PHONOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La linguistique a vécu, dans les années 1960, des heures de gloire qu'elle n'avait jamais connues auparavant. Considérée comme science pilote, elle était susceptible d'offrir, à l'ensemble des sciences humaines, des concepts généraux et des modèles d'analyses. Des chercheurs comme Claude Lévi-Strauss, Roland Barthes ou Tzvetan Todorov illustrent les emprunts faits à la linguistique dans des domaines aussi différents que l'ethnologie, la sémiologie des comportements humains, la littérature.

Ce succès, la linguistique le doit principalement à sa méthode structurale, énoncée par Saussure dans son Cours de linguistique générale publié en 1916, et mise en application par les développements de la phonologie au seuil des années 1930. La phonologie représente, encore, l'exemple le plus achevé de l'analyse structurale, analyse qui est à l'origine du structuralisme dans les sciences de l'homme.

En tant que discipline traitant de l'aspect phonique des langues naturelles, la phonologie s'est, dès le départ, opposée à la phonétique, discipline qui durant de longues périodes avait symbolisé l'attitude objective et scientifique au sein de la linguistique. En tant qu'inspiratrice de modèles, la phonologie est également à l'origine de nouvelles problématiques au sein des autres branches de la linguistique comme la morphologie, la lexicologie, la syntaxe ou la sémantique. L'extension, plus ou moins abrupte, de concepts et méthodes phonologiques à ces domaines s'est heurtée aussi bien à l'existence d'approches plus traditionnelles qu'à celle de nouveaux points de vue moins directement liés à l'essor phonologique.

S'il était possible d'établir des convergences entre les diverses écoles structurales (école bloomfieldienne aux États-Unis, école pragoise en Europe avec ces prolongements divergents que sont les écoles fonctionnalistes [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages




Écrit par :

  • : professeur de sciences du langage à l'université de Provence, Aix-Marseille-I
  • : docteur d'État, professeur de linguistique générale à l'université de Provence-Aix-Marseille-I
  • : linguiste, maître de conférences en sciences du langage, directeur du département des sciences du langage, Aix-en-Provence, université de Provence-Aix-Marseille-I

Classification


Autres références

«  PHONOLOGIE  » est également traité dans :

PHONOLOGIE ARTICULATOIRE

  • Écrit par 
  • Ioana CHITORAN, 
  • Pierre HALLÉ
  •  • 1 039 mots
  •  • 2 médias

La phonologie articulatoire est une théorie phonologique, proposée dans les années 1980 par Cathy Browman et Louis Goldstein, qui s’appuie sur des observations empiriques. Elle a été influencée par les idées de Sven Öhman et de Carol Fowler sur la coproduction (production simultanée) des consonnes et des voyelles. La phonologie articulatoire propose une d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phonologie-articulatoire/#i_9029

ANALYSE & SÉMIOLOGIE MUSICALES

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques NATTIEZ
  •  • 5 121 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les modèles linguistiques dans l'analyse musicale »  : […] À l'époque du structuralisme triomphant, la sémiologie musicale rencontre les modèles d'analyse linguistique pour des raisons à la fois épistémologiques et esthétiques. Le structuralisme conçoit le signe moins comme l'union d'un signifiant et d'un signifié que comme un élément intégré à un système, entretenant avec ses voisins des rapports « oppositifs et négatifs ». Paul Ricœur l'énonce très cla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/analyse-et-semiologie-musicales/#i_9029

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Langue

  • Écrit par 
  • Guy Jean FORGUE, 
  • Hans KURATH
  •  • 6 440 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les consonnes »  : […] L'anglais possède des consonnes occlusives (ou momentanées) et fricatives (ou continues), sourdes (comme p ou f ) ou sonores (comme b ou v ), et des consonnes résonnantes sonores (nasales, latérales et semi-voyelles). Toutes ces consonnes se trouvent en position d'initiales de mots, à l'exception de la fricativ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-langue/#i_9029

