HÉMISPHÈRES CÉRÉBRAUX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Bien des siècles avant l'Antiquité classique, on admettait déjà un étroit rapport entre les hémisphères cérébraux et les fonctions mentales supérieures : sensation consciente, motricité volontaire, mémoire, etc. Les anciens auteurs ont abondamment spéculé sur la région des hémisphères où pouvaient résider ces facultés généralement désignées par le terme global d'âme ou de psyché. Les uns les plaçaient dans les cavités cérébrales que nous appelons aujourd'hui ventricules, d'autres suggéraient des localisations diverses et plus précises. Dès le xviie siècle cependant, T. Willis (1621-1675) et R. Vieussens (1641-1715), à la suite de quelques expériences encore très grossières, retiraient aux ventricules leur rôle de siège de la conscience et liaient celle-ci à la substance cérébrale. Willis en particulier, tout en fournissant l'essentiel de la description anatomique du cerveau et de son irrigation, affirmait déjà que ce dernier renfermait les centres responsables de la motricité volontaire, tandis qu'il attribuait au cervelet le contrôle de la motricité involontaire. Il est remarquable que cette distinction ait été largement confirmée, au moins dans son principe, par les travaux ultérieurs.

Dans le courant du xixe siècle, neurologues et physiologistes suggéraient que telle ou telle région cérébrale, et en particulier corticale, était reliée à une fonction spécialisée. Cette conception d'une grande originalité était essentiellement due au neurologue français P. Broca (1824-1880). Celui-ci, en 1861, rattachait en effet un phénomène pathologique, la perte de l'expression verbale (qu'il appelait « aphémie »), à des lésions ultérieurement observées à l'autopsie dans une région limitée de l'hémisphère cérébral gauche. Une dizaine d'années plus tard, G. Fritsch et E. Hitzig (1870), puis D. Ferrier (1873) apportaient une donnée expérimentale essentielle en montrant que la stimulation de certaines régions de la su [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 19 pages



Médias de l’article

Champs corticaux

Champs corticaux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Cortex cérébral : coupe en isocortex homotypique

Cortex cérébral : coupe en isocortex homotypique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Cortex cérébral : cytoarchitectonie

Cortex cérébral : cytoarchitectonie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Cortex cérébral : organisation générale

Cortex cérébral : organisation générale
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 8 médias de l'article





Écrit par :

  • : membre de l'Académie des sciences, professeur émérite à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie
  • : professeur de psychophysiologie à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification


Autres références

«  HÉMISPHÈRES CÉRÉBRAUX  » est également traité dans :

SPÉCIALISATION ET INTÉGRATION INTERHÉMISPHÉRIQUE

  • Écrit par 
  • Laura CARON-DESROCHERS, 
  • Anne GALLAGHER
  •  • 3 020 mots
  •  • 2 médias

C’est aux neurologues Marc Dax et Paul Broca, vers le milieu du xixe siècle, que nous attribuons les premières découvertes liées à la spécialisation hémisphérique cérébrale. En observant des patients présentant des lésions cérébrales dans l’hémisphère gauche et des difficultés langagières importantes, ces méd […] Lire la suite

APHASIE

  • Écrit par 
  • Jean-Luc NESPOULOUS
  •  • 983 mots

Ainsi nommée en 1864 par le clinicien Armand Trousseau en opposition au terme aphémie retenu à la même époque par Paul Broca et au terme alalie proposé plusieurs décennies auparavant par Jacques Lordat, l’aphasie est un trouble de la production et (ou) de la compréhension du langage oral et (ou) écrit consécutif à une lésion cérébrale le plus souvent située dans l’hémisphère gauche du cerveau et […] Lire la suite

APRAXIE

  • Écrit par 
  • Didier LE GALL, 
  • François OSIURAK
  •  • 1 282 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Qu’appelle-t-on apraxie ? »  : […] Pour les neuropsychologues du début du xxi e  siècle, l’apraxie est un désordre spécifique de l’activité gestuelle, distinct d’un trouble du langage ou de la mémoire, engendré par des lésions affectant des régions spécifiques du cerveau, en particulier le lobe pariétal gauche. Pour mettre en évidence ces troubles, les cliniciens demandent aux malades de réaliser différents types de gestes. Quels s […] Lire la suite

