Louis-Jean CALVET

docteur ès lettres et sciences humaines, professeur à la Sorbonne

BAKER JOSÉPHINE (1906-1975)

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 511 mots

Après avoir effectué ses débuts dans la comédie musicale à Broadway et à Philadelphie, Joséphine Baker participe à une tournée en France des Black Birds (1925) : c'est la Revue nègre présentée au théâtre des Champs-Élysées, et dont les décors et l'affiche sont signés par Paul Colin. Pratiquement nue (ses reins sont entourés d'une corolle de bananes), Joséphine Baker danse sur d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/josephine-baker/#i_0

BALLY CHARLES (1865-1947)

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 495 mots

Linguiste suisse, Bally est l'élève de Ferdinand de Saussure, auquel il succède à la chaire de linguistique générale de l'université de Genève ; avec Albert Sechehaye et Albert Riedlinger, il assure la publication posthume du Cours de linguistique générale. La plus grande partie d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-bally/#i_0

BAUDOUIN DE COURTENAY JAN (1845-1929)

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 778 mots

Après des études à Prague, Berlin, et Iéna, le linguiste polonais Jan Baudouin de Courtenay enseigna à Kazan, Cracovie et Saint-Pétersbourg ; son influence sur la linguistique russe fut considérable ; il est considéré comme le précurseur de la phonologie. Le centre de ses réflexions et de son enseignement était […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jan-baudouin-de-courtenay/#i_0

BOPP FRANZ (1791-1867)

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 540 mots

Né à Mayence, Franz Bopp étudie à Paris de 1812 à 1816 (le persan, l'arabe, l'hébreu, le sanskrit), puis à Londres de 1816 à 1820. Il est le fondateur de la méthode comparative en linguistique. Son ouvrage, Le Système de conjugaison du sanscrit comparé avec celui des langues grecque, latine, persane et germanique, etc. ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franz-bopp/#i_0

CHANSON

  • Écrit par 
  • Guy ERISMANN, 
  • Jean-Claude KLEIN, 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 7 158 mots

Chanson : un mot clé dans l'histoire de la sensibilité, un mot déconcertant aussi, tant le sens en est à la fois multiple et imprécis. Car le spécialiste qui voudrait récapituler toutes les significations du terme « chanson » devrait en appeler à la fois à la musique, aux lettres, à la philosophie, à la sociologie, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chanson/#i_0

CHUINTANTE CONSONNE

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 112 mots

On appelle consonnes chuintantes des fricatives dont le point d'articulation est compris entre les alvéoles et le début du palais (de postalvéolaire à prépalatal) : la sourde, [∫], apparaît en français à l'initiale de chat, et la sonore, [ž], à l'initiale de jeu. Phonologiquement, en allemand, dans la paire minimale bresche-breche, il y a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/consonne-chuintante/#i_0

COMBINATOIRES VARIANTES

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 263 mots

On appelle « variantes combinatoires » les formes différentes que peut prendre une même unité, et qui dépendent nécessairement du contexte où se rencontre l'élément considéré. Les formes ainsi identifiées s'excluent mutuellement dans un environnement donné. Ainsi, en morphologie, on dira que les formes françaises /al/, /i/ et /v/ dans /võ/, /irõ/ et /alõ/ (c'est-à-dire : vont, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/variantes-combinatoires/#i_0

COMPÉTENCE & PERFORMANCE, linguistique

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 393 mots

Dans la terminologie de la grammaire générative, le comportement linguistique d'un locuteur est défini par un couple de concepts : compétence, ou savoir linguistique du locuteur, et performance, ou réalisation concrète de ce savoir linguistique dans des actes de communication […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/competence-et-performance-linguistique/#i_0

CONCATÉNATION, linguistique

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 325 mots

Au sens général, la concaténation désigne la mise en chaîne, la succession, en particulier la succession des arguments, des causes et des effets, des termes d'un syllogisme, etc. Le sens linguistique en est assez proche : il s'agit de l'agencement des unités de la langue dans l'ordre linéaire propre au langage. On parlera ainsi de la concaténation des phonèmes pour constituer une unité de rang sup […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concatenation-linguistique/#i_0

DOUBLE ARTICULATION

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 304 mots

Dans le cadre de la linguistique fonctionnelle d'André Martinet, la double articulation désigne la propriété de tout énoncé linguistique d'être segmenté à deux niveaux : à un premier niveau (la première articulation), en unités ayant à la fois une face formelle (signifiant, dans la terminologie saussurienne) et une face significati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/double-articulation/#i_0

