ACTES D'ENCLOSURE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les enclosures en Angleterre se caractérisent par le passage d'une simple agriculture de subsistance à base céréalière à un type d'économie associant élevage et cultures fourragères. L'enclosure consiste à mettre fin au système de l'open field en clôturant les parcelles, en procédant à des remembrements et en partageant les commons. Affranchis des contraintes de l'exploitation communautaire traditionnelle, les enclosures permettaient de disposer de surfaces individualisées favorables aux nouvelles techniques et aux nouveaux assolements en visant le profit maximal. Le mouvement d'enclosure a commencé à la fin du Moyen Âge. Il touche le quart des terres au xviie siècle. Entre 1727 et 1815, le Parlement vote plus de 5 000 lois (acts) qui autorisent les enclosures (Les Enclosure Acts portent sur 20 p. 100 des terres). Les parcelles sont encloses soit par accord amiable entre les parties concernées, soit par une loi d'intérêt privé. Les enclosures permettent une augmentation des rendements de 10 à 15 p. 100. Dans les Midlands, le cheptel double. Mais l'effet ne doit pas être surestimé. Au xviiie siècle, le rythme annuel de la production agricole augmente de 0,4 p. 100 en Angleterre, à peine plus que celui de la France. Le coût social des enclosures fait l'objet d'un débat. On les rend responsables d'une prolétarisation du paysan anglais, contraint de quitter sa terre. En fait, les enclosures ont souvent mobilisé de la main-d'œuvre. Mais elles favorisèrent les gros farmers au détriment des cottagers qui perdirent des droits d'usage.

—  Francis DEMIER

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Francis DEMIER, « ACTES D'ENCLOSURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 septembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/actes-d-enclosure/