THÉODORE STOUDITE saint (759-826)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Moine et écrivain byzantin, né à Constantinople, au cours de la querelle de l'iconoclasme, dans une caste de fonctionnaires des finances fort attachée aux traditions. Son œuvre témoigne d'une culture générale remarquable pour cette époque d'ordinaire taxée d'obscurantisme : Théodore connaît la grammaire et la poétique, mais aussi la logique aristotélicienne et la théologie. Très jeune, il subit l'ascendant d'un oncle maternel, Platon, ancien trésorier-payeur impérial, retiré au monastère de Saccoudion dans l'Olympe de Bithynie, une propriété familiale. En 781, il l'y rejoint avec son père et ses deux frères — le futur archevêque de Thessalonique, Joseph, et Euthyme —, cependant que sa mère et une de ses sœurs prennent le voile dans la capitale. En 787, il est ordonné prêtre par le patriarche Taraise et, bientôt après, succède à Platon dans la charge d'higoumène, qu'il partageait avec lui depuis quelque temps.

L'attitude libérale, concertée entre le Palais et Taraise, à l'égard des évêques iconoclastes résipiscents (concile de Nicée, 787), avait déçu l'oncle autant que le neveu, l'un et l'autre enclins à dénoncer dans ces prélats des simoniaques. L'affaire « moechienne » (moechari, forniquer), ou affaire « de l'adultère », les confirma dans leur intransigeance. L'empereur Constantin VI ayant répudié sa femme pour épouser une de ses dames d'honneur, au surplus cousine de Théodore, le patriarche avait laissé l'higoumène Joseph bénir cette union (795). Platon et les siens rompirent la communion avec Taraise. Pour le punir, on enferma Théodore ainsi que son oncle dans un fort de Bithynie (796), puis on l'exila à Thessalonique avec son frère Joseph (797). Là-dessus Irène se débarrassa de son fils et rival Constantin VI (15 août 797). Théodore rentra au Saccoudion en triomphateur, et Taraise déposa le prêtre marieur. Bien mieux, en 799, l'impératrice transférait la communauté du Saccoudion à Constantinople, dans l'illustre couvent, pour lors très déchu [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section)

Classification


Autres références

«  THÉODORE STOUDITE saint (759-826)  » est également traité dans :

ICONOCLASME

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 1 619 mots

Dans le chapitre « Rémission puis restauration de l'iconoclasme »  : […] Constantin V disparu (775), le grand élan n'est plus soutenu que par la garde impériale. Après s'être opposée efficacement aux « iconodules » en dispersant le concile orthodoxe des Saints-Apôtres (786), la garnison se laisse épurer par surprise par l'impératrice Irène. En 787, un concile œcuménique, réuni à Nicée, et manœuvré par le patriarche Tar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iconoclasme/#i_17695

JÉSUS ou JÉSUS-CHRIST

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ, 
  • Pierre GEOLTRAIN, 
  • Jean-Claude MARCADÉ
  •  • 21 225 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « De la possibilité de représenter le divin  »  : […] La division entre Occident et Orient dans le monde chrétien s'est établie, pour une part importante, à partir de la question de l'image, en premier lieu de l'image du Fils de Dieu. Issu du judaïsme pour lequel toute image est interdite, parce que susceptible de provoquer l'idolâtrie, mais évoluant dans le monde gréco-romain où il y a une profusion […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jesus-jesus-christ/#i_17695

Pour citer l’article

Jean GOUILLARD, « THÉODORE STOUDITE saint (759-826) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/theodore-stoudite/