PHONOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La linguistique a vécu, dans les années 1960, des heures de gloire qu'elle n'avait jamais connues auparavant. Considérée comme science pilote, elle était susceptible d'offrir, à l'ensemble des sciences humaines, des concepts généraux et des modèles d'analyses. Des chercheurs comme Claude Lévi-Strauss, Roland Barthes ou Tzvetan Todorov illustrent les emprunts faits à la linguistique dans des domaines aussi différents que l'ethnologie, la sémiologie des comportements humains, la littérature.

Ce succès, la linguistique le doit principalement à sa méthode structurale, énoncée par Saussure dans son Cours de linguistique générale publié en 1916, et mise en application par les développements de la phonologie au seuil des années 1930. La phonologie représente, encore, l'exemple le plus achevé de l'analyse structurale, analyse qui est à l'origine du structuralisme dans les sciences de l'homme.

En tant que discipline traitant de l'aspect phonique des langues naturelles, la phonologie s'est, dès le départ, opposée à la phonétique, discipline qui durant de longues périodes avait symbolisé l'attitude objective et scientifique au sein de la linguistique. En tant qu'inspiratrice de modèles, la phonologie est également à l'origine de nouvelles problématiques au sein des autres branches de la linguistique comme la morphologie, la lexicologie, la syntaxe ou la sémantique. L'extension, plus ou moins abrupte, de concepts et méthodes phonologiques à ces domaines s'est heurtée aussi bien à l'existence d'approches plus traditionnelles qu'à celle de nouveaux points de vue moins directement liés à l'essor phonologique.

S'il était possible d'établir des convergences entre les diverses écoles structurales (école bloomfieldienne aux États-Unis, école pragoise en Europe avec ces prolongements divergents que sont les écoles fonctionnalistes ou jakobsonienne), il a paru un temps moins simple de les comparer à la phonologie générative issue, dans les années 1960, de la grammaire générative de Chomsky.

À peu près à la même époque, la sociolinguistique s'est attachée à mettre en question la conception relativement homogène et quelque peu mythique de la langue, que laissaient supposer, chez certains auteurs, des descriptions phonologiques ne faisant aucune part aux variations régionales ou sociales chez les usagers, le système idéal prenant le pas sur la combinatoire réelle de systèmes en concurrence ou s'interpénétrant.

En 1978, L. Bradley et P. E. Bryant démontrent l'importance de la phonologie dans la compréhension d'une pathologie liée à l'apprentissage de l'écrit : la dyslexie. Il s'agit de l'évolution de la capacité à dénommer les unités phonologiques dans une séquence lexicale. Les auteurs travaillant dans ce domaine parlent de « conscience phonologique » et admettent une relation causale entre l'acquisition de la lecture et les capacités en conscience phonologique. Ce concept de « conscience phonologique » a donné une méthodologie clinique pour appréhender des dysfonctionnements langagiers.

À partir des années 1980, la phonologie a connu de nouveaux développements, dont certains résultent d'une réflexion et d'un tri opérés sur les propositions des générativistes et la revendication des sociolinguistes, tandis que d'autres relèvent plus d'approfondissements théoriques exigés tant par les études diachroniques que par une considération attentive de faits phoniques attestés dans des langues non européennes.

Origines et problématiques de la phonologie

La phonologie est née presque simultanément en 1925, aux États-Unis, avec les travaux de Sapir puis ceux de Bloomfield et, en 1928, en Europe, avec les travaux du Cercle linguistique de Prague, dont Troubetzkoy et Jakobson furent les principaux animateurs.

Mais, avant ces débuts officiels, la phonologie avait été largement pressentie, soit par des précurseurs, comme Saussure ou Baudouin de Courtenay, soit par des phonéticiens comme Sweet ou Passy, soit, plus loin de nous, par les « inventeurs » d'écritures alphabétiques et par ceux qui, de tout temps, ont voulu décrire les sons d'une langue.

D'une manière générale, l'intuition des unités linguistiques minimales liée à de bonnes connaissances phonétiques a souvent conduit à présenter des systèmes phoniques proches de ceux que permet de dégager l'analyse phonologique.