APPRENTISSAGE DE LA LECTURE

  • Écrit par 
  • Jonathan GRAINGER, 
  • Johannes ZIEGLER
  •  • 1 842 mots

Dans le chapitre « Les mécanismes de l’apprentissage de la lecture »  : […] Pour apprendre à lire, l’enfant dispose de deux mécanismes. Le premier c’est l’apprentissage « par cœur » de la forme visuelle des mots. Ce mécanisme est limité car, dans la majorité des systèmes d’écriture, les mots sont composés d’un petit nombre d’éléments – les lettres dans les systèmes alphabétiques – ce qui rend les mots visuellement peu distincts. Apprendre par cœur nécessiterait la mémoris […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apprentissage-de-la-lecture/#i_9029

APPRENTISSAGE DES LANGUES ÉTRANGÈRES

  • Écrit par 
  • Daniel GAONAC'H
  •  • 1 239 mots

Les recherches sur l’apprentissage des langues étrangères ont d’abord été liées au domaine de la psycholinguistique, puis à celui du bilinguisme. Elles prennent actuellement davantage en compte les concepts de la psychologie cognitive : modalités d’apprentissage, automatisation, coût cognitif. En lien avec la psycholinguistique, on a montré que la structuration progressive du système de la langue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apprentissage-des-langues-etrangeres/#i_9029

AVESTA

  • Écrit par 
  • Jean de MENASCE, 
  • Georges PINAULT
  •  • 1 929 mots

Dans le chapitre « L'avestique »  : […] L'avestique, dialecte oriental de l'iranien ancien, fournit un matériel linguistique important pour l'histoire de l'indo-iranien et de l'indo-européen. Au stade de l'iranien ancien, deux dialectes seulement ont donné des textes : l'avestique et le vieux-perse. Des autres dialectes, comme le mède, le scythe et les ancêtres du parthe, du sogdien, du saka, de l'ossète et du paštō, les vestiges, quan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/avesta/#i_9029

BAUDOUIN DE COURTENAY JAN (1845-1929)

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 770 mots

Après des études à Prague, Berlin, et Iéna, le linguiste polonais Jan Baudouin de Courtenay enseigna à Kazan, Cracovie et Saint-Pétersbourg ; son influence sur la linguistique russe fut considérable ; il est considéré comme le précurseur de la phonologie. Le centre de ses réflexions et de son enseignement était l'hiatus entre les progrès, évidents à l'époque, de la phonétique expérimentale et l'in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jan-baudouin-de-courtenay/#i_9029

BULGARIE

  • Écrit par 
  • Roger BERNARD, 
  • André BLANC, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Nadia CHRISTOPHOROV, 
  • Jack FEUILLET, 
  • Vladimir KOSTOV, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Robert PHILIPPOT
  •  • 26 974 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Phonologie »  : […] Le bulgare littéraire possède six phonèmes vocaliques en syllabe accentuée : deux palatales i et e [ɛ], deux vélaires u et o [ɔ], et deux centrales a et ǎ , cette dernière étant proche de [ə]. En dehors de l'accent, les voyelles les plus ouvertes a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bulgarie/#i_9029

CERVEAU ET LANGAGE ORAL

  • Écrit par 
  • Jean-François DÉMONET
  •  • 2 863 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Bases cérébrales du développement du langage oral »  : […] L’étude des bases fonctionnelles et cérébrales de l’ontogénie du langage s’est effectuée à l’aide de paradigmes issus de la psychologie expérimentale adaptés au comportement du tout jeune enfant, de méthodes de neurophysiologie (potentiels évoqués, imagerie optique) et d’imagerie cérébrale (imagerie par résonance magnétique fonctionnelle, IRMf). Ces travaux ont permis de montrer, à des âges de pl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cerveau-et-langage-oral/#i_9029

CHUINTANTE CONSONNE

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 110 mots

On appelle consonnes chuintantes des fricatives dont le point d'articulation est compris entre les alvéoles et le début du palais (de postalvéolaire à prépalatal) : la sourde, [∫], apparaît en français à l'initiale de chat , et la sonore, [ž], à l'initiale de jeu . Phonologiquement, en allemand, dans la paire minimale bresche-breche […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/consonne-chuintante/#i_9029

