DESTIN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

S'il faut définir philosophiquement le destin, le résultat de cette conceptualisation doit contenir l'expression, d'une part, d'un déterminisme et, d'autre part, d'une saisie de ce déterminisme au moment de la mort : mort par anticipation ou saisie rétrospective. On aurait par exemple la formulation suivante : « enchaînement des causes et des effets conduisant à la mort ». Ce qui, à proprement parler, n'est rien d'autre que la vie. Vie, mort, l'idée de destin s'articule autour de cette évidence inéluctable et à travers elle : autant dire que, à la différence d'une notion philosophique, elle relève largement du mythe.

Destin : mythe et concept

De nombreux philosophes ont utilisé le terme de destin, à moins que ce ne soit l'inverse, et qu'ils aient été « utilisés » par lui : la conceptualisation du destin, à travers les romantiques, Hegel et Kierkegaard, ou à travers les Anciens, Platon, Aristote et les stoïciens, est un terrain d'élection pour qui veut saisir sur le fait la contamination, dans la démarche philosophique, des images et des concepts. L'exemple de Kierkegaard est éclairant : on relèvera dans son œuvre, notamment dans Ou bien... ou bien..., l'interférence de trois modèles culturels : le modèle judaïque, le modèle chrétien et le modèle grec.

Le tragique ancien, celui d'Agamemnon mais aussi d'Antigone, est à la fois un tragique de spectacle et le nœud d'une union avec la douleur : « C'est ainsi que notre Antigone est l'épouse de la peine. Elle voue sa vie à pleurer le destin de son père et son propre destin. » Le destin est la déploration, spectaculaire chez les Anciens, silencieuse pour les Modernes, d'une communauté de vie perdue.

Le modèle chrétien inspire toute la thématique de l'éthique et du sérieux, mais aussi le destin du Christ, qui pleure sur Jérusalem : « Ce n'est pas un prophète qui annonce l'avenir, ses paroles n'éveillent pas une inquiétude anxieuse, car ce qui est caché encore, il le voit devant ses yeux. » Le destin est alors accomplissement su et déterminé, accompagné de la douleur, non par suite de la méconnaissance par soi-même mais devant la méconnaissance d'autrui, en l'occurrence le peuple d'Israël.

Selon le modèle judaïque enfin, Abraham, puis Job, déplorent sans comprendre, comprenant seulement, mais d'une certitude sans détours, instantanée, qu'« à l'égard de Dieu nous avons toujours tort ».

Ainsi, le destin implique une relation du sujet à son savoir sur la vie et la mort : certitude rétrospective et cependant aveugle dans le cas du tragique grec ; certitude aveuglante et véridique au cœur de la méconnaissance pour le patriarche juif, et connaissance du Dieu rédempteur. Deux de ces relations déterminent deux types de malheur : la peine et la souffrance sont le propre des Grecs : « Souffrir pour comprendre », est-il dit dans Agamemnon. L'angoisse d'Abraham est la relation d'altérité, exemplaire ; mais aucun mot ne peut qualifier la douleur de Dieu, car celui-ci ne relève d'aucune altérité, essence de l'homme : altérité politique grecque, altérité tribale judaïque. Le destin peut donc être défini comme la saisie douloureuse du trajet qui conduit la vie vers la mort, en même temps qu'il ne peut manquer de spécifier la problématique de la relation, éthique et politique. Ainsi peut-on rendre compte du fait que la notion d'histoire ait été entée sur celle de destin et qu'elle ait pu apparaître comme un spectacle dont un Dieu, absurde comme celui qui gère la guerre de Troie, ou impénétrable comme celui qui préside aux destinées du peuple juif, effectue la mise en scène incompréhensible aux hommes qui dès lors n'ont plus à la modifier, mais à la jouer et à la subir. Cette histoire destinale fait encore partie de la sémantique politique contemporaine et informe, par exemple, la mythologie du grand homme.

