MOSCOU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Devenue capitale de l'Union soviétique au lendemain de la révolution de 1917, Moscou a retrouvé alors sa place historique au centre du monde russe et slave. Après deux siècles d'éclipse en faveur de Saint-Pétersbourg, capitale institutionnelle de l'Empire russe, Moscou redevint le lieu du pouvoir central, signe de la volonté de pérenniser l'héritage de la Russie traditionnelle, mais aussi symbole du pouvoir socialiste soviétique.

Combats en octobre 1917

Photographie : Combats en octobre 1917

En octobre 1917, des gardes rouges ouvrent le feu depuis une voiture blindée, à Moscou, durant la révolution russe. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Moscou se situe dans la tradition de la ville russe classique, blottie à l'ombre de sa forteresse, le Kremlin, entourée de ses enceintes emboîtées, témoignages des développements successifs de la cité. Choisir Moscou, c'était aussi renouer avec les avantages du site et de la situation géographiques qui avaient présidé à la création de la ville et à sa croissance au cours des siècles. Moscou était née, ville fortifiée, dans une clairière placée à la confluence de plusieurs voies d'eau, au centre d'un domaine étendu de plaines, entre forêts et steppes, zone de passage des hommes et des produits entre le nord et le sud du pays.

La vie économique et politique s'était ainsi élaborée au cours des siècles au cœur de l'État russe. Un réseau dense de voies de communications drainait vers la ville les hommes, les capitaux et les activités. Rendre à Moscou sa fonction de capitale, c'était aussi recentrer celle-ci dans un pays continental, alors que Leningrad avait une position maritime périphérique. L'ancienne capitale était sentie comme un corps étranger à la vie de la Russie profonde et était considérée comme trop vulnérable par Lénine. Moscou représentait exactement le contraire.

Enfin, Moscou a été conçue dans le nouveau système comme le symbole et le modèle de la ville socialiste, à l'intérieur et à l'extérieur de l'U.R.S.S. Ce fut par excellence le lieu d'élaboration de l'« homme nouveau », le champ d'expérimentation de nouvelles formes d'organisation des espaces urbains, le centre de décision pour toute l'Union soviétique, comme la référence obligée, même avec des réserves, pour les communistes du monde entier. Moscou fut à la fois capitale de l'U.R.S.S., capitale de la R.S.F.S.R. (république socialiste fédérative soviétique de Russie) et centre d'une région urbaine dont l'importance économique et sociale est considérable. Pourtant, malgré l'accumulation exceptionnelle de ses fonctions, Moscou ne comptait que 8,6 millions d'habitants pour un État de 276 millions de citoyens en 1985 pour atteindre plus de 10 millions lors du dernier recensement de 2002. Ce n'est pas le moindre paradoxe que cette immense concentration des pouvoirs politiques, économiques et idéologiques dans une métropole somme toute assez limitée.

Histoire

Une capitale vassale des Tatars

Création du prince de Suzdal', Juri Dolgoruki, Moscou, dont le nom apparaît pour la première fois dans les documents en 1147, ne fut jusqu'au xiiie siècle, dans la Russie féodale, qu'un petit bourg, pourvu d'une fortification ou kremlin de bois, dépendant de la principauté de Vladimir-Suzdal'.

Devenue au début du xiiie siècle le centre d'une principauté autonome, Moscou fut, avec l'ensemble de la Russie, victime de l'invasion mongole. Incendiée par les Tatars en janvier 1238, elle se relève rapidement de ses ruines, et les excellents rapports qui se nouent entre le prince de Moscou et le khan des Mongols assurent l'avenir de la ville. Intermédiaires entre le khan et les princes russes pour le paiement du tribut, les princes de Moscou développent leur influence, avec la garantie des yarlyk accordés par le khan. Sous les princes Juri Danilovič (1303-1325) et Ivan Kalita (1325-1340) se constitue une Grande-Principauté de Moscou qui rassemble peu à peu les terres russes en un État centralisé.

Moscou succède à Vladimir à la fois sur le plan politique et sur le plan religieux lorsque, sous Ivan Kalita, les métropolites y fixent leur résidence. Dans la seconde moitié du xive siècle commence contre le joug tatar la lutte pour l'indépendance qui fait de Moscou une base militaire d'où partent les armées qui, sous le commandement du prince, Dmitri Donskoj (1359-1389), écrasent les Tatars à Kulikovo (1380). Moscou doit cependant se défendre longtemps encore au cours du xve siècle, contre la Horde d'Or des Tatars et contre les princes russes hostiles à la politique du grand-prince. Les années 1480 m [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Médias de l’article