COMBINATOIRES VARIANTES

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 260 mots

On appelle « variantes combinatoires » les formes différentes que peut prendre une même unité, et qui dépendent nécessairement du contexte où se rencontre l'élément considéré. Les formes ainsi identifiées s'excluent mutuellement dans un environnement donné. Ainsi, en morphologie, on dira que les formes françaises /al/, /i/ et /v/ dans /võ/, /irõ/ et /alõ/ (c'est-à-dire : vont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/variantes-combinatoires/#i_9029

DIACHRONIE ET SYNCHRONIE, linguistique

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 1 197 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Deux approches de l'étude de la langue  »  : […] Avant Saussure , les deux points de vue étaient assez largement confondus : ainsi les tenants de la linguistique historique du xix e  siècle (comparatistes et néo-grammairiens) tendaient-ils à tout expliquer – y compris les faits synchroniques – en termes diachroniques. C'est à Saussure qu'il revient d'avoir exposé la nécessité méthodologique et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diachronie-et-synchronie-linguistique/#i_9029

DISTRIBUTION COMPLÉMENTAIRE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul MOURLON
  •  • 255 mots

En phonologie, situation dans laquelle deux sons du langage appartenant au même phonème n'apparaissent jamais dans le même contexte. C'est ainsi qu'en français les deux [l] de « lit » et de « balle » sont tout à fait différents ; le [l] sonore de « lit » ne se rencontre qu'avant les voyelles et le [y], alors que le [l] sourd de « balle » n'apparaît que devant toutes les autres consonnes et à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/distribution-complementaire/#i_9029

DOUBLE ARTICULATION

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 303 mots

Dans le cadre de la linguistique fonctionnelle d'André Martinet, la double articulation désigne la propriété de tout énoncé linguistique d'être segmenté à deux niveaux : à un premier niveau (la première articulation), en unités ayant à la fois une face formelle ( signifiant , dans la terminologie saussurienne) et une face significative ( signifié , dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/double-articulation/#i_9029

DYSLEXIES DÉVELOPPEMENTALES : LES DIMENSIONS VISUELLES ET ATTENTIONNELLES

  • Écrit par 
  • Sylviane VALDOIS
  •  • 1 073 mots

Des traitements cognitifs visuels et visuo-attentionnels sophistiqués sont nécessairement impliqués dans le traitement des séquences de lettres qui composent les mots écrits. Lors de l’ apprentissage de la lecture, ces traitements font l’objet d’un apprentissage perceptif pour s’adapter aux contraintes du système orthographique. Il est donc naturel qu’un dysfonctionnement de la sphère visuelle pu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dyslexies-developpementales-les-dimensions-visuelles-et-attentionnelles/#i_9029

ESSAIS DE LINGUISTIQUE GÉNÉRALE, Roman Jakobson - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Gabriel BERGOUNIOUX
  •  • 898 mots

Roman Jakobson (1896-1982) a contribué aux recherches en grammaire historique du russe et en linguistique structurale, en poétique et en pathologie du langage, en anthropologie et en théorie de la communication, en histoire de la linguistique et en philosophie. Plusieurs de ces disciplines sont abordées dans les Essais de linguistique générale . Néanmoins, il demeure avant t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/essais-de-linguistique-generale/#i_9029

FONCTIONNALISME, linguistique

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 1 545 mots

On regroupe sous le terme « fonctionnalisme » un ensemble de courants qui, insistant sur le rôle essentiel de la langue comme instrument de communication, se donnent pour objectif de caractériser dans cette perspective les diverses fonctions des éléments linguistiques. La question fondamentale pour un fonctionnaliste est donc la suivante : à quoi tel élément de la langue sert-il – en d'autres ter […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fonctionnalisme-linguistique/#i_9029

GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - La tradition arabe

  • Écrit par 
  • Georgine AYOUB, 
  • Georges BOHAS, 
  • Jean-Patrick GUILLAUME, 
  • Djamal Eddine KOULOUGHLI
  •  • 3 470 mots

