VALEUR, linguistique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On appelle valeur le sens d'une unité linguistique considéré comme le produit des relations que cette unité entretient avec les autres unités du système, et non pas comme un contenu intrinsèque. C'est Ferdinand de Saussure qui a le premier utilisé cette notion, qu'il illustrait par une comparaison de la langue avec le jeu d'échecs : n'importe quelle pièce de ce jeu, ou son support, ou le matériau dans lequel ils sont faits sont parfaitement indifférents au déroulement de la partie, pourvu que les joueurs se soient accordés sur la « valeur » à donner à l'élément. De même, dans la langue, un élément ne s'identifie que par la valeur dont l'a nanti la communauté des usagers, à savoir le champ de fonctionnement qu'il recouvre à l'intérieur du système sémiologique.

C'est en cela que la notion est étroitement rattachée à l'arbitraire et au système. Pour le premier de ces deux concepts, on se rappellera que ce n'est pas la chose qui détermine la valeur, même si on a l'impression qu'un signe recouvre une réalité objective : c'est seulement le consensus, et notamment, par une détermination négative, le fait qu'un signe n'est pas l'équivalent d'un autre signe. C'est le jeu des oppositions intrasystémiques qui fonde la signification.

Car, pour Saussure, si la valeur est un fait de langue, la signification est un fait de parole (au sens où il prenait ces deux termes : langue = organisation abstraite, parole = utilisation effective de la langue). Ainsi, le mot français « mouton » peut avoir la même signification que le mot anglais mutton dans des phrases comme « j'ai mangé du mouton » et I ate mutton par exemple ; il peut aussi avoir la même signification que le mot anglais sheep dans des phrases comme « j'ai vu un mouton » et I saw a sheep par exemple. Mais jamais ces termes n'auront la même valeur, car ils ne coexistent pas, dans leurs systèmes respectifs, avec les mêmes unités. En particulier, pour ce qui concerne le champ des animaux domestiqu [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  VALEUR, linguistique  » est également traité dans :

PHONOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean Léonce DONEUX, 
  • Véronique REY, 
  • Robert VION
  •  • 7 452 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Origines et problématiques de la phonologie »  : […] La phonologie est née presque simultanément en 1925, aux États-Unis, avec les travaux de Sapir puis ceux de Bloomfield et, en 1928, en Europe, avec les travaux du Cercle linguistique de Prague, dont Troubetzkoy et Jakobson furent les principaux animateurs. Mais, avant ces débuts officiels, la phonologie avait été largement pressentie, soit par des précurseurs, comme Saussure ou Baudouin de Courten […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phonologie/#i_9052

SÉMANTIQUE

  • Écrit par 
  • Catherine KERBRAT-ORECCHIONI
  •  • 10 322 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'analyse « componentielle » »  : […] Dans sa version américaine, l'analyse « componentielle » ou « sémique » fut proposée d'abord par des anthropologues cherchant à décrire et à comparer dans différentes langues le vocabulaire de la parenté, puis reprise par des linguistes comme Lamb, Nida, Weinreich, ou Katz et Fodor ; dans sa version européenne, l'analyse « sémique » est d'emblée préconisée et pratiquée par des linguistes (Pottie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/semantique/#i_9052

Pour citer l’article

Louis-Jean CALVET, « VALEUR, linguistique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/valeur-linguistique/