MORPHÈME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme morphème a au moins trois sens différents en linguistique.

On l'a d'abord employé pour désigner l'unité repérable dans un complexe morphologique où se découpaient un élément porteur de sens (appelé lexème ; parfois, mais plus rarement, sémantème) et un autre, grammatical, signalant l'appartenance à l'une des parties du discours (nom, adjectif, verbe, etc.). Ainsi, les termes chanteur et chanter présenteront dans cette terminologie un même lexème, chant-, et deux morphèmes différents, -eur et -er.

Dans le cadre de l'analyse en constituants immédiats, variante du distributionnalisme, on appelle morphème la plus petite unité douée de sens (la plus petite unité de première articulation), qui s'oppose au phonème, petite unité segmentale, dénuée de sens dans la chaîne du discours. L'analyse d'un énoncé en morphèmes pose un certain nombre de problèmes de segmentation. Dans un « mot » comme inaliénable, faut-il considérer qu'il y a un, deux ou trois morphèmes, c'est-à-dire faut-il retenir comme morphèmes in- et -able ? La réflexion sur ce point a mené à distinguer entre ce qu'on appelle des morphèmes simples ou morphèmes uniques (mais ce dernier terme désigne aussi des morphèmes d'occurrence unique, comme fur dans au fur et à mesure) comme in-, des morphèmes composés (inaliénable), mais aussi des morphèmes suprasegmentaux, comme l'intonation, qui s'opposent à l'ensemble des autres morphèmes, dits segmentaux. Par exemple, dans la phrase il pleut ? l'interrogation est marquée par un morphème suprasegmental qu'aucune segmentation ne peut faire apparaître sous forme d'une tranche phonique présente dans l'énoncé.

Pour A. Martinet, le morphème est un élément grammatical (affixe, désinence, etc.) s'opposant au lexème (l'unité significative minimale qui indique le sens). Morphèmes et lexèmes sont tous des monèmes, ce terme générique désignant l'ensemble des unités de première articulation. [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MORPHÈME  » est également traité dans :

CONSTITUANT IMMÉDIAT

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 286 mots

Lorsqu'on souhaite segmenter un énoncé en unités plus petites et ainsi de suite jusqu'à des éléments indécomposables, les morphèmes, on est conduit à user de procédures purement formelles qui permettent de décomposer l'ensemble et chaque sous-ensemble obtenu en sous-ensembles de rang immédiatement inférieur : on établit ainsi une hiérarchie de constituants immédiats. La question se pose de savoir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/constituant-immediat/#i_8944

DÉRIVATION, linguistique

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 302 mots

1. Formation de nouvelles unités du lexique à partir des morphèmes de base et obtenues par addition, suppression ou remplacement d'un affixe au radical du mot. La dérivation est dite impropre lorsque les mots reçoivent une valeur dérivée nouvelle sans modifier leur forme, mais en changeant de catégorie grammaticale (exemples : le boire et le manger , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/derivation-linguistique/#i_8944

DISTRIBUTIONNALISME

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 964 mots

Dans le chapitre « Une méthode descriptive »  : […] Né en réaction contre les approches des grammaires mentalistes, ce courant s'est inscrit au départ dans la perspective mécaniste de la psychologie dite « behavioriste », qui entendait expliquer objectivement le comportement en termes de facteurs externes – stimulus et réponse – sans recourir à l'introspection. Dans cette perspective, le sens d'un message reste hors d'atteinte, puisqu'il est conçu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/distributionnalisme/#i_8944

FORMANT, linguistique

  • Écrit par 
  • Michel BRAUDEAU
  •  • 216 mots

Terme utilisé par les linguistes de l'école chomskienne. On distingue en grammaire générative les formants des morphèmes : les morphèmes sont les éléments qui composent les suites syntagmatiques terminales engendrées par la base de la grammaire (soit l'ensemble des règles syntagmatiques et le lexique) avant l'application des transformations. Les formants sont les éléments minimaux composant les su […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/formant-linguistique/#i_8944

GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Du Moyen Âge à la période contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean-Claude CHEVALIER, 
  • Jean STÉFANINI
  • , Universalis
  •  • 4 816 mots

Dans le chapitre « La morphologie »  : […] La démarcation entre analyse lexicale et règles syntaxiques a lieu dans les années 1970, même s'il s'agit surtout d'articuler deux méthodes de travail. Au niveau du morphème, la correspondance entre son et sens s'effectue de multiples manières : la morphologie est réduite à ses aspects concaténatifs dans une démarche autonome, la syntaxe à ses règles de réécriture. Danielle Corbin est une des pre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grammaires-histoire-des-du-moyen-age-a-la-periode-contemporaine/#i_8944

ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LES MALENTENDANTS

  • Écrit par 
  • Jacqueline LEYBAERT
  •  • 2 560 mots

Dans le chapitre « La langue des signes, structure, et acquisition »  : […] Un pas important dans la reconnaissance de la LS comme un vrai langage a été franchi grâce à l’analyse linguistique de l’American Sign Language (ASL) faite par William Stokoe : la LS possède les équivalents d’une phonologie, d’une morphologie, et d’une syntaxe. La phonologie décrit le niveau d’analyse auquel des unités distinctives du langage (éléments sans signification) se combinent pour former […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acquisition-du-langage-chez-les-malentendants/#i_8944

LINGUISTIQUE - Domaines

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 5 093 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La morphologie »  : […] La morphologie est l'étude de la formation des mots et de leurs variations. Dans une langue comme le français, certains mots sont simples (« maison »), d'autres sont complexes (« maisonnette »), certains sont invariables (« pour », « et »), d'autres sont variables (« cheval/chevaux »). La variation dans la forme des mots procède de la flexion, lorsque certains éléments non autonomes, appelés dési […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-domaines/#i_8944

MORPHOLOGIE (psycholinguistique)

  • Écrit par 
  • Séverine CASALIS, 
  • Pascale COLÉ
  •  • 2 908 mots

Dans le chapitre « Apprentissage de la langue par l’enfant  »  : […] La morphologie dérivationnelle décrit les unités minimales du langage porteuses de signification. On distingue les bases, qui sont des formes lexicales, des affixes, préfixes ou suffixes, qu’on adjoint pour former un mot nouveau. Par exemple, le mot « conteur » est formé de deux morphèmes, la base « conter » et le suffixe - eur . Chez l’enfant, la connai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/morphologie/#i_8944

SYNTAGME

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 372 mots

Le concept de syntagme, dans les théories structurales de la linguistique, s'oppose à paradigme et renvoie à la succession chronologique des unités mises en œuvre dans l'énoncé réalisé : au sens étroit, « renverrons » est un syntagme, car il consiste en une suite de quatre morphèmes, à savoir le préfixe (qui commute à cette place avec zéro), le radical lexical (qui pourrait être […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/syntagme/#i_8944

Pour citer l’article

Louis-Jean CALVET, « MORPHÈME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/morpheme/