Dans le chapitre « Phonologie »  : […] Chaque forme phonétique ayant été rattachée à l'une des formes (de base ou dérivée) répertoriées en morphologie, il reste à expliquer pourquoi certaines formes prononcées ne sont pas identiques à ces dernières. Soit la forme phonétique qāla (dire, verbe, passé). La procédure de reconnaissance permet de l'assigner à la binya 'aṣliyya FA‘ALA et de recons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grammaires-histoire-des-la-tradition-arabe/#i_9029

GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Du Moyen Âge à la période contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean-Claude CHEVALIER, 
  • Jean STÉFANINI
  • , Universalis
  •  • 4 816 mots

Dans le chapitre « La phonologie »  : […] Depuis The Sound Pattern de Noam Chomsky et Morris Halle, ensemble de règles de réécriture, plusieurs théories se sont dégagées (comme on le voit avec Pierre Encrevé et, plus récemment, Gabriel Bergounioux), d'une technologie extrêmement complexe. L'interprétation multilinéaire insistant sur l'indépendance des tons et des syllabes selon des règles de bonne formation (J. Gol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grammaires-histoire-des-du-moyen-age-a-la-periode-contemporaine/#i_9029

HARRIS ZELLIG SABBETAI (1909-1992)

  • Écrit par 
  • Morris SALKOFF
  •  • 1 063 mots

La recherche de Zellig Sabbetai Harris est intimement liée aux travaux de l'école américaine d'analyse distributionnelle qui a élaboré son programme pour la linguistique dans les années 1930 et 1940, sous l'impulsion de E. Sapir et L. Bloomfield. Ce dernier avait proposé d'abstraire de la phrase des unités définies formellement et qui serviraient à décrire les rapports observés entre les diverses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zellig-sabbetai-harris/#i_9029

INDO-EUROPÉEN

  • Écrit par 
  • Guy JUCQUOIS
  •  • 7 980 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Nouveaux procédés d'analyse et de comparaison »  : […] Durant les dernières décennies se sont créées et développées de nouvelles méthodes en linguistique comparative pour la reconstruction des protolangues. Certaines de ces recherches ont vu le jour en linguistique générale, et plus spécialement dans la synchronie. Leur application à la diachronie a été riche de conséquences. Parmi ces méthodes, il faut faire mention de la théorie de l'information et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/indo-europeen/#i_9029

JAKOBSON ROMAN (1896-1982)

  • Écrit par 
  • Nicolas RUWET
  •  • 2 295 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le cercle linguistique de Prague : la phonologie »  : […] En 1920, Jakobson s'établit en Tchécoslovaquie, où il vivra jusqu'en 1939 ; malgré certaines oppositions officielles, il y enseignera, à l'université Mazaryk de Brno. Pendant cette période, son génie scientifique s'épanouit pleinement. Son activité est intimement liée à celle du cercle linguistique de Prague. Il participe à sa fondation, en 1926, en est nommé vice-président, et s'en montre un des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-jakobson/#i_9029

JAPON (Arts et culture) - La langue

  • Écrit par 
  • Bunkichi FUJIMORI
  •  • 2 784 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Système phonologique »  : […] Les voyelles sont au nombre de cinq. Le schéma du système vocalique (représenté ci-contre, à l'envers du sens habituel) est caractérisé par sa forme non triangulaire, /U/ étant une voyelle neutre fermée, réalisée avec les lèvres non arrondies. Les deux voyelles fermées, /U/ et /I/, passent en sourdes quand elles se trouvent entre deux consonnes sourdes ou en position finale non accentuée. Les semi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-la-langue/#i_9029

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 532 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les écoles de Prague et de Copenhague »  : […] Le Cercle linguistique de Prague, fondé en 1926 sur l'initiative de V. Mathesius, avec la participation de trois linguistes russes, S. Karcevskij, R. Jakobson et N. S. Troubetzkoy, présenta ses thèses au I er  Congrès international de linguistique de La Haye en 1928. De la publication des actes de ce congrès date le début de la carrière internationale de la linguistique s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-du-langage/#i_9029

