Jean GOUILLARD

docteur ès lettres, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section)

ATTALEIATÈS MICHEL (XIe s.)

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 215 mots

Né à Attaleia (actuelle Antalya), dans les premières décennies du xie siècle, Attaleiatès fait carrière à Constantinople. Juge du Voile et de l'Hippodrome, il accumule les titres et s'enrichit dans l'achat de biens. Il meurt à une date inconnue, au plus tôt dans les dernières années du siècle.Attaleiatès a survécu grâce à une honnête Hi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/attaleiates-michel/#i_0

BARLAAM LE CALABRAIS (1290 env.-1350)

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 570 mots

Théologien de l'Église d'Orient, adversaire de Grégoire Palamas dans la querelle sur l'hésychasme. Né à Seminara, en Calabre, de parents orthodoxes, Barlaam se trouve, en 1330 environ, à Constantinople. Protégé du grand domestique Jean Cantacuzène, il commente, au monastère du Saint-Sauveur, les œuvres du p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/barlaam-le-calabrais/#i_0

BESSARION JEAN cardinal (1403-1472)

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 680 mots

Issu d'une très modeste famille de Trébizonde, alors capitale des grands Comnènes. Bessarion étudie à Constantinople, où il compte parmi ses maîtres le médecin et astronome Chrysokokkès, et se fait des amis, tel Francesco Filelfo le Vénitien. En 1423, il prend l'habit monastique et, à cette occasion, échange son nom de baptême, probablement Basile, contre celui de Bessarion. Il est ordonné prêtre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-bessarion/#i_0

CÉRULAIRE MICHEL (1000-1058) patriarche de Constantinople (1043-1058)

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 713 mots

Issu d'une famille de la classe sénatoriale, Cérulaire est attiré par la politique. On lui prête même des visées impériales. À la suite de l'échec d'un complot contre Michel IV (1040), il se fait moine. En 1043, par la faveur de Constantin IX Monomaque, il est élu patriarche, tenant ainsi la revanche de ses premières ambitions. Porté par une suite d'événements propices, il se conduira en seul maît […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-cerulaire/#i_0

CÉSAROPAPISME

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD, 
  • Michel MESLIN
  •  • 5 413 mots

Césaropapisme : ce mot anachronique a été forgé dans la seconde moitié du xixe siècle, pour définir l'absorption par l'empereur (césar-), souverain temporel, des fonctions spirituelles dévolues au chef de l'Église chrétienne (-pape).Le problème des relations entre l'État romai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cesaropapisme/#i_0

CLÉMENT D'OKHRID saint (840 env.-916)

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 225 mots

Né sans doute en Macédoine bulgare, Clément accompagne Constantin-Cyrille et son frère Méthode dans leur mission en Grande-Moravie. En 885, à la mort de Méthode, il est expulsé avec ses compagnons. Boris Ier-Michel l'accueille à Preslav et lui confie la christianisation de la Macédoine du Sud-Ouest, qui échappe encore à la hiérarchie grecque d'importation. Clément ouvre à Dé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clement-d-okhrid/#i_0

DOSITHÉE (1641-1707) patriarche de Jérusalem (1669-1707)

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 576 mots

Né à Arakhova (à l'est de Delphes), orphelin très jeune, Dosithée est confié à un monastère et ordonné diacre à onze ans. À Constantinople, il fréquente les cours du « néo-aristotélicien » Jean Caryophyllès et apprend, dit-on, le latin et l'italien, le turc et l'arabe. En 1657, son compatriote le patriarche de Jérusalem Païsios (1645-1666) se l'attache comme compagnon de voyage et l'entraîne jusqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dosithee/#i_0

ÉPHREM LE SYRIEN saint (306 env.-373)

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 483 mots

Né à Nisibe (Mésopotamie) de parents chrétiens, Éphrem subit profondément l'ascendant du rude et tendre évêque de sa ville natale, Jacques (303-338). De cette époque date probablement sa vocation de « moine à domicile », comme on en trouve beaucoup d'exemples dans son milieu. Sous Vologèse (346-361), le successeur de Jacques, il est un maître en renom. En sa qualité de diacre (il se refusera toujo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ephrem-le-syrien/#i_0

ÉTIENNE DU MONT AUXENCE, dit LE JEUNE (715 env.-765)

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 147 mots

Né à Constantinople, disciple de l'anachorète Jean, puis reclus au mont Auxence près de Chalcédoine, où il fonde un monastère. Après le synode iconoclaste de Hiereia en 754, Étienne mène la résistance, laïque et monastique, à la politique religieuse de Constantin V. Il refuse de contresigner le décret synodal. On brûle son couvent et on le déporte dans l'île de Proconnèse. Par la suite, l'empereur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-du-mont-auxence/#i_0