CERVEAU ET LANGAGE ORAL

  • Écrit par 
  • Jean-François DÉMONET
  •  • 2 863 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Bases cérébrales du développement du langage oral »  : […] L’étude des bases fonctionnelles et cérébrales de l’ontogénie du langage s’est effectuée à l’aide de paradigmes issus de la psychologie expérimentale adaptés au comportement du tout jeune enfant, de méthodes de neurophysiologie (potentiels évoqués, imagerie optique) et d’imagerie cérébrale (imagerie par résonance magnétique fonctionnelle, IRMf). Ces travaux ont permis de montrer, à des âges de pl […] Lire la suite

CERVEAU ET PRODUCTION ÉCRITE

  • Écrit par 
  • Marieke LONGCAMP, 
  • Jean-Luc VELAY
  •  • 1 195 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un centre du geste graphique dans le cerveau ?  »  : […] Après la découverte, en 1861, par Paul Broca, d’un centre du langage parlé dans le cerveau, dont la lésion conduit à des difficultés voire à une incapacité totale à s’exprimer oralement (aphasie), on s’est questionné sur l’existence possible de zones cérébrales dédiées à l’écriture. Une lésion de ces régions du cerveau pourrait expliquer les troubles présentés par des patients incapables d’écrire […] Lire la suite

CERVEAU ET NOMBRES

  • Écrit par 
  • Mauro PESENTI
  •  • 977 mots

Dans le chapitre « Approche neurofonctionnelle intégrée »  : […] Depuis les années 1980, le développement de modèles cognitifs des représentations et processus mentaux sous-tendant le traitement des nombres et le calcul et la convergence de données lésionnelles plus précises et de données issues des techniques d'imagerie cérébrale fonctionnelle ont permis d'identifier les aires impliquées dans les traitements numériques et de spécifier leur rôle. Le traitement […] Lire la suite

CERVEAU ET GESTES

  • Écrit par 
  • Didier LE GALL, 
  • François OSIURAK
  •  • 912 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Geste d’atteinte et de saisie des objets »  : […] Quotidiennement, nous manipulons un grand nombre d’objets pour soit simplement les déplacer, soit les utiliser comme outils. Pour cela, nous devons être en mesure de déplacer notre main jusqu’à l’objet (atteindre) et d’adapter notre prise manuelle à l’objet pour le saisir (une prise forte avec l’ensemble des doigts pour saisir une bouteille versus une prise fine avec le pouce et l’index pour sais […] Lire la suite

CERVEAU ET BILINGUISME

  • Écrit par 
  • Jean-Marie ANNONI
  •  • 801 mots
  •  • 1 média

On sait, depuis les découvertes de Paul Broca en 1861 et de Carl Wernicke en 1874, et des recherches successives, que le système langagier chez le droitier monolingue repose essentiellement sur un réseau fronto-temporo-pariétal gauche. Ce constat est vrai pour plus de 90 p. 100 des sujets droitiers et environ 75 p. 100 des gauchers. En ce qui concerne les bilingues ou multilingues, deux questions […] Lire la suite

CERVEAU ET ÉMOTION

  • Écrit par 
  • Patrik VUILLEUMIER
  •  • 1 618 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Composantes fonctionnelles partagées par différentes émotions »  : […] Des modèles dérivés des théories dimensionnelles des émotions (invoquant différentes mixtures des mêmes composantes de base à l’origine de toutes les émotions) ont également été avancés, impliquant l’amygdale pour le degré d’alerte (dimension calme/excitation, arousal ), mais le cortex orbito-frontal pour la représentation de la valence (dimension plaisant/déplaisant). D’autres hypothèses considèr […] Lire la suite

CERVEAU ET MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Séverine SAMSON
  •  • 1 025 mots

Identifier les zones du cerveau qui traitent la musique et préciser leur rôle respectif dans la perception, la mémoire, les émotions et la pratique musicale font l’objet de nombreux travaux en neuroscience de la musique. C’est à partir de l’observation des patients présentant des lésions cérébrales et des études en neuro-imagerie que les scientifiques ont réussi à apporter des preuves solides con […] Lire la suite

CERVEAU HUMAIN

  • Écrit par 
  • André BOURGUIGNON, 
  • Jean-Claude DUPONT, 
  • Cyrille KOUPERNIK, 
  • Pierre-Marie LLEDO, 
  • Bernard MAZOYER, 
  • Jean-Didier VINCENT
  •  • 17 091 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Latéralisation et spécialisation des fonctions hémisphériques »  : […] La problématique du cerveau et de ses fonctions a été profondément influencée par la découverte des différences fonctionnelles existant entre les deux hémisphères cérébraux. Il ne convient pas de prendre cette notion nouvelle et révolutionnaire pour une ultime confirmation de la théorie des localisations. Bien au contraire, ces deux hémisphères cérébraux si différents travaillent, en réalité, en c […] Lire la suite