DÉBUTS DE L'ACQUISITION DU LANGAGE

  • Écrit par 
  • Anne CHRISTOPHE, 
  • Isabelle DAUTRICHE
  •  • 1 520 mots

Dans le chapitre « Les sons de sa langue »  : […] Dès la naissance, les bébés sont capables de reconnaître leur langue maternelle. Ainsi, si on place une tétine reliée à un capteur de pression dans la bouche d’un bébé francophone, il tétera davantage pour entendre du français que du russe. Pour faire cette distinction, les bébés exploitent le rythme et l’intonation de la parole – sa prosodie – qu’ils pouvaient déjà entendre in utero. Quelques moi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/debuts-de-l-acquisition-du-langage/#i_9029

ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LES MALENTENDANTS

  • Écrit par 
  • Jacqueline LEYBAERT
  •  • 2 560 mots

Dans le chapitre « La langue des signes, structure, et acquisition »  : […] Un pas important dans la reconnaissance de la LS comme un vrai langage a été franchi grâce à l’analyse linguistique de l’American Sign Language (ASL) faite par William Stokoe : la LS possède les équivalents d’une phonologie, d’une morphologie, et d’une syntaxe. La phonologie décrit le niveau d’analyse auquel des unités distinctives du langage (éléments sans signification) se combinent pour former […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acquisition-du-langage-chez-les-malentendants/#i_9029

LANGUES ET LANGAGE ORIGINE DES

  • Écrit par 
  • Bernard VICTORRI
  •  • 6 746 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La langue originelle »  : […] Peut-on espérer aller encore plus loin, et démontrer que ces macrofamilles sont elles-mêmes issues d'une seule langue mère ? C'est cette dernière étape que n'a pas hésité à franchir Ruhlen, en collaboration avec John Bengtson ( The Origin of Language. Tracing the Evolution of the Mother Tongue , 1994). Tous deux ont cherché des ressemblances entre les macrofamilles, en se cen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/origine-des-langues-et-langage/#i_9029

LINGUISTIQUE - Théories

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 6 894 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La grammaire chomskienne »  : […] Le terme « grammaire » désigne une théorie des structures linguistiques dont la pièce maîtresse est la syntaxe, distincte d'une part de la morphologie et de la phonologie, et d'autre part de la sémantique. Le but de la grammaire est de rendre compte de toutes les phrases grammaticales (c'est-à-dire syntaxiquement bien formées) et d'elles seules. Pour ce faire, la grammaire a la forme d'un mécanis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-theories/#i_9029

LINGUISTIQUE - Domaines

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 5 093 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Phonétique et phonologie »  : […] La distinction entre phonétique et phonologie, développée par Roman Jakobson et Nikolaï Troubetzkoy, constitue l'un des apports décisifs du cercle linguistique de Prague. La phonétique a pour objet les sons dans leur réalisation concrète indépendamment de leur fonction linguistique, tandis que la phonologie a pour objet les phonèmes. Le phonème est la plus petite unité phonique distinctive (ainsi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-domaines/#i_9029

MARTINET ANDRÉ (1908-1999)

  • Écrit par 
  • Claude HAGÈGE
  •  • 1 094 mots

Par l'importance de son œuvre comme par le rôle historique qu'il a joué dans l'avènement de la linguistique structurale, par le rayonnement de son enseignement comme par la solide unité d'une conception de la langue qu'il n'a jamais cessé de défendre sans rien en modifier, André Martinet est certainement un des plus grands linguistes du xx e  siè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-martinet/#i_9029

MÉMOIRE DE TRAVAIL

  • Écrit par 
  • Pierre BARROUILLET, 
  • Valérie CAMOS
  •  • 2 024 mots

Dans le chapitre « Le modèle à composants multiples de Baddeley et Hitch »  : […] S’étant rendu compte qu’il était possible de continuer à conduire des raisonnements verbaux sans erreur, alors que la mémoire à court terme était saturée par le maintien concurrent de huit chiffres, Baddeley et Hitch conclurent que la mémoire de travail différait de la mémoire à court terme et que les fonctions de stockage et de traitement de l’information qui la caractérisent devaient être assur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/memoire-de-travail/#i_9029

