CHRISTIANISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Parmi les titres identificateurs que s'était attribués Jésus de Nazareth, c'est celui de Kristos qui a été retenu pour désigner (vers 44, à Antioche) ses disciples : il signifie l'Oint, le Messie (en hébreu maschiah). Sur ce titre seront formés les termes grec kristianismos, latin christianismus et, au xiiie siècle, français christianisme, qui désignent le mouvement, la doctrine et l'institution religieux qui se réclament de Jésus-Christ.

Le christianisme est né au sein du judaïsme. C'est parmi les nombreuses sectes messianiques qui se développaient dans le monde juif, au début de notre ère, que s'opéra le regroupement des disciples de Jésus de Nazareth dans la continuité de la secte des disciples de Jean-Baptiste. Contestée par les pharisiens, rejetée par les saducéens, la communauté des chrétiens fut acceptée au sein du judaïsme jusqu'aux environs de l'an 65, date à laquelle se consomma une rupture inévitable. En effet, les disciples de Jésus avaient, dès le début, manifesté, de multiples façons, qu'ils se considéraient comme accomplissant et dépassant le judaïsme. Leur messie était bien celui qu'avaient annoncé les prophètes d'Israël, mais il ne s'identifiait pas à l'image que s'en faisait le judaïsme contemporain : cela, ils le savaient et le disaient, dès les origines de la communauté.

La secte des chrétiens n'avait d'ailleurs pas attendu d'être rejetée du judaïsme pour se répandre dans le monde païen. Dès 61, elle était à Rome. Le monde romain devait finalement, après les persécutions impériales, ouvrir au christianisme toutes ses régions. Du monde romain le christianisme passe aux Barbares et s'étend surtout en Occident. Dès le Moyen Âge, il est établi chez les Slaves. S'il recule dans les régions conquises par l'islam, il ne cesse d'envoyer des missionnaires au loin, à partir de la chrétienté occidentale : au xvie siècle, vers l'Asie et vers l'Amérique latine, au xvii


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages





Écrit par :

  • : professeur aux Facultés dominicaines du Saulchoir et à l'Institut catholique de Paris

Classification


Autres références

«  CHRISTIANISME  » est également traité dans :

ADVENTISME

  • Écrit par 
  • Jean SÉGUY
  •  • 1 089 mots

Le terme « adventisme » vient du latin adventus , venue. Il désigne une doctrine centrée sur l'attente du retour du Christ à la fin des temps. En lui-même, le vocable adventisme pourrait s'appliquer à tous les mouvements du genre eschatologique de l'histoire du christianisme. En ce sens, il existe un adventisme pré-adventiste ou des traits adventistes dans de nombreux mouvements chrétiens. Sans do […] Lire la suite

AFFECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Marc RICHIR
  •  • 12 253 mots

Dans le chapitre « Affectivité et passions dans la tradition classique »  : […] Sans pouvoir entrer ici dans l'extrême complexité et la richesse immense de l'expérience grecque de l'affectivité et des passions – notamment dans la littérature tragique –, il est néanmoins possible de placer quelques repères significatifs chez les philosophes. « Le Grec, écrit E. R. Dodds, a toujours vu dans l'expérience d'une passion une chose mystérieuse et effrayante, l'expérience d'une forc […] Lire la suite

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 433 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Les religions : de l'animisme aux monothéismes »  : […] Une même évolution, étalée sur une plus longue durée, concerne les religions. L'animisme ancestral, aux pratiques locales très atomisées, a cédé du terrain face aux grandes religions. Mais si l'expansion de l'islam et du christianisme l'a fait reculer, il n'en demeure pas moins pratiqué par quelque 30 p. 100 des Africains. Il reste très vivant, en particulier en milieu rural où il imprègne la vi […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - Préhistoire

  • Écrit par 
  • Augustin HOLL
  •  • 6 306 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Nubie »  : […] Le royaume de Kerma se développe au cours du III e  millénaire le long de la vallée du Nil au sud de l'Égypte. Kerma, le principal centre urbain, comporte des édifices massifs en brique, un palais royal et un vaste cimetière. Certaines des tombes monumentales sont entourées de centaines de bucranes, et la pratique de sacrifices humains semble avoir été très courante. La rivalité entre l'Égypte et […] Lire la suite

