AGRICOLE RÉVOLUTION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aux origines de l'agriculture moderne

Origines capitalistes de la révolution agricole

Un pays a joué le rôle de « pilote » de la révolution agricole : l'Angleterre. Le commerce maritime et colonial y avait accumulé les capitaux et l'exemple de la Flandre, qui pratiquait depuis le xve siècle, à force de travail humain incessant, les cultures continues sans jachères, fut repris sur une grande échelle. Amorcée dès le xvie siècle, l'évolution de l'agriculture anglaise s'accentue au xviiie. Bientôt, à cause de l'anglomanie qui imprègne l'aristocratie française, et grâce à la curiosité d'esprit qui, en tous domaines, se manifeste au « siècle des Lumières », le mouvement de rénovation agricole gagne le continent. Les études théoriques et les recherches pratiques seront menées de front, les premières illustrées par l'école physiocratique française, et les secondes poursuivies par nombre de propriétaires anglais.

La révolution agricole revêt des aspects multiformes, car elle affecte tous les cadres sociaux, économiques ou techniques de l'agriculture traditionnelle ; mais elle se heurte à la résistance obstinée des anciennes pratiques, issues d'un empirisme séculaire. Gagnant lentement de proche en proche, par osmose, le système nouveau s'étaye sur les progrès de la connaissance agronomique et contribue, comme l'a montré W. Rostow dans ses Étapes de la croissance économique, au démarrage des économies occidentales. L'effet fondamental de la révolution agricole fut d'accroître radicalement la productivité de la culture et de l'élevage, et, par là, de développer largement la production de denrées alimentaires et de matières premières d'origine agricole.

C'est à travers une imprégnation « capitaliste » que les transformations se font jour : pour les partisans de l'« agriculture nouvelle », il est nécessaire, afin d'accroître les rendements et de supprimer les jachères, d'engager dans l'agriculture de très gros capitaux ; cette attitude est véritablement révolutionnaire. Le marquis de Mirabeau affirme : « L'Argent est le plus indispensable fumier qu'on puisse répandre sur la terre. » En Angleterre plus qu'en France, la terre, qui apparaît comme un placement sûr et profitable à une époque où la croissance démographique est rapide, voit les capitaux disponibles affluer massivement. L'idée se fait jour que seule la grande propriété est favorable au progrès technique. Tandis qu'en Grande-Bretagne les enclosures se multiplient et donnent naissance à de nombreux grands domaines, dans les provinces françaises les plus ouvertes aux innovations les « réunions de fermes » se succèdent, aux dépens des petites exploitations, démunies de capitaux. Seules les grosses exploitations capitalistes, dégageant un important « produit net », sont capables, selon les théoriciens, de s'intégrer à la vie économique d'échanges.

C'est à une véritable reconstruction de l'agriculture que les novateurs convient leurs concitoyens. Elle est esquissée dans de nombreuses directions complémentaires, et tend, sur le plan technique, à instaurer entre production animale et production végétale un équilibre meilleur, parce que situé à un niveau plus élevé. En effet, pour obtenir un accroissement des rendements en céréales, il s'agit de développer l'élevage, ce qui doit permettre la suppression des jachères par le truchement de fumures plus abondantes. Pièces essentielles du programme : la création de prairies artificielles et le développement de la culture de prairies artificielles et de racines fourragères. Ces cultures seules peuvent briser le « cercle vicieux » de l'agriculture traditionnelle, pauvre en bestiaux parce que pauvre en terres, et pauvre en terres à cause de la jachère et du faible rendement unitaire des terres arables. L'insertion, dans la vie rurale, de cultures nouvelles destinées au bétail constitue le problème fondamental auquel se trouvent confrontés les tenants de l'agriculture scientifique, qui heurtent les routines et les préjugés populaires.

La refonte des cadres sociaux et économiques de l'agriculture ira de pair avec le bouleversement profond provoqué par la croisade contre « l'opprobre des jachères ». Persuadés, dans le droit fil de l'utilitarisme anglais de Bentham et d'Hutcheson, de la coïncidence de l'intérêt personnel et de l'intérêt général, les zélateurs de la nouvelle agriculture sont partisans de l'éducation professionnelle du paysan ; faute de moyens [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  AGRICOLE RÉVOLUTION  » est également traité dans :

RÉVOLUTION AGRICOLE ET INDUSTRIELLE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Francis DEMIER
  •  • 171 mots

1709 Abraham Darby découvre la fabrication de la fonte au coke.1727 Multiplication des actes d'enclosures.1733 Navette volante de John Kay pour le métier à tisser.1765 Mise au point de la spi […] Lire la suite

ACTES D'ENCLOSURE

  • Écrit par 
  • Francis DEMIER
  •  • 284 mots

Les enclosures en Angleterre se caractérisent par le passage d'une simple agriculture de subsistance à base céréalière à un type d'économie associant élevage et cultures fourragères. L'enclosure consiste à mettre fin au système de l' open field en clôturant les parcelles, en procédant à des remembrements et en partageant les commons . Affranchis des contraintes de l'exploitation communautaire tra […] Lire la suite