MÉTRIQUE

  • Écrit par 
  • Benoît de CORNULIER
  •  • 6 941 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Métrique quantitative, accentuelle ou de ton »  : […] La métrique syllabique simple à l'état pur, illustrée notamment par la poésie littéraire française et japonaise, ou par la poésie populaire hongroise, est d'un type minoritaire. Dans les langues où existe une opposition tranchée, et phonologiquement déterminée, entre plusieurs catégories de syllabes, par exemple longues et brèves, ou accentuées et inaccentuées, l'équivalence entre les vers repose […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metrique/#i_9029

MODÈLE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Hubert DAMISCH, 
  • Jean GOGUEL, 
  • Sylvanie GUINAND, 
  • Bernard JAULIN, 
  • Noël MOULOUD, 
  • Jean-François RICHARD, 
  • Bernard VICTORRI
  •  • 24 440 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les modèles internes »  : […] Les modèles de ce type cherchent donc à rendre compte d'observations sur les productions langagières en tant que telles, sans se donner l'objectif de définir ni d'expliquer les conditions (matérielles, biologiques, sociales, etc.) de leur apparition. Il ne s'agit pas d'étudier comment et pourquoi tel ou tel énoncé peut être produit, mais d'expliquer en quoi et pourquoi il constitue bien un énoncé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/modele/#i_9029

MORPHÈME

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 954 mots

Le terme morphème a au moins trois sens différents en linguistique. On l'a d'abord employé pour désigner l'unité repérable dans un complexe morphologique où se découpaient un élément porteur de sens (appelé lexème ; parfois, mais plus rarement, sémantème) et un autre, grammatical, signalant l'appartenance à l'une des parties du discours (nom, adjectif, verbe, etc.). Ainsi, les termes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/morpheme/#i_9029

MORPHOLOGIE (psycholinguistique)

  • Écrit par 
  • Séverine CASALIS, 
  • Pascale COLÉ
  •  • 2 908 mots

Dans le chapitre « Le mode de représentation en mémoire de la structure morphologique des mots  »  : […] Une des questions vives de la recherche dans le domaine de la morphologie consiste à se demander s’il est pertinent de concevoir l’existence d’un niveau de représentation morphologique spécifique dans la mémoire du lecteur ou de l’auditeur, et ce, au même titre qu’un niveau de représentation orthographique, par exemple. Ce débat, initié dans les années 1990, oppose deux conceptions du mode de rep […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/morphologie/#i_9029

OPPOSITION CONCEPT D'

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 18 813 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La linguistique : de l'analyse lexicale à la phonologie de Jakobson »  : […] Les linguistes utilisent aujourd'hui les termes d' opposition et de contraste pour désigner toutes formes de rapports de différence, respectivement sur les axes paradigmatique et syntagmatique – distinction que n'avait pas encore effectuée F. de Saussure. Dans l'étude des unités lexicales, des lexèmes, l'analyse linguistique moderne distingue trois sortes de « contraires », ceux-ci étant définis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concept-d-opposition/#i_9029

PHONÈME

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 1 421 mots

L'étude des sons utilisés dans la communication humaine constitue l'objet de la phonétique. La phonétique expérimentale remonte à la fin du xviii e  siècle, et la phonétique historique a servi de base, au xix e  siècle, aux reconstitutions des grandes familles de langues, comme celle des langues […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phoneme/#i_9029

PLURILINGUISME

  • Écrit par 
  • Penelope GARDNER-CHLOROS, 
  • Andrée TABOURET-KELLER
  •  • 9 199 mots

Dans le chapitre « Interférences phoniques »  : […] L'étude contrastive des systèmes en contact montre que les inventaires de leurs phonèmes ne coïncident pas et permet, dans une très large mesure, de prévoir les comportements de l'apprenant. L'absence de phonèmes équivalents est une première cause d'interférences, mais ce n'est pas la seule. Des phonèmes peuvent, en effet, avoir des qualités fort différentes, ainsi /r/ anglais et /r/ français. De […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plurilinguisme/#i_9029

PRAGUE CERCLE DE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul MOURLON
  •  • 205 mots

