CORTEX CÉRÉBRAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans l'encéphale des Vertébrés, la présence de substance grise superficielle reflète la présence de neurones dits corticaux. Au cours de la neurogenèse, ils viennent peupler la surface nerveuse par un processus migratoire après lequel interviendra leur différenciation.

Chez l'animal adulte, la zone corticale existe dans deux régions de l'encéphale : le cervelet et les hémisphères cérébraux. On désigne la première du nom d'écorce cérébelleuse pour la distinguer de l'écorce cérébrale. L'écorce grise ou cortex cérébral constitue donc (sous les méninges) la surface des hémisphères cérébraux. Ce revêtement est d'autant plus net et plus épais que l'on s'adresse à des espèces à psychisme plus développé.

De plus, le tissu cortical acquiert une organisation d'autant plus complexe qu'il a à exercer des fonctions plus importantes : six couches dans l'isocortex humain. Enfin sa surface tendrait à augmenter davantage en fonction des performances psychiques qu'en fonction de la taille de l'espèce considérée. Cette augmentation de surface est notamment réalisée par le plissement spécifique (gyrencéphalie) qui caractérise la surface des hémisphères cérébraux chez les Vertébrés dits supérieurs, tels que l'homme.

Du fait de sa localisation anatomique, le cortex cérébral « coiffe » l'ensemble des structures nerveuses sous-jacentes dont il opère le contrôle : c'est donc la structure intégratrice majeure, source de la vie consciente et de la perception de soi.

Sur le plan fonctionnel, les connexions multiples entre les différents territoires cérébraux corticaux, spécialisés ou non dans les divers aspects de la fonction informationnelle nerveuse, se traduisent par une activité spontanément entretenue. Les variations de cette activité reflètent la mise en circuit des structures de traitement des messages nerveux, ou leur mise en attente, selon un mécanisme de type on-off qui est révélé par l'électroencéphalogramme sous l'aspect des ondes α ou β. Le sommeil ou l'éveil modulent cette activité cérébrale permanente. Si donc elle s'interrompt, comme le traduit un électroencéphalogramme « plat » (= absence d'ondes), on est en présence, si ce « silence » est durable, de la mort cérébrale, et le sujet examiné est en coma dépassé.

—  Didier LAVERGNE

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CORTEX CÉRÉBRAL  » est également traité dans :

ACQUISITION DU NOMBRE ET DU CALCUL

  • Écrit par 
  • Jean-Paul FISCHER
  •  • 2 083 mots

Dans le chapitre « Le calcul »  : […] Les bébés, à peine âgés de quelques mois, possèdent aussi des capacités attentionnelles qui leur permettent de suivre trois objets, le cas échéant en mouvement ou temporairement cachés. On a pu « expliquer » cette capacité en postulant la création de fichiers d’objets. Ces fichiers permettent notamment aux bébés de voir qu’une très petite collection a été amputée ou enrichie d’un élément. Les bébé […] Lire la suite

ADDICTION (psychologie)

  • Écrit par 
  • Joël BILLIEUX
  •  • 951 mots

Dans le chapitre « Les signes de l’addiction »  : […] Les critères diagnostics et les seuils recommandés pour attester d’un syndrome d’addiction diffèrent en fonction des systèmes de classification utilisés, mais une série de dimensions fondamentales permettent de rendre compte du phénomène d’addiction. La tolérance (ou effet d’habituation) est une dimension purement physiologique. Elle renvoie au fait que la personne va avoir besoin de consommer de […] Lire la suite

AGRESSIVITÉ, éthologie

  • Écrit par 
  • Philippe ROPARTZ
  •  • 3 918 mots

Dans le chapitre « Le substrat nerveux »  : […] Les neurophysiologistes et les physiologistes du comportement sont parvenus à localiser les substrats nerveux de l'agression au niveau de structures sous-corticales et diencéphaliques : amygdale et hippocampe dans le système limbique (cf.  système limbique ), hypothalamus latéral dans le diencéphale. Une stimulation électrique des noyaux amygdaliens fait apparaître des comportements de menace et […] Lire la suite

