GREENBERG JOSEPH HAROLD (1915-2001)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Linguiste américain dont le nom est surtout attaché à deux directions de recherche : celle des universaux du langage et celle concernant la typologie, appliquée en particulier au problème des langues africaines.

Selon la théorie des universaux du langage, il y aurait des caractéristiques communes (et indispensables) à toutes les langues, que ce soit dans le domaine de la syntaxe, de la morphologie ou de la phonétique. Cette conception se trouve mise en œuvre dans le traitement statistique dont témoignent les propres articles de Greenberg et dans un ouvrage collectif dont il a assumé la direction et qui fit longtemps autorité en la matière (Universals of Language, 1963, que suivit Universals of Human Language, 1978).

Dans le domaine de la typologie, Greenberg, sur les traces d'Edward Sapir, s'est appliqué à se dégager d'une vieille tradition à tendance génétique pour tenter d'élaborer des critères objectifs de classement des langues. Il reprend d'abord la liste de critères proposée par Sapir et l'affine dans un article de 1957 (« Nature and Uses of Linguistic Typologies », in Int. Journ. amer. Ling., no 23, 1957), proposant dix indices de classement (par exemple, suffixation, dérivation, tendances synthétiques ou agglutinantes). Puis il s'achemine vers un traitement statistique du problème de la typologie, travaillant en particulier sur les systèmes phonologiques et sur le lexique. Concernant ce dernier point, et pour éviter d'être induit en erreur par des similitudes qui ne seraient dues qu'à des emprunts, il travaille sur les mots les plus courants et évalue le pourcentage de mots « semblables » ou « apparentés » dans les langues considérées. Il propose alors de considérer comme constituant une même « famille » les langues qui ont en commun un certain stock de vocabulaire, étant entendu que les précautions prises pour éliminer les emprunts renforcent la qualité de témoignage de ce stock commun : à partir d'un certain pourcentage, le hasard est éliminé.

Appliquant cette approche statistique au domaine des langues africaines, Greenberg a proposé d'y distinguer six groupes : le groupe Niger-Congo, le groupe afro-asiatique, le groupe khoisan, le groupe chari-Nil, le groupe nilo-saharien et le groupe Niger-kordofanien (on peut se reporter sur cette question à Languages of Africa, 1966).

Quant aux familles de langues en Amérique, il considère qu'il y en a trois : l'esquimau-aléoute, le na-déné et l'amérindien, selon la classification qu'il propose dans Language in the Americas (1987).

—  Louis-Jean CALVET

Écrit par :

Classification


Autres références

«  GREENBERG JOSEPH HAROLD (1915-2001)  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Langues

  • Écrit par 
  • Emilio BONVINI, 
  • Maurice HOUIS
  •  • 8 269 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Synthèses générales »  : […] Il reste, bien sûr, ces langues de l'Afrique occidentale, du Soudan et du Nil. Elles ont toujours plus ou moins déconcerté ceux qui voulaient les classer. On prend déjà conscience de leur extrême diversité à travers Polyglotta Africana , dont la date, rappelons-le, est 1854. Koelle y propose un classement géographique ; ce n'est que plus tard, avec Homburger, Delafosse, Weste […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-culture-et-societe-langues/#i_6508

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 138 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Complexité culturelle  »  : […] Plusieurs groupes ethniques eurasiatiques se rencontrent dans cette zone diagonale, et s'y déploient géohistoriquement. Les analyses traditionnelles en distinguent deux familles principales : les Indo-Européens vers l'ouest (dont les Persans et les Sémites) et le sud (Inde septentrionale), les Asiatiques vers l'est (dont les Chinois han, les Coréens, les Japonais, les Vietnamiens, les Malayo-Polyn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asie-geographie-humaine-et-regionale-espaces-et-societes/#i_6508

DIACHRONIE ET SYNCHRONIE, linguistique

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 1 197 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le renouveau des études diachroniques »  : […] Après les éclatants succès de la linguistique synchronique, les études diachroniques ont à leur tour connu un développement considérable, depuis le tournant des années 1960. Ce renouveau a été dû pour l'essentiel aux apports des recherches sur la typologie et les universaux des langues, ainsi qu'à l'émergence de la notion de « grammaticalisation » dans le cadre de la linguistique cognitive. Dans c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diachronie-et-synchronie-linguistique/#i_6508