Mouvement de réflexion et d'analyse linguistique fondé par le linguiste russe Nicolaï Troubetskoy et par Roman Jakobson, le cercle de Prague connut sa plus grande activité entre 1920 et 1930. Les membres du Cercle mettent l'accent sur la fonction des éléments qui constituent le langage, le contraste de ces éléments entre eux, et le modèle d'ensemble formé par ces contrastes. L'œuvre accomplie par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cercle-de-prague/#i_9029

PRINCIPES DE PHONOLOGIE, Nikolaï Sergueïevitch Troubetzkoy - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Gabriel BERGOUNIOUX
  •  • 961 mots

Parus en allemand en 1939, les Principes de phonologie constituent le huitième volume des Travaux du Cercle linguistique de Prague, fondé en 1928 par Nikolaï Sergueïevitch Troubetzkoy (1890-1938) et Roman Jakobson, et décidé à conduire une recherche collective approfondie sur le langage. Les Principes de phonologie ne constituent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/principes-de-phonologie/#i_9029

PRODUCTION DE MOTS (psycholinguistique)

  • Écrit par 
  • Patrick BONIN
  •  • 1 618 mots

Dans le chapitre « À l'écrit »  : […] La production de mots à l'écrit chez des adultes, au contraire de celle orale, résulte d'une acquisition formalisée et relativement longue. Le degré de stabilité dans les correspondances entre les sons (par exemple /o/) et les lettres ou groupes de lettres ( o , au , eau ) varie selon les systèmes orthographiques. Pour des systèmes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/production-de-mots/#i_9029

PROSODIE

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET, 
  • Robert SCTRICK
  •  • 981 mots

L'une des deux branches de la phonologie est la prosodie, l'autre branche étant constituée par la phonématique. La prosodie étudie les phénomènes « suprasegmentaux », c'est-à-dire ceux qui ne sont pas segmentables dans le cadre de la double articulation. On peut ainsi distinguer comme faits relevant de l'approche prosodique : – L'accent tonique, qui, par la mise en relief d'une syllabe par rapport […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prosodie/#i_9029

PSYCHOLOGIE DU LANGAGE ORAL

  • Écrit par 
  • Elsa SPINELLI
  •  • 4 379 mots

Dans le chapitre « La variabilité  »  : […] Aucune des étapes de traitement exposées ci-dessus ne va de soi. De nombreux problèmes se posent au locuteur qui planifie une séquence de parole et à l’auditeur qui tente de la décoder. Tout d’abord, les caractéristiques physiques du signal de parole n’entretiennent pas de lien univoque avec les unités linguistiques. Chaque locuteur produit un signal acoustique différent. Par exemple, les pics d’é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-du-langage-oral/#i_9029

RECONNAISSANCE DES MOTS À L'ORAL

  • Écrit par 
  • Régine KOLINSKY
  •  • 1 064 mots

Reconnaître les mots prononcés par un autre locuteur paraît naturel et aisé. Pourtant, reconnaître les mots parlés implique la résolution de problèmes complexes liés aux particularités de la parole. Lors d’une conversation ordinaire, l’auditeur doit traiter environ 200 mots par minute et ne dispose donc que de quelques centaines de millisecondes pour apparier chaque mot entendu avec un seul des 5 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reconnaissance-des-mots-a-l-oral/#i_9029

SAPIR EDWARD (1884-1939)

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 770 mots

Né en Allemagne, Edward Sapir vient très jeune aux États-Unis où il fait d'abord des études d'allemand puis d'anthropologie et de linguistique (à New York puis à Columbia University). Sapir étudie alors les langues indiennes (le wishram, le takelma, le païute), travaille à l'université de Californie puis à celle de Pennsylvanie, enseigne à Ottawa (ce qui lui permet d'étudier d'autres langues : le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-sapir/#i_9029

ŠAUMJAN SÉBASTIEN KONSTANTINOVIČ (1916- )

