Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FRICATIVE CONSONNE

On appelle fricatives (ou constrictives, ou continues avec friction) les consonnes dont l'articulation comprend le passage de l'air dans un canal resserré, ce qui produit à l'écoute une impression de frottement ou de friction. Ce resserrement se produit aux différents points d'articulation possibles, des lèvres au voile du palais. On distingue ainsi selon leur point d'articulation les bilabiales sourde [Q] (en japonais : fuji) et sonore [β) (en espagnol : favor), les labiodentales sourde [f] et sonore [v] (en français : fin et vin), les dentales sourde [O](en anglais : thin) et sonore [ ) (en anglais : this), les sifflantes sourde [s] et sonore [z] (en français : son et zone), les chuintantes sourde [f] et sonore [ž] (en français : chat et jeu), les palatales sourde [ç] (en allemand : ich) et sonore [j] (en français : ail ; en français ou en anglais, [j] n'est pas considéré comme une fricative ; on parle de semi-consonne, ou de glissée [en anglais : glide] ; mais, physiquement, il s'agit bien d'une fricative), les vélaires sourde [x] (en danois : agt, c'est la jota de l'espagnol) et sonore [y] (en danois : vogn). En français standard, la réalisation du <r> graphique est une fricative uvulaire, sourde [R] ou sonore [R] selon le contexte.

— Louis-Jean CALVET

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur ès lettres et sciences humaines, professeur à la Sorbonne

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • CHUINTANTE CONSONNE

    • Écrit par Louis-Jean CALVET
    • 109 mots

    On appelle consonnes chuintantes des fricatives dont le point d'articulation est compris entre les alvéoles et le début du palais (de postalvéolaire à prépalatal) : la sourde, [∫], apparaît en français à l'initiale de chat, et la sonore, [ž], à l'initiale de jeu. Phonologiquement,...

  • PHONÉTIQUE

    • Écrit par Denis AUTESSERRE
    • 3 566 mots
    • 5 médias
    ...des réalisations sonores. Elle est utilisée concurremment avec la nomenclature définie à partir de données articulatoires : les termes d'explosive et de fricative correspondent respectivement à ceux d'occlusive et de constrictive. De même des qualificatifs tels que spirante, chuintante, sifflante, vibrante,...
  • SIFFLANTE CONSONNE

    • Écrit par Louis-Jean CALVET
    • 245 mots

    On appelle « sifflantes » des consonnes fricatives, très proches des apicales mais dont la particularité réside dans la forme de la langue lors de l'articulation. Pour les fricatives apicales, l'air expulsé passe par une fente constituée par le palais et la langue, qui demeure plate. Pour les sifflantes,...

  • SPIRANTE CONSONNE

    • Écrit par Louis-Jean CALVET
    • 118 mots

    On appelle « spirantes » les consonnes dont l'articulation comporte le passage de l'air dans un chenal resserré. Certains phonéticiens veulent les distinguer des fricatives, dont elles sont voisines par l'aspect relâché de l'articulation, qui peut parfois aller jusqu'à la disparition presque totale...

Voir aussi