Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MORPHÈME

Le terme morphème a au moins trois sens différents en linguistique.

On l'a d'abord employé pour désigner l'unité repérable dans un complexe morphologique où se découpaient un élément porteur de sens (appelé lexème ; parfois, mais plus rarement, sémantème) et un autre, grammatical, signalant l'appartenance à l'une des parties du discours (nom, adjectif, verbe, etc.). Ainsi, les termes chanteur et chanter présenteront dans cette terminologie un même lexème, chant-, et deux morphèmes différents, -eur et -er.

Dans le cadre de l'analyse en constituants immédiats, variante du distributionnalisme, on appelle morphème la plus petite unité douée de sens (la plus petite unité de première articulation), qui s'oppose au phonème, petite unité segmentale, dénuée de sens dans la chaîne du discours. L'analyse d'un énoncé en morphèmes pose un certain nombre de problèmes de segmentation. Dans un « mot » comme inaliénable, faut-il considérer qu'il y a un, deux ou trois morphèmes, c'est-à-dire faut-il retenir comme morphèmes in- et -able ? La réflexion sur ce point a mené à distinguer entre ce qu'on appelle des morphèmes simples ou morphèmes uniques (mais ce dernier terme désigne aussi des morphèmes d'occurrence unique, comme fur dans au fur et à mesure) comme in-, des morphèmes composés (inaliénable), mais aussi des morphèmes suprasegmentaux, comme l'intonation, qui s'opposent à l'ensemble des autres morphèmes, dits segmentaux. Par exemple, dans la phrase il pleut ? l'interrogation est marquée par un morphème suprasegmental qu'aucune segmentation ne peut faire apparaître sous forme d'une tranche phonique présente dans l'énoncé.

Pour A. Martinet, le morphème est un élément grammatical (affixe, désinence, etc.) s'opposant au lexème (l'unité significative minimale qui indique le sens). Morphèmes et lexèmes sont tous des monèmes, ce terme générique désignant l'ensemble des unités de première articulation. Toutefois, cette conception butait sur un obstacle grave et ne convenait vraiment qu'à l'analyse de certaines langues dans lesquelles l'unité était aisément repérable, soit parce que le système de composition en était l'isolation, ou juxtaposition de formes inaltérées, soit parce que nous pouvions projeter notre savoir sur les formes identifiées (cas des langues bien connues). Mais pouvait-on soigneusement décrire un système linguistique peu ou pas connu au moyen de ces catégories, étant donné l'extrême variété des systèmes verbaux, pour ne prendre qu'un exemple ? L'ergatif, dans certaines langues, est un mode, le perfectif ; il est un aspect dans d'autres ; cela sans compter les langues de type sémitique où la conjugaison obéit à des alternances vocaliques laissant intact le schème consonantique. Et qu'advenait-il des langues flexionnelles, dans lesquelles il est rigoureusement impossible de déterminer, à cause de l'amalgame qu'elles pratiquent, ce qui revient à telle catégorie ? (Le suffixe latin -arum dans rosarum a les traits : pluriel, féminin, génitif, sans qu'on puisse associer l'un quelconque d'entre eux à un élément de réalisation phonétique segmentable.)

On en vint à donner de morphème une définition abstraite à la façon d'une quatrième proportionnelle, cela afin de respecter l'idée de système. En somme :

Lisez qu'en anglais il y a le même rapport (qu'on peut déterminer en fonction des contextes de récit, par exemple) entre un passé dit régulier et un autre à leurs présents respectifs. Que seul le premier des deux rapports présente un segment phonétique isolable est de peu d'importance pour cette théorie, où le phénomène prend le nom spécifique de morphe : le processus générique reçoit,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur ès lettres et sciences humaines, professeur à la Sorbonne

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LES MALENTENDANTS

    • Écrit par Jacqueline LEYBAERT
    • 2 573 mots
    • 1 média
    ...significatives, les morphèmes. En LP, les phonèmes sont basés sur des éléments acoustiques et articulatoires. La substitution d’un phonème crée un nouveau morphème : par exemple, la substitution /m/-/b/ permet de contraster « mouche » et « bouche ». Ce niveau d’analyse existe également dans toutes les LS,...
  • CONSTITUANT IMMÉDIAT

    • Écrit par Robert SCTRICK
    • 283 mots

    Lorsqu'on souhaite segmenter un énoncé en unités plus petites et ainsi de suite jusqu'à des éléments indécomposables, les morphèmes, on est conduit à user de procédures purement formelles qui permettent de décomposer l'ensemble et chaque sous-ensemble obtenu en sous-ensembles de rang immédiatement...

  • DÉRIVATION, linguistique

    • Écrit par Nicole QUENTIN-MAURER
    • 302 mots

    1. Formation de nouvelles unités du lexique à partir des morphèmes de base et obtenues par addition, suppression ou remplacement d'un affixe au radical du mot. La dérivation est dite impropre lorsque les mots reçoivent une valeur dérivée nouvelle sans modifier leur forme, mais en changeant...

  • DISTRIBUTIONNALISME

    • Écrit par Catherine FUCHS
    • 964 mots
    ...segmentation repose sur la comparaison de morceaux d'énoncés grâce auxquels, de proche en proche, on identifie les unités minimales de signification, appelées morphèmes. La notion clé est ici celle de « distribution » des unités sur la chaîne parlée ou écrite : la distribution d'un élément se définit comme la...
  • Afficher les 9 références

Voir aussi