L'une des origines de la phonologie réside donc dans sa relation à la phonétique. Avec le développement de la phonétique expérimentale et l'affinement des observations portant sur les caractéristiques physiques des sons apparaît un besoin de hiérarchisation. Ne pas se perdre dans les détails d'une analyse physique, qui voit ses limites constamment élargies par l'apparition de nouvelles techniques, est l'une des préoccupations majeures de phonéticiens comme Sweet ou Passy.

Mais c'est principalement par le concept de phonème et donc par la distinction phonème/son que la phonologie va organiser son point de vue et différencier ainsi analyse linguistique et analyse physique. Cette distinction phonème/son a d'abord été exprimée à travers l'opposition réalité psychique/réalité physique. Qu'il s'agisse de Saussure ou de Sapir, le phonème a donc été appréhendé, au départ, comme l'équivalent psychique du son, reprenant ainsi la problématique de Baudouin de Courtenay qui opposait la psychophonétique (la phonologie) à la physiophonétique (la phonétique). Ceux qui, au départ, ont pensé la phonologie plus en rupture qu'en continuité par rapport à la phonétique ont donc été tentés par une définition psychique du phonème. Ceux qui, au contraire, ont vu en la phonologie plus de continuité que de rupture ont été tentés par une définition matérielle du phonème.

Pour ces derniers, le phonème est alors une classe de sons présentant certaines propriétés physiques (D. Jones) et distributionnelles (écoles postbloomfieldiennes).

Seuls les linguistes de l'école de Prague ont tenté d'échapper à cette dichotomie. Pour rompre avec l'identification du phonème à sa matérialité, Troubetzkoy utilise dans un premier temps la distinction saussurienne entre langue et parole. La phonologie est ainsi une science des sons de la langue (les phonèmes) alors que la phonétique est la science des sons de la parole. Toutefois, il se différencie de Saussure dans la mesure où il refuse d'identifier les unités de la langue en termes de psychisme ou de conscience. Chez Troubetzkoy, le phonème n'est ni psychique ni physique. C'est l'une des valeurs d'un système linguistique, le système phonologique ; quant à la matérialité de ses réalisations phoniques et aux traces qu'il laisse dans la conscience individuelle et collective d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Écrit par :

  • : professeur de sciences du langage à l'université de Provence, Aix-Marseille-I
  • : linguiste, maître de conférences en sciences du langage, directeur du département des sciences du langage, Aix-en-Provence, université de Provence-Aix-Marseille-I
  • : docteur d'État, professeur de linguistique générale à l'université de Provence-Aix-Marseille-I

Classification

Autres références

«  PHONOLOGIE  » est également traité dans :

PHONOLOGIE ARTICULATOIRE

  • Écrit par 
  • Ioana CHITORAN, 
  • Pierre HALLÉ
  •  • 1 040 mots
  •  • 2 médias

La phonologie articulatoire est une théorie phonologique, proposée dans les années 1980 par Cathy Browman et Louis Goldstein, qui s’appuie sur des observations empiriques. Elle a été influencée par les idées de Sven Öhman et de Carol Fowler sur la coproduction (production simultanée) des consonnes et des voyelles. La phonologie articulatoire propose une d […] Lire la suite

ANALYSE & SÉMIOLOGIE MUSICALES

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques NATTIEZ
  •  • 5 121 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les modèles linguistiques dans l'analyse musicale »  : […] À l'époque du structuralisme triomphant, la sémiologie musicale rencontre les modèles d'analyse linguistique pour des raisons à la fois épistémologiques et esthétiques. Le structuralisme conçoit le signe moins comme l'union d'un signifiant et d'un signifié que comme un élément intégré à un système, entretenant avec ses voisins des rapports « oppositifs et négatifs ». Paul Ricœur l'énonce très cla […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Langue

  • Écrit par 
  • Guy Jean FORGUE, 
  • Hans KURATH
  •  • 6 441 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les consonnes »  : […] L'anglais possède des consonnes occlusives (ou momentanées) et fricatives (ou continues), sourdes (comme p ou f ) ou sonores (comme b ou v ), et des consonnes résonnantes sonores (nasales, latérales et semi-voyelles). Toutes ces consonnes se trouvent en position d'initiales de mots, à l'exception de la fricative sonore ž dans measure , de la nasale vélaire ŋ dans sing , et de la semi-voyelle ə […] Lire la suite

