AQUACULTURE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La production aquacole dans le monde

La production aquacole mondiale a atteint, pour l'année 2004, un total de plus de 59,29 Mt (tableau) qui se décompose à peu près également entre les eaux continentales et les eaux marines. En ce qui concerne les organismes élevés ou cultivés, les animaux représentent quelque 45,37 Mt et les végétaux plus de 13, 92 Mt.

Aquaculture : production mondiale

Tableau : Aquaculture : production mondiale

Évolution de la production mondiale aquacole (en tonnes). La catégorie « divers » regroupe les espèces dont la production est faible comme les poissons gadidés (morue, églefin, lieu) et les thonidés ou encore les ormeaux, les bigorneaux et les strombes chez les mollusques gastéropodes... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La pisciculture est la branche de loin la plus importante de l'aquaculture. Elle produit un peu plus de 28 Mt, dont 23,8 Mt de poissons d'eau douce, quelque 2,8 Mt de poissons amphibiotiques (appelés également diadromes) et plus de 1,4 Mt de poissons marins. La pisciculture marine, la plus tard venue, reste de loin minoritaire. En mer, c'est l'élevage de coquillages, ou conchyliculture, qui domine, avec 13,24 Mt, l'élevage de crustacés atteignant 3,67 Mt, dont 2,47 Mt pour les seules crevettes pénéides. Chez les végétaux, ce sont les algues marines, principalement les algues brunes (phéophycées) et les algues rouges (rhodophycées), dont la consommation est largement répandue dans les pays du Sud-Est asiatique, qui représentent plus des trois quarts de la production mondiale de l'aquaculture végétale.

Par rapport à la pêche, l'aquaculture l'emporte très largement pour les poissons d'eau douce (en 2004, 23,8 Mt contre 7,8 Mt), plus faiblement pour les poissons amphibiotiques (2,8 Mt contre 1,5 Mt). La tendance est totalement inversée pour les poissons marins, qui constituent l'essentiel de la pêche (1,4 Mt de production aquacole contre 71,5 Mt de prises) ainsi que pour les crustacés (3,67 Mt contre 6,19 Mt). L'aquaculture l'emporte à nouveau pour les mollusques (13,24 Mt contre 7,31 Mt) et surtout pour les algues et les autres végétaux non identifiés (13,92 Mt contre 1,43 Mt).

Si l'on combine une approche par groupes d'espèces avec la géographie, on constate que l'Asie vient largement en tête (40,5 Mt) devant l'Europe (2,2 Mt), l'Amérique du Sud (1,1 Mt), l'Amérique du Nord (0,9 Mt) et l'Afrique (0,6 Mt), pour l'ensemble des organismes animaux. La même constatation vaut pour les algues et autres végétaux, avec l'Asie qui produit près de 13,9 Mt pour une production mondiale à peine supérieure de 30 000 tonnes. La Chine continentale est le premier pays producteur avec 16,9 Mt de poissons d'eau douce et plus de 10,4 Mt de mollusques (ces chiffres officiels n'étant pas exempts de critiques). Avec 2,3 Mt de poissons d'eau douce, l'Inde, deuxième producteur, est encore loin en arrière. L'aquaculture japonaise, toutes espèces confondues, atteint à peine 1,3 Mt, en prenant en compte une production d'algues alimentaires importante (0,5 Mt), proche d'autres pays d'Asie du Sud-Est (Thaïlande, Indonésie, Vietnam, Corée du Nord, Philippines, Taïwan, etc.).

En Europe, la Norvège atteint 565 902 tonnes, grâce au développement spectaculaire de l'élevage du saumon atlantique (Salmo salar) en mer. C'est également grâce à la salmoniculture que l'aquaculture chilienne connaît un développement très rapide, avec 568 885 tonnes de salmonidés (dont 349 329 tonnes de saumon atlantique Salmo salar). Il s'agit pourtant, pour ce dernier pays, d'un élevage fondé sur des espèces introduites, les salmonidés n'existant pas à l'état sauvage dans l'ensemble de l'hémisphère Sud.

L'aquaculture de poissons marins comme le bar (Dicentrarchus labrax), la daurade (Sparus aurata) et le turbot (Psetta maxima), née en France dans les années 1970, s'est rapidement développée en Méditerranée, notamment dans les pays disposant de littoraux peu aménagés (Espagne, Italie et, surtout, Grèce et Turquie, qui totalisent, en 2004, 145 331 tonnes de poissons marins côtiers dont 4 477 tonnes de turbot produit uniquement par l'Espagne).

Contrairement à une idée répandue, le nombre d'espèces élevées, sans prétendre rivaliser avec la diversité spécifique des espèces pêchées (environ 1 300 espèces dans le monde), est déjà considérable et ne cesse de progresser : pour les animaux, quelque 230 espèces de poissons, 50 espèces de crustacés, 70 espèces de mollusques (principalement des bivalves) et quelques échinodermes, ascidies, amphibiens et reptiles (il s'agit surtout d'une tortue d'eau douce, Trionyx sinensis, élevée en Chine et à Taïwan, dont la production a atteint 170 079 tonnes en 2004). Pour les algues, une quinzaine d'espèces environ sont cultivées.

