ARAGON

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Histoire

Des origines au royaume

Avant la conquête arabe, il n'y a pas d'Aragon. Le pays était englobé dans la province romaine dite Tarraconaise. Assez forte dans la vallée de l'Èbre, où naquirent des villages qui furent ensuite des cités épiscopales (Saragosse, Huesca, Tarazona), la romanisation fut presque nulle dans les Pyrénées. L'occupation arabe ne se heurta à aucune résistance sérieuse, et se limita à quelques garnisons. Les musulmans furent surtout des indigènes convertis à l'islām, comme Cassius, comte du district de Borja, chef de la famille des Banu Kassi. Dans les vallées pyrénéennes, le seul signe de soumission était le paiement d'un tribut aux autorités arabes. À la faveur des luttes internes qui agitèrent l'Espagne musulmane au viiie siècle, ces tributs furent payés de plus en plus irrégulièrement. L'intervention franque se traduisit par l'installation temporaire (806-809) du comte Aureolus dans la région de Jaca. Une indépendance de fait s'établit ainsi progressivement.

Depuis le début du ixe siècle apparaît, d'abord dans les vallées de Hecho et de Canfranc, un petit comté, dirigé par Aznar Galindo et ses successeurs. Aux montagnards indigènes se joignent quelques Francs et quelques réfugiés du Sud, qui encouragent l'esprit de résistance. Une ligne de forteresses se constitue sur la frontière sud. La vie ecclésiastique s'appuie surtout sur les monastères : San Pedro de Siresa, San Juan de la Peña. Un évêché apparaît en 922. Ce petit comté jouit d'une conscience propre, suffisante pour résister à l'absorption par la monarchie de Pampelune, menaçante au xe et au début du xie siècle.

À la mort de Sanche le Grand, roi de Navarre (1035), son fils illégitime Ramire Ier reçut, outre ce noyau primitif, des territoires voisins qui portaient la superficie de son domaine de 600 à 4 000 kilomètres carrés, et qu'il arrondit encore par l'annexion du Sobrarbe et de la Ribagorza. Son fils Sanche Ramírez en fit un véritable royaume, avec l'aide de la papauté, dont il se déclara vassal en 1089. Tous deux tirèrent grand profit des péages perçus sur la route qui, par Jaca et Canfranc, fait communiquer l'Espagne avec le sud de la France, ainsi que des tributs (les parias) versés par les riches principautés musulmanes comme prix de leur tranquillité. Sanche Ramírez put créer la cité de Jaca, y attirer une population artisanale venue de France. Ramire Ier et son fils favorisèrent la vie religieuse, dotèrent les sièges épiscopaux de Jaca et de Roda assez largement pour permettre la rapide construction d'amples églises romanes.

Cependant, alors que la Castille réalise des progrès spectaculaires aux dépens de l'Espagne musulmane, Ramire Ier et son fils mirent plusieurs décennies à forcer la ligne de forteresses qui leur interdisait l'accès de la plaine. Ramire Ier mourut sous les murs de Graus (1063). Sanche Ramírez établit le château de Montearagón aux portes de Huesca (1088). Pierre Ier triompha d'une armée musulmane aidée par les Castillans, et enleva enfin cette cité (1096). Alors la tierra nueva s'ouvrit enfin au royaume.

Crise de croissance et expansion

À ce rapide dénouement d'une longue entreprise succède, plus rapide encore, la conquête de la principauté musulmane de Saragosse : en un peu plus de deux ans, Alfonse Ier le Batailleur (1104-1134), frère de Pierre Ier, aidé par des croisés venus de France, enlève Saragosse (18 décembre 1118), occupe le pays, écrase à Cutanda (18 juin 1120) une armée de secours musulmane. Mais, faute d'entente avec le comte de Barcelone, il échoue devant Lérida, et il est même écrasé à Fraga (17 juillet 1134). Mourant peu après, sans enfant, il lègue son royaume aux ordres militaires : formule inapplicable, vite abandonnée pour la montée sur le trône du frère du défunt, le moine Ramire, marié pour l'occasion. Cette crise fit craindre un retour offensif des musulmans et accueillir en libérateur Alfonse VII, roi de Castille, à Saragosse. Mais elle fut dénouée par le mariage de Pétronille, fille de Ramire, avec Raimond Bérenger IV, comte de Barcelone (1137), qui s'intitula « prince et gouverneur » d'Aragon, sous la suzeraineté du roi de Castille – vite théorique, et formellement rejetée en 1177. Dès lors, la conquête put reprendre, Lérida et Fraga tombèrent en 1149, et l'Aragon acheva de trouver avant la fin du siècle ses frontières définitives.