APPRENTISSAGE DE LA LECTURE

  • Écrit par 
  • Jonathan GRAINGER, 
  • Johannes ZIEGLER
  •  • 1 842 mots

Dans le chapitre « Les mécanismes de l’apprentissage de la lecture »  : […] Pour apprendre à lire, l’enfant dispose de deux mécanismes. Le premier c’est l’apprentissage « par cœur » de la forme visuelle des mots. Ce mécanisme est limité car, dans la majorité des systèmes d’écriture, les mots sont composés d’un petit nombre d’éléments – les lettres dans les systèmes alphabétiques – ce qui rend les mots visuellement peu distincts. Apprendre par cœur nécessiterait la mémoris […] Lire la suite

APPRENTISSAGE DES LANGUES ÉTRANGÈRES

  • Écrit par 
  • Daniel GAONAC'H
  •  • 1 239 mots

Les recherches sur l’apprentissage des langues étrangères ont d’abord été liées au domaine de la psycholinguistique, puis à celui du bilinguisme. Elles prennent actuellement davantage en compte les concepts de la psychologie cognitive : modalités d’apprentissage, automatisation, coût cognitif. En lien avec la psycholinguistique, on a montré que la structuration progressive du système de la langue […] Lire la suite

AVESTA

  • Écrit par 
  • Jean de MENASCE, 
  • Georges PINAULT
  •  • 1 929 mots

Dans le chapitre « L'avestique »  : […] L'avestique, dialecte oriental de l'iranien ancien, fournit un matériel linguistique important pour l'histoire de l'indo-iranien et de l'indo-européen. Au stade de l'iranien ancien, deux dialectes seulement ont donné des textes : l'avestique et le vieux-perse. Des autres dialectes, comme le mède, le scythe et les ancêtres du parthe, du sogdien, du saka, de l'ossète et du paštō, les vestiges, quan […] Lire la suite

BAUDOUIN DE COURTENAY JAN (1845-1929)

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 770 mots

Après des études à Prague, Berlin, et Iéna, le linguiste polonais Jan Baudouin de Courtenay enseigna à Kazan, Cracovie et Saint-Pétersbourg ; son influence sur la linguistique russe fut considérable ; il est considéré comme le précurseur de la phonologie. Le centre de ses réflexions et de son enseignement était l'hiatus entre les progrès, évidents à l'époque, de la phonétique expérimentale et l'in […] Lire la suite

BULGARIE

  • Écrit par 
  • Roger BERNARD, 
  • André BLANC, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Nadia CHRISTOPHOROV, 
  • Jack FEUILLET, 
  • Vladimir KOSTOV, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Robert PHILIPPOT
  •  • 26 979 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Phonologie »  : […] Le bulgare littéraire possède six phonèmes vocaliques en syllabe accentuée : deux palatales i et e [ɛ], deux vélaires u et o [ɔ], et deux centrales a et ǎ , cette dernière étant proche de [ə]. En dehors de l'accent, les voyelles les plus ouvertes a , e , o ont tendance à se rapprocher respectivement de ǎ , i , u , voire à se confondre comme pour le a . Ce phénomène de réduction vocalique se re […] Lire la suite

CERVEAU ET LANGAGE ORAL

  • Écrit par 
  • Jean-François DÉMONET
  •  • 2 865 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Bases cérébrales du développement du langage oral »  : […] L’étude des bases fonctionnelles et cérébrales de l’ontogénie du langage s’est effectuée à l’aide de paradigmes issus de la psychologie expérimentale adaptés au comportement du tout jeune enfant, de méthodes de neurophysiologie (potentiels évoqués, imagerie optique) et d’imagerie cérébrale (imagerie par résonance magnétique fonctionnelle, IRMf). Ces travaux ont permis de montrer, à des âges de pl […] Lire la suite

CHUINTANTE CONSONNE

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 110 mots

On appelle consonnes chuintantes des fricatives dont le point d'articulation est compris entre les alvéoles et le début du palais (de postalvéolaire à prépalatal) : la sourde, [∫], apparaît en français à l'initiale de chat , et la sonore, [ž], à l'initiale de jeu . Phonologiquement, en allemand, dans la paire minimale bresche-breche , il y a opposition chuintante/palatale, et, en français, dans la […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean Léonce DONEUX, Véronique REY, Robert VION, « PHONOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/phonologie/