Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CERVEAU HUMAIN

Anatomie cérébrale humaine

Anatomie cérébrale humaine

Comprendre l'organisation du tissu cérébral et sa logique est l'une des questions centrales de la neurobiologie moderne. Or le cerveau humain est la structure vivante la plus complexe que nous connaissons. Cet organe n'est pas homogène et sa complexité s'exprime par la juxtaposition de différents territoires dont les fonctions sont plus ou moins bien spécifiées.

Cerveau humain

Cerveau humain

Les cellules nerveuses sont nommées neurones et, bien que leur fonctionnement dépende d'un autre type cellulaire (les cellules gliales), tout indique que le neurone est l'unité fonctionnelle à l'origine des différentes fonctions que réalise le système nerveux. Rappelons que le cerveau humain comprend des milliards de neurones (de 1011 à 1012), répartis localement en circuits. Ces derniers correspondent soit aux régions corticales, s'ils sont arrangés en strates parallèles ou en colonnes profondes, soit aux noyaux, s'ils sont regroupés en amas moins structurés. Cependant, régions corticales et noyaux profonds sont certes un premier niveau d’organisations nerveuses, mais ils ne constituent pas des entités fonctionnelles indépendantes et communiquent grâce à des connexions multiples établies par des projections d'axones pour former des systèmes organisés sous formes de réseaux. Le second niveau de structure, auquel ces voies sont connectées est dit central. Il est formé par les centres nerveux : chez l'homme, la moelle épinière et l'encéphale. Situé dans la boîte crânienne, ce dernier comprend le télencéphale avec ses deux hémisphères cérébraux, droit et gauche, se rattachant l'un à l'autre par le corps calleux, en dessous duquel est le diencéphale, puis le tronc cérébral et, dorsalement sur celui-ci, le cervelet.

Sur la base de données anatomiques et fonctionnelles, on a distingué deux régions cérébrales. La partie la plus externe du cerveau, le cortex cérébral, qui enveloppe l'ensemble de la masse cérébrale, est constituée de réseaux relativement peu sensibles aux régulations génétiques. En revanche, elle est constamment remodelée par l'expérience du sujet. Les réseaux neuronaux du cortex cérébral sont donc instables, malléables, partiellement innés mais largement influencés par des facteurs épigénétiques. À l'inverse, les régions plus profondes du cerveau, en position interne et basale par rapport au cortex, autrement dit le cerveau basal, ne réagissent structurellement que très peu aux changements qu'ils soient environnementaux ou expérimentaux ; ces structures sont stables, génétiquement spécifiées et d'origine évolutive ancienne (cf. système nerveux - Neurogenèse). On a qualifié abusivement ce cerveau, ici dénommé « basal », de reptilien. Nous verrons comment ses territoires sous-corticaux, en gérant la totalité des grandes fonctions vitales, assurent la parfaite adéquation d'un sujet à son milieu.

On sait aujourd'hui, grâce à la génétique inverse, qu'un même génotype peut donner naissance à un très grand nombre de phénotypes au niveau cérébral, ou à un seul phénotype capable de s'adapter de façon continue par des modifications épigénétiques. Cette réciprocité entre gène et épigenèse montre à quel point il est indispensable de tenir compte des mécanismes de développement qui participent à la construction des réseaux neuronaux du cerveau adulte pour mieux appréhender l'ensemble des comportements de type adaptatif. Notons ici que la notion d'adaptation de l'organisme à son milieu environnant (l'individuation) intéresse, avant tout, le système nerveux central (SNC) qui est le seul à pouvoir intégrer et gérer les informations du monde extérieur. En d'autres termes, comprendre l'individuation considérée comme le résultat de processus cognitifs (perception, langage, mémoire, conscience...)[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de psychiatrie à la faculté de médecine de Créteil (Université Paris-XII), médecin des Hôpitaux de Paris
  • : docteur en médecine, professeur associé au Collège de médecine des Hôpitaux de Paris
  • : chef d'unité à l'Institut Pasteur, directeur de recherche au C.N.R.S.
  • : professeur des Universités, praticien hospitalier, docteur en biomathématiques, ancien élève de l'École nationale supérieure (maths), directeur du groupe d'imagerie neurofonctionnelle (UPRES 2127), directeur scientifique du G.I.P. Cyceron
  • : professeur des Universités, praticien hospitalier à l'université de Paris-XI, directeur de l'Institut de neurobiologie Alfred-Fessard

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Anatomie cérébrale humaine

Anatomie cérébrale humaine

Cerveau humain

Cerveau humain

Cerveau basal

Cerveau basal

Autres références

  • CERVEAU ET LANGAGE ORAL

    • Écrit par Jean-François DÉMONET
    • 2 869 mots
    • 5 médias

    De tous les moyens dont dispose l’être humain pour communiquer avec ses semblables, le langage est le plus efficace. Comme la bipédie, le langage oral est un comportement universel, au développement spontané dans notre espèce et, sauf à être empêchées par la maladie, les prémices de cette fonction peuvent...

  • CERVEAU ET PRODUCTION ÉCRITE

    • Écrit par Marieke LONGCAMP, Jean-Luc VELAY
    • 1 201 mots
    • 1 média

    L’écriture est à la fois langage et motricité. Langage, car pour exprimer des idées il faut choisir les mots, former des phrases grammaticalement correctes, respecter l’orthographe. Motricité, car il faut coordonner finement les mouvements des doigts et du poignet pour tracer ces mots sur le...

