CÉRULAIRE MICHEL (1000-1058) patriarche de Constantinople (1043-1058)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Issu d'une famille de la classe sénatoriale, Cérulaire est attiré par la politique. On lui prête même des visées impériales. À la suite de l'échec d'un complot contre Michel IV (1040), il se fait moine. En 1043, par la faveur de Constantin IX Monomaque, il est élu patriarche, tenant ainsi la revanche de ses premières ambitions. Porté par une suite d'événements propices, il se conduira en seul maître de son Église et il il rêvera d'être le premier dans l'Empire.

Les possessions byzantines d'Italie sont en péril. L'empereur trouverait son intérêt à rallier la coalition antinormande soutenue par le pape Léon IX. Cérulaire pressent que cette collusion passera par un compromis religieux dont son prestige ne pourra que souffrir. Il mine le projet (1052-1053) : à Constantinople, en fermant les lieux de culte des Latins ; en Italie, en faisant adresser par l'archevêque d'Ochrida, Léon, à l'évêque romano-byzantin de Trani, Jean, un réquisitoire contre les déviations disciplinaires et liturgiques de Rome. Le patriarche, dans ses calculs, a supposé que la lettre arriverait au pape ; il ne s'est pas trompé. L'entourage de Léon IX rédige une réponse cinglante, qui ne partira pas. La situation a empiré en Italie ; Monomaque, appuyé par une lettre assez modérée de son patriarche, presse Léon IX de négocier. Au début de 1054, une ambassade romaine s'embarque, conduite par l'irascible cardinal Humbert. Les légats commettent la maladresse de traiter avec le Basileus par-dessus la tête de Michel. Celui-ci décide de les ignorer et conteste même la validité de leur mandat, le pape étant mort dans l'intervalle (19 avr. 1054). Excédés, les légats déposent une bulle d'excommunication contre lui sur l'autel de Sainte-Sophie (16 juill. 1054), et quittent la ville. L'empereur les supplie de revenir, mais le patriarche leur a préparé, pour les accueillir, un tel climat d'émeute qu'ils s'enfuient. Cérulaire pousse à fond son avantage : huit jours après, le synode patriarcal flétrit la conduite des légats et fulmine contre eux l'excommunication. Les patriarc [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section)

Classification


Autres références

«  CÉRULAIRE MICHEL (1000-1058) patriarche de Constantinople (1043-1058)  » est également traité dans :

ÉCHANGES COMMERCIAUX ENTRE L'OCCIDENT ET BYZANCE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 324 mots

992 En échange du prêt de sa flotte pour transporter des troupes byzantines vers l'Italie, Venise reçoit, par un chrysobulle, un privilège : Basile II abaisse à 2 sous d'or les droits de passage payés par les Vénitiens à la douane d'Abydos. 1054 Schisme de Michel Cérulaire. Premier symptôme de l'incompréhension entre Rome et Byzance, cette cr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/echanges-commerciaux-entre-l-occident-et-byzance-reperes-chronologiques/#i_9183

ISAAC Ier COMNÈNE (1005 env.-1061) empereur d'Orient (1057-1059)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 431 mots

Empereur byzantin (1057-1059), né vers 1005, mort en 1061 au monastère du Stoudion, à Constantinople (auj. Istanbul, Turquie). Isaac est le fils de Manuel Comnène, officier de l'empereur byzantin Basile II le Bulgaroctone (957 env.-1025, empereur 960-1025). Sur son lit de mort, Manuel demande à l'empereur de prendre ses fils Isaac et Jean sous sa protection. Ayant pourvu à leur éducation, Basile […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isaac-ier-comnene/#i_9183

LÉON IX saint, BRUNON ou BRUNO D'EGISHEIM-DAGSBURG (1002-1054) pape (1049-1054)

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 341 mots

Né en Alsace, Brunon (ou Bruno), fils du comte d'Eguisheim, étudie à Toul, dont il devient évêque en 1026. Il soutient les monastères de son vaste diocèse et celui de Sainte-Odile en Alsace. Tenu pour l'un des meilleurs évêques, il se voit offrir la papauté par l'empereur Henri III. Brunon hésite, puis se rend à Rome. Il est acclamé par les Romains et intronisé le 12 février 1049 sous le nom de Lé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-ix-saint-brunon-ou-bruno-d-egisheim-dagsburg-pape/#i_9183

ORTHODOXE ÉGLISE

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Bernard DUPUY, 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 23 318 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Dernières escarmouches et rupture officielle »  : […] La rupture ne fut jamais aussi proche qu'au ix e  siècle. La provocation romaine n'épargne plus rien de l'honneur byzantin. Le pape Léon, en couronnant Charlemagne (800), s'inféode à un système politique ennemi. Dans son opportunisme inconséquent, l'Église romaine sacrifie même, un moment, à la vieille mythologie byzantine, en fondant sa situatio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglise-orthodoxe/#i_9183

SCHISME D'ORIENT

  • Écrit par 
  • Marcel PACAUT
  •  • 745 mots

Nom donné à la rupture, consommée au xi e siècle, entre Rome et l'Église byzantine, laquelle fut appelée par la suite Église orthodoxe et comporta des rites divers. Le schisme d'Orient trouve ses origines dans la haute histoire du christianisme. Très tôt, en effet, des querelles dogmatiques, à propos de la nature du Christ notamment (monophysisme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/schisme-d-orient/#i_9183

Pour citer l’article

Jean GOUILLARD, « CÉRULAIRE MICHEL (1000-1058) - patriarche de Constantinople (1043-1058) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-cerulaire/