AFRIQUE (Histoire) - De l'entrée dans l'histoire à la période contemporaine

  • Écrit par 
  • Hubert DESCHAMPS, 
  • Jean DEVISSE, 
  • Henri MÉDARD
  •  • 9 664 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Un continent remodelé par la conquête coloniale »  : […] L'Afrique contemporaine est diverse. Les logiques locales sont extrêmement variées. Néanmoins, on peut distinguer des tendances lourdes qui, aux xix e et xx e  siècles, se conjuguent sur l'ensemble du continent avec des logiques plus locales, des déclinaisons et des chronologies très variées. Les événements centraux à cette échelle continentale (mais pas nécessairement à une échelle plus fine) s […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions

  • Écrit par 
  • Marc PIAULT
  •  • 9 611 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Influence du christianisme et religions syncrétiques »  : […] Après diverses tentatives sans lendemain, telles que la conversion du roi du Congo en 1491 par les Portugais, le baptême d'un prince de la Côte-d'Ivoire emmené à Versailles et parrainé par Louis XIV ou les tentatives de missionnaires allemands pour évangéliser les Hottentots, le christianisme n'avait pratiquement pas réussi à s'implanter sérieusement jusqu'au début du xix e  siècle. De nombreux mi […] Lire la suite

AGAPÈ

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 1 102 mots

Le mot grec agapè signifie affection, amour, tendresse, dévouement. Son équivalent latin est caritas , que nous traduisons par « charité » (dans les textes stoïciens comme dans les textes chrétiens). Généralement, la langue profane emploie agapè pour désigner un amour de parenté ou d'amitié, distinct de l'amour-passion, distinct du désir amoureux : celui-ci, en grec, est appelé érôs , en latin a […] Lire la suite

TERRE ÂGE DE LA

  • Écrit par 
  • Pascal RICHET
  •  • 5 139 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La chronologie : une préoccupation chrétienne »  : […] Accepté au Moyen Âge aussi bien à Byzance que dans le monde musulman et en Occident, le petit univers d’Aristote centré sur la Terre ne fut pas remis en cause pendant près de deux millénaires. L’éternité du monde fut en revanche vite contestée par les chrétiens parce qu’elle contredisait clairement le tableau biblique de la Création minutieusement brossé par la Genèse. Pour les tout premiers chrét […] Lire la suite

ÂME

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIR, 
  • Henri Dominique SAFFREY
  •  • 6 026 mots

Dans le chapitre « Éclipse et retour des doctrines sur l'âme à la période hellénistique et romaine »  : […] Après la mort d'Alexandre le Grand (323 av. J.-C.), le monde hellénique se trouva plongé dans un bouleversement sans précédent : on passait sans transition de la petite cité grecque à la totalité de la « terre habitée » ; l'homme, défini par Aristote comme « le vivant qui habite une cité », devenait subitement « œcuménique », citoyen du monde et solidaire de l'univers, partout chez lui et infinime […] Lire la suite

AMÉRINDIENS - Hauts plateaux andins

  • Écrit par 
  • Carmen BERNAND
  •  • 4 680 mots

Dans le chapitre « Culte des montagnes et des sommets »  : […] Le culte rendu aux montagnes est omniprésent chez tous les peuples andins. À l'origine chaque groupe ethnique et chaque lignage se considéraient comme autochtones, ayant émergé des profondeurs de la terre par des cavités, des lacs d'altitude ou des rochers. L'ancêtre était également représenté par une pierre et d'autres objets qui contenaient une parcelle de sa force. Toutes les montagnes n'avaie […] Lire la suite

ANCIENS ET MODERNES

  • Écrit par 
  • Milovan STANIC, 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 5 036 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Rivaliser avec l'antique »  : […] Horace déjà, au i er  siècle av. J.-C., dont les écrits ( Art poétique ), après ceux de Cicéron ( De l'orateur ) et avant ceux de Quintilien ( Sur la formation de l'orateur ) au i er  siècle apr. J.-C., ont été déterminants pour la pensée de l'art jusqu'à la Renaissance, et même au-delà, oppose ancien et nouveau dans son épître À Auguste , pour affronter un courant archaïsant de son temps qui comb […] Lire la suite

ANGLICANISME

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 4 368 mots
  •  • 2 médias

En Angleterre, la Réforme ne fut pas d'abord, comme sur le continent, une protestation religieuse. Elle fut l'effet des transformations de la situation politico-ecclésiastique provoquée par le roi Henri VIII en 1533-1535, et fut introduite alors, contre le gré de ce dernier, par des chrétiens continentaux. Elle se stabilisa, sous Élisabeth I re (1558-1603), comme une via media entre le catholici […] Lire la suite