EXPANSION, linguistique

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 366 mots

Le terme expansion est employé en linguistique avec trois sens différents.D'une façon très générale et peu formalisée, il désigne le résultat de l'adjonction d'un terme (ou de plusieurs termes) à un syntagme quelconque. On dira par exemple que le président de la République française est une expansion de le président, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/expansion-linguistique/#i_0

FRICATIVE CONSONNE

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 232 mots

On appelle fricatives (ou constrictives, ou continues avec friction) les consonnes dont l'articulation comprend le passage de l'air dans un canal resserré, ce qui produit à l'écoute une impression de frottement ou de friction. Ce resserrement se produit aux différents points d'articulation possibles, des lèvres au voile du palais. On distingue ainsi selon leur point d'articulation les bilabiales s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/consonne-fricative/#i_0

GLOTTE COUP DE, phonétique

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 88 mots

Son produit par une fermeture momentanée du larynx ou du pharynx par rapprochement des cordes vocales, suivie d'un relâchement et d'une vibration. Le coup de glotte, noté en phonétique [ ?], peut être un phonème. C'est par exemple le cas en allemand (à l'initiale du mot Ende), en arabe (où le coup de glotte porte, dans l'alphabet, le n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coup-de-glotte-phonetique/#i_0

GREENBERG JOSEPH HAROLD (1915-2001)

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 463 mots

Linguiste américain dont le nom est surtout attaché à deux directions de recherche : celle des universaux du langage et celle concernant la typologie, appliquée en particulier au problème des langues africaines.Selon la théorie des universaux du langage, il y aurait des caractéristiques communes (et indispensables) à toutes les langues, que ce soit dans le domaine de la syntaxe, de la morphologie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-harold-greenberg/#i_0

HJELMSLEV LOUIS TROLLE (1899-1965)

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 700 mots

Linguiste danois, animateur du cercle linguistique de Copenhague, Louis Hjelmslev se situe dans la perspective structurale issue de l'enseignement de Ferdinand de Saussure. Sa théorie « glossématique » constitue un approfondissement et une tentative de formalisation de la plupart des concepts de ce d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-trolle-hjelmslev/#i_0

INJONCTION, linguistique

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 434 mots

On appelle injonction toute attitude énonciative destinée à obtenir de l'interlocuteur qu'il se comporte selon le désir du locuteur, qu'il s'agisse d'un ordre ou d'une défense. Dans la langue, le mode de l'injonction est, par excellence, l'impératif, qui ne connaît, de façon toute naturelle, que la deuxième personne, celle du destinataire du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/injonction-linguistique/#i_0

MEILLET ANTOINE (1866-1936)

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 657 mots

Linguiste français. Antoine Meillet étudie le sanskrit, les langues romanes, les langues slaves, l'irlandais, l'iranien, l'arménien (qu'il enseignera aux Langues orientales de 1902 à 1906). Après avoir suivi les cours de Ferdinand de Saussure à l'École pratique des hautes études, il lui succède en 1891 et y enseignera jusqu'en 1927. Il devient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-meillet/#i_0

MORPHÈME

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 955 mots

Le terme morphème a au moins trois sens différents en linguistique.On l'a d'abord employé pour désigner l'unité repérable dans un complexe morphologique où se découpaient un élément porteur de sens (appelé lexème ; parfois, mais plus rarement, sémantème) et un autre, grammatical, signalant l'appartenance à l'une des parties du discours (nom, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/morpheme/#i_0

PROSODIE

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET, 
  • Robert SCTRICK
  •  • 985 mots

L'une des deux branches de la phonologie est la prosodie, l'autre branche étant constituée par la phonématique. La prosodie étudie les phénomènes « suprasegmentaux », c'est-à-dire ceux qui ne sont pas segmentables dans le cadre de la double articulation. On peut ainsi distinguer comme faits relevant de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prosodie/#i_0

SAPIR EDWARD (1884-1939)

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 776 mots

Né en Allemagne, Edward Sapir vient très jeune aux États-Unis où il fait d'abord des études d'allemand puis d'anthropologie et de linguistique (à New York puis à Columbia University). Sapir étudie alors les langues indiennes (le wishram, le takelma, le païute), travaille à l'université de Californie puis à c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-sapir/#i_0

SIFFLANTE CONSONNE

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 249 mots

On appelle « sifflantes » des consonnes fricatives, très proches des apicales mais dont la particularité réside dans la forme de la langue lors de l'articulation. Pour les fricatives apicales, l'air expulsé passe par une fente constituée par le palais et la langue, qui demeure plate. Pour les sifflantes, la langue se creuse et forme dans l'axe médian une sorte de gouttière par laquelle l'air s'éco […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/consonne-sifflante/#i_0