La production française métropolitaine totalisait 243 870 tonnes en 2004, en légère régression [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 18 pages

Médias de l’article

Aquaculture : étapes du cycle de développement de "Porphyra tenera"

Aquaculture : étapes du cycle de développement de "Porphyra tenera"
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Ferme d’algues, province de Fujian (Chine)

Ferme d’algues, province de Fujian (Chine)
Crédits : Raywoo/ Shutterstock

photographie

Aquaculture : exploitation des filets

Aquaculture : exploitation des filets
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Morphologie de "Laminaria japonica"

Morphologie de "Laminaria japonica"
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de la Méditerranée, Marseille

Classification

Autres références

«  AQUACULTURE  » est également traité dans :

AZTÈQUES

  • Écrit par 
  • Rosario ACOSTA, 
  • Alexandra BIAR, 
  • Mireille SIMONI
  •  • 11 273 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les chinampas, de l’histoire à l’archéologie »  : […] Dernières survivances du passé lacustre de la grande Tenochtitlán, les chinampas de Xochimilco sont devenues un passage obligé pour tous les visiteurs à la recherche du paysage culturel de l’époque préhispanique. Composé de canaux de navigation sillonnant entre des parcelles de production agricole, ce paysage emblématique de la région est à l’origine du mythe des « jardins flottants » du Nouveau […] Lire la suite

BANGLADESH

  • Écrit par 
  • Alice BAILLAT
  •  • 8 391 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L’intégration du Bangladesh dans l’économie mondiale »  : […] Longtemps, le Bangladesh est resté à l’écart du commerce international. Sous les dominations britannique et pakistanaise, les ressources naturelles étaient exploitées abusivement, avant d’être transformées dans des usines implantées à Calcutta puis au Pakistan occidental, empêchant ainsi l’essor d’un secteur industriel sur le territoire actuel du Bangladesh. Le nouvel État doit donc, après son in […] Lire la suite

BIOTECHNOLOGIES

  • Écrit par 
  • Pierre TAMBOURIN
  •  • 5 348 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les biotechnologies bleues ou aquatiques »  : […] Le domaine d'application des biotechnologies modernes dans le monde aquatique en est encore à ses balbutiements. Il regroupe diverses techniques qui permettent d'augmenter le taux de croissance des espèces aquatiques d'élevage, d'améliorer la qualité nutritive des aliments aquacoles et la santé des poissons, d'étendre la gamme des espèces aquatiques « cultivées », d'améliorer la gestion et la con […] Lire la suite

ÉQUATEUR

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DELER, 
  • Yves HARDY, 
  • Catherine LAMOUR, 
  • Emmanuelle SINARDET
  • , Universalis
  •  • 8 612 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Amorces de diversification »  : […] Favorisée par la richesse des eaux littorales (dans la limite des 200 milles nautiques que l'Équateur revendique comme zone maritime économique exclusive), la pêche, qui représente 8 p. 100 des exportations, stimule une industrie de la conserverie (exportation de thon) et dynamise le port de Manta. L'aquaculture du delta du Guayas, étendue au détriment des mangroves littorales,a fait du pays le […] Lire la suite

FARINES ANIMALES

  • Écrit par 
  • Alain BLOGOWSKI
  •  • 4 442 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Pourquoi réintroduire les protéines animales ? »  : […] La proposition de la Commission européenne d’autoriser l’utilisation de P.A.T. pour l’alimentation des poissons d’élevage repose sur plusieurs éléments : – Comme mentionné précédemment, elle explique que les P.A.T. n’ont désormais plus rien à voir avec les farines animales, du fait de la nature des sous-produits utilisés pour leur fabrication. – Elle met également en avant que cette mesure tient c […] Lire la suite

MADAGASCAR

  • Écrit par 
  • Marie Pierre BALLARIN, 
  • Chantal BLANC-PAMARD, 
  • Hubert DESCHAMPS, 
  • Bakoly DOMENICHINI-RAMIARAMANANA, 
  • Paul LE BOURDIEC, 
  • David RASAMUEL
  • , Universalis
  •  • 35 100 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Des articulations régionales qui évoluent »  : […] Madagascar figure parmi les derniers grands pays ruraux de la planète avec, en 2009, plus de 70 p. 100 de sa population qui n'est pas citadine. Cela ne signifie cependant pas que campagnes et villes sont coupées les unes des autres. Bien au contraire, leurs relations sont telles que les possibilités d'accès à la ville sont devenues un critère de poids pour expliquer les dynamiques régionales. Dans […] Lire la suite

RÉGION ATLANTIQUE, Canada

  • Écrit par 
  • Majella SIMARD
  •  • 1 866 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Secteurs d’activité et développement économique »  : […] Bien que les services accaparent plus des trois quarts de la population active, l’exploitation des ressources continue toujours d’exercer un rôle majeur au sein de l’économie. Même si le nombre d’emplois qu’elle génère est en baisse quasi constante, la pêche occupe une part non négligeable des actifs, particulièrement dans le secteur de la transformation. Le homard, le crabe, les huîtres, le saum […] Lire la suite

TERRE-NEUVE-ET-LABRADOR

  • Écrit par 
  • Amanda CROMPTON, 
  • Majella SIMARD
  •  • 1 662 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Secteurs d’activité et développement économique »  : […] En raison de la pauvreté du sol et de la rigueur du climat, l’agriculture est pratiquement inexistante, si bien que Terre-Neuve-et-Labrador est fortement dépendante des marchés extérieurs. Le sous-sol, en revanche, est riche en minerais (fer, or, argent, nickel, cuivre et plomb) et la province dispose de quatre champs pétroliers extracôtiers , lesquels représentent environ 6 % de la production can […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Lucien LAUBIER, « AQUACULTURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/aquaculture/