CORTEX CÉRÉBRAL

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 410 mots

Dans l' encéphale des Vertébrés, la présence de substance grise superficielle reflète la présence de neurones dits corticaux. Au cours de la neurogenèse , ils viennent peupler la surface nerveuse par un processus migratoire après lequel interviendra leur différenciation . Chez l'animal adulte, la zone corticale existe dans deux régions de l'encéphale : le cervelet et les hémisphères cérébraux. On […] Lire la suite

ÉPILEPSIE

  • Écrit par 
  • Henri GASTAUT, 
  • François MIKOL
  •  • 6 179 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Crises épileptiques partielles »  : […] L'expression clinique des crises épileptiques partielles traduit la mise en jeu d'un système anatomique ou fonctionnel situé dans une partie d'un seul hémisphère. Leur expression électro-encéphalographique, du moins à leur début, n'intéresse que la partie d'un hémiscalp qui recouvre la représentation corticale du système en question. La décharge neuronique qui les provoque débute généralement dan […] Lire la suite

ÉRASISTRATE (env. 320-250 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 462 mots

Né dans l'île de Céos, plus physiologiste qu'anatomiste, Érasistrate étudia la médecine avec un gendre d'Aristote et l'exerça d'abord en Syrie, où il guérit spectaculairement le fils du roi Séleucos, dont il fut le seul à deviner que la mystérieuse maladie était une passion malheureuse pour la seconde femme de son père. Érasistrate obtint que le roi divorce et accepte le mariage de son fils. Fixé […] Lire la suite

GAUCHERIE

  • Écrit par 
  • Jacqueline FAGARD
  •  • 1 464 mots

Le terme « gaucherie » comporte plusieurs sens. Ce terme fait référence au choix de la main gauche pour écrire, mais il signifie également « manque d’adresse ». Les gauchers seraient-ils maladroits, par opposition aux droitiers ? Ou s’agit-il d’une stigmatisation sans fondement dont sont souvent victimes les minorités ? On dit d’une personne qu’elle est gauchère si elle écrit avec sa main gauche […] Lire la suite

HÉMORRAGIE CÉRÉBRALE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 279 mots

Effraction vasculaire entraînant au sein du parenchyme cérébral un épanchement sanguin qui le dilacère et le détruit. Il faut distinguer l'hémorragie circonscrite, sans communication avec les espaces méningés (ou hématome intracérébral), et l'hémorragie cérébro-méningée. Chez le sujet jeune, le problème de l'hémorragie cérébrale rejoint, dans la plupart des cas, celui des malformations vasculaire […] Lire la suite

HÉMORRAGIE MÉNINGÉE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 300 mots

Présence de sang dans l'espace méningé sous-arachnoïdien qu'occupe normalement le liquide céphalo-rachidien. L'hémorragie méningée spontanée a un début brutal, que traduisent céphalées, vomissements, troubles de la conscience ; l'examen du malade met en évidence le syndrome méningé avec sa raideur typique et des signes d'« irritation corticale ». La ponction lombaire suffit à confirmer le diagnost […] Lire la suite

HITZIG EDUARD (1838-1907)

  • Écrit par 
  • Jean-Gaël BARBARA
  •  • 1 346 mots
  •  • 1 média

Psychiatre allemand, Eduard Hitzig est surtout connu pour ses travaux pionniers de stimulation électrique du cortex cérébral de mammifères, qui a permis l’élaboration de la théorie des localisations cérébrales, selon laquelle le cortex est organisé en aires spécialisées pour des fonctions comme le langage, la sensibilité ou la motricité. Julius Eduard Hitzig est né à Berlin le 6 février 1838 dans […] Lire la suite

INCONSCIENT

  • Écrit par 
  • Christian DEROUESNE, 
  • Hélène OPPENHEIM-GLUCKMAN, 
  • François ROUSTANG
  •  • 8 260 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Traitement et analyse d’information  »  : […] À la suite de Fodor, beaucoup de psychologues cognitivistes opposent des opérations mentales modulaires, qui traitent l'information de façon rapide, spécifique, non consciente, automatique, et des opérations centrales. Celles-ci, en particulier les opérations conscientes, résultent de différentes opérations coordonnées portant sur de multiples représentations et intégrant simultanément les élément […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre BUSER, Paul LAGET, « HÉMISPHÈRES CÉRÉBRAUX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hemispheres-cerebraux/