COMPÉTENCE & PERFORMANCE, linguistique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans la terminologie de la grammaire générative, le comportement linguistique d'un locuteur est défini par un couple de concepts : compétence, ou savoir linguistique du locuteur, et performance, ou réalisation concrète de ce savoir linguistique dans des actes de communication, qu'il s'agisse d'émission (le sujet fait des phrases) ou de réception (le sujet comprend des phrases).

Si la compétence permet de produire des phrases selon un modèle de grammaticalité et de déceler dans les phrases émises par les autres les phrases agrammaticales, la performance consiste précisément à émettre ces phrases et à les recevoir. C'est dire que, comme la parole dans la terminologie saussurienne (par opposition à la langue), la performance constitue les données observables du comportement linguistique. La tâche du linguiste est alors d'élaborer un modèle de la performance linguistique, ce qui suppose qu'on cerne avec suffisamment de précision la notion d'acceptabilité, qui est du domaine de la performance : qu'est-ce qui fait qu'une phrase syntaxiquement bien formée est jugée acceptable ou non acceptable par un locuteur ? Sa longueur ? Le nombre trop élevé d'enchâssements ? Les réponses sont ici encore floues, car on ne peut se contenter de critères internes à la phrase elle-même : peuvent également jouer des considérations extrinsèques, comme la nature du message (oral, écrit), son support (journal, affiche publicitaire), etc., qui modifient la performance linguistique où sont en jeu à la fois locuteur et auditeur. La prise en compte de la performance définit peut-être deux domaines spécifiques de l'analyse linguistique : la psycholinguistique et la sociolinguistique. En ce sens, le parallèle entre performance et parole ne peut être mené très loin car, si la parole permet de décrire la langue dans la linguistique saussurienne, la grammaire générative essaie d'élaborer pour compétence et performance deux modèles distincts. S'il est vrai que l'une est déterminée par l'autre, elle l'est également par le contexte et par le locuteur, toutes choses qui, sans être niées, ne sont pas aussi nettement spécifiées chez Saussure.

—  Louis-Jean CALVET

Écrit par :

Classification


Autres références

«  COMPÉTENCE & PERFORMANCE, linguistique  » est également traité dans :

AGRAMMATICALITÉ

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 477 mots

Une phrase est réputée agrammaticale lorsqu'elle est incompatible avec les schèmes qui régissent la structure et le fonctionnement de la langue où elle est émise. En raison des différents niveaux où l'on peut se placer pour apprécier la manière dont un code est violé par une production de parole, il faut soigneusement distinguer des concepts qui lui sont voisins la notion, souvent fort opératoire, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agrammaticalite/#i_13545

CHOMSKY NOAM (1928- )

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POLLOCK
  •  • 4 011 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le savoir linguistique »  : […] L'ensemble des travaux linguistiques de Chomsky depuis 1955 se laisse décrire comme une tentative constamment reprise pour répondre aux deux questions suivantes : 1. Comment caractériser le savoir linguistique d'un locuteur – Pierre, John, Mamuro, etc. – maîtrisant la langue de sa communauté ? 2. Comment ce savoir linguistique, cette « langue interne » (LI) est-elle acquise ? Un examen même super […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/noam-chomsky/#i_13545

EMPHASE

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 264 mots

Procédure qui semble être le simple produit de la fantaisie du locuteur, et, comme telle, ne nécessiter aucun traitement particulier, l'emphase, ou accentuation au moyen de divers procédés phoniques, syntaxiques ou stylistiques, peut néanmoins faire l'objet d'une étude particulière, dans la mesure où elle fait porter une marque sur un énoncé, qu'elle situe alors au sein d'une opposition dont l'aut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emphase/#i_13545

GRAMMATICALITÉ

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 317 mots

Une bonne grammaire doit être capable de «  projeter le corpus fini et toujours plus ou moins aléatoire des énoncés observés sur l'ensemble, qu'on présuppose infini, des phrases grammaticales », écrit N. Chomsky ( Structures syntaxiques ). Ce passage de l'induction à la projection ne peut se faire qu'au moyen d'un appareil hypothético-déductif qui conce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grammaticalite/#i_13545

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 532 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La linguistique transformationnelle »  : […] Le recours de Chomsky et de son école à Port-Royal, aux cartésiens et à Humboldt révèle des attaches nombreuses et étendues avec la philosophie du langage au sens le plus large ; néanmoins, le noyau de son épistémologie est issu de la résolution de problèmes typiquement linguistiques. Au centre de ces problèmes Chomsky place l'aspect de compétence de l'activité linguistique : savoir utiliser une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-du-langage/#i_13545

LINGUISTIQUE - Théories

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 6 894 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La grammaire chomskienne »  : […] Le terme « grammaire » désigne une théorie des structures linguistiques dont la pièce maîtresse est la syntaxe, distincte d'une part de la morphologie et de la phonologie, et d'autre part de la sémantique. Le but de la grammaire est de rendre compte de toutes les phrases grammaticales (c'est-à-dire syntaxiquement bien formées) et d'elles seules. Pour ce faire, la grammaire a la forme d'un mécanis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-theories/#i_13545

MODÈLE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Hubert DAMISCH, 
  • Jean GOGUEL, 
  • Sylvanie GUINAND, 
  • Bernard JAULIN, 
  • Noël MOULOUD, 
  • Jean-François RICHARD, 
  • Bernard VICTORRI
  •  • 24 440 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les modèles internes »  : […] Les modèles de ce type cherchent donc à rendre compte d'observations sur les productions langagières en tant que telles, sans se donner l'objectif de définir ni d'expliquer les conditions (matérielles, biologiques, sociales, etc.) de leur apparition. Il ne s'agit pas d'étudier comment et pourquoi tel ou tel énoncé peut être produit, mais d'expliquer en quoi et pourquoi il constitue bien un énoncé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/modele/#i_13545

Pour citer l’article

Louis-Jean CALVET, « COMPÉTENCE & PERFORMANCE, linguistique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/competence-et-performance-linguistique/