MOSCOU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Combats en octobre 1917

Combats en octobre 1917
Crédits : Hulton Getty

photographie

Le Kremlin

Le Kremlin
Crédits : Doug Armand/ Getty Images

photographie

Église de l'Annonciation au Kremlin

Église de l'Annonciation au Kremlin
Crédits : Doug Armand/ Getty Images

photographie

Place Rouge, Moscou

Place Rouge, Moscou
Crédits : John Lamb/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Tous les médias


Devenue capitale de l'Union soviétique au lendemain de la révolution de 1917, Moscou a retrouvé alors sa place historique au centre du monde russe et slave. Après deux siècles d'éclipse en faveur de Saint-Pétersbourg, capitale institutionnelle de l'Empire russe, Moscou redevint le lieu du pouvoir central, signe de la volonté de pérenniser l'héritage de la Russie traditionnelle, mais aussi symbole du pouvoir socialiste soviétique.

Combats en octobre 1917

Combats en octobre 1917

Photographie

En octobre 1917, des gardes rouges ouvrent le feu depuis une voiture blindée, à Moscou, durant la révolution russe. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Moscou se situe dans la tradition de la ville russe classique, blottie à l'ombre de sa forteresse, le Kremlin, entourée de ses enceintes emboîtées, témoignages des développements successifs de la cité. Choisir Moscou, c'était aussi renouer avec les avantages du site et de la situation géographiques qui avaient présidé à la création de la ville et à sa croissance au cours des siècles. Moscou était née, ville fortifiée, dans une clairière placée à la confluence de plusieurs voies d'eau, au centre d'un domaine étendu de plaines, entre forêts et steppes, zone de passage des hommes et des produits entre le nord et le sud du pays.

La vie économique et politique s'était ainsi élaborée au cours des siècles au cœur de l'État russe. Un réseau dense de voies de communications drainait vers la ville les hommes, les capitaux et les activités. Rendre à Moscou sa fonction de capitale, c'était aussi recentrer celle-ci dans un pays continental, alors que Leningrad avait une position maritime périphérique. L'ancienne capitale était sentie comme un corps étranger à la vie de la Russie profonde et était considérée comme trop vulnérable par Lénine. Moscou représentait exactement le contraire.

Enfin, Moscou a été conçue dans le nouveau système comme le symbole et le modèle de la ville socialiste, à l'intérieur et à l'extérieur de l'U.R.S.S. Ce fut par excellence le lieu d'élaboration de l'« homme nouveau », le champ d'expérimentation de nouvelles formes d'organisation des espaces urbains, le centre de décision pour toute l'Union soviétique, comme la référence obligée, même av [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages


Écrit par :

  • : chercheur au laboratoire de géographie urbaine de l'université de Paris-X
  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris
  • : chercheur au C.N.R.S., directrice du Centre d'études des mondes russe, caucasien et centre-européen (C.N.R.S. - École des hautes études en sciences sociales)

Classification


Autres références

«  MOSCOU  » est également traité dans :

AUTOCÉPHALES ÉGLISES

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 1 041 mots

L'autocéphalie (du grec autoképhalos , « qui est sa propre tête ») est le régime canonique qui règle les rapports institutionnels existant entre les diverses Églises sœurs dont se compose l'Église orthodoxe. Deux traits caractérisent ce régime : le refus d'une primauté de juridiction qui s'étendrait à l'Église universelle et la détermination autonome de la vie des Églises à l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglises-autocephales/#i_18155

BOLCHOÏ

  • Écrit par 
  • André LISCHKE
  •  • 959 mots
  •  • 1 média

« Grand » théâtre de Moscou, le Bolchoï trouve son origine dans un bâtiment construit en 1776 par l'entrepreneur anglais Michael Maddox sur la suggestion du gouverneur de Moscou, le prince Piotr Vassilievitch Ouroussov. C'est là que furent joués les premiers opéras-vaudevilles russes, dont Le Meunier, sorcier, fourbe et marieur de Mikhaïl Matveïevitch Sokolovski, en 1779, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bolchoi/#i_18155

