GREENBERG JOSEPH HAROLD (1915-2001)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Linguiste américain dont le nom est surtout attaché à deux directions de recherche : celle des universaux du langage et celle concernant la typologie, appliquée en particulier au problème des langues africaines.

Selon la théorie des universaux du langage, il y aurait des caractéristiques communes (et indispensables) à toutes les langues, que ce soit dans le domaine de la syntaxe, de la morphologie ou de la phonétique. Cette conception se trouve mise en œuvre dans le traitement statistique dont témoignent les propres articles de Greenberg et dans un ouvrage collectif dont il a assumé la direction et qui fit longtemps autorité en la matière (Universals of Language, 1963, que suivit Universals of Human Language, 1978).

Dans le domaine de la typologie, Greenberg, sur les traces d'Edward Sapir, s'est appliqué à se dégager d'une vieille tradition à tendance génétique pour tenter d'élaborer des critères objectifs de classement des langues. Il reprend d'abord la liste de critères proposée par Sapir et l'affine dans un article de 1957 (« Nature and Uses of Linguistic Typologies », in Int. Journ. amer. Ling., no 23, 1957), proposant dix indices de classement (par exemple, suffixation, dérivation, tendances synthétiques ou agglutinantes). Puis il s'achemine vers un traitement statistique du problème de la typologie, travaillant en particulier sur les systèmes phonologiques et sur le lexique. Concernant ce dernier point, et pour éviter d'être induit en erreur par des similitudes qui ne seraient dues qu'à des emprunts, il travaille sur les mots les plus courants et évalue le pourcentage de mots « semblables » ou « apparentés » dans les langues considérées. Il propose alors de considérer comme constituant une même « famille » les langues qui ont en commun un certain stock de vocabulaire, étant entendu que les précautions prises pour éliminer les emprunts renforcent la qualité de témoignage de ce stock commun : à partir d'un certain pourcentage, le hasard est éliminé.

Appliquant cette approche statistique au domaine des langues africaines, Greenberg a proposé d'y distinguer six groupes : le groupe Niger-Congo, le groupe afro-asiatique, le groupe khoisan, le groupe chari-Nil, le groupe nilo-saharien et le groupe Niger-kordofanien (on peut se reporter sur cette question à Languages of Africa, 1966).

Quant aux familles de langues en Amérique, il considère qu'il y en a trois : l'esquimau-aléoute, le na-déné et l'amérindien, selon la classification qu'il propose dans Language in the Americas (1987).

—  Louis-Jean CALVET

Écrit par :

Classification


Autres références

«  GREENBERG JOSEPH HAROLD (1915-2001)  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Langues

  • Écrit par 
  • Emilio BONVINI, 
  • Maurice HOUIS
  •  • 8 270 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Synthèses générales »  : […] Koelle y propose un classement géographique ; ce n'est que plus tard, avec Homburger, Delafosse, Westermann, et enfin Greenberg, qu'apparaîtront des classifications à prétentions génétiques. Malgré d'évidentes incompatibilités, il s'affirme une recherche qui, sans véritablement converger, laisse toutefois entrevoir une certaine complémentarité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-culture-et-societe-langues/#i_6508

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 139 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Complexité culturelle  »  : […] langues, pour lesquelles existent, sinon s'opposent, plusieurs typologies. Le linguiste Joseph Greenberg (1915-2001) a émis l'hypothèse d'une macrofamille eurasiatique – prolongeant la théorie du « nostratique » –, qui regroupe cinq familles de langues dont l'indo-européen, l'altaïque et une famille commune coréo-nippo-aïnoue. De ce grand ensemble […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asie-geographie-humaine-et-regionale-espaces-et-societes/#i_6508

DIACHRONIE ET SYNCHRONIE, linguistique

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 1 197 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le renouveau des études diachroniques »  : […] à des données sur la génétique des populations – la protohistoire des langues du monde. À partir des travaux de Joseph Greenberg, une douzaine de « macro-familles » linguistiques ont ainsi été reconstruites hypothétiquement par Merritt Ruhlen, parmi lesquelles la famille « eurasiatique » qui regrouperait les langues indo-européennes et une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diachronie-et-synchronie-linguistique/#i_6508

LANGUES TYPOLOGIE DES

  • Écrit par 
  • Loïc DEPECKER
  •  • 8 357 mots

Dans le chapitre « Universaux absolus et universaux relatifs »  : […] dans des types. Même si plusieurs voies avaient été précédemment ouvertes (cf. Hagège, 2002), c'est encore l'article de Greenberg paru en 1963 qui contribue à orienter la typologie dans la direction des universaux (angl. universals). Greenberg y énonce 45 universaux, en se fondant sur trois critères principaux : la présence de prépositions […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/typologie-des-langues/#i_6508

LANGUES ET LANGAGE ORIGINE DES

  • Écrit par 
  • Bernard VICTORRI
  •  • 6 746 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les macrofamilles »  : […] ainsi que la famille sémitique (arabe, hébreu, araméen, amharique, etc.). Parallèlement, Joseph Greenberg (Languages of Africas, 1966) proposait de regrouper les familles de langues africaines en quatre macrofamilles : khoïsan (Afrique australe : langues bochimanes, entre autres), nilo-saharien (Afrique subsaharienne : massaï, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/origine-des-langues-et-langage/#i_6508

LINGUISTIQUE - Théories

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 6 894 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le distributionnalisme »  : […] chaque langue imposerait à ses locuteurs une sorte de prisme culturel et social sur la réalité. À la suite de Sapir, Joseph Greenberg a travaillé à la typologie des langues, cherchant à dégager des critères objectifs de classement fondés en particulier sur la phonologie et le lexique ; il s'est également intéressé à la question des universaux du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-theories/#i_6508

LINGUISTIQUE - Domaines

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 5 096 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « À la recherche d'universaux du langage »  : […] dans la façon dont les langues relient les formes et les sens. Les travaux pionniers de Joseph Greenberg portant, dans les années 1960, sur l'ordre des mots, ont conduit à proposer des invariants implicationnels, c'est-à-dire des solidarités entre deux propriétés (« si une langue place le nom avant le démonstratif, alors elle place aussi le nom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-domaines/#i_6508

NILOTIQUES

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 3 637 mots

Dans le chapitre « Origines des Nilotiques »  : […] est très différente. Cet anthropologue part de la classification linguistique de Joseph Greenberg qui récuse celle de Huntingford. Pour Greenberg, les langues nilo-hamitiques de Huntingford ne sont pas apparentées à la grande famille hamito-sémitique mais sont, au contraire, si proches des langues nilotiques de Huntingford qu'elles doivent être […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nilotiques/#i_6508

SAPIR EDWARD (1884-1939)

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 770 mots

Né en Allemagne, Edward Sapir vient très jeune aux États-Unis où il fait d'abord des études d'allemand puis d'anthropologie et de linguistique (à New York puis à Columbia University). Sapir étudie alors les langues indiennes (le wishram, le takelma, le païute), travaille à l'université de Californie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-sapir/#i_6508

UNIVERSAUX, linguistique

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 4 975 mots

Dans le chapitre « La recherche des invariants »  : […] Joseph Greenberg (1915-2001) a joué ici un rôle de pionnier, en proposant, dès les années 1960, l'idée qu'il existerait, s'agissant de l'ordre des mots dans la phrase, des « invariants implicationnels » entre les langues, définis comme des solidarités entre deux propriétés. Illustratives de tels invariants seraient, par exemple, les deux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/universaux-linguistique/#i_6508

Pour citer l’article

Louis-Jean CALVET, « GREENBERG JOSEPH HAROLD - (1915-2001) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-harold-greenberg/