HÉSYCHASME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du mot grec hésychia, qui, dans l'hellénisme chrétien, désigne le « silence » et la « paix » de l'union à Dieu, l'hésychasme consiste en une méthode ascétique et mystique, « art des arts et science des sciences », qui est au cœur de la spiritualité de l'Église orthodoxe. Il s'agit de « désinvestir » la conscience du flot des logismoï (images et pensées « passionnelles », idolâtriques) pour la « faire descendre » dans le « cœur », qui est le centre d'intégration potentiel de l'être total et que le baptême a uni à l'humanité déifiée et déifiante du Christ. Alors, l'hésychaste prend conscience — d'une manière opérative — de la « grâce baptismale », de l'« énergie divine » présente à la racine même de son être.

Cette unification de l'homme-en-Christ utilise l'invocation du nom de Jésus sur le rythme de la respiration et, finalement, celui du cœur, car le corps de l'homme a été créé pour devenir le « temple du Saint-Esprit ». D'où le nom de « prière de Jésus » ou « prière du cœur » donné à cette méthode, véritable analogue de certaines méthodes asiatiques (dhikr musulman, japa-yoga hindou, nembutsu japonais), mais analogue chrétien (en effet, la perspective est celle d'une communion personnelle avec Dieu).

L'hésychasme — dont les racines bibliques et surtout johanniques sont évidentes — est attesté dès les origines du monachisme, aux iiie et ive siècles ; il s'affirme au Sinaï, avec saint Jean Climaque, au viie siècle, puis connaît deux grandes renaissances à partir de l'Athos, l'une au xive siècle, l'autre autour de 1800. À l'époque actuelle, avec la dispersion orthodoxe, la « prière de Jésus » se répand dans beaucoup de milieux occidentaux, provoquant un discret mais profond « œcuménisme des contemplatifs ». En témoigne notamment la publication entreprise, dans la collection Spiritualité orientale, des textes fondamentaux de la tradition hésychaste.

—  Olivier CLÉMENT

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, professeur à l'Institut Saint-Serge de Paris

Classification

Autres références

«  HÉSYCHASME  » est également traité dans :

ASCÈSE & ASCÉTISME

  • Écrit par 
  • Michel HULIN
  •  • 4 663 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'ascèse chrétienne »  : […] L' histoire de l'ascétisme chrétien commence au iv e  siècle avec le départ pour le désert d'Égypte de saint Antoine et de Pacôme, le futur organisateur de la vie cénobitique. À cette époque, le christianisme a acquis définitivement droit de cité dans l'Empire romain. Mais, si les persécutions ont cessé, la grande attente eschatologique du retour en gloire du Christ est demeurée d'actualité, avec […] Lire la suite

ATHOS MONT

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT
  •  • 1 046 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La prière du cœur »  : […] C'est au x e siècle que les moines se sont établis sur la « sainte montagne », « jardin de la Vierge », jalousement interdit à toute autre présence féminine : ermites d'abord (saint Pierre l'Athonite), puis cénobites (saint Athanase fonde la grande laure en 963). L'Athos hérite une conception souple, synthétique, personnaliste de la vie monastique : il s'agit moins de « règles » que d'indication […] Lire la suite

BARLAAM LE CALABRAIS (1290 env.-1350)

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 564 mots

Théologien de l'Église d'Orient, adversaire de Grégoire Palamas dans la querelle sur l'hésychasme. Né à Seminara, en Calabre, de parents orthodoxes, Barlaam se trouve, en 1330 environ, à Constantinople. Protégé du grand domestique Jean Cantacuzène, il commente, au monastère du Saint-Sauveur, les œuvres du pseudo-Denys. Une joute dialectique avec Nicéphore Grégoras aurait tourné à sa confusion ; et […] Lire la suite