Combats en octobre 1917

Combats en octobre 1917
Crédits : Hulton Getty

photographie

Le Kremlin

Le Kremlin
Crédits : Doug Armand/ Getty Images

photographie

Église de l'Annonciation au Kremlin

Église de l'Annonciation au Kremlin
Crédits : Doug Armand/ Getty Images

photographie

Place Rouge, Moscou

Place Rouge, Moscou
Crédits : John Lamb/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Afficher les 13 médias de l'article


Écrit par :

  • : chercheur au laboratoire de géographie urbaine de l'université de Paris-X
  • : chercheur au C.N.R.S., directrice du Centre d'études des mondes russe, caucasien et centre-européen (C.N.R.S. - École des hautes études en sciences sociales)
  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification

Autres références

«  MOSCOU  » est également traité dans :

AUTOCÉPHALES ÉGLISES

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 1 041 mots

L'autocéphalie (du grec autoképhalos , « qui est sa propre tête ») est le régime canonique qui règle les rapports institutionnels existant entre les diverses Églises sœurs dont se compose l'Église orthodoxe. Deux traits caractérisent ce régime : le refus d'une primauté de juridiction qui s'étendrait à l'Église universelle et la détermination autonome de la vie des Églises à l'échelon national. Les […] Lire la suite

BOLCHOÏ

  • Écrit par 
  • André LISCHKE
  •  • 960 mots
  •  • 1 média

« Grand » théâtre de Moscou, le Bolchoï trouve son origine dans un bâtiment construit en 1776 par l'entrepreneur anglais Michael Maddox sur la suggestion du gouverneur de Moscou, le prince Piotr Vassilievitch Ouroussov. C'est là que furent joués les premiers opéras-vaudevilles russes, dont Le Meunier, sorcier, fourbe et marieur de Mikhaïl Matveïevitch Sokolovski, en 1779, et L'Auberge de Sain […] Lire la suite

DIMITRI IV DONSKOÏ (1350-1389) grand-prince de Moscou (1359-1389)

  • Écrit par 
  • Wladimir VODOFF
  •  • 561 mots

Lorsqu'il succède à son père, Ivan II (mort en 1359), comme prince de Moscou, le jeune Dimitri se trouve sous la tutelle politique du métropolite Alexis (mort en 1378). Celui-ci lui obtient, par ses démarches à la Horde d'Or, le titre de grand-prince de Vladimir (1362), ravi depuis 1359 par le prince de Souzdal-Nijni-Novgorod. Devenu majeur, Dimitri, poursuivant la politique de ses prédécesseurs, […] Lire la suite

EUROPE - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Catherine LEFORT, 
  • Pierre-Jean THUMERELLE
  •  • 16 360 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Le climat continental »  : […] Ce climat est sous la dépendance des influences venues de l'Asie : aussi est-il particulièrement dur et bien marqué en Russie où les hautes pressions hivernales provoquent de grands froids (— 11  0 C en janvier). L'amplitude thermique devient très élevée : 29  0 C à Moscou (18  0 C de moyenne en juillet), mais les pointes exceptionnelles sont beaucoup plus prononcées : on a enregistré, à Moscou, d […] Lire la suite

ICÔNE

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Catherine JOLIVET-LÉVY
  •  • 4 837 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les icônes russes »  : […] En Russie, dont l'art religieux, comme celui des Balkans, tire ses origines de Byzance, l'icône connut un exceptionnel essor. Là, mieux qu'ailleurs, s'affirmèrent les caractères distinctifs d'écoles locales, de nouveaux thèmes iconographiques furent créés (les saints Boris et Gleb, le Pokrov – voile – de la Vierge, par exemple) et des peintres de talent développèrent un style souvent original. Les […] Lire la suite

IVAN Ier DANILOVITCH KALITA (1304-1341) grand-prince de Moscou (1325-1341)

  • Écrit par 
  • Wladimir VODOFF
  •  • 223 mots

Après avoir secondé son frère Iouri, Ivan lui succède en 1325 à la tête de la principauté de Moscou, fondée à la fin du xiii e  siècle par leur père, Daniel. Le nouveau prince continue la lutte menée par son aîné contre la principauté de Tver pour l'obtention du titre de grand-prince de Vladimir, c'est-à-dire pour l'hégémonie de la Russie du Nord-Est. En 1337, il s'offre pour réprimer une révolte […] Lire la suite

IVAN III LE GRAND (1440-1505) grand-prince de Moscou (1462-1505)

  • Écrit par 
  • Wladimir VODOFF
  •  • 477 mots
  •  • 1 média

Grand-prince en 1462, Ivan hérite de son père, Basile II, non seulement son titre mais aussi un domaine princier ( oudel ), suffisamment important pour lui assurer la suprématie sur ses frères, dont les territoires seront presque tous annexés durant le règne. L'unification de la Russie du Nord-Est sous l'égide de Moscou progresse rapidement : la fin de l'indépendance de Novgorod (1478) quadruple l […] Lire la suite

