ICONOSTASE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pour les contemporains, l'iconostase évoque cet imposant dressoir d'images saintes qui, dans les communautés orthodoxes de souche gréco-byzantine, isole le fidèle de l'espace sacré par excellence, le sanctuaire. Dans l'usage originel, eikonostasion définissait le support, sur pied ou en console, d'une icône privilégiée, disposée en avant de l'entrée du chœur. Le meuble existe du reste toujours avec la même affectation, et le même nom. L'élargissement de l'acception — d'un reposoir d'icône à une muraille d'images — est venu de Russie, dans le sillage de la mutation qu'il implique.

L'église paléochrétienne ne connaît, entre la nef et le sanctuaire, qu'une clôture assez basse. Celle-ci, dans sa version la plus élaborée, consiste en un chancel, tantôt plein, tantôt à claire-voie (réelle ou simulée), qui vient à hauteur de poitrine. Ses panneaux ou ses interstices sont ponctués par des colonnettes réunies au sommet par une architrave. La paire de colonnettes centrales délimite l'encadrement d'un portillon à deux vantaux, les « portes royales » ou « saintes », réservées au célébrant. Assez précocement, deux autres entrées furent ménagées, l'une sur la droite pour le diacre, l'autre sur la gauche pour les clercs inférieurs. Bref, l'ensemble constitue une alternance de panneaux et de vides entre colonnettes. Un rideau enfin est prévu pour aveugler le sanctuaire au moment le plus solennel de la liturgie (ce rideau est demeuré la seule clôture de chœur des églises arméniennes). Les éléments pleins, chancel et entablement, peuvent être relevés de motifs décoratifs ou de représentations de personnages sacrés en buste. Ce dispositif architectural a reçu, dès l'Antiquité, des noms variés : templon, diastyles, treillage ou chancel, voile et, beaucoup plus tard, iconostase.

Cette description permet d'imaginer grossièrement la configuration du templon de la Sainte-Sophie de 563. À cette époque, le templon, parfois de marbre ou de pierre, à l'occasion rehaussé d'argent [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section)

Classification


Autres références

«  ICONOSTASE  » est également traité dans :

AUTELS

  • Écrit par 
  • Louis LÉVY
  •  • 3 686 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'autel chrétien »  : […] Le culte chrétien se distingue de tous les autres par la nature du sacrifice. En fait, le christianisme n'en reconnaît qu'un seul, celui de son fondateur, qui en est tout à la fois la victime et le prêtre. La croix en est l'autel. Cet unique sacrifice se perpétue dans la messe. Le prêtre n'est donc pas le ministre d'une offrande de l'humanité à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autels/#i_4172

BYZANCE - Les arts

  • Écrit par 
  • Catherine JOLIVET-LÉVY, 
  • Jean-Pierre SODINI
  •  • 13 612 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Époque byzantine (IXe-XVe s.) »  : […] Après un siècle et demi de moindre expansion, où la rareté des documents datés rend délicate l'analyse des caractéristiques, la sculpture architecturale se développe à nouveau, abondamment parfois, dans la plupart des régions de l'Empire. La nature de la production a d'ailleurs évolué. Moins de colonnes et de chapiteaux : ceux-ci, de type corbeille […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/byzance-les-arts/#i_4172

ICÔNE

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Catherine JOLIVET-LÉVY
  •  • 4 836 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Usages et fonctions »  : […] C'est d'abord, nous l'avons vu, pour répondre aux besoins de la piété populaire que les icônes se sont multipliées, et cette catégorie reste très importante tout au long de l'histoire de Byzance. Souvent de petit format, ces icônes étaient exposées dans les maisons ou les boutiques, emportées en voyage, à la guerre ou en pèlerinage. Certaines étai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/icone/#i_4172

JÉSUS ou JÉSUS-CHRIST

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ, 
  • Pierre GEOLTRAIN, 
  • Jean-Claude MARCADÉ
  •  • 21 225 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Les icônes russiennes et russes »  : […] Du xii e au xiv e  siècle, moment où se forme la Moscovie, première étape de la future Russie, puis de l'Empire russe, les maîtres grecs dominent la production iconographique de la « Rouss kiévienne » à partir du xii e  siècle. Bien entendu, l'art russien est une branche de l'arbre byzantin, mais, dès le début, il propose une image moins sévère, m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jesus-jesus-christ/#i_4172

RUSSIE (Arts et culture) - L'art russe

  • Écrit par 
  • Michel ALPATOV, 
  • Olga MEDVEDKOVA, 
  • Cécile PICHON-BONIN, 
  • Andreï TOLSTOÏ
  •  • 18 891 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « La réunification de la Russie »  : […] Sous la conduite de la Moscovie, les principautés russes réussissent finalement à infliger une première défaite aux Tatars en remportant la victoire de Koulikovo (1380). Dès lors commence pour la culture russe une période d'essor général, et le xv e  siècle est celui de l'épanouissement complet de l'art russe ancien. La ville de Novgorod, restée en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-l-art-russe/#i_4172

THÉOPHANE LE GREC (entre 1330 et 1340-entre 1405 et 1415)

  • Écrit par 
  • Jean BLANKOFF
  •  • 524 mots
  •  • 1 média

Peintre d'origine byzantine, Théophane le Grec s'est illustré en Russie. Nous connaissons assez peu de chose sur sa vie ; les faits essentiels de sa biographie sont rapportés par l'épître d'Épiphane le Très Sage (Premudryï) à Cyrille de Tver, écrite vers 1415. Son nom et son travail sont aussi mentionnés dans la troisième chronique de Novgorod et d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theophane-le-grec/#i_4172

Pour citer l’article

Jean GOUILLARD, « ICONOSTASE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/iconostase/