BROCA PAUL (1824-1880)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Créateur de la chirurgie moderne du cerveau et fondateur de l'anthropologie, né à Sainte-Foy-la-Grande (Gironde). Paul Broca étudie la médecine à Paris en 1841, soutient sa thèse de doctorat en 1849. Agrégé en 1853, il est alors chirurgien des hôpitaux et obtient, en 1867, la chaire de pathologie externe à la faculté de médecine de Paris. Il sera vice-président du Conseil général des hôpitaux, président de la Société de chirurgie, membre de l'Académie de médecine... Mais les activités de Broca dépassent largement le cadre de l'enseignant et du chirurgien.

Paul Broca

Photographie : Paul Broca

Le Français Paul Broca (1824-1880), fondateur de l'anthropologie physique et neurologue. 

Crédits : Hulton-Deutsch Collection/ Corbis Historical/ Getty Images

Afficher

Il se passionne pour la microscopie pathologique et, de 1848 à 1853, publie de nombreux articles sur la pathologie des cartilages articulaires, le rachitisme (il décrit le tissu chondroïde et l'origine du tissu spongoïde), le rhumatisme chronique ; il remporte le prix Portal pour son Anatomie pathologique du cancer (1856). Il publie encore un Traité des anévrismes et de leur traitement (1856), un Traité des tumeurs (2 vol., 1866-1869)...

En 1847, il fait partie de la commission chargée d'examiner les ossements trouvés lors des fouilles de l'ancienne église des Cordeliers, et il se passionne, dès lors, pour la craniologie. Des années durant, à l'aide d'instruments qu'il a inventés, il mesure des crânes et en tire des enseignements nouveaux. Soutenant que l'on peut deviner les localisations cérébrales et la forme du cerveau d'après le crâne, il publie, en 1861, un important mémoire sur la forme et le volume du cerveau ; peu après, il s'efforce de préciser, à l'autopsie d'un malade présentant des troubles de la parole et une hémiplégie droite très ancienne, le substrat anatomique du syndrome qu'il individualise sous le nom d'aphémie (a-, phémi, je parle) ; il constate l'existence d'une lésion sur l'hémisphère gauche, dans la partie inférieure de la frontale ascendante et, de ce fait, localise le centre phonatoire au pied de la troisième circonvolution frontale gauche (appelée depuis lors circonvolution de Broca). Ses travaux ont enrichi les connaissances sur la physiologie du cerveau et sont à l'origine de la chirurgie moderne de cet organe. En 1876, il écrit Mémoire sur la topographie cranio-cérébrale, Traité sur la nomenclature cérébrale, et de nombreux articles.

L'examen de crânes préhistoriques lui permit de distinguer ceux qui furent ouverts avant ou après la mort, mettant ainsi en évidence la trépanation. Sa nomenclature des mensurations crâniennes fut universellement adoptée.

En 1859, il croise un lièvre et une lapine et obtient une « léporine », qu'il fait féconder. Il souhaite ensuite présenter à la Société de biologie trois mémoires sur l'hybridisme animal en général, et humain en particulier ; mais, touchant au dogme de la permanence et de l'invariabilité des espèces, il est si violemment accueilli que la troisième séance de la Société de biologie est interrompue. Cet événement l'incite à créer un centre de recherches consacrées à l'homme : il fonde en 1859 la Société d'anthropologie (qui sera rapidement imitée notamment à Londres, à Madrid et à Moscou), puis la Revue d'anthropologie (1872) ; c'est sous son influence que sera créée l'École d'anthropologie, tandis qu'il prend part à la fondation de l'Association française pour l'avancement des sciences. Il publie en 1870 L'Ordre des Primates, puis en 1871 une Étude du transformisme, où il s'oppose à la théorie de la sélection naturelle soutenue par Darwin...

Excellent écrivain, ses ouvrages Celse (1876), Les Troglodytes de la Vézère (1876), L'Anthropologie de la France (1869) montrent une érudition servie par un style brillant. Il meurt peu après son élection au Sénat, où l'avait conduit non le goût de la politique, mais celui du bien public.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BROCA PAUL (1824-1880)  » est également traité dans :

APHASIE

  • Écrit par 
  • Jean-Luc NESPOULOUS
  •  • 983 mots

Ainsi nommée en 1864 par le clinicien Armand Trousseau en opposition au terme aphémie retenu à la même époque par Paul Broca et au terme alalie proposé plusieurs décennies auparavant par Jacques Lordat, l’aphasie est un trouble de la production et (ou) de la compréhension du langage oral et (ou) écrit consécutif à une lésion cérébrale le plus souvent située dans l’hémisphère gauche du cerveau et […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) - Archéologie et enjeux de société

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 4 668 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le peuple et la race »  : […] Lorsque commencent à se constituer, à partir du début du xix e  siècle et du mouvement romantique, les États-nations au sens moderne du terme, ceux-ci se fondent d'abord sur une communauté de territoire et de langue, et plus profondément encore sur ce qui est perçu comme une communauté de destin, sinon « de sang », et bientôt « de race ». Cette dernière notion ne fait son apparition progressive qu […] Lire la suite

