PAMPELUNE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

carte : Espagne : carte administrative

Espagne : carte administrative

Carte administrative de l'Espagne. 

Afficher

Capitale de la communauté autonome de Navarre avec 195 769 habitants en 2006, Pampelune aurait été fondée par Pompée sous le nom de Pompaelo. Occupée par les Maures en 738, elle est reprise par les Basques au terme de leur avancée éclair en 750. On estime que le royaume de Navarre se créa un siècle plus tard avec García Ier, portant le titre de comte de Navarre. Ce petit royaume chrétien va alors se battre en permanence contre les Maures qui cherchent à l'occuper (ils y arriveront au xe siècle avec al-Man ṣr) et contre les Castillans et les Aragonais qui cherchent à s'agrandir à ses dépens. Dans ces conditions, les comtes de Navarre se rapprochèrent alternativement des Maures (tentative de mariage avec une fille du sultan) ou des Français (mariage de Sanche le Fort avec la fille du comte de Toulouse). Le jeu des alliances permet même à un Thibaud de Champagne d'être roi de Navarre, en 1234. Par la suite, plusieurs rois de France, dont Henri IV, occupent le trône de Navarre. Le capitaine López de Recalde, futur saint Ignace de Loyola, participa à des combats sous les murs de la ville en 1521, lorsque Jean III d'Albret, roi de Navarre, tenta de la reprendre à Ferdinand le Catholique qui s'en était emparé neuf ans auparavant. La Navarre va se trouver au cœur de tous les problèmes monarchiques de l'Espagne de la Reconquête et de l'unité. Occupée deux fois par les troupes napoléoniennes, la ville est le centre du carlisme et défend ses privilèges avec acharnement. Elle garde un certain nombre de particularismes locaux qui sont maintenus après la guerre civile en récompense de l'aide accordée au général Franco. En 1952, elle a accepté l'installation d'une université très active dépendant de l'Opus Dei. Elle est redevable de sa célébrité aux fêtes de la San Fermín et aux lâchers de taureaux que Hemingway a longuement décrits. L'agglomération de Pampelune rassemble presque la moitié de la population de Navarre. La ville est au centre d'une région agricole (céréales, vigne), mais l'industrie (fabrication de matériel de transport, de produits métallurgiques, imprimerie, chimie) est présente dans la périphérie de la ville, contribuant au développement économique de la Navarre. Pampelune, qui s'oriente également vers un tourisme de qualité (chemin de Compostelle), est un important centre de communication entre l'Espagne et la France.

—  Charles LESELBAUM

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PAMPELUNE  » est également traité dans :

NAVARRE

  • Écrit par 
  • Roland COURTOT, 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 4 087 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un gothique courtois »  : […] À l'époque gothique, les influences françaises qui se font plus fortes dans le domaine de l'art ne sont qu'un des aspects des liens étroits établis entre la Navarre et son puissant voisin du Nord. Le style gothique, dans sa tonalité septentrionale, fait son apparition à Roncevaux dès le début du xiii e  siècle. Il ne s'installe à Pampelune qu'un siècle plus tard sous l'épiscopat d'un prélat d'ori […] Lire la suite

Les derniers événements

7-29 août 2000 Espagne. Poursuite de la vague d'attentats de l'E.T.A.

Pampelune. Le 12, plus de 10 000 personnes assistent, à Bilbao, à une réunion indépendantiste organisée par Herri Batasuna-Euskal Herritarok, vitrine politique de l'E.T.A., à la mémoire des quatre membres de l'organisation séparatiste tués le 7. Des plaintes pour apologie du terrorisme sont déposées par le parquet du Pays basque à l'encontre de trois […] Lire la suite

6-9 mai 1998 Espagne. Nouveaux attentats de l'E.T.A

Pampelune, Tomas Caballero, est assassiné par des membres présumés de l'E.T.A. En mars et encore au début du mois, plusieurs commandos de l'organisation séparatiste basque avaient été démantelés. Cette poursuite des attentats malgré les succès de la police traduit l'impuissance du gouvernement, qui refuse d'engager des négociations avec l'E.T.A. tant […] Lire la suite

4-20 avril 1989 Espagne. Fin de la trêve des attentats

Pampelune et Vitoria. Le 10, le gouvernement annonce la rupture des conversations d'Alger en raison de la reprise des attentats. Les principaux dirigeants de l'opposition approuvent cette décision. Le 12, un garde civil est tué dans un attentat dans la banlieue de Bilbao. Le même jour, deux membres présumés de l'E.T.A. sont interpellés en France, dans […] Lire la suite

1er-28 mars 1984 France – Espagne. Regain du terrorisme au Pays basque

Pampelune condamnent ouvertement cette action des G.E.O. (Groupes d'élite de la police nationale). Le 23, le G.A.L. assassine à Biarritz un Basque espagnol réfugié en France. Il s'agit du beau-frère de Domingo Iturbe Abasolo, dit Txomin, l'un des chefs présumés de l'E.T.A. assigné à résidence à Tours, mais en fuite. Le 28, le ministère de l'Intérieur […] Lire la suite

19-23 mars 1981 Espagne. Plan antiterroriste au Pays basque

Pampelune. Ces meurtres, qui portent à douze en trois ans le nombre d'officiers tués par la branche de l'E.T.A. militaire, provoquent la colère des militaires qui manifestent au cri de « l'armée au pouvoir » au cours des obsèques des deux officiers. Le 23, après deux jours de réunion d'un Conseil ministériel extraordinaire, le gouvernement annonce  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Charles LESELBAUM, « PAMPELUNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pampelune/