  • Écrit par 
  • Zlatka GUENTCHÉVA
  •  • 730 mots

Connu comme le créateur du modèle génératif applicationnel, S. K. Šaumjan (ou Chaoumian) a été membre du conseil scientifique de l'Académie des sciences de l'U.R.S.S. et chef de la section des méthodes structurales dans l'étude des langues à l'Institut de la langue russe à Moscou. À partir de 1975, il travaille aux États-Unis (Yale University). La linguistique structurale européenne, dont il fut e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sebastien-konstantinovic-saumjan/#i_9029

SAUSSURE FERDINAND DE (1857-1913)

  • Écrit par 
  • André MARTINET
  •  • 1 442 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Portée et limites d'une œuvre »  : […] Le grand dessein de Saussure est d'étudier « la langue envisagée en elle-même et pour elle-même ». Latent ou exprimé, il existe chez un prédécesseur, l'Américain W. D. Whitney, et deux contemporains, les Polonais de Russie, Baudouin de Courtenay et Kruszewski, dont on sait que Saussure les tenait en grande estime. Mais, sans diminuer l'importance de la contribution de Baudouin à la genèse de la ph […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ferdinand-de-saussure/#i_9029

SÉMANTIQUE

  • Écrit par 
  • Catherine KERBRAT-ORECCHIONI
  •  • 10 322 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'analyse « componentielle » »  : […] Dans sa version américaine, l'analyse « componentielle » ou « sémique » fut proposée d'abord par des anthropologues cherchant à décrire et à comparer dans différentes langues le vocabulaire de la parenté, puis reprise par des linguistes comme Lamb, Nida, Weinreich, ou Katz et Fodor ; dans sa version européenne, l'analyse « sémique » est d'emblée préconisée et pratiquée par des linguistes (Pottie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/semantique/#i_9029

STRUCTURALISME

  • Écrit par 
  • Jean-Louis CHISS, 
  • Michel IZARD, 
  • Christian PUECH
  •  • 24 036 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Genève, Paris et l'héritage saussurien »  : […] L'existence même d'une école genevoise, dont Saussure aurait été le fondateur, est loin d'être assurée, et sa position vis-à-vis de la linguistique structurale qui se réclame de Saussure est nuancée. Les disciples directs, rédacteurs du Cours de Saussure, Charles Bally, 1865-1947 ( Linguistique générale et linguistique française , 1932), et Albert Sech […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/structuralisme/#i_9029

TON, linguistique

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 120 mots

Hauteur relative du son de la voix à un moment donné de la chaîne parlée. Dans certaines langues, notamment d'Afrique et d'Extrême-Orient, ce fait prosodique peut devenir une unité discrète, au même titre que les phonèmes, et être de ce fait utilisé à des fins distinctives ; on parlera alors de langues à tons. Lorsqu'un seul point de la courbe mélodique intervient de façon pertinente, on parle de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ton-linguistique/#i_9029

TROUBETZKOY ou TROUBETSKOÏ NIKOLAÏ SERGUEÏEVITCH (1890-1938)

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 922 mots

Né à Moscou dans une famille de la haute aristocratie, de père universitaire, Troubetzkoy s'intéresse très tôt (dès l'âge de treize ans) à l'ethnographie, puis à la sociologie et à l'histoire : ses premiers articles sont publiés alors qu'il est à peine âgé de quinze ans. Il entre à l'université, où il étudie la grammaire comparée des langues indo-européennes, pensant trouver dans ce domaine une ap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troubetzkoy-troubetskoi/#i_9029

TROUBLES DU LANGAGE ORAL CHEZ L'ENFANT

  • Écrit par 
  • Catherine BILLARD
  •  • 4 706 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Après six ans, des manifestations variées avec des points communs  »  : […] Les troubles expressifs les plus constants concernent la phonologie et la syntaxe. Les troubles phonologiques sont souvent nets et persistants, les productions restant parfois encore très éloignées de la cible. Leur sévérité est variable, mais ils peuvent encore entraver l’intelligibilité des propos de l’enfant. Les troubles syntaxiques se manifestent dans le langage spontané, induit ou en répéti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troubles-du-langage-oral-chez-l-enfant/#i_9029

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean Léonce DONEUX, Robert VION, Véronique REY, « PHONOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/phonologie/