ANTIQUITÉ - Le christianisme primitif

  • Écrit par 
  • Jean PÉPIN
  •  • 3 643 mots

La question des rapports entre le christianisme primitif et l'Antiquité classique appelle un double travail de réflexion : on rencontre d'abord un problème préjudiciel et théorique, qui est de décider dans quel sens l'on peut envisager l'hypothèse d'une influence exercée sur les croyances et les pratiques chrétiennes par le paganisme contemporain ; une fois résolue cette difficulté initiale, il r […] Lire la suite

ANTISÉMITISME

  • Écrit par 
  • Esther BENBASSA
  •  • 12 221 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'Antiquité païenne et chrétienne  »  : […] L'hostilité aux juifs n'avait pas de caractère systématique dans les empires de l'Antiquité, qui étendaient leur domination sur de multiples peuples aux cultes les plus divers. En Perse, en Grèce ou à Rome, les tensions ne procédaient pas principalement d'une mise en accusation de la religion juive ni d'une volonté de la société dominante de démontrer les erreurs des juifs par rapport à ses propre […] Lire la suite

APOCALYPTIQUE & APOCRYPHE LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean HADOT, 
  • André PAUL
  •  • 9 980 mots

Dans le chapitre « La littérature apocalyptique »  : […] Comme repère originel de l'écriture apocalyptique, il faut placer la destruction du Temple de Jérusalem en 587 avant J.-C. et l' Exil à Babylone. Occasion d'un croisement religieux et culturel aux effets imprescriptibles, l'Exil entraîna une renaissance véritable, caractérisée par le maintien de l'essentiel éthique, voire culturel, d'une religion nationale, celle de Moïse, conservée aussi pure que […] Lire la suite

APOLOGÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 3 540 mots

Dans le chapitre « L'apologétique chrétienne aux premiers siècles »  : […] L'apologétique chrétienne a commencé, au lendemain de la Pentecôte, avec les discours de Pierre (Actes des Apôtres, ii et iii ) et d'Étienne (Actes, vii ) . Elle fut d'abord une défense et un témoignage des juifs chrétiens face aux responsables du peuple juif. Son affirmation majeure était la réalisation des prophéties messianiques. Elle n'impliquait pas pour autant une rupture avec le judaïsme […] Lire la suite

APÔTRES & APOSTOLAT

  • Écrit par 
  • Yves CONGAR
  •  • 4 345 mots

L'apostolat est l'activité qu'exercent les chrétiens à la suite de Jésus-Christ, Envoyé du Père – en vertu de la mission donnée par lui à son Église – en mettant en œuvre les énergies qu'il leur communique dans les domaines et pour les fins pour lesquels il est venu lui-même sur terre. Selon la révélation judéo-chrétienne, Dieu a un dessein sur le monde, qu'il poursuit dans l'histoire des hommes d […] Lire la suite

ARMÉNIE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ALEM, 
  • Françoise ARDILLIER-CARRAS, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Sirarpie DER NERSESSIAN, 
  • Kegham FENERDJIAN, 
  • Marguerite LEUWERS-HALADJIAN, 
  • Kegham TOROSSIAN
  •  • 23 738 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'Église apostolique arménienne »  : […] D'après Eusèbe de Césarée ( Histoire de l'Église ) et certains textes apocryphes ( Doctrine d' Addaï , Actes de Thaddé , Histoire apostolique du pseudo-Abdias) l'Arménie a été évangélisée dès le milieu du i er  siècle par deux des douze apôtres, Thaddée (saint Jude) et Barthélemy, morts en martyr. Cette évangélisation dédoublée, poursuivie sous la conduite de patriarches successifs, manifeste dès […] Lire la suite

ARNOLD GOTTFRIED (1666-1714)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 396 mots

Historien allemand qui étudie d'abord la théologie luthérienne à Wittenberg et subit fortement l'influence de Spener, donc du piétisme. Mais la morale et la sensibilité piétistes ne devaient pas suffire à Arnold : nommé professeur à l'université de Giessen en 1697, il est marqué par la pensée de Christian Thomasius, mais surtout par celle de Boehme et des disciples anglais de celui-ci. Il quitte l […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre LIÉGÉ, « CHRISTIANISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/christianisme/