Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BOPP FRANZ (1791-1867)

Né à Mayence, Franz Bopp étudie à Paris de 1812 à 1816 (le persan, l'arabe, l'hébreu, le sanskrit), puis à Londres de 1816 à 1820. Il est le fondateur de la méthode comparative en linguistique. Son ouvrage, Le Système de conjugaison du sanscrit comparé avec celui des langues grecque, latine, persane et germanique, etc. (Über das Konjugationssystem der Sanskritsprache in Vergleichung mit jenem der griechischen, lateinischen, persischen und germanischen Sprache, 1816), eut une importance considérable dans le développement et l'évolution de la philologie.

Technicien avant tout, Bopp échappe à la vague romantique, aux écarts visionnaires ou philosophiques ; partant de l'idée d'une filiation entre les langues qu'il étudiait et le sanskrit (il crut même un temps que le sanskrit était la langue mère), il tente d'établir des correspondances entre les langues, de ramener les différences et les évolutions à des règles. C'est de cette problématique que naîtront les lois de Grimm (Deutsche Grammatik, 1822) ou plus tard de Verner (1875). Son importance historique est aussi bien soulignée par Antoine Meillet qui écrivait : « Il a trouvé la grammaire comparée en cherchant à expliquer l'indo-européen, comme Christophe Colomb a découvert l'Amérique en cherchant la route des Indes », que par Giulio Lepschy pour qui l'histoire de la linguistique scientifique commence avec Bopp plutôt qu'avec Herder, Wilhelm Humboldt ou les frères Schlegel.

Certes, plusieurs thèses de Bopp sont aujourd'hui tombées en désuétude. Celle, en premier lieu, du sanskrit conçu comme une langue mère. Celle aussi du déclin des langues (la langue était comparée à un organisme vivant qui naissait, se développait et se dégradait à travers l'usage qu'en faisaient les hommes), celle enfin de la répartition des racines indo-européennes en deux groupes (racines nominales, d'où proviendraient dans les langues indo-européennes les noms, les verbes et les adjectifs, racines pronominales, d'où seraient issues les marques grammaticales, les pronoms et les prépositions).

Il demeure qu'avec le Danois R. Rask (1787-1832), dont les travaux sur l'origine du vieux norrois, rédigés avant le Système de Bopp, furent connus beaucoup plus tard (Rask écrivait en danois, langue peu lue), Bopp est à l'origine de la grammaire comparée. Les lois de Grimm et de Verner, la tentative de reconstitution de l'indo-européen, en particulier par Schleicher (1821-1867), tout ce qui, au xixe siècle, participe à la constitution de la linguistique comme science doit quelque chose à Bopp. Comme l'écrira Ferdinand de Saussure, Franz Bopp « n'a pas le mérite d'avoir découvert que le sanscrit est parent de certains idiomes d'Europe et d'Asie, mais il a compris que les relations entre langues parentes pouvaient devenir la matière d'une science autonome. Éclairer une langue par une autre, expliquer les formes de l'une par les formes de l'autre, voilà ce qui n'avait pas encore été fait ».

— Louis-Jean CALVET

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur ès lettres et sciences humaines, professeur à la Sorbonne

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • GRAMMAIRE COMPARÉE DES LANGUES INDO-EUROPÉENNES, Franz Bopp - Fiche de lecture

    • Écrit par Gabriel BERGOUNIOUX
    • 755 mots

    Après avoir conduit des études classiques en Allemagne, Franz Bopp (1791-1867) s'installe en 1812 à Paris. Durant quatre années, il se consacre aux langues orientales, notamment l'arabe et le sanscrit dont il poursuit l'étude à Londres. Nommé en 1821 professeur de littérature orientale et de ...

  • GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Du Moyen Âge à la période contemporaine

    • Écrit par Jean-Claude CHEVALIER, Universalis, Jean STÉFANINI
    • 4 799 mots
    ...cause du prestige des langues étudiées, du goût du siècle pour l'histoire et les genèses et du cadre institutionnel offert par l'Université allemande ( Bopp occupe une chaire depuis 1821), admirable centre de diffusion et de confrontation des idées et des disciplines. Une évolution bien connue mène de...
  • INDO-EUROPÉEN

    • Écrit par Guy JUCQUOIS
    • 7 929 mots
    • 1 média
    ...d'accord que les Indiens, Grecs et Italiens procédèrent originellement d'un même lieu central, et que le même peuple emporta sa religion et ses savoirs ». Mais si, dans le domaine linguistique, le bien-fondé des remarques de Jones fut amplement et scientifiquement démontré par la «  grammaire comparée » développée...
  • INDO-EUROPÉENS (archéologie)

    • Écrit par Jean-Paul DEMOULE
    • 5 145 mots
    • 1 média
    ...l'Inde nouvellement découverte fascine, de Voltaire à Fichte, les intellectuels occidentaux, au point d'y voir une origine alternative à l'Éden biblique. C'est pourquoi les parentés mises en évidence par deux linguistes, l'Allemand Franz Bopp et le Danois Rasmus Rask, entre les langues européennes,...
  • LANGUES ET LANGAGE ORIGINE DES

    • Écrit par Bernard VICTORRI
    • 6 742 mots
    • 2 médias
    À travers notamment les travaux deFranz Bopp, le premier grand succès de la méthode comparatiste a été la découverte au xixe siècle de la famille indo-européenne. On a en effet établi la parenté d'un vaste ensemble de langues, comprenant des langues indiennes comme le sanscrit et l'hindi, les...

Voir aussi