Cette croissance considérable ( [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Médias de l’article

Espagne : carte administrative

Espagne : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Lagune de Gallocanta, Espagne

Lagune de Gallocanta, Espagne
Crédits : K. Nigge/ National Geographic/ Getty

photographie

Méditerranée, expansion aragonaise au Moyen Âge

Méditerranée, expansion aragonaise au Moyen Âge
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Église Santa Maria Magdalena, Saragosse

Église Santa Maria Magdalena, Saragosse
Crédits : M. Gray/ National Geographic/ Getty

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître assistant à l'Institut de géographie d'Aix-Marseille
  • : professeur émérite d'histoire de l'art à l'université de Toulouse-Le-Mirail
  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Toulouse

Classification

Autres références

«  ARAGON  » est également traité dans :

ALPHONSE V LE MAGNANIME (1396-1458) roi d'Aragon et de Sicile (1416-1458)

  • Écrit par 
  • Charles LESELBAUM
  •  • 373 mots

Fils de Fernand de Antéquera et d'Éléonore d'Albuquerque, Alphonse le Magnanime fut un roi fastueux, ami des arts et de la chasse. Il a favorisé l'impérialisme aragonais en développant l'hégémonie du commerce catalan. Il monte sur le trône d'Aragon en 1416 et décide presque immédiatement l'incorporation de la Sicile dans le domaine royal. Il essaye ensuite de poursuivre la politique méditerranéenn […] Lire la suite

BARCELONE

  • Écrit par 
  • Robert FERRAS, 
  • Jean-Paul VOLLE
  •  • 3 655 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Fondations »  : […] La Ville des prodiges , le titre de l'ouvrage d'Eduardo Mendoza sied bien à Barcelone qui a su valoriser des atouts relevant, d'une part, d'une dynamique propre depuis le Moyen Âge, et, d'autre part, de la géographie d'un espace régional au carrefour de mondes multiples. Par les percées des fleuves Besòs et Llobregat, l'industrie, d'abord installée dans les colonias , petits centres de la plaine l […] Lire la suite

CATALOGNE

  • Écrit par 
  • Mathilde BENSOUSSAN, 
  • Christian CAMPS, 
  • John COROMINAS, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Robert FERRAS, 
  • Jean MOLAS, 
  • Jean-Paul VOLLE
  •  • 22 415 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre «  Histoire »  : […] Cette contrée a toujours été une région de contacts et d'échanges. Grottes et abris témoignent d'une occupation fort ancienne, au moins au Paléolithique moyen. À l'aube de l'époque historique, elle est habitée par un peuple aux origines incertaines, les Ibères, mêlant les liens avec l'Afrique et les courants celtes venus de l'Europe du Nord. Dès le vi e  siècle avant notre ère, les Grecs y fondent […] Lire la suite

CORSE

  • Écrit par 
  • Christian AMBROSI, 
  • Gilbert GIANNONI, 
  • Janine RENUCCI, 
  • André RONDEAU
  •  • 8 398 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La papauté, Gênes et l'Aragon »  : […] Avec l'effondrement du monde romain s'efface aussi ce temps de prospérité. La Corse, comme le reste de l'Europe, voit déferler les Barbares (Vandales). Au début du vi e siècle après J.-C., l'Empire romain centré à Byzance tente de reprendre ses anciennes provinces ; la Corse est conquise sous Justinien, mais la domination byzantine, avec les exactions des collecteurs d'impôts, n'apporte que la mi […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Des Wisigoths aux Rois catholiques

  • Écrit par 
  • Marcelin DEFOURNEAUX
  •  • 6 379 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les pays de la couronne d'Aragon »  : […] L' histoire de la monarchie aragonaise présente un contraste marqué entre les succès remportés par la royauté en Méditerranée et les obstacles que rencontre son autorité en terre espagnole. Pierre III d'Aragon (1276-1285) pose les bases de l'empire aragonais, en occupant la Sicile après la révolte des Vêpres siciliennes contre la dynastie angevine (1282). Au début du xiv e  siècle, son fils Jacque […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - De l'unité politique à la guerre civile

  • Écrit par 
  • Henri LAPEYRE
  •  • 14 279 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le Siècle d'or »  : […] Le xvi e  siècle a été pour l'Espagne le « Grand Siècle ». On attribue souvent aux Rois Catholiques la réalisation d'une véritable unification de l'Espagne. En fait, si le royaume de Grenade a été incorporé à la Castille, les deux couronnes d' Aragon et de Castille sont restées distinctes et leurs possessions séparées par une ligne de douanes. Seule a été réalisée une union dynastique, qui a perm […] Lire la suite

