IRÈNE (752-803) impératrice d'Orient (797-802)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Souveraine byzantine et sainte de l'Église orthodoxe grecque, célèbre par son rôle dans la restauration du culte des images dans l'Empire d'Orient.

Épouse de l'empereur byzantin Léon IV, Irène fut chargée, à la mort de son mari en septembre 780, de la tutelle de son fils Constantin VI, alors âgé de dix ans, et fut couronnée en même temps que lui. Au cours de la même année, elle déjoua un complot vraisemblablement fomenté par les iconoclastes (adversaires du culte des images) dans le but de placer sur le trône le demi-frère de Léon IV, Nicéphore. Le culte des images, représentations du Christ et des saints, était, en effet, devenu très populaire, notamment dans les provinces orientales de l'Empire romain ; il fut officiellement aboli en 730. Irène, toutefois, en souhaitait le rétablissement. Elle fit élire Tarasios, l'un de ses partisans, au patriarcat de Constantinople et convoqua un concile œcuménique. Lorsque celui-ci s'ouvrit à Constantinople en 786 en vue de rétablir le culte des images, il fut dispersé par des soldats iconoclastes qui s'y trouvaient en garnison. Un nouveau concile, que les Églises catholique romaine et grecque orthodoxe appellent le septième Concile œcuménique, s'ouvrit alors à Nicée en 787 et rétablit le culte des images.

Plus Constantin avançait en âge, plus il prenait ombrage de l'influence prépondérante que détenait sa mère dans les affaires de l'Empire. Il fit une tentative pour s'emparer du pouvoir, qui fut déjouée par l'impératrice ; elle exigea de ses troupes le serment de ne pas reconnaître son fils comme empereur tant qu'elle vivrait. Cette exigence provoqua la révolte des thèmes (divisions administratives d'Asie Mineure) en 790. Constantin fut proclamé seul empereur et sa mère exilée de la cour. Cependant, Irène fut autorisée à retourner à la cour en janvier 792, et même à reprendre son rôle de souveraine. A la suite d'intrigues avec des évêques et des courtisans, elle organisa une conspiration contre Constantin qui fut capturé et aveuglé sur ses ordres en 797.

Irène exerça seule le pouvoir pendant cinq ans, en tant que basileus (empereur et non impératrice). En 798, elle noua des relations diplomatiques avec l'empereur d'Occident, Charlemagne, et un mariage aurait même été envisagé. Selon l'historien byzantin contemporain Théophane, le projet aurait échoué à cause d'un des favoris d'Irène. Absorbée par les problèmes intérieurs, Irène laissa se dégrader la situation extérieure : Byzance dut payer tribut à Haroun al-Rachid et les Slaves pénétrèrent dans l'Empire jusqu'en Grèce.

En 802, une conspiration de hauts dignitaires et de généraux permit de déposer Irène et proclama empereur Nicéphore, le ministre des Finances (logothète du Trésor). Irène fut exilée, d'abord à l'île des Princes puis à Lesbos.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  IRÈNE (752-803) impératrice d'Orient (797-802)  » est également traité dans :

BYZANCE - L'Empire byzantin

  • Écrit par 
  • José GROSDIDIER DE MATONS
  • , Universalis
  •  • 13 297 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Conséquences de la perte de Ravenne »  : […] Le fils de Léon III, Constantin V, profita du déclin des Omeyyades, que les Abbassides devaient détrôner en 750, pour prendre l'offensive en Arménie, en Mésopotamie et en Syrie, tout en réussissant à tenir en respect les Bulgares. Mais, ainsi engagé en Orient, il ne put empêcher l'exarchat de Ravenne de tomber aux mains des Lombards. La perte de ce petit territoire lointain eut une très grave con […] Lire la suite

QUERELLE DES IMAGES

  • Écrit par 
  • Jean-Urbain COMBY
  •  • 208 mots

En 726, l'empereur Léon III détruit une image (icône) du Christ très vénérée qui se trouve au-dessus de la Chalkê, la porte de bronze de son palais à Constantinople. C'est le premier épisode de la crise iconoclaste, d'une politique impériale de destruction des images sacrées, confirmée par un édit en 730. Plutôt que l'influence de l'islam tout proche ou un geste antireligieux, il faut y voir la vo […] Lire la suite

TARAISE (730 env.-806) patriarche de Constantinople (784-806)

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 554 mots

Né à Constantinople, Taraise appartient à une famille de l'aristocratie civile qui donnera à l'Église un autre patriarche, son petit-neveu Photius. Son père fut préfet de la ville. L'impératrice Irène prend Taraise pour prôtoasecretis (premier secrétaire), puis en 784, à la faveur d'une vacance provoquée, l'élève de la condition laïque au trône patriarcal. La succession est ingrate : depuis le co […] Lire la suite

THÉODORE STOUDITE saint (759-826)

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 1 082 mots

Moine et écrivain byzantin, né à Constantinople, au cours de la querelle de l'iconoclasme, dans une caste de fonctionnaires des finances fort attachée aux traditions. Son œuvre témoigne d'une culture générale remarquable pour cette époque d'ordinaire taxée d'obscurantisme : Théodore connaît la grammaire et la poétique, mais aussi la logique aristotélicienne et la théologie. Très jeune, il subit l' […] Lire la suite

Les derniers événements

29 mars 2021 France. Condamnation du laboratoire pharmaceutique Servier.

Irène Frachon. L’ancien numéro deux de Servier, Jean-Philippe Seta – le fondateur du laboratoire Jacques Servier est mort en 2014 –, est condamné pour les mêmes motifs à quatre ans de prison avec sursis, et l’Agence nationale de la sécurité du médicament (ANSM) à 303 000 euros d’amende pour « blessures et homicides involontaires », pour avoir « failli […] Lire la suite

16-28 avril 1994 Italie. Silvio Berlusconi chargé de former le gouvernement

Irene Pivetti (Ligue du Nord) est facilement élue. Au Sénat, où les partisans de l'homme d'affaires ne détiennent qu'une majorité relative, leur candidat Carlo Scognamilio (Forza Italia) n'est élu que par une voix d'avance sur le président sortant Giovanni Spadolini (Parti républicain), soutenu par la gauche. Le 25, à Milan, plusieurs centaines de  […] Lire la suite

Pour citer l’article

« IRÈNE (752-803) - impératrice d'Orient (797-802) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/irene/