BULGARIE

  • Écrit par 
  • Roger BERNARD, 
  • André BLANC, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Nadia CHRISTOPHOROV, 
  • Jack FEUILLET, 
  • Vladimir KOSTOV, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Robert PHILIPPOT
  •  • 26 974 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Renouveau littéraire »  : […] La prise de Preslav par les Grecs en 972, bientôt suivie de la chute du premier royaume bulgare, allait faire d'Okhrid le centre de gravité de la Bulgarie asservie à Byzance et amener une longue stagnation des lettres slaves. La formation d'un État bulgare indépendant, en 1185, devait créer des conditions plus favorables à un essor littéraire autour de Tărnovo dans la Bulgarie orientale, la nouvel […] Lire la suite

BYZANCE - La littérature

  • Écrit par 
  • José GROSDIDIER DE MATONS
  • , Universalis
  •  • 6 104 mots

Dans le chapitre «  Une période de transition (1204-1282) »  : […] L'intermède réparateur que constitue l'Empire de Nicée n'a pas été nuisible aux lettres byzantines. À peine installés, les Lascaris se préoccupèrent de reconstituer l'Université dispersée, les bibliothèques pillées, non seulement dans leur capitale, mais aussi en province : une certaine décentralisation caractérise donc leur politique culturelle, à l'inverse des empereurs de Byzance. En ce siècle […] Lire la suite

GRÈCE - De la Grèce byzantine à la Grèce contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean CATSIAPIS, 
  • Dimitri KITSIKIS, 
  • Nicolas SVORONOS
  •  • 21 419 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La crise sociale et morale de l'Empire »  : […] Le parti turcophile à Byzance était soutenu par les masses paysannes. L'affaiblissement continu du pouvoir central s'accompagnait d'un renforcement de la puissance de l'aristocratie terrienne, et cette situation était aggravée, depuis les croisades, par l'influence de la féodalité occidentale. Le seigneur pressurait de plus en plus le paysan, par des redevances et aussi des corvées très lourdes. G […] Lire la suite

GRÉGOIRE LE SINAÏTE (1255-1346)

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT
  •  • 292 mots

La vie de Grégoire, originaire d'Asie Mineure, n'est longtemps qu'une quête « initiatique » qui le mène notamment au Sinaï (d'où son surnom), où il recueille l'héritage de saint Jean Climaque. À l'Athos, où dominent alors de grandes communautés idiorythmiques, il engage une véritable croisade hésychaste et compte parmi ses disciples les futurs patriarches de Constantinople, Isidore et Calliste (ce […] Lire la suite

GRÉGOIRE PALAMAS (1296-1359)

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT
  •  • 1 203 mots

Dans le chapitre « Le défenseur de l'hésychasme »  : […] Au tournant des xiii e et xiv e  siècles, l'Église d'Orient connaît un renouveau spirituel auquel la culture byzantine, vigoureuse malgré l'effondrement politique de l'Empire, permet une prise de conscience intellectuelle. La tradition mystique des « silencieux » (hésychastes, de ἡσυχιά, état de quiétude), animée par l'invocation méthodique du nom de Jésus, s'actualise au Mont-Athos, gagne de […] Lire la suite

JEAN CLIMAQUE saint (580 env.-env. 650)

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT
  •  • 256 mots

Moine au mont Sinaï pendant un demi-siècle, Jean doit son surnom à son œuvre majeure, L'Échelle (en grec klimax ) du paradis , véritable somme de la vie ascétique qui résume trois siècles d'expérience monastique, en se fondant surtout sur celle du Sinaï. L'Échelle commence par le « renoncement au monde » et s'élève en trente degrés (le nombre des années vécues par le Christ) jusqu'à « la foi, l' […] Lire la suite

JOSEPH DE VOLOKOLAMSK saint (1439-1515)

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT
  •  • 635 mots

Savant abbé et chef d'école, Joseph de Volokolamsk (en russe Iossif Volotski) a, plus que quiconque, contribué à figer dans le ritualisme la Russie du xvi e  siècle. Né dans une famille noble d'origine lituanienne, Ivan Sanine s'oriente très tôt vers la vie monastique (il prend alors le nom de Joseph) et, après un long et rude noviciat, fonde, près de la ville de Volokolamsk, un monastère rigoureu […] Lire la suite

Pour citer l’article

Olivier CLÉMENT, « HÉSYCHASME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hesychasme/