FERDINAND II LE CATHOLIQUE (1452-1516) roi d'Aragon et de Sicile (1479-1516)

  • Écrit par 
  • Tarsicio de AZCONA, 
  • Universalis
  •  • 772 mots

Roi d' Aragon et de Castille (1479-1516), de Sicile (sous le nom de Ferdinand II, 1468-1516) et de Naples (Ferdinand III, 1504-1516), né le 10 mars 1452 à Sos (Aragon), mort le 23 janvier 1516 à Madrigalejo (Espagne), Ferdinand II le Catholique réalisa l'unité territoriale de l'Espagne, créant un État moderne qui se lancera dans la conquête d'un véritable empire. Ferdinand est le fils de Jean II […] Lire la suite

ISABELLE Ire LA CATHOLIQUE (1451-1504) reine de Castille (1474-1504)

  • Écrit par 
  • R. L. HIGHFIELD
  • , Universalis
  •  • 833 mots

Reine de Castille (1474-1504) et d'Aragon (1479-1504) née le 22 avril 1451 à Madrigal de las Altas Torres (Castille), morte le 26 novembre 1504 à Medina del Campo (Espagne). Isabelle est la fille de Jean II de Castille et d'Isabelle de Portugal. Trois ans après sa naissance, son demi-frère Henri IV, dit l'Impuissant, devient roi. Isabelle entre à la cour dès l'âge de 13 ans. Elle épouse Ferdinan […] Lire la suite

NAVARRE

  • Écrit par 
  • Roland COURTOT, 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 4 087 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un pays de passage »  : […] Comme tous les États chrétiens d'Espagne, la Navarre est née de la conquête musulmane. Pays de passage situé à l'extrémité occidentale de la chaîne pyrénéenne, elle fut un objet de contestation entre les Arabes et les Francs, et sa capitale Pampelune changea fréquemment de mains. Cependant, l'esprit d'indépendance, traditionnel chez ses habitants, permit à une dynastie locale, celle d'Iñigo Arist […] Lire la suite

PERPIGNAN

  • Écrit par 
  • Jean SAGNES, 
  • Jean-Paul VOLLE
  •  • 916 mots
  •  • 1 média

Il n'y a pas de continuité entre la ville antique de Ruscino, fondée au viii e  siècle avant J.-C., abandonnée au i er  siècle de notre ère, et Perpignan, qui apparaît en 927 seulement. Toutefois, Ruscino, d'abord capitale des Sordes puis romanisée, est située à quelques kilomètres du site initial de Perpignan. Dès la fin du x e  siècle, Perpignan échoit aux comtes de Roussillon-Empuries, qui en f […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

15-22 mai 2011 Espagne. Mouvement de protestation et défaite des socialistes aux élections locales

perd l'Aragon, les Asturies, les Baléares et la région de Castille-La Manche, ne conservant que l'Estrémadure, dans le cadre d'une alliance avec la gauche radicale d'Izquierda Unida.  […] Lire la suite

6-24 mai 2001 Espagne. Victoire des nationalistes basques modérés aux élections régionales

Le 6, le responsable en Aragon du Parti populaire, au pouvoir, Manuel Gimenez Abad, est tué à Saragosse. Il s'agit du trentième attentat mortel attribué à l'E.T.A. depuis la rupture, en décembre 1999, de la trêve observée par l'organisation séparatiste basque. Le 7, près de 400 000 personnes manifestent, à Saragosse, contre le terrorisme. Le 13, les élections régionales au Pays basque sont marquées par la victoire de la coalition nationaliste modérée composée du Parti nationaliste basque, localement au pouvoir, et d'Eusko Alkartasuna; celle-ci remporte 33 des 75 sièges du Parlement (+ 6 par rapport au précédent scrutin de 1998). […] Lire la suite

24-28 décembre 1982 France. Mort de Louis Aragon

Le 24, l'écrivain Louis Aragon s'éteint à son domicile parisien. Il était âgé de quatre-vingt-cinq ans. Le 28, le P.C.F. rend un hommage public, devant son siège, place du Colonel-Fabien, au poète qui était membre du comité. Après les déclarations de Pierre Mauroy et de Georges Marchais, la dépouille de l'écrivain est transportée à Saint-Arnoult-en-Yvelines où elle est inhumée aux côtés d'Elsa Triolet. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roland COURTOT, Marcel DURLIAT, Philippe WOLFF, « ARAGON », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/aragon/