EUSTRATE DE NICÉE (1050 env.-1130)

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 274 mots

Disciple le plus connu du philosophe Jean Italos, Eustrate obtient un non-lieu au procès de son maître, en 1082 ; il est alors diacre. Il a dirigé précédemment, à Constantinople, l'école Saint-Théodore du Sphorakiou. Lorsque Léon de Chalcédoine, à la suite de la réquisition des trésors de l'Église par Alexis Ier Comnène, élabore sa théorie de la sacralité intrinsèque de la m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eustrate-de-nicee/#i_0

GABRIEL SÉVÈRE (1541-1616)

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 337 mots

Né à Monembasie, dans le Péloponnèse, peu après l'entrée des Turcs, Gabriel Sévère fait ses études supérieures à l'université de Padoue. En 1572, la confrérie grecque de Venise lui confie la paroisse de San Giorgio. Peu après (1577), le patriarche de Constantinople, Jérémie II, le nomme métropolite de Philadelphie (actuellement Alasehir, en Turquie), mai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabriel-severe/#i_0

GENNADIOS II, GEORGES KOURTÉSÈS dit SCHOLARIOS (1405-apr. 1472) patriarche de Constantinople entre 1454 et 1465

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 666 mots

Né à Byzance en 1405, Georges Kourtésès dit Scholarios reçoit sa première formation générale du futur métropolite d'Éphèse, Marc, mais il sera surtout un extraordinaire autodidacte. Il assume d'abord un enseignement privé de grammaire et de philosophie. Vers la trentaine, il exerce déjà d'importantes fonctions dans l'État : membre du Collège suprême des quatre juges généraux des Romains, chef de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gennadios-ii/#i_0

ICONOCLASME

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 1 628 mots

L'iconoclasme est la réplique quasi spontanée des monothéismes à la matérialisation du sacré et à ses compromissions avec le vocabulaire visuel du polythéisme. Moïse, Ézéchias et Josias furent des iconoclastes ; de même, dans le judaïsme postérieur, ces rabbis qui, vers le ive siècle, expurgeaient les synagogues des peintures, mosaïques et reliefs. L' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iconoclasme/#i_0

ICONOSTASE

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 1 221 mots

Pour les contemporains, l'iconostase évoque cet imposant dressoir d'images saintes qui, dans les communautés orthodoxes de souche gréco-byzantine, isole le fidèle de l'espace sacré par excellence, le sanctuaire. Dans l'usage originel, eikonostasion définissait le support, sur pied ou en console, d'une icône privilégiée, disposée en avant de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iconostase/#i_0

MÉLÈCE ou MELETIOS PIGAS (1549-1601) patriarche d'Alexandrie (1590-1601)

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 380 mots

Né à Héraclion (Crète), cousin de Cyrille Lucaris. Après une première formation reçue à l'école du monastère Sainte-Catherine, Mélèce poursuit des études supérieures à l'université de Padoue ; il y compte parmi ses condisciples Gabriel Sévère. Il est ordonné prêtre par le patriarche Sylvestre d'Alexandrie (entre 1570 et 1590), dont il devient le secré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/melece-meletios-pigas/#i_0

MICHEL D'ÉPHÈSE (1070 env.-env. 1140)

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 90 mots

Exégète byzantin d'Aristote. Les commentaires de Michel d'Éphèse embrassent l'Éthique à Nicomaque, plusieurs traités de zoologie et le précieux recueil des Parva Naturalia. Quoi qu'il en soit de leur valeur intrinsèque, ils attestent la valeur renouvelée des études aristotéliciennes dans la génération qui suit Michel Psellos et illustrent l'impulsion éclairé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-d-ephese/#i_0

MONACHISME

  • Écrit par 
  • André BAREAU, 
  • Guy BUGAULT, 
  • Henry DUMÉRY, 
  • Jacques DUBOIS, 
  • Jean GOUILLARD, 
  • Louis GARDET
  •  • 12 557 mots

Le monachisme, fleur d'Orient et terreau d'Occident, appartient aux religions les plus diverses. Il prend des formes si variées, si différentes, parfois si incompatibles, qu'on doute à leur propos d'une identité d'inspiration.Quoi de commun entre l'ermite, le reclus, qui se met en congé de société, et le postulant qui s'agrège à un groupe, obéit à une règle, a conscience de renaître dans une socié […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monachisme/#i_0

NICOLAS LE MYSTIQUE (852-925) patriarche de Constantinople (901-907, 912-925)