Après avoir tracé brièvement l'esquisse des interférences mythiques dont Kierkegaard est l'exemple topique, il faut maintenant défaire cette intrication, et ordonner les mythes : d'abord en distinguant la mythologie grecque de la mythologie chrétienne ; puis, en établissant un parallèle entre la mythologie freudienne et ses origines antiques telles que les perçoivent les historiens ; enfin, en mettant en évidence la seule conception cohérente du destin, celle des stoïciens, qui fait apparaître l'essentielle duplicité de la notion de temps d'où viennent toutes les ambiguïtés du destin.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure, agrégée de l'Université

Classification

Autres références

«  DESTIN  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions

  • Écrit par 
  • Marc PIAULT
  •  • 9 611 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un dieu créateur et lointain »  : […] Dans de nombreuses religions africaines , le créateur de toutes choses est la plupart du temps inaccessible au point que, si les hommes s'y réfèrent dans les mythes d'origine, ils ne s'adressent pratiquement jamais à lui. Chez les Dogon, le dieu créateur, Amma, est relativement présent, ses autels sont dans chaque famille et des sacrifices lui sont offerts ; pourtant les cultes principaux sont re […] Lire la suite

AZTÈQUES (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 531 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Toute-puissance du destin »  : […] La société aztèque est régie par un système de prédestination absolue. Le destin (tonalli) de chaque homme descend en lui au moment de sa naissance. Il est révélé par un devin, le tonalpohuani, après lecture du tonalamatl, « le livre des destins », qui reprend le comput du calendrier sacré de vingt symboles gouvernant une période de 13 jours, soit 260 jours. À chaque jour correspond une valeur pa […] Lire la suite

BOÈCE (480-524)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 1 463 mots

Dans le chapitre « La « Consolation de Philosophie » »  : […] Du fond de sa prison, avant sa mort tragique, Boèce écrit sa Consolation de Philosophie . Dans cette œuvre, où alternent prose et poésie, il fait appel à la tradition de la sagesse antique, stoïcienne et platonicienne, pour assurer la paix de son âme au sein du malheur qui l'accable. Le premier livre décrit la Philosophie apparaissant à Boèce qui, dans sa prison, se lamente sur sa disgrâce. La Ph […] Lire la suite

CIEL SYMBOLISME DU

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 2 865 mots

Dans le chapitre « L'harmonie des contraires »  : […] Toutefois un autre symbolisme vient se greffer sur l'archétype diurne du Ciel. Car le Ciel peut aussi être nocturne. Bien mieux, il est la scène dramatique par excellence où se succèdent les contraires, où s'affrontent les phases, où se jouent les ascensions astrales comme les déclins. Sans insister ici sur le symbolisme spécifique de la Lune, il nous faut indiquer cependant que c'est bien elle q […] Lire la suite

CULPABILITÉ

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 9 666 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La loi extérieure du destin »  : […] Pour E. R. Dodds, relève de ce second modèle la société décrite par Homère, le plus grand bien aux yeux de celle-ci étant non la jouissance d'une conscience tranquille, mais la faveur de la timê , l'estime publique. Et l'on peut suivre, avec cet auteur, depuis l'époque homérique jusqu'à l'époque archaïque et au v e siècle, le passage relativement continu de la civilisation de la honte à la civil […] Lire la suite

ESCHATOLOGIE

  • Écrit par 
  • Michel HULIN
  •  • 6 356 mots
  •  • 1 média

L'eschatologie est la « science des choses ultimes » ( ta eschata , en grec) ou des « fins dernières » de l'homme. Or, comme l'atteste clairement l'histoire des religions, ces fins dernières ont toujours été comprises en deux sens bien différents. D'un côté, c'est le destin post mortem de l'individu qui est en jeu : sa survie, son éventuel jugement dans l'au-delà, son salut ou sa damnation, ou en […] Lire la suite