CERVEAU ET PRODUCTION ÉCRITE

  • Écrit par 
  • Marieke LONGCAMP, 
  • Jean-Luc VELAY
  •  • 1 195 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un centre du geste graphique dans le cerveau ?  »  : […] Après la découverte, en 1861, par Paul Broca, d’un centre du langage parlé dans le cerveau, dont la lésion conduit à des difficultés voire à une incapacité totale à s’exprimer oralement (aphasie), on s’est questionné sur l’existence possible de zones cérébrales dédiées à l’écriture. Une lésion de ces régions du cerveau pourrait expliquer les troubles présentés par des patients incapables d’écrire […] Lire la suite

HÉMISPHÈRES CÉRÉBRAUX

  • Écrit par 
  • Pierre BUSER, 
  • Paul LAGET
  •  • 12 324 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Substrats des praxies et du langage »  : […] On touche, ici, à des mécanismes plus complexes encore que la reconnaissance gnosique. Il s'agit des élaborations gestuelles d'une part, des étapes du langage de l'autre. Il n'est, une fois encore, pas question de détailler des résultats. Il suffit de rappeler que, dans la perspective localisationniste, les apraxies que décrit la clinique neuropsychiatrique (apraxie idéomotrice, idéatoire, constru […] Lire la suite

LIMBIQUE SYSTÈME

  • Écrit par 
  • Pierre KARLI
  •  • 4 397 mots
  •  • 1 média

C'est par étapes que s'est développée une notion telle que celle d'un « système limbique », et ce n'est que de façon progressive qu'elle s’est précisée dans une acception très généralement admise. Aussi n'est-il pas sans intérêt d'en tracer un bref historique. Le qualificatif « limbique » apparaît en 1878, lorsque Broca décrit sous le nom de « grand lobe limbique » le bord ( limbus , en latin) q […] Lire la suite

LOCALISATIONS CÉRÉBRALES THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • Georges TORRIS
  •  • 601 mots
  •  • 1 média

Théorie donnant un siège anatomique aux diverses fonctions psychologiques. C'est Albert le Grand ( xiii e  s.) qui le premier s'efforça de répartir les fonctions mentales entre les parties du cerveau. La phrénologie de Gall et Spurzheim donna, en 1810, aux localisations cérébrales une base scientifique, malheureusement accompagnée de déductions fantaisistes qui jetèrent sur la théorie un certain r […] Lire la suite

NEUROLOGIE

  • Écrit par 
  • Raymond HOUDART, 
  • Hubert MAMO, 
  • Jean MÉTELLUS
  • , Universalis
  •  • 30 241 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le XIXe siècle et la méthode anatomoclinique »  : […] Au xix e  siècle, bon nombre de travaux neurologiques voient le jour ; Charles Bell sur le champ de bataille de Waterloo, excellent dessinateur, fixe dans de rapides esquisses les traits des diverses paralysies ; François Magendie démontre les fonctions de la moelle et la sensibilité récurrente des racines antérieures ; ailleurs, Pierre Flourens prouve la fonction coordinatrice du cervelet. Enfin, […] Lire la suite

NEUROSCIENCES COGNITIVES

  • Écrit par 
  • Michèle FABRE-THORPE, 
  • Simon THORPE
  •  • 4 856 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'imagerie du fonctionnement cérébral »  : […] C'est de la neurologie et de la neuropsychologie qu'ont longtemps dépendu nos connaissances sur les relations entre cerveau et capacités cognitives. L'altération des fonctions cognitives de patients ayant subi des lésions cérébrales permettait d'attribuer une fonction donnée à une zone cérébrale spécifique. C'est ainsi que, dans les années 1860-1870, les aires du langage de Broca et de Wernicke o […] Lire la suite

PLASTICITÉ CÉRÉBRALE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DUPONT
  •  • 7 528 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Une plasticité cérébrale évidente »  : […] En ce qui concerne l’être humain, et depuis les travaux de l'Allemand Franz Josef Gall (1757-1828), on avait longtemps dû en rester à l'observation comparée de cerveaux aux différents âges de l'existence, du fœtus au vieillard, sans grand succès d’ailleurs. Puis les nombreuses observations effectuées à la suite de celles du Français Paul Broca (1824-1880) sur l'apprentissage et la perte des fonct […] Lire la suite

PRODUCTION SYNTAXIQUE

  • Écrit par 
  • F.-Xavier ALARIO
  •  • 1 513 mots

Dans le chapitre « Les pathologies de la syntaxe »  : […] La production syntaxique se voit compromise de façon relativement spécifique dans certaines pathologies cérébrales. C'est le cas dans différents types d'aphasies, des troubles du langage qui se produisent à la suite d'une atteinte cérébrale. Le symptôme d'agrammatisme (« privation de grammaire ») concerne des patients qui parlent dans un style dit « télégraphique ». Parmi leurs erreurs, il y a de […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacqueline BROSSOLLET, « BROCA PAUL - (1824-1880) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-broca/