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 699 mots

Disciple et peut-être parent du patriarche Photius, Nicolas partage la disgrâce de celui-ci en 886 : il perd son poste de fonctionnaire public et entre dans un monastère. Mais Léon VI, qui ne lui avait pas retiré son amitié, le reprend bientôt comme mystikos (« homme de confiance ») ; le nom lui est resté, sans qu'on soit en mesure de dét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-le-mystique/#i_0

ORTHODOXE ÉGLISE

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY, 
  • Jean GOUILLARD, 
  • Olivier CLÉMENT
  •  • 23 400 mots

L'Église orthodoxe est l'une des trois expressions majeures du christianisme. Elle reste pourtant mal connue en Occident. Si son destin est d'une grande continuité spirituelle marquée par la fidélité aux Pères, il présente en effet d'étrang […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglise-orthodoxe/#i_0

PAUL DE LATROS saint (mort en 955)

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 269 mots

La figure la plus célèbre de la colonie monastique du mont Latros (actuel Beśparmak dagi), aux abords de l'ancienne Milet. Paul s'inscrit, malgré un certain nomadisme, dans la lignée des stylites : recherche des cimes et rayonnement paradoxal. Son stage d'obéissance accompli, il s'installe pour douze ans sur un rocher pourvu d'une caverne. Accablé par l'afflux de disciples, il s'enfonce dans la mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-de-latros/#i_0

PAUL LE SILENTIAIRE (VIe s.)

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 146 mots

Né dans le premier tiers du vie siècle, Paul doit son appellation de Silentiaire à sa qualité d'huissier en chef du palais. Il compte parmi les poètes en renom du règne de Justinien. Ses soixante-dix-huit épigrammes, notamment les épigrammes érotiques, recueillies dans l'Anthologie grecque retiennent l'attention. Si certains thèmes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-le-silentiaire/#i_0

PETRITZOS

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 327 mots

Dénomination byzantine de Bačkovo, à trente kilomètres au sud-est de Plovdiv (Bulgarie), Petritzos est le nom d'un des plus insignes monastères de Byzance.En 1083, l'Arménien de confession orthodoxe Grégoire Pakourianos, grand domestique (généralissime) des armées d'Occident, fonde et dote somptueusement, sur le territoire de Petritzos qu'il a reçu de l'empe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/petritzos/#i_0

PHILARÈTE, FEDOR NIKITITCH ROMANOV (1554 env.-1633) patriarche de Moscou (1619-1633)

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 423 mots

Fils aîné de Nikita Romanovitch Romanov, neveu par alliance d'Ivan le Terrible et cousin de Fedor Ier, dernier tsar de la maison de Riourik. En haine des Romanov, Boris Godounov l'enlève à sa femme et à son jeune fils Michel pour le faire moine. Fedor Romanov prend alors le nom de Philarète ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fedor-nikititch-philarete/#i_0

PHOTIUS (810 env.-env. 895) patriarche de Constantinople (858-867, 877-886)

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 781 mots

Un des esprits les plus complets qu'ait connus le Moyen Âge ; un acteur privilégié de la métamorphose de Byzance, à l'aube de la dynastie macédonienne.Photius était de souche patricienne ; ses parents et ses grands-parents s'étaient distingués dans l'administration. Son oncle Taraise avait été prôtoasecretis (« chef de la chancellerie »), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photius/#i_0

POBEDONOSTSEV KONSTANTIN PETROVITCH (1827-1907)

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 484 mots

Homme d'État russe, né à Moscou d'un père pope et juriste de formation, Pobedonostsev commence par enseigner le droit civil russe à l'université de Moscou (1860-1865) et, en qualité de précepteur, au futur tsar Alexandre III. Sénateur de Saint-Pétersbourg en 1868, il entre au Conseil impérial en 1872 et succèd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/konstantin-petrovitch-pobedonostsev/#i_0

TARAISE (730 env.-806) patriarche de Constantinople (784-806)

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 559 mots

Né à Constantinople, Taraise appartient à une famille de l'aristocratie civile qui donnera à l'Église un autre patriarche, son petit-neveu Photius. Son père fut préfet de la ville. L'impératrice Irène prend Taraise pour prôtoasecretis (premier secrétaire), puis en 784, à la faveur d'une vacance provoq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/taraise/#i_0

THÉODORE STOUDITE saint (759-826)

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 1 088 mots

Moine et écrivain byzantin, né à Constantinople, au cours de la querelle de l'iconoclasme, dans une caste de fonctionnaires des finances fort attachée aux traditions. Son œuvre témoigne d'une culture générale remarquable pour cette époque d'ordinaire taxée d'obscurantisme : Théodore connaît la grammaire et la poétique, mais aussi la logique aristotélicie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theodore-stoudite/#i_0