DIMITRI IV DONSKOÏ (1350-1389) grand-prince de Moscou (1359-1389)

  • Écrit par 
  • Wladimir VODOFF
  •  • 561 mots

Lorsqu'il succède à son père, Ivan II (mort en 1359), comme prince de Moscou, le jeune Dimitri se trouve sous la tutelle politique du métropolite Alexis (mort en 1378). Celui-ci lui obtient, par ses démarches à la Horde d'Or, le titre de grand-prince de Vladimir (1362), ravi depuis 1359 par le prince de Souzdal-Nijni-Novgorod. Devenu majeur, Dimitri, poursuivant la politique de ses prédécesseurs, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dimitri-iv-donskoi/#i_18155

EUROPE - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Catherine LEFORT, 
  • Pierre-Jean THUMERELLE
  •  • 16 532 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le climat continental »  : […] Ce climat est sous la dépendance des influences venues de l'Asie : aussi est-il particulièrement dur et bien marqué en Russie où les hautes pressions hivernales provoquent de grands froids (— 11  0 C en janvier). L'amplitude thermique devient très élevée : 29  0 C à Moscou (18  0 C de moyenne en juillet), mais les pointes e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/europe-geographie/#i_18155

ICÔNE

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Catherine JOLIVET-LÉVY
  •  • 4 836 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les icônes russes »  : […] En Russie, dont l'art religieux, comme celui des Balkans, tire ses origines de Byzance, l'icône connut un exceptionnel essor. Là, mieux qu'ailleurs, s'affirmèrent les caractères distinctifs d'écoles locales, de nouveaux thèmes iconographiques furent créés (les saints Boris et Gleb, le Pokrov – voile – de la Vierge, par exemple) et des peintres de talent développèrent un style souvent original. Les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/icone/#i_18155

IVAN Ier DANILOVITCH KALITA (1304-1341) grand-prince de Moscou (1325-1341)

  • Écrit par 
  • Wladimir VODOFF
  •  • 223 mots

Après avoir secondé son frère Iouri, Ivan lui succède en 1325 à la tête de la principauté de Moscou, fondée à la fin du xiii e  siècle par leur père, Daniel. Le nouveau prince continue la lutte menée par son aîné contre la principauté de Tver pour l'obtention du titre de grand-prince de Vladimir, c'est-à-dire pour l'hégémonie de la Russie du Nord- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ivan-ier-danilovitch-kalita/#i_18155

IVAN III LE GRAND (1440-1505) grand-prince de Moscou (1462-1505)

  • Écrit par 
  • Wladimir VODOFF
  •  • 477 mots
  •  • 1 média

Grand-prince en 1462, Ivan hérite de son père, Basile II, non seulement son titre mais aussi un domaine princier ( oudel ), suffisamment important pour lui assurer la suprématie sur ses frères, dont les territoires seront presque tous annexés durant le règne. L'unification de la Russie du Nord-Est sous l'égide de Moscou progresse rapidement : la fin de l'indépendance de Novgo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ivan-iii-le-grand/#i_18155

IVAN IV COURONNÉ TSAR

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 202 mots
  •  • 1 média

Ivan IV, dit le Terrible (1533-1584), n'a que trois ans lorsqu'il succède à son père Basile III comme grand-prince de Russie. Maintenu sous la tutelle de sa mère Hélène Glinskaïa, puis sous l'influence des Grands, il n'accède au pouvoir qu'en 1547, lorsqu'il se fait couronner tsar par le métropolite Macaire. Ce dernier, qui l'a formé, est convaincu du rôle providentiel désormais offert à Moscou, d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ivan-iv-couronne-tsar/#i_18155

IVAN IV LE TERRIBLE (1530-1584)

  • Écrit par 
  • Constantin de GRUNWALD
  •  • 1 807 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les origines »  : […] Ivan  III (1462-1505), grand-père d'Ivan Vassiliévitch Grozny, avait déjà réussi à transformer la petite principauté de Moscou, qui s'était constituée deux siècles plus tôt dans les forêts de la Russie septentrionale, en un puissant État centralisé à l'époque même où Louis XI menait à bien l'unification du royaume de France ; où, en Angleterre, Henri Tudor mettait fin à la guerre des Deux-Roses ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ivan-iv-le-terrible/#i_18155

