PHILARÈTE, FEDOR NIKITITCH ROMANOV (1554 env.-1633) patriarche de Moscou (1619-1633)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils aîné de Nikita Romanovitch Romanov, neveu par alliance d'Ivan le Terrible et cousin de Fedor Ier, dernier tsar de la maison de Riourik. En haine des Romanov, Boris Godounov l'enlève à sa femme et à son jeune fils Michel pour le faire moine. Fedor Romanov prend alors le nom de Philarète (1598). Il subit le contrecoup du temps des Troubles. Le premier faux Dmitri (1605-1606) le nomme métropolite de Rostov ; le second l'a quelque temps comme partisan (1608). En 1610, on l'envoie en ambassade à Sigismond de Pologne, qui le retient en captivité jusqu'en 1619. À ce moment, son fils Michel est tsar depuis six ans. Dans l'Église comme dans l'État, jusqu'à sa mort, le pouvoir, c'est désormais lui, à l'exclusion du conseil des boyards qu'il tient en lisière.

Le politique s'emploie aussitôt à restaurer les finances en réformant l'assiette et le recouvrement de l'impôt. Il détend la sujétion des paysans envers les propriétaires (1630). Dans tous les ordres, il s'adresse à l'étranger pour amener la prospérité : aux Néerlandais pour l'industrie et le commerce ; aux Anglais pour l'encadrement de l'armée et l'équipement médical. Il encourage la colonisation de la Sibérie en la dotant de son premier archevêché, Tobolsk (1620).

Il gouverne l'Église avec le même pragmatisme. Dès le synode de 1620, il met en garde les monastères contre la cupidité. En 1625, il s'arroge la haute main sur le gouvernement des églises et monastères de sa compétence, dans les limites de l'État de Moscou ; il y revendique un droit de justice étendu, règle les levées et encaissements de taxes. À cette fin, il institue trois bureaux (prikaz) appropriés, qui occupent une armée de fonctionnaires.

Peu sensible à l'urgence d'un relèvement intellectuel du clergé, il accueille néanmoins avec un esprit ouvert les projets de normalisation des livres liturgiques. Son expérience polonaise explique en partie sa conduite blessante à l'endroit des convertis du catholicisme ou de la Réforme, qu'il fait rebaptiser, et aussi la méfiance active qu'il montre à l'égard des doctrines hétérodoxes (sociniennes) ou simplement libérales.

Administrateur énergique et intelligent, Philarète s'est montré l'homme qu'il fallait au lendemain des Troubles. Bien plus que son fils, il est le véritable fondateur de la dynastie des Romanov.

—  Jean GOUILLARD

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section)

Classification


Autres références

«  PHILARÈTE, FEDOR NIKITITCH ROMANOV (1554 env.-1633) patriarche de Moscou (1619-1633)  » est également traité dans :

ORTHODOXE ÉGLISE

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Bernard DUPUY, 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 23 318 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'Église russe »  : […] L'« apostasie » du patriarcat œcuménique (1439) puis la disparition de l'Empire coloraient de nobles prétextes l'émancipation, depuis longtemps souhaitée et préparée, de l'Église russe. En 1448, le grand prince de Moscou désigne motu proprio l'archevêque de Moscou et Kiev. Dix ans plus tard, le synode érige le fait en droit. L'Église russe se déclare autocéphale et proclame Jonas « métropolite de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglise-orthodoxe/#i_35829

ROMANOV LES

  • Écrit par 
  • Wladimir VODOFF
  •  • 418 mots
  •  • 1 média

Ce patronyme, qui était celui d'un boyard de la première moitié du xvi e  siècle, Roman (mort en 1543), appartient à une importante lignée de la noblesse moscovite médiévale. Le plus ancien de ses représentants, André Kobyla, était déjà au service du grand prince Siméon le Fier (mort en 1359) ; les descendants d'André apparaissent comme témoins dans les testaments des grands princes Dmitri Donskoï […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-romanov/#i_35829

Pour citer l’article

Jean GOUILLARD, « PHILARÈTE, FEDOR NIKITITCH ROMANOV (1554 env.-1633) patriarche de Moscou (1619-1633) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fedor-nikititch-philarete/