TARAISE (730 env.-806) patriarche de Constantinople (784-806)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Constantinople, Taraise appartient à une famille de l'aristocratie civile qui donnera à l'Église un autre patriarche, son petit-neveu Photius. Son père fut préfet de la ville. L'impératrice Irène prend Taraise pour prôtoasecretis (premier secrétaire), puis en 784, à la faveur d'une vacance provoquée, l'élève de la condition laïque au trône patriarcal. La succession est ingrate : depuis le concile iconoclaste de 754, les relations sont rompues entre les grands sièges apostoliques et celui de Byzance ; au-dedans, l'épiscopat s'est coupé des moines et des traditionalistes.

Irène et Taraise unissent leurs efforts pour en finir avec cette situation. Le patriarche renoue avec la papauté, qui consent à fermer les yeux sur le caractère peu canonique de sa promotion pourvu qu'il assure la restauration de l'orthodoxie. On s'entend pour réunir un concile œcuménique. Le premier, ouvert à Constantinople en août 786, est dissous par l'armée. Un autre commence à Nicée, en septembre 787, et se déroule avec succès. En dépit du nombre considérable des Pères et des attentions accordées aux légats des patriarches, c'est incontestablement Taraise qui conduit les « débats ». Il le fait avec habileté et célérité. Les iconodoules obtiennent satisfaction sur le fond : on leur rend les icônes. Les hésitants sont ménagés : le décret doctrinal du VIIe concile œcuménique est très mesuré ; il est en retrait par rapport aux outrances de la pratique. Les évêques compromis sont accueillis avec compréhension. Enfin, l'honneur de l'Empire et du siège œcuménique est sauf : le pape Hadrien Ier réclamait un retour aux frontières juridictionnelles d'avant l'iconoclasme ; il fut tacitement débouté, personne ne souffla mot de ses doléances.

À peine le concile était-il terminé que l'élite du corps monastique reprocha à Taraise sa faiblesse envers les évêques simoniaques (en fait, presque tous ceux des règnes précédents). Le patriarche louvoya, aux [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : docteur ès lettres, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section)

Classification


Autres références

«  TARAISE (730 env.-806) patriarche de Constantinople (784-806)  » est également traité dans :

ICONOCLASME

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 1 619 mots

Dans le chapitre « Rémission puis restauration de l'iconoclasme »  : […] Constantin V disparu (775), le grand élan n'est plus soutenu que par la garde impériale. Après s'être opposée efficacement aux « iconodules » en dispersant le concile orthodoxe des Saints-Apôtres (786), la garnison se laisse épurer par surprise par l'impératrice Irène. En 787, un concile œcuménique, réuni à Nicée, et manœuvré par le patriarche Taraise, casse l'acte de 754 et rétablit les images : […] Lire la suite

THÉODORE STOUDITE saint (759-826)

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 1 082 mots

Moine et écrivain byzantin, né à Constantinople, au cours de la querelle de l'iconoclasme, dans une caste de fonctionnaires des finances fort attachée aux traditions. Son œuvre témoigne d'une culture générale remarquable pour cette époque d'ordinaire taxée d'obscurantisme : Théodore connaît la grammaire et la poétique, mais aussi la logique aristotélicienne et la théologie. Très jeune, il subit l' […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean GOUILLARD, « TARAISE (730 env.-806) patriarche de Constantinople (784-806) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/taraise/