IVAN IV COURONNÉ TSAR

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 202 mots
  •  • 1 média

Ivan IV, dit le Terrible (1533-1584), n'a que trois ans lorsqu'il succède à son père Basile III comme grand-prince de Russie. Maintenu sous la tutelle de sa mère Hélène Glinskaïa, puis sous l'influence des Grands, il n'accède au pouvoir qu'en 1547, lorsqu'il se fait couronner tsar par le métropolite Macaire. Ce dernier, qui l'a formé, est convaincu du rôle providentiel désormais offert à Moscou, d […] Lire la suite

IVAN IV LE TERRIBLE (1530-1584)

  • Écrit par 
  • Constantin de GRUNWALD
  •  • 1 807 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les origines »  : […] Ivan  III (1462-1505), grand-père d'Ivan Vassiliévitch Grozny, avait déjà réussi à transformer la petite principauté de Moscou, qui s'était constituée deux siècles plus tôt dans les forêts de la Russie septentrionale, en un puissant État centralisé à l'époque même où Louis XI menait à bien l'unification du royaume de France ; où, en Angleterre, Henri Tudor mettait fin à la guerre des Deux-Roses ; […] Lire la suite

KOUTOUZOV MIKHAÏL ILLARIONOVITCH GOLENICHTCHEV (1745-1813) prince de Smolensk

  • Écrit par 
  • Daria OLIVIER
  •  • 575 mots

Sauveur de la patrie et l'un des plus éminents chefs d'armée de toute l'histoire de Russie, Mikhaïl Koutouzov est allié à d'illustres familles. Instruit, polyglotte, il semble destiné à une carrière de courtisan ; mais il choisit l'armée et entre à l'école d'artillerie. Il voue un culte à Pierre le Grand, dont il reçoit un enseignement posthume par l'intermédiaire des grands capitaines qui furent […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-28 février 2022 Ukraine – Russie. Intervention militaire russe en Ukraine.

Le 7, le président français Emmanuel Macron se rend à Moscou où il s’entretient avec le président russe Vladimir Poutine. Il défend la priorité d’une « désescalade » militaire à la frontière ukrainienne, propose une limitation des activités militaires en Europe et promeut le déblocage de la mise en œuvre des accords de Minsk II de février 2015 relatifs à la crise dans le Donbass. […] Lire la suite

4-28 février 2022 Suisse. Annonce de sanctions contre la Russie.

Le 4, la députée européenne et ancienne ministre française Nathalie Loiseau (LRM), présidente de la sous-commission Sécurité et Défense du Parlement européen, revenant de Kiev qui se trouve alors sous la menace d’une intervention militaire russe, déclare à l’hebdomadaire Le Point que « face à Moscou, l’Europe ne doit pas être une grosse Suisse molle ». […] Lire la suite

4-28 janvier 2022 Kazakhstan. Répression des troubles et purge de l'appareil d'État.

De son côté, Moscou annonce le déploiement dans le pays d’une « force collective de maintien de la paix » comptant notamment trois mille soldats russes. Il s’agit de la première intervention de l’OSTC depuis sa création en octobre 2002. Le 7, le président Tokaïev annonce que « l’ordre constitutionnel a été largement rétabli » dans le pays. Le 9, une chaîne contrôlée par le ministère de l’Information fait état de cent soixante-quatre civils tués lors de la répression des émeutes. […] Lire la suite

10-26 janvier 2022 Ukraine – États-Unis – Russie. Rejet par Washington des exigences de Moscou dans la crise ukrainienne.

Le 26, Washington confirme dans sa réponse écrite son refus de satisfaire aux exigences de Moscou. […] Lire la suite

1er-30 décembre 2021 Ukraine – Russie – États-Unis. Entretiens entre Washington et Moscou sur les tensions à la frontière ukrainienne.

Joe Biden se déclare prêt à s’impliquer, aux côtés de ses alliés européens, dans la réactivation des accords de Minsk de février 2015 sur le conflit dans le Donbass, dont le processus de règlement mené sous le « Format Normandie » par Kiev, Moscou, Paris et Berlin est à l’arrêt depuis décembre 2020. Washington prévient qu’une intervention militaire russe entraînerait un renforcement du soutien américain à l’Ukraine ainsi qu’aux pays Baltes, à la Pologne et à la Roumanie, ainsi que l’imposition de lourdes sanctions économiques contre Moscou. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Galia BURGEL, Catherine GOUSSEFF, Roger PORTAL, « MOSCOU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/moscou/