KOUTOUZOV MIKHAÏL ILLARIONOVITCH GOLENICHTCHEV (1745-1813) prince de Smolensk

  • Écrit par 
  • Daria OLIVIER
  •  • 575 mots

Sauveur de la patrie et l'un des plus éminents chefs d'armée de toute l'histoire de Russie, Mikhaïl Koutouzov est allié à d'illustres familles. Instruit, polyglotte, il semble destiné à une carrière de courtisan ; mais il choisit l'armée et entre à l'école d'artillerie. Il voue un culte à Pierre le Grand, dont il reçoit un enseignement posthume par l'intermédiaire des grands capitaines qui furent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mikhail-illarionovitch-koutouzov/#i_18155

MÉTROPOLITE

  • Écrit par 
  • Wladimir VODOFF
  •  • 808 mots

Le titre de métropolite, qui ne correspond pas exactement à celui de métropolitain dans l'Église latine, bien qu'il soit actuellement employé en un sens assez large dans l'orthodoxie, appartient, à l'origine, à l'ecclésiologie russe. Son histoire a été d'abord marquée par l'importance qu'ont eue, en Russie, les sièges métropolitains de Kiev, puis de Moscou. Dès la reconnaissance par saint Vladimir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metropolite/#i_18155

MOSCOU (JEUX OLYMPIQUES DE) [1980] - Contexte, organisation, bilan

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 2 978 mots

Le 23 octobre 1974, le C.I.O., réuni pour sa soixante-quinzième session à Vienne, accorde l'organisation des XIX es  jeux Olympiques d'été à Moscou : chose inhabituelle, le détail du vote est tenu secret, mais il semble que Moscou ait obtenu quarante-neuf voix, Los Angeles douze. Pour la première fois, les Jeux se déroulent donc dans un pays communiste. Un choix logique : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moscou-jeux-olympiques-de-1980/#i_18155

NAPOLÉON Ier BONAPARTE (1769-1821) empereur des Français (1804-1814 et 1815)

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT
  • , Universalis
  •  • 8 302 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Le désastre en Russie et ses conséquences »  : […] Depuis Erfurt, le tsar se montrait de moins en moins enclin à traiter avec Napoléon. Au printemps de 1812, ce dernier massa ses troupes en Pologne pour intimider Alexandre. À la fin du mois de juin, la Grande Armée (environ 600 000 hommes) entreprit la traversée du Niémen. Les Russes se replièrent, adoptant la tactique de la terre brûlée. Les troupes de Napoléon n'atteignirent les abords de Mosco […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/napoleon-ier-bonaparte/#i_18155

PLACE ROUGE

  • Écrit par 
  • Pierre KOVALEWSKY
  •  • 465 mots
  •  • 6 médias

« Belle Place » en ancien russe, et l'une des plus grandes d'Europe (8 ha), la place Rouge est plus vaste que la place de la Concorde. Depuis le xv e siècle, elle fut le théâtre de tous les événements importants dans la vie du pays . Les décrets et lois étaient proclamés d'une tribune qui se trouvait au milieu de la place, et de grandes cérémoni […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/place-rouge/#i_18155

KAZAN PRISE DE (1552)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 193 mots

En s'emparant définitivement du khanat mongol de Kazan, que son grand-père Ivan III n'avait que temporairement annexé en 1487, Ivan le Terrible, premier des grands-princes moscovites à s'être fait couronner tsar, affirme dès les débuts de son règne (1547-1584) la nouvelle dimension prise par son État, alors en pleine restructuration autocratique. Longtemps vassale de la Horde d'or et devant payer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prise-de-kazan/#i_18155

