SAPIR EDWARD (1884-1939)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né en Allemagne, Edward Sapir vient très jeune aux États-Unis où il fait d'abord des études d'allemand puis d'anthropologie et de linguistique (à New York puis à Columbia University). Sapir étudie alors les langues indiennes (le wishram, le takelma, le païute), travaille à l'université de Californie puis à celle de Pennsylvanie, enseigne à Ottawa (ce qui lui permet d'étudier d'autres langues : le nootka, l'athabaskan, le tlingit) puis à Chicago et enfin à Yale. Il publie de nombreux articles sur les langues amérindiennes mais aussi des ouvrages plus généraux, en particulier Le Langage (Language, New York, 1921).

Sur le plan de la linguistique générale, Sapir a eu une grande importance aux États-Unis, tant par la qualité de ses théories que par le nombre de linguistes qu'il a influencés ou formés (Swadesh, Pike, Whorf, Greenberg, entre autres). Ses intérêts étaient variés, et il est difficile de résumer son œuvre. On peut cependant souligner un certain nombre de points sur lesquels son apport fut novateur.

Dans le domaine phonologique tout d'abord, sans doute influencé par Whitney (qui avait déjà beaucoup marqué Saussure), il en vient peu à peu à la notion de phonème par une démarche autonome. (Il ne connaît ni Saussure ni Baudouin de Courtenay, qui furent, en Europe, les initiateurs de la phonologie.) En étudiant les langues indiennes et la réaction de ses informateurs à l'audition des sons, il en vient en effet à la nécessité de séparer l'approche formelle des sons du langage (la phonétique) de son approche fonctionnelle (la phonologie).

Cette opposition proposée entre forme et fonction des unités phoniques va d'ailleurs se retrouver dans son œuvre sur un plan plus général. Il précise bien les différences entre ces deux notions, ainsi que leurs interactions, mais il a tendance à définir la linguistique comme l'étude des formes linguistiques. En fait, sa vision propre est beaucoup plus souple, et il articulera toujours ses analyses sur [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SAPIR EDWARD (1884-1939)  » est également traité dans :

LINGUISTIQUE, Edward Sapir - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Gabriel BERGOUNIOUX
  •  • 776 mots

Inséparablement linguiste et anthropologue, Edward Sapir (1884-1939) est né dans une famille juive d'origine lituanienne à Lauenburg, en Allemagne. Émigré avec sa famille aux États-Unis en 1899, il s'est consacré aux sociétés autochtones de l'Amérique du Nord sous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-edward-sapir/#i_5812

ANTHROPOLOGIE COGNITIVE

  • Écrit par 
  • Arnaud HALLOY
  •  • 5 804 mots

Dans le chapitre « L’approche taxonomique »  : […] Avec une série de travaux pionniers en ethnoscience au début des années 1970, l’intérêt des anthropologues cognitivistes s’est peu à peu déplacé de l’identification des traits ou propriétés des éléments d’un domaine vers l’analyse des taxonomies vernaculaires. L’approche taxonomique va se développer à partir du constat ethnographique que les catég […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie-cognitive/#i_5812

BLOOMFIELD LEONARD (1887-1949)

  • Écrit par 
  • C.-H. VEKEN
  •  • 813 mots

Homme réservé, à la personnalité austère et entière, L. Bloomfield marqua de façon déterminante le développement de la linguistique aux États-Unis et dans le monde. Né à Chicago, il étudia la grammaire et la philologie germanique à Harvard et, après avoir passé un an en Allemagne, où il suivit les cours de Brugmann et de Leskien, les grands compara […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leonard-bloomfield/#i_5812

DIFFUSIONNISME

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 2 818 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Edward Sapir »  : […] Sapir a énuméré les principaux procédés qui permettraient de dater les faits de diffusion : celui de la « sériation culturelle » (les éléments les plus simples d'une culture sont les plus anciens), celui de la présupposition nécessaire (un élément qui, pour exister, suppose au préalable un autre élément est le plus récent), etc. Mais, surtout, le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diffusionnisme/#i_5812

GREENBERG JOSEPH HAROLD (1915-2001)

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 460 mots

Linguiste américain dont le nom est surtout attaché à deux directions de recherche : celle des universaux du langage et celle concernant la typologie, appliquée en particulier au problème des langues africaines. Selon la théorie des universaux du langage, il y aurait des caractéristiques communes (et indispensables) à toutes les langues, que ce soi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-harold-greenberg/#i_5812

LINGUISTIQUE - Théories

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 6 894 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le distributionnalisme »  : […] À l'inverse du structuralisme européen, le structuralisme américain s'est développé sans référence à Saussure. Il a d'abord pris appui sur les travaux de linguistique descriptive et comparative des grands pionniers que furent Edward Sapir et Benjamin Lee Whorf. Ethnolinguistes spécialistes des langues amérindiennes, ces deux auteurs sont connus po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-theories/#i_5812

LINGUISTIQUE ET PSYCHANALYSE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MILNER
  •  • 7 201 mots

Dans le chapitre « La science du langage modifiée par la psychanalyse ? »  : […] Étant établi que la psychanalyse est possible, et étant établi que les données de langues sont en intersection avec les données de la psychanalyse, peut-on apprendre quelque chose de nouveau touchant le fonctionnement du langage, en partant des données de la psychanalyse ? Dans ce cas, la psychanalyse ne dépend pas de la linguistique. C'est bien pl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-et-psychanalyse/#i_5812

UNIVERSAUX, linguistique

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 4 975 mots

Dans le chapitre «  Le débat sur la relativité linguistique »  : […] Jusqu'au début des années 1960, c'est surtout sur la diversité et la spécificité des langues du monde que s'est portée l'attention des linguistes, aussi bien outre-Atlantique qu'en Europe. Aux États-Unis, la célèbre hypothèse dite de la « relativité linguistique » a été avancée dans le cadre des travaux sur les langues amérindiennes effectués par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/universaux-linguistique/#i_5812

WHORF BENJAMIN LEE (1897-1941)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 311 mots

Linguiste américain né le 24 avril 1897 à Winthrop (Massachusetts), mort le 26 juillet 1941 à Wethersfield (Connecticut). Benjamin Lee Whorf est connu pour ses hypothèses sur la relation entre la langue, d'une part, et la pensée et la cognition, d'autre part. Il est aussi célèbre pour ses études sur la langue et la philosophie hébraïques, sur les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/benjamin-lee-whorf/#i_5812

Pour citer l’article

Louis-Jean CALVET, « SAPIR EDWARD - (1884-1939) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-sapir/