PAUL LE SILENTIAIRE (VIe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né dans le premier tiers du vie siècle, Paul doit son appellation de Silentiaire à sa qualité d'huissier en chef du palais. Il compte parmi les poètes en renom du règne de Justinien. Ses soixante-dix-huit épigrammes, notamment les épigrammes érotiques, recueillies dans l'Anthologie grecque retiennent l'attention. Si certains thèmes obligés y apparaissent, on décèle un ton nouveau dans les portraits de femme, dans l'évocation d'une beauté près de se corrompre. Amour et larmes, désir et rides sillonnant le visage aimé : cette poésie est celle du contraste. Les historiens de l'art continuent d'interroger la Description (Ekphrasis) que fit Paul de la nouvelle Sainte-Sophie, description en neuf cents hexamètres, composée à l'occasion de la consécration de cet édifice, en 563.

—  Jean GOUILLARD

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section)

Classification


Autres références

«  PAUL LE SILENTIAIRE ( VI e s.)  » est également traité dans :

BYZANCE - La littérature

  • Écrit par 
  • José GROSDIDIER DE MATONS
  • , Universalis
  •  • 6 104 mots

Dans le chapitre «  Le temps des incertitudes (395-610) »  : […] est sorti le Kyklos, recueil d'épigrammes anciennes et nouvelles disposées par genres et futur noyau de l'Anthologie palatine. C'est à ce cercle qu'appartenait entre autres Paul le Silentiaire, officier de la cour de Justinien, poète sensuel et passionné qui, en d'autres temps, eût pu être un grand élégiaque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/byzance-la-litterature/#i_7013

Pour citer l’article

Jean GOUILLARD, « PAUL LE SILENTIAIRE (VIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-le-silentiaire/