  • CERVEAU ET NOMBRES

    • Écrit par Mauro PESENTI
    • 980 mots

    La cognition numérique est l'ensemble des processus permettant à l'être humain de quantifier des objets ou des événements, de reconnaître un nombre, d'accéder à sa signification quantitative ou encyclopédique, ou de résoudre des problèmes arithmétiques. Pour comprendre comment ces compétences...

  • CERVEAU ET FONCTIONNEMENT EXÉCUTIF

    • Écrit par Fabienne COLLETTE
    • 1 081 mots

    Le fonctionnement exécutif renvoie à un ensemble de processus cognitifs dont le rôle principal est de faciliter l’adaptation de la personne aux situations nouvelles et/ou complexes, en particulier lorsque les habiletés cognitives « surapprises » ne sont plus suffisantes. L’identification des substrats...

  • CERVEAU ET GESTES

    • Écrit par Didier LE GALL, François OSIURAK
    • 916 mots
    • 1 média

    Notre cerveau possède deux systèmes d’action qui se distinguent selon la nature des gestes à réaliser : des gestes utiles pour atteindre et saisir des objets versus des gestes dédiés à l’utilisation d’objets comme outils.

  • CERVEAU ET BILINGUISME

    • Écrit par Jean-Marie ANNONI
    • 804 mots
    • 1 média

    On sait, depuis les découvertes de Paul Broca en 1861 et de Carl Wernicke en 1874, et des recherches successives, que le système langagier chez le droitier monolingue repose essentiellement sur un réseau fronto-temporo-pariétal gauche. Ce constat est vrai pour plus de 90 p. 100 des sujets droitiers...

  • CERVEAU ET ÉMOTION

    • Écrit par Patrik VUILLEUMIER
    • 1 618 mots
    • 1 média

    L’étude des mécanismes cérébraux des émotions, chez l’homme et l’animal, a explosé au début du xxie siècle, après avoir été souvent ignorée par les neurosciences comparativement à d’autres processus mentaux ou comportementaux, notamment en raison d’une définition des émotions souvent centrée...

  • CERVEAU ET MUSIQUE

    • Écrit par Séverine SAMSON
    • 1 030 mots

    Identifier les zones du cerveau qui traitent la musique et préciser leur rôle respectif dans la perception, la mémoire, les émotions et la pratique musicale font l’objet de nombreux travaux en neuroscience de la musique. C’est à partir de l’observation des patients présentant des lésions cérébrales...

  • MÉMOIRE ÉPISODIQUE ET CERVEAU

    • Écrit par Béatrice DESGRANGES
    • 1 178 mots
    • 1 média

    Les premières connaissances sur les structures cérébrales impliquées dans la mémoire épisodique proviennent de la neuropsychologie lésionnelle. Le rôle clé de l'hippocampe, au sein du circuit de Papez (qui comprend aussi les corps mamillaires et le thalamus), est bien établi, notamment grâce à...

  • VISUALISATION DE L'ACTIVITÉ DU CERVEAU

    • Écrit par Jean-Gaël BARBARA
    • 6 293 mots
    • 5 médias

    Comment voir ce qui se passe dans le cerveau, lorsque nous ressentons, pensons ou agissons ? Jusqu’au début des années 1950, on devait se contenter des enregistrements de l’activité électrique du cerveau, comme les tracés d’électroencéphalographie. Depuis cette époque, de considérables progrès technologiques...

  • ACALCULIES

    • Écrit par Mauro PESENTI
    • 985 mots
    L'acalculie est observée à la suite d'atteintes cérébrales diverses (traumatisme crânien, accident vasculaire cérébral, tumeur, maladie dégénérative, altération métabolique) chez environ 60 p. 100 des patients en cas de lésion touchant l'hémisphère gauche et environ 15 p. 100 en cas de lésion droite....
  • ALEXIES

    • Écrit par Marie-Pierre de PARTZ
    • 1 658 mots
    ...Les dyslexies acquises de l’adulte présentent un intérêt non négligeable pour la recherche en neurosciences, qui s’intéresse entre autres aux soubassements neuronaux de l’activité de lecture. Différentes techniques d’imagerie cérébrale permettent d’identifier les circuits cérébraux activés...
  • ALZHEIMER MALADIE D'

    • Écrit par Nathalie CARTIER-LACAVE
    • 1 871 mots
    Lamaladie se caractérise par une atrophie cérébrale diffuse prédominant dans les régions pariéto-occipitales du cerveau et respectant les zones de projection. Cette atrophie s'accompagne de lésions histopathologiques caractéristiques : extracellulaires, les plaques séniles, et intracellulaires, la...
  • AMNÉSIE

    • Écrit par Francis EUSTACHE
    • 1 108 mots

    Les amnésies constituent un terme générique qui s’applique à de multiples situations pathologiques : une maladie neurodégénérative, comme la maladie d’Alzheimer, un traumatisme crânien, les conséquences de lésions focales de diverses origines, comme une pathologie infectieuse, vasculaire, tumorale,...

  • Afficher les 136 références

Voir aussi