HJELMSLEV LOUIS TROLLE (1899-1965)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Linguiste danois, animateur du cercle linguistique de Copenhague, Louis Hjelmslev se situe dans la perspective structurale issue de l'enseignement de Ferdinand de Saussure. Sa théorie « glossématique » constitue un approfondissement et une tentative de formalisation de la plupart des concepts de ce dernier. Il retient, en effet, du Cours de linguistique générale les deux postulats suivants : la langue est à la fois expression et contenu ; la langue est forme et non pas substance. Mais il va plus loin sur un nombre important de points. Ainsi, l'opposition saussurienne entre langue et parole sera, chez lui, remplacée par une opposition à trois termes, schéma, norme et usage, tandis que la distinction entre forme et substance opérée par Saussure est intégrée dans un autre système ternaire : la matière (en anglais, purport) est la réalité phonique ou sémantique (ce que Saussure appelle la substance), la substance désigne le découpage saussurien (ce qu'il appelait la forme) et la forme constitue le réseau de relations entre les unités. Ces trois niveaux sont, pour Hjelmslev, médiatisés par la notion de manifestation : ainsi, on dira que la substance est la manifestation de la forme dans la matière.

Louis Trolle Hjelmslev

Photographie : Louis Trolle Hjelmslev

Louis Trolle Hjelmslev (1899-1965), animateur du Cercle linguistique de Copenhague. 

Crédits : D.R.

Afficher

La glossématique dégage par commutation les unités linguistiques au niveau, d'une part, de l'expression, et d'autre part, du contenu. L'unité ainsi dégagée est baptisée d'un nom générique, glossème (qui donne son nom à la théorie de Hjelmslev). Les glossèmes de l'expression sont des cénèmes (ce que l'on appelle, dans toutes les théories linguistiques, des phonèmes) et les glossèmes du contenu sont des plérèmes (correspondant, selon la terminologie des autres théories linguistiques, aux sèmes, le sème étant l'unité minimale de signification, plus petite que le signe saussurien).

Hjelmslev a, en outre, formalisé les notions de langue de connotation et de métalangue par opposition à la langue de dénotation. Une langue de connotation est une langue qui a pour face signifiante (pour expression) une langue de dénotation ; et un signe de connotation a donc pour signifiant l'ensemble d'un signe de dénotation. Ainsi, la phrase « vé le beau brin de fille » dénote un certain message (« regarde la belle fille ») et connote en même temps l'origine méridionale du locuteur. À l'inverse, une métalangue a pour face signifiée (pour contenu) une langue de dénotation et le signe d'une métalangue a pour signifié l'ensemble d'un signe de dénotation. Ainsi, la science linguistique est une métalangue dont le contenu (les signifiés) est constitué par la langue naturelle elle-même, c'est-à-dire, par définition, par une langue de dénotation.

Les théories de Hjelmslev se sont très peu répandues dans le monde, et avec une lenteur qui leur a beaucoup nui. L'une des causes de cette diffusion limitée est la difficulté d'approche de ces textes, extrêmement formalisés et complexes. Hjelmslev a également été desservi par le fait d'avoir écrit dans une langue de faible diffusion, le danois. Ainsi, son ouvrage fondamental, où s'expriment tous les aspects de sa théorie (Omkring sprogteoriens grundlaeggelse, 1943), n'a été traduit en anglais que dix ans plus tard, à une époque où domine, aux États-Unis, le courant distributionnaliste qui éclipse un peu la glossématique. Il faudra attendre 1968 pour le lire en français (Prolégomènes à une théorie du langage) mais dès lors, c'est le modèle transformationnaliste qui occupe le devant de la scène. On notera, cependant, l'influence de Hjelmslev sur un sémanticien tel que A. J. Greimas (Sémantique structurale, 1966), rare essai pour passer de la théorie pure à la description de faits de langue : d'un certain point de vue, on peut dire que cette carence, toujours sensible chez Hjelmslev, tient à ce que la théorie est peut-être trop affinée pour être opératoire.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HJELMSLEV LOUIS TROLLE (1899-1965)  » est également traité dans :

