COMMERCE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Selon la maxime empruntée à l'auteur latin de théâtre Plaute (254-184 av. J.-C.), « la bonne marchandise trouve facilement un acheteur » (Proba merx facile emptorem reperit). Sont ici exprimées deux conditions indispensables à la relation d'échange : avoir quelque chose à échanger et trouver un partenaire pour l'échange. Il en est une troisième qui confère au commerce sa raison d'être : le gain que l'échange permet de réaliser par rapport à une situation autarcique (sans échange). Le commerce implique, en général, un rapport financier de vente et d'achat, et donc l'utilité d'avoir une monnaie (étalon de valeur, moyen de paiement et intermédiaire des échanges) plutôt que d'échanger sous forme de troc. Dans le commerce entre les nations, la monnaie permet de se libérer des contraintes d'un échange exclusivement bilatéral ; on pourra acheter à l'un et vendre à l'autre, et avoir ainsi un déficit avec un pays et un excédent avec un autre sans chercher à équilibrer tous les échanges bilatéraux (la France peut avoir, par exemple, un large excédent avec le Royaume-Uni et un déficit avec la Chine).

Le commerce se décline au niveau des individus, des groupes sociaux, des régions ou encore des nations. Le commerce international désigne l'ensemble des échanges entre les nations. Il s'effectue principalement entre des entreprises qui exportent en vendant leurs produits à l'étranger et importent en s'approvisionnant auprès d'entreprises étrangères.

Le gain de l'échange

L'échange intervient si le gain, par rapport à une situation d'autarcie, est réciproque pour les deux partenaires. Il faut donc avoir un avantage à produire quelque chose (pour la Chine, des chemises par exemple) afin de l'échanger ensuite contre un autre produit (des avions Airbus) en provenance de l'étranger (France). « Le commerce permet alors aux individus et aux pays de se concentrer sur les biens qu'ils produisent le mieux » (Joseph Stiglitz, Principes d'économie moderne, 2000). Lorsqu'un pays possède une dextérité supérieure à tous les autres pour la production de t [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  COMMERCE  » est également traité dans :

AZTÈQUES (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 529 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Organisation sociale des Mexica »  : […] Le commerce d’objets de luxe était particulièrement important dans la société aztèque. Il était aux mains de puissantes corporations marchandes, les pochteca. Leurs émissaires traitaient avec les cités des basses terres tropicales, en particulier sur le territoire des Mayas. Ils importaient à l’usage […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/azteques-notions-de-base/#i_43532

FRANCE - (Le territoire et les hommes) - Espace et société

  • Écrit par 
  • Magali REGHEZZA
  •  • 13 928 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un système productif national de plus en plus tourné vers les services »  : […] La distribution spatiale des activités attachées au tertiaire dépend de la nature des services. Les services dits banals, destinés essentiellement à la population, sont dispersés sur l’ensemble du territoire national, avec toutefois une forte hétérogénéité aux échelles infra-régionale et locale. Des territoires ruraux mais aussi des quartiers […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-le-territoire-et-les-hommes-espace-et-societe/#i_43532

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Louis MUCCHIELLI, « COMMERCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/commerce/