PHOTIUS (810 env.-env. 895) patriarche de Constantinople (858-867, 877-886)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un des esprits les plus complets qu'ait connus le Moyen Âge ; un acteur privilégié de la métamorphose de Byzance, à l'aube de la dynastie macédonienne.

Photius était de souche patricienne ; ses parents et ses grands-parents s'étaient distingués dans l'administration. Son oncle Taraise avait été prôtoasecretis (« chef de la chancellerie »), puis patriarche. Au mépris de la loi, sa famille avait toujours vénéré les icônes, et ses parents étaient, pour défendre cette cause, morts en exil.

Après avoir déjà fait un premier tour du savoir de son temps, Photius, qui n'a guère plus de vingt ans, est admis dans les bureaux de la chancellerie. Vers 843, il devient prôtoasecretis. Un peu plus tôt ou un peu plus tard — 837 ou 855 —, il fait partie d'une ambassade chez les Arabes. À la même époque, il anime et domine un cénacle où l'on se presse à ses cours de logique, de dialectique, de mathématiques et de théologie. Mais ses goûts le portent vers la critique philologique et littéraire. C'est alors qu'il compose la Bibliothèque, qui suffirait à sa gloire : 280 ouvrages de la littérature grecque, dont plusieurs, sans lui, n'auraient pas laissé de traces, y sont mentionnés, analysés, jugés, parfois largement cités. Tous les genres sont admis, sauf la poésie. Photius y exerce un esprit critique étonnamment agile et rigoureux. Son Lexique, véritable travail de « séminaire », fournit une clé pour la lecture des grandes œuvres classiques et de la Bible. Sous une forme plus littéraire, les Amphilochia, écrits au déclin de sa vie, répondent à la même préoccupation.

En 858, le césar Bardas dépose le patriarche Ignace, un moine ignare autant que vertueux. Photius, encore laïc, lui succède. La collusion du parti ignatien et du pape, compliquée d'un conflit de juridiction entre le patriarcat et la papauté à propos de la Bulgarie, porte les antagonistes à des extrémités. Photius dénonce les hérésies latines et, en concile (867), dépose Nicolas Ier. Basile Ier, qui s'est emparé du trône sur ces entrefaites, rappelle Ignace et exile Photius, qui est excommunié par un contre-concile (869-870). L'affrontement, qui clarifiait trop brutalement une situation inéluctable, imposa un sursis au triomphe de Photius. Mais celui-ci tenait une autre victoire : les Rôs, qui dix ans plus tôt avaient terrorisé la capitale, recevaient leur premier évêque ; en 864, Photius avait baptisé le roi Boris de Bulgarie ; et, dès lors, il était bien résolu à imposer sa juridiction sur le pays. Dans l'intervalle, ses amis Cyrille et Méthode s'en étaient allés porter les rudiments de la religion et de la culture chez les Slaves occidentaux.

La disgrâce fut courte. Basile Ier rappela bientôt Photius, nommé précepteur des héritiers du trône. La mort d'Ignace fit le reste. En 879-880, Photius se faisait réhabiliter par un concile. Les légats romains furent conciliants, le patriarche plus habile encore. Il recouvrait son honneur sans se renier. Sa Mystagogie, qui est un peu son testament, est une réfutation du Filioque ; et il n'admet pas plus qu'auparavant la primauté romaine. Il prend alors la pleine mesure de la grandeur de son Église. Dans l'Épanagogê, sorte de préface à la nouvelle codification du droit, il élabore une constitution idéale qui fixe les fonctions jumelles des deux pouvoirs suprêmes : l'empereur et le patriarche.

Déposé de nouveau par Léon VI, Photius meurt obscurément à une date inconnue, mais dans la communion, au moins formelle, avec Rome, contrairement à ce qu'on a cru jusqu'à nos jours.

La personnalité de Photius échappe à l'historien contemporain par bien des aspects : par le fond de son caractère ; par certains traits de la sensibilité (la poésie le laisse froid) ; par sa piété (« orthodoxe », certes, jusqu'à la moelle, il admire, plus qu'il ne sent, la grande littérature mystique). D'autre part, son génie à des limites : sa théologie est plus livresque que créatrice. Mais personne ne peut lui contester ces trois titres de gloire : conscient de la nécessité historique du schisme, il a pénétré mieux que quiconque et a défendu pied à pied l'originalité inaliénable de son Église ; il a conçu et inauguré la conquête spirituelle du monde slave ; il a frayé la voie à la génération d'humanistes qui a honoré la renaissance macédonienne.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section)

Classification

Autres références

«  PHOTIUS (810 env.-env. 895) patriarche de Constantinople (858-867, 877-886)  » est également traité dans :

BYZANCE - L'Empire byzantin

  • Écrit par 
  • José GROSDIDIER DE MATONS
  • , Universalis
  •  • 13 297 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « L'affaire Photius »  : […] Plus marquante encore est la figure du patriarche Photius, ancien professeur d'un immense savoir, qui donna à la culture byzantine une impulsion décisive. Photius devait son siège à Bardas qui, pour l'y installer, s'était débarrassé assez lestement du patriarche Ignace, représentant du parti des zélotes, c'est-à-dire des intransigeants (des moines surtout, particulièrement éprouvés par les persécu […] Lire la suite

CONCILE

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 5 670 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les conciles œcuméniques »  : […] Si étonnant que cela puisse paraître, il n'existe pas de liste officielle des conciles reconnus comme œcuméniques par l'Église catholique. Cette indétermination, qui laisse une certaine latitude d'interprétation concernant l'œuvre des conciles, a d'ailleurs sans aucun doute une signification œcuménique. Tel concile, purement oriental, comme celui de Constantinople (381), a été finalement reçu comm […] Lire la suite

FILIOQUE QUERELLE DU

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT
  •  • 1 001 mots

Nom donné à un conflit théologique qui a séparé et sépare encore l'Occident et l'Orient chrétiens et à l'origine duquel on trouve deux approches, différentes mais non opposées, du mystère de l'Esprit au sein de la Trinité. Les Pères latins, ainsi que certains Pères alexandrins, tel saint Cyrille d'Alexandrie, ont insisté sur la manifestation éternelle de l'Esprit, sa processio disent les premiers […] Lire la suite

ORTHODOXE ÉGLISE

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Bernard DUPUY, 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 23 319 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Dernières escarmouches et rupture officielle »  : […] La rupture ne fut jamais aussi proche qu'au ix e  siècle. La provocation romaine n'épargne plus rien de l'honneur byzantin. Le pape Léon, en couronnant Charlemagne (800), s'inféode à un système politique ennemi. Dans son opportunisme inconséquent, l'Église romaine sacrifie même, un moment, à la vieille mythologie byzantine, en fondant sa situation privilégiée sur une « donation de Constantin » fo […] Lire la suite

SCHISME D'ORIENT

  • Écrit par 
  • Marcel PACAUT
  •  • 745 mots

Nom donné à la rupture, consommée au xi e siècle, entre Rome et l'Église byzantine, laquelle fut appelée par la suite Église orthodoxe et comporta des rites divers. Le schisme d'Orient trouve ses origines dans la haute histoire du christianisme. Très tôt, en effet, des querelles dogmatiques, à propos de la nature du Christ notamment (monophysisme), opposèrent les Orientaux aux Occidentaux. Les em […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean GOUILLARD, « PHOTIUS (810 env.-env. 895) patriarche de Constantinople (858-867, 877-886) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/photius/