SIGLE & ACRONYME

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 994 mots

On appelle sigle la forme d'abrègement qui consiste à prendre la première lettre de chacun (ou de certains) des mots d'un groupe : ainsi P.M.U. à partir de Pari mutuel urbain, S.N.C.F. à partir de Société nationale des chemins de fer français, ou F.B.I. à partir de Federal Bureau of Investigation. On distingue le sigle au sens propre de l'acronyme, qui consiste à prendre la première syllabe (ou ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sigle-et-acronyme/#i_0

SONORE CONSONNE

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 174 mots

On appelle « consonne sonore », ou voisée, les consonnes dont l'articulation comporte la mise en vibration des cordes vocales sous la pression de l'air expulsé des poumons. Les voyelles sont par définition toujours voisées. Le trait de sonorité peut être pertinent pour certaines consonnes dans certaines langues, notamment en français. Ainsi, c'est l'opposition sourde/sonore qui permet de distingue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/consonne-sonore/#i_0

SOURDE CONSONNE

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 207 mots

On appelle « consonne sourde », ou non voisée, une consonne dont l'articulation ne comporte pas la mise en vibration des cordes vocales sous la pression de l'air expulsé des poumons. Le trait de sourdité permet d'opposer un certain nombre de consonnes à leurs homologues sonores. Ainsi, en français /p/, /t/, /k/, /f/, /s/, / / sont des phonèmes qui s'opposent respectivement à /b/, /d/, /g/, /v/, /z […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/consonne-sourde/#i_0

SPIRANTE CONSONNE

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 122 mots

On appelle « spirantes » les consonnes dont l'articulation comporte le passage de l'air dans un chenal resserré. Certains phonéticiens veulent les distinguer des fricatives, dont elles sont voisines par l'aspect relâché de l'articulation, qui peut parfois aller jusqu'à la disparition presque totale de la consonne. C'est le cas de la spirante pour les [ð] en espagnol, dans cada, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/consonne-spirante/#i_0

TROUBETZKOY ou TROUBETSKOÏ NIKOLAÏ SERGUEÏEVITCH (1890-1938)

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 927 mots

Né à Moscou dans une famille de la haute aristocratie, de père universitaire, Troubetzkoy s'intéresse très tôt (dès l'âge de treize ans) à l'ethnographie, puis à la sociologie et à l'histoire : ses premiers articles sont publiés alors qu'il est à peine âgé de quinze ans. Il entre à l'université, où il étudie la grammaire co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troubetzkoy-troubetskoi/#i_0

VALEUR, linguistique

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 552 mots

On appelle valeur le sens d'une unité linguistique considéré comme le produit des relations que cette unité entretient avec les autres unités du système, et non pas comme un contenu intrinsèque. C'est Ferdinand de Saussure qui a le premier utilisé cette notion, qu'il illustrait par une comparaison de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valeur-linguistique/#i_0

VERNER KARL ADOLF (1846-1896)

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 190 mots

Linguiste danois, apparenté à l'école dite des Junggrammatiker (jeunes grammairiens) et surtout connu pour la loi qui porte son nom (loi de Verner), formulée en 1875. Cette loi complète la loi de Grimm sur la mutation en haut-germanique, prenant en compte les exceptions à cette loi (passage des aspirées sourdes à des aspirées sonores).L'hypothèse de Verner est que le sanskrit a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/karl-adolf-verner/#i_0

VIBRANTE CONSONNE

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 240 mots

On appelle « consonne vibrante » une consonne dans l'articulation de laquelle intervient la vibration d'un organe quelconque de la phonation (mais, le plus souvent, la pointe de la langue ou la luette : on parle alors respectivement de consonne apicale ou de consonne uvulaire). On distingue entre les vibrantes à un seul battement, articulées avec une sorte d'occlusion au niveau de la pointe de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/consonne-vibrante/#i_0

VOISEMENT

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 144 mots

On appelle voisement, ou voix, l'utilisation dans l'articulation d'un son des ondes sonores créées par la vibration des cordes vocales au passage de l'air expulsé par les poumons. Les cordes vocales sont le premier organe rencontré par l'air. Elles sont constituées par deux replis musculaires situés au niveau de la pomme d'Adam. Ces cordes vocales peuvent en gros prendre trois positions principale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/voisement/#i_0

WHITNEY WILLIAM DWIGHT (1827-1894)

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 589 mots

Linguiste américain, William D. Whitney étudie d'abord à Yale, puis en Allemagne, en particulier à Berlin où il a pour professeur le comparatiste Franz Bopp. En 1854, il est professeur de sanskrit à Yale, puis, à partir de 1869, professeur de grammaire comparée. Sanskritiste d'origine donc, Whitney était très connu en Allemagne pour ses travaux originaux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-dwight-whitney/#i_0