ÉVÉNEMENT, sociologie

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 3 184 mots

Dans le chapitre « La prospective et les événements »  : […] Si l'histoire cherche à relier les événements passés en un discours logique qui en constitue la vraie connaissance, la prospective extrapole les tendances passées ainsi mises en place, ou les tendances présentes repérées par l'économiste, le démographe ou le sociologue, à des situations futures. La prospective se veut donc connaissance de l'avenir, comme l'était la divination pour les sociétés arc […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 20 054 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Essor de la religion civique »  : […] La Grèce sort paradoxalement victorieuse de la crise des guerres médiques : la ferveur envers les dieux ne laisse pas d'en être considérablement renforcée dans toutes les cités qui ont participé à la gigantesque mêlée. C'est le cas notamment à Athènes. Les dieux et les héros de l'Attique ont lutté aux côtés des Athéniens, à Marathon comme à Salamine ; Athéna a fait repousser l'olivier sacré de l' […] Lire la suite

IMAGINAIRE ET IMAGINATION

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 12 540 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Expression musicale du destin »  : […] Que le détail de ces analyses soit aujourd'hui périmé n'infirme en rien la fécondité de l'inspiration dont elles procèdent : simplement la science des mythes a-t-elle tiré parti pour son compte propre des progrès accomplis depuis Müller par la linguistique. D'une part, élargissant à l'échelle d'une sémantique générale la conception saussurienne selon laquelle il n'est de signifiant que différentie […] Lire la suite

MAL

  • Écrit par 
  • Étienne BORNE
  •  • 5 218 mots

Dans le chapitre « La tragédie et le destin »  : […] La même créativité qui révèle et trompe l'angoisse de vivre s'exerce dans le mythe et dans l'art. N'interrogeons ici que les littératures, notamment dramatiques et romanesques, qui s'apparentent aux mythes dans la mesure où elles inventent des personnages en conflit les uns avec les autres dans des situations imaginaires. Elles n'ont d'autre matière, à moins de se détruire en un vain formalisme, […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

6-31 août 2021 Afghanistan – États-Unis. Prise du pouvoir par les talibans.

destin en mains, c’est leur pays, c’est leur combat ». Le 12, les talibans conquièrent Kandahar, dans le sud, et Herat, dans l’ouest, respectivement deuxième et troisième ville du pays. Le Pentagone annonce l’envoi de quelques milliers d’hommes à Kaboul pour superviser l’évacuation du personnel diplomatique et des ressortissants américains. Le 14,  […] Lire la suite

1er-31 mars 2020 France. Lutte contre l'épidémie de Covid-19.

destin en main. » Les élections municipales sont maintenues. À cette date, soixante et une personnes sont mortes de la Covid-19 dans le pays. Le Grand Est et l’Île-de-France sont les régions les plus touchées. Le 13, Édouard Philippe annonce l’interdiction des rassemblements de plus de cent personnes. Le 14, le gouvernement enclenche la phase 3 du  […] Lire la suite

27-30 novembre 2017 France – Burkina Faso – Côte d'Ivoire – Ghana. Tournée du président français Emmanuel Macron en Afrique.

destin de l’Afrique et de l’Europe, déclarant que « c’est en Afrique que se jouera une partie du basculement du monde ». Le 29, Emmanuel Macron participe à Abidjan au sommet entre l’Union européenne et l’Union africaine. Celui-ci est dominé par le dossier des migrations et notamment par le scandale de la vente de migrants subsahariens comme esclaves […] Lire la suite

4-26 novembre 2008 États-Unis. Élection de Barack Obama à la présidence

destin est partagé, et une nouvelle aube de leadership américain est arrivée. [...] Tel est le vrai génie de l'Amérique: l'Amérique peut changer. Notre Union peut être perfectionnée. » De son côté, John McCain, reconnaît que « c'est une élection historique ». Barack Obama doit être formellement désigné par les grands électeurs le 15 décembre et doit […] Lire la suite

Pour citer l’article

Catherine CLÉMENT, « DESTIN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/destin/