GRÉGOIRE PALAMAS (1296-1359)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tard et mal connue par l'Occident, la pensée palamite y fit scandale : ridicula dogmata, disait au xviie siècle le grand érudit jésuite Denis Petau qui accusait Palamas de diviser Dieu et de loger l'âme dans le nombril. L'Église orthodoxe, pourtant, avait canonisé Palamas presque au lendemain de sa mort et reconnu dans sa doctrine une expression majeure de la Tradition. Il faut attendre les grands échanges de notre époque pour qu'une pléiade de savants orthodoxes, souvent établis en Occident, écarte définitivement les préjugés et montre dans la synthèse palamite un des très rares approfondissements de la pensée chrétienne depuis la période patristique.

Le défenseur de l'hésychasme

Au tournant des xiiie et xive siècles, l'Église d'Orient connaît un renouveau spirituel auquel la culture byzantine, vigoureuse malgré l'effondrement politique de l'Empire, permet une prise de conscience intellectuelle. La tradition mystique des « silencieux » (hésychastes, de ἡσυχιά, état de quiétude), animée par l'invocation méthodique du nom de Jésus, s'actualise au Mont-Athos, gagne de larges milieux laïcs et s'élargit en réforme intérieure de l'Église : la vie sacramentelle retrouve sa puissance de communion et d'initiation ; les mouvements marginaux de paupérisme évangélique (tels les « zélotes » de Thessalonique) sont assumés et purifiés par l'Église.

Grégoire Palamas est saisi par cet élan rénovateur avant de devenir son porte-parole. Né à Constantinople dans une famille noble, il maîtrise, grâce à de fortes études, les philosophies de l'Antiquité, mais, en 1316, il renonce à une carrière politique pour devenir moine. Pendant vingt-cinq ans, à l'Athos surtout, il s'imprègne de la Bible et des Pères, reçoit l'initiation à la « prière pure » et devient à son tour un maître.

C'est alors que des humanistes, qui marient le rationalisme à un spiritualisme désincarné, mettent radicalement en cause l'hésychasme. Ils [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, professeur à l'Institut Saint-Serge de Paris

Classification


Autres références

«  GRÉGOIRE PALAMAS (1296-1359)  » est également traité dans :

BARLAAM LE CALABRAIS (1290 env.-1350)

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 564 mots

Théologien de l'Église d'Orient, adversaire de Grégoire Palamas dans la querelle sur l'hésychasme. Né à Seminara, en Calabre, de parents orthodoxes, Barlaam se trouve, en 1330 environ, à Constantinople. Protégé du grand domestique Jean Cantacuzène, il commente, au monastère du Saint-Sauveur, les œuvres du pseudo-Denys. Une joute dialectique avec Nicéphore Grégoras aurait tourné à sa confusion ; et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/barlaam-le-calabrais/#i_3679

ORTHODOXE ÉGLISE

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Bernard DUPUY, 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 23 318 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'antinomie apophatique et la distinction de l'essence et des énergies »  : […] La déification réelle se réalise dans une approche apophatique du mystère. L'apophase est d'abord une théologie négative qui nie toute limitation conceptuelle au sujet de Dieu. Dieu n'est pas la clé de voûte d'un système de valeurs ou de concepts, il n'est ni l'être suprême, un « étant » au sommet des « étants », ni l'essence intelligible, ni même « Dieu ». « Il n'existe pas à son égard, écrit Gr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglise-orthodoxe/#i_3679

Voir aussi

Pour citer l’article

Olivier CLÉMENT, « GRÉGOIRE PALAMAS (1296-1359) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gregoire-palamas/