  • 6 568 mots

Dans le chapitre « La tradition de l'intuition intellectuelle »  : […] Cette tradition se laisse suivre, dans sa formation et ses développements, depuis la pensée antique, platonicienne et aristotélicienne, jusqu'à la pensée classique, dominée par les vues cartésiennes. Malgré la variation du thème, on peut marquer certaines dominantes : le rationalisme idéaliste, dont il est question, sépare nettement l'intuition intellectuelle, opération du νο̃υσ ( nous ) ou de la […] Lire la suite

JEAN DE LA CROIX (1542-1591)

  • Écrit par 
  • Louis COGNET, 
  • Bernard SESÉ
  •  • 3 742 mots

Dans le chapitre « La nuit passive »  : […] En dehors de l'Écriture et de quelques lieux communs patristiques ou scolastiques, l'œuvre de Jean de la Croix ne contient pratiquement aucune citation, et pendant longtemps les commentateurs l'ont considéré comme une sorte d'autodidacte dans le domaine spirituel. Cependant, de récentes recherches ont montré qu'en fait il utilisait discrètement une considérable culture en ce domaine. Fortement inf […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain DELAUNAY, « CONTEMPLATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/contemplation/