PROLÉGOMÈNES À UNE THÉORIE DU LANGAGE, Louis Trolle Hjelmslev - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Gabriel BERGOUNIOUX
  •  • 467 mots
  •  • 1 média

Parus en 1943 dans les Annales de l'université de Copenhague, les Prolégomènes à une théorie du langage représentent un bilan de la théorie générale de Louis Trolle Hjelmslev (1899-1965) concernant le langage, ce qu'il appelle la glossématique. Conçus dans la continuité des attendus s […] Lire la suite

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 536 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les écoles de Prague et de Copenhague »  : […] Le Cercle linguistique de Prague, fondé en 1926 sur l'initiative de V. Mathesius, avec la participation de trois linguistes russes, S. Karcevskij, R. Jakobson et N. S. Troubetzkoy, présenta ses thèses au I er  Congrès international de linguistique de La Haye en 1928. De la publication des actes de ce congrès date le début de la carrière internationale de la linguistique structurale : conception d […] Lire la suite

LINGUISTIQUE - Théories

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 7 693 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les structuralistes »  : […] Le structuralisme linguistique ne constitue pas une école unique se référant à une doctrine précise ; il s'agit bien plutôt d'un ensemble de courants, voire d'individus, qui ont développé des théories diverses fondées sur certains principes généraux communs. Le nom même de « structuralisme » indique que la langue est conçue comme une structure, c'est-à-dire comme un ensemble d'unités structurées […] Lire la suite

PARADIGME, linguistique

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD, 
  • Michel BRAUDEAU
  •  • 684 mots

Au sens traditionnel du terme, un paradigme est l'ensemble caractéristique des formes fléchies d'un morphème lexical. Ainsi, dans une langue à cas, le nom, le pronom, l'adjectif prennent, selon le genre, le nombre, la personne qui leur sont propres et les rapports qu'ils ont aux autres éléments de la phrase, des désinences particulières : on dit qu'ils se déclinent. Le paradigme de la première déc […] Lire la suite

SÉMIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Julia KRISTEVA
  •  • 5 452 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le procès et le système : la glossématique »  : […] Chez Louis Hjelmslev et avec le cercle de Copenhague, le projet sémiotique prend un aspect plus théorique et davantage détaché des spécificités propres au matériau langagier et au système signifiant particulier. Reconnaissant chez Saussure un « devancier indiscutable », Hjelmslev articule une théorie du langage qui, du fait qu'elle se présente comme plus abstraite et plus dépourvue de matérialité […] Lire la suite

STRUCTURALISME

  • Écrit par 
  • Jean-Louis CHISS, 
  • Michel IZARD, 
  • Christian PUECH
  •  • 24 036 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un structuralisme algébrisé : la glossématique »  : […] On retrouve ce souci de problématisation, propre au structuralisme dans son ensemble, dans les travaux du cercle de Copenhague fondé par le linguiste danois Louis Hjelmslev (1899-1965), avec H. J. Uldall et Vigo Brøndal (1887-1942). Hjelmslev participa d'abord aux travaux du cercle de Prague pour nourrir ensuite une critique de son phonologisme et de sa conception trop peu rigoureuse de la forme. […] Lire la suite

STYLISTIQUE

  • Écrit par 
  • Georges MOLINIÉ
  •  • 6 184 mots

Dans le chapitre « Une approche du discours littéraire »  : […] Comment décrire, après ce parcours théorique, la matière et le champ de la stylistique ? On admettra que la stylistique est une praxis, dont la matière s'identifie au discours littéraire. Celui-ci s'appréhende sous la forme d'un texte, que celui-ci apparaisse restreint à une limite faible (un vers) ou étendu à un espace vaste (une œuvre, un genre), pourvu que cette limite soit posée systématiqueme […] Lire la suite

Pour citer l’article

Louis-Jean CALVET, « HJELMSLEV LOUIS TROLLE - (1899-1965) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-trolle-hjelmslev/