LANGUES TYPOLOGIE DES

  • Écrit par 
  • Loïc DEPECKER
  •  • 8 357 mots

Dans le chapitre « Universaux absolus et universaux relatifs »  : […] Il y a, de fait, plus que des nuances entre décrire le fonctionnement général des langues ; décrire une langue particulière ; et décrire ce qui est suffisamment constant dans les langues pour permettre de les comparer et de les inscrire dans des types. Même si plusieurs voies avaient été précédemment ouvertes (cf. Hagège, 2002), c'est encore l'article de Greenberg paru en 1963 qui contribue à ori […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/typologie-des-langues/#i_6508

LANGUES ET LANGAGE ORIGINE DES

  • Écrit par 
  • Bernard VICTORRI
  •  • 6 746 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les macrofamilles »  : […] Certains linguistes ont cherché à remonter plus avant dans le temps : ils ont tenté de regrouper des familles entre elles, créant ainsi des macrofamilles, en comparant les protolangues de ces familles, ou à défaut, en utilisant des caractères très répandus dans une famille quand la protolangue correspondante n'a pas été reconstruite. Les données sont beaucoup plus ténues, et l'argumentation moins […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/origine-des-langues-et-langage/#i_6508

LINGUISTIQUE - Théories

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 6 894 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le distributionnalisme »  : […] À l'inverse du structuralisme européen, le structuralisme américain s'est développé sans référence à Saussure. Il a d'abord pris appui sur les travaux de linguistique descriptive et comparative des grands pionniers que furent Edward Sapir et Benjamin Lee Whorf. Ethnolinguistes spécialistes des langues amérindiennes, ces deux auteurs sont connus pour l'hypothèse qui porte leur nom, selon laquelle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-theories/#i_6508

LINGUISTIQUE - Domaines

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 5 095 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « À la recherche d'universaux du langage »  : […] La notion d'universaux du langage, objet de controverses au sein de la linguistique, est abordée par les typologues dans une perspective autre que celle de la grammaire universelle de Chomsky. Loin de postuler des principes grammaticaux universels qui n'autoriseraient de différences que dans le simple réglage de la valeur de quelques paramètres, les typologues se montrent extrêmement prudents dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-domaines/#i_6508

NILOTIQUES

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 3 637 mots

Dans le chapitre « Origines des Nilotiques »  : […] Ces sociétés, voisines parfois ou dispersées parmi d'autres, porteuses d'une communauté de langue et de culture ont vraisemblablement une origine commune. Linguistes et historiens, anthropologues et sociologues se sont efforcés de découvrir le foyer originel des Nilotiques et leurs itinéraires de dispersion, mais les différentes hypothèses ne s'accordent pas. G. W. B. Huntingford distingue deux fa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nilotiques/#i_6508

SAPIR EDWARD (1884-1939)

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 770 mots

Né en Allemagne, Edward Sapir vient très jeune aux États-Unis où il fait d'abord des études d'allemand puis d'anthropologie et de linguistique (à New York puis à Columbia University). Sapir étudie alors les langues indiennes (le wishram, le takelma, le païute), travaille à l'université de Californie puis à celle de Pennsylvanie, enseigne à Ottawa (ce qui lui permet d'étudier d'autres langues : le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-sapir/#i_6508

UNIVERSAUX, linguistique

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 4 975 mots

Dans le chapitre « La recherche des invariants »  : […] Ce sont en effet les travaux des typologues qui ont conduit le plus loin la recherche d'universaux inscrits dans le fonctionnement même des langues, sans pour autant réduire la part de l'irréductible diversité des systèmes. Contrairement à la grammaire générative chomskienne, qui entend construire de façon déductive un modèle explicatif d'universaux grammaticaux, l'approche des typologues cherche […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/universaux-linguistique/#i_6508

Pour citer l’article

Louis-Jean CALVET, « GREENBERG JOSEPH HAROLD - (1915-2001) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-harold-greenberg/