AGRICULTURE - Histoire des agricultures jusqu'au XIXe siècle

  • Écrit par 
  • Marcel MAZOYER, 
  • Laurence ROUDART
  •  • 6 078 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La révolution agricole du Moyen Âge »  : […] Pour tenter de surmonter ces difficultés, à partir de l'an 1000, dans la moitié nord tempérée froide de l'Europe, l'usage de toute une gamme d'outils se répandit, en relation avec l'essor de la sidérurgie. Fourneaux à fonte et forges hydrauliques ont permis de produire plus de fer, de meilleure qualité, qui a servi à fabriquer des faux. Grâce à cet outil essentiel, plus efficace que la faucille, […] Lire la suite

AGRICULTURE - Histoire des agricultures depuis le XXe siècle

  • Écrit par 
  • Marcel MAZOYER, 
  • Laurence ROUDART
  •  • 9 956 mots
  •  • 3 médias

Au début du xx e  siècle, après dix mille ans d'évolution et de différenciation, les agricultures du monde étaient très diversifiées. Elles avaient atteint des niveaux relativement inégaux d'équipements et de productivité du travail (production annuelle par agriculteur à temps plein) : l'écart entre les agricultures manuelles, les moins performantes du monde, et les agricultures à traction animal […] Lire la suite

AGRICULTURE - Agriculture et industrialisation

  • Écrit par 
  • François PAPY
  •  • 7 394 mots
  •  • 3 médias

L' agriculture a longtemps été la principale activité humaine à utiliser les ressources naturelles pour satisfaire des besoins humains, en particulier l'alimentation. Le présent article porte sur l'évolution des formes d'utilisation de ces ressources par l'activité agricole à partir du moment où apparaît une autre activité faisant usage des mêmes ressources : l'industrie. L' industrialisation débu […] Lire la suite

ASSOLEMENT

  • Écrit par 
  • Françoise MOYEN
  •  • 420 mots

Ce mot, pris aujourd'hui par les spécialistes des techniques agricoles comme synonyme de « rotation des cultures », a connu, du Moyen Âge au xviii e siècle, un sens beaucoup plus restreint et précis : c'était l'organisation et l'obligation de cette rotation sur tout un terroir. Dans le modèle classique, l'ensemble des terres était partagé en trois grands blocs appelés « soles » dans le Bassin par […] Lire la suite

BOURGEOISIE FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Régine PERNOUD
  • , Universalis
  •  • 7 675 mots

Dans le chapitre « La transformation des structures agraires »  : […] Cette richesse se mesure notamment aux achats de terres faits à l'époque par la bourgeoisie parlementaire, industrielle ou commerçante. Or, c'est au xviii e  siècle et notamment sous l'influence des physiocrates que se produit la plus importante sans doute des mutations qui aient affecté la propriété agricole depuis l'époque féodale : la terre est désormais considérée non plus comme un domaine su […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL - Histoire

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques FRIBOULET
  •  • 8 093 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Révolutions manquées »  : […] Un point frappe l'observateur. Les derniers grands pays à être entrés dans le train du développement de la première moitié du xx e  siècle sont le Japon et la Russie, avant la Première Guerre mondiale. Pourquoi l'Argentine et le Brésil, d'une part, l'Inde et la Chine, d'autre part, n'ont-ils suivi le mouvement qu'avec plusieurs décennies de retard ? Nous avons noté l'obstacle de la colonisation. I […] Lire la suite

ÉLEVAGE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET
  •  • 6 690 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « L’âge agricole »  : […] L’agropastoralisme fait la transition avec l’âge précédent. Dans les montagnes européennes et parallèlement à l’utilisation des alpages, les prairies de fond de vallée ont été très tôt entretenues (il fallait produire du fourrage pour l’hiver) et des cultures ont participé à l’alimentation des animaux. Localement, bien des prairies ont été irriguées. L’âge agricole correspond à une première intens […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Catherine LEFORT, 
  • Laurent VERMEERSCH
  •  • 19 933 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Recherche et mondialisation : les facteurs du changement »  : […] Les progrès réalisés dans les techniques de mise en valeur agricole sont largement responsables des bouleversements de la géographie de l'agriculture, et notamment de sa subtropicalisation, c'est-à-dire du poids grandissant des régions au climat subtropical dans la production. Tout d'abord, l'irrigation a permis de mettre en valeur des régions longtemps arides et peu fertiles : vallées californie […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

29 mars - 1er avril 1987 France – États-Unis. Visite officielle du Premier ministre Jacques Chirac aux États-Unis

Le Premier ministre prononce un vigoureux réquisitoire contre le protectionnisme « qui ruinerait les espoirs d'une reprise de l'activité mondiale », défend la politique agricole commune (P.A.C.) et évoque la « révolution tranquille » en cours en France depuis un an grâce au retour de la « liberté économique ». Le 31, Jacques Chirac rencontre, à Washington, Ronald Reagan, avec lequel il s'entretient de façon très chaleureuse pendant une heure. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Abel POITRINEAU, Gabriel WACKERMANN, « AGRICOLE RÉVOLUTION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-agricole/