ALEXITHYMIE

  • Écrit par 
  • Olivier LUMINET
  •  • 518 mots

L’alexithymie est un trait de personnalité stable qui se caractérise par une difficulté à identifier et à distinguer les états émotionnels, une difficulté à les verbaliser, une vie imaginaire réduite, et un mode de pensée tourné vers les aspects concrets de l’existence au détriment de leurs aspects affectifs (« pensée opératoire »). Ce trait est un peu plus marqué dans les cultures c […] Lire la suite

AMUSIE

  • Écrit par 
  • Séverine SAMSON
  •  • 325 mots

L’amusie est un trouble neurologique qui affecte à des degrés variables la perception et la production musicales. Celui-ci ne s’explique pas par une baisse de l’acuité auditive (surdité), une déficience intellectuelle ou motrice. Cette perte sélective de la fonction musicale contraste avec des compétences de langage qui peuvent demeurer intactes tout comme la reconnaissance des voix humaines et d […] Lire la suite

ATTENTION

  • Écrit par 
  • Éric SIÉROFF
  •  • 1 924 mots

Dans le chapitre « Aperçu historique »  : […] Dès l’Antiquité, les philosophes ont noté que l’esprit permet de voir les choses plus clairement ou au contraire de ne plus les remarquer. De même, Descartes note qu’une idée apparaît plus claire et distincte quand l’attention se dirige vers elle. Au xix e  siècle, David Ferrier, un neurophysiologiste anglais, note le rôle des régions préfrontales du cerveau dans l’attention, dont le développemen […] Lire la suite

AUDITION - Acoustique physiologique

  • Écrit par 
  • Pierre BONFILS, 
  • Yves GALIFRET, 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 14 763 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Le cortex auditif »  : […] Chez le Singe, et plus encore chez l'Homme, le cortex auditif est difficile à étudier car il est enfoui dans la profondeur de la scissure de Sylvius. Chez le Chat, en revanche, les divers territoires auditifs corticaux sont disposés sur la face latérale de l'encéphale et donc plus accessibles . Le cortex auditif occupe une importante portion du gyrus temporal supérieur correspondant aux aires 41 ( […] Lire la suite

CERVEAU ET LANGAGE ORAL

  • Écrit par 
  • Jean-François DÉMONET
  •  • 2 863 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Bases cérébrales du développement du langage oral »  : […] L’étude des bases fonctionnelles et cérébrales de l’ontogénie du langage s’est effectuée à l’aide de paradigmes issus de la psychologie expérimentale adaptés au comportement du tout jeune enfant, de méthodes de neurophysiologie (potentiels évoqués, imagerie optique) et d’imagerie cérébrale (imagerie par résonance magnétique fonctionnelle, IRMf). Ces travaux ont permis de montrer, à des âges de pl […] Lire la suite

CERVEAU ET PRODUCTION ÉCRITE

  • Écrit par 
  • Marieke LONGCAMP, 
  • Jean-Luc VELAY
  •  • 1 195 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un centre du geste graphique dans le cerveau ?  »  : […] Après la découverte, en 1861, par Paul Broca, d’un centre du langage parlé dans le cerveau, dont la lésion conduit à des difficultés voire à une incapacité totale à s’exprimer oralement (aphasie), on s’est questionné sur l’existence possible de zones cérébrales dédiées à l’écriture. Une lésion de ces régions du cerveau pourrait expliquer les troubles présentés par des patients incapables d’écrire […] Lire la suite

CERVEAU ET NOMBRES

  • Écrit par 
  • Mauro PESENTI
  •  • 977 mots

Dans le chapitre « Approche anatomoclinique »  : […] Au xix e  siècle, la phrénologie localise les fonctions cognitives en appariant les compétences observées avec les bosses à la surface du crâne, l'idée étant que plus une fonction cognitive se développe, plus la structure cérébrale qui la prend en charge croît en volume et presse sur la paroi crânienne qu'elle déforme. Les habiletés numériques seraient ainsi contenues dans le centre du « sens des […] Lire la suite

Pour citer l’article

Didier LAVERGNE, « CORTEX CÉRÉBRAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cortex-cerebral/