ROME TROISIÈME

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 510 mots

De même que Byzance, la deuxième Rome, avait supplanté la première lors des invasions barbares, certains écrivains russes du xvi e siècle, qui considéraient que l'une et l'autre avaient successivement failli à leur mission de diriger la chrétienté, revendiquèrent pour Moscou, avec le titre de Troisième Rome, le droit de relayer Constantinople dan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troisieme-rome/#i_18155

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Pascal MARCHAND
  •  • 8 550 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Villes et campagnes, deux mondes »  : […] En 1917, la Russie était un pays rural. Le projet communiste a privilégié la ville, habitat naturel du prolétariat, et ne voyait dans les campagnes qu'un refuge du passé. La part de la population urbaine est donc passée de 14 p. 100 de la population totale à 74 p. 100 en 1989 (73 p. 100 en 2009). De nouveaux centres ont été créés de toutes pièces, mais on a surtout procédé à l'extension massive d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-le-territoire-et-les-hommes-geographie/#i_18155

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Roger PORTAL
  •  • 20 249 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « La domination mongole »  : […] Les deux siècles de domination mongole ont eu des conséquences profondes sur le cours de l'histoire russe : la théorie « eurasienne » qui rattache partiellement la Russie à l'Asie et met l'accent sur les traits asiatique de la civilisation russe, apparus ou renforcés après la conquête, est rejetée ou mise en doute par la plupart des historiens. L'influence tatare sur le vocabulaire, les instituti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_18155

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - La Fédération de Russie

  • Écrit par 
  • Myriam DÉSERT
  •  • 14 320 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le dernier combat des soviets »  : […] Le ton monte entre ministres et députés, élus en 1990 avec des perspectives tout autres que celles qui s'imposent désormais. Certains n'hésitent pas à qualifier la politique gouvernementale de « génocide », les privatisations sont l'occasion d'accuser le pouvoir de brader le patrimoine commun à ceux qui sont proches de lui. Rouslan Khasboulatov, au perchoir d'un Congrès des députés du peuple (appe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-le-territoire-et-les-hommes-la-federation-de-russie/#i_18155

THÉOPHANE LE GREC (entre 1330 et 1340-entre 1405 et 1415)

  • Écrit par 
  • Jean BLANKOFF
  •  • 524 mots
  •  • 1 média

Peintre d'origine byzantine, Théophane le Grec s'est illustré en Russie. Nous connaissons assez peu de chose sur sa vie ; les faits essentiels de sa biographie sont rapportés par l'épître d'Épiphane le Très Sage (Premudryï) à Cyrille de Tver, écrite vers 1415. Son nom et son travail sont aussi mentionnés dans la troisième chronique de Novgorod et dans la chronique moscovite de la Trinité. Théophan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theophane-le-grec/#i_18155

U.R.S.S. - Histoire

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 22 667 mots
  •  • 55 médias

Dans le chapitre « L'URSS en guerre (1941-1945) »  : […] Durant les dix-huit premiers mois de la guerre (juin 1941-novembre 1942), l'URSS accumule les défaites. Après trois semaines de combats, les armées allemandes progressent de trois cents à six cents kilomètres, occupant les pays Baltes, la Biélorussie, l'Ukraine occidentale et la Moldavie. Le 24 septembre, après la chute de Smolensk, la Wehrmacht lance l'opération Typhon avec pour objectif Moscou. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/u-r-s-s/#i_18155

VOLGA

  • Écrit par 
  • Laurent TOUCHART
  •  • 2 985 mots

Dans le chapitre « La Volga supérieure, un réseau de canaux au service de Moscou »  : […] De la source à Rybinsk, la Volga est avant tout dévolue aux transports, sous la domination de la toute proche capitale russe. Le fleuve prend sa source à seulement 228 mètres d'altitude, dans la partie nord du plateau central russe. Au bout de 15 kilomètres, il est déjà équipé du petit barrage de Verkhnié Voljsk (depuis 1843), puis coule de manière naturelle sur 180 kilomètres, franchissant par un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/volga/#i_18155

Voir aussi

Pour citer l’article

Galia BURGEL, Roger PORTAL, Catherine GOUSSEFF, « MOSCOU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/moscou/