CULTE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une consigne de Calvin, directement inspirée de saint Paul, suggère ce que peut être le culte comme éthos, comme comportement global : il faut, dit Calvin, que l'existence entière soit un hommage à la gloire de Dieu. Le culte est dans la vie autant que la vie dans le culte : il l'est même davantage, quand la consigne est donnée par la forme la moins cérémonielle du christianisme, c'est-à-dire par le calvinisme. En simplifiant la liturgie, en la rendant plus sobre, Calvin n'a pas songé qu'il risquait d'appauvrir le culte chrétien. Au contraire, il a voulu atténuer le contraste entre comportement profane et comportement sacré, afin que l'attitude cultuelle s'étendît à toute la conduite, à toutes les démarches du chrétien.

Abolissant la religion comme activité spécialisée, il faisait retour à la plus ancienne et à la plus prégnante des mentalités religieuses : c'est l'existence elle-même, et non l'un ou l'autre de ses moments, qui vit le drame du salut et qui est d'essence cultuelle, pénétrée de l'esprit de service. Il faut définir le culte comme office (comme tâche, ou comme ministère), c'est-à-dire comme fonction. Mais cet office ne se réduit pas aux offices, c'est-à-dire aux cérémonies, ni ce ministère aux ministères, c'est-à-dire à l'administration des rites ou des sacrements. C'est l'Église comme édifice et surtout la division entre clercs et laïcs qui ramènent le culte à la simple activité rituelle. Mais l'adoration en esprit et en vérité dont parle Jean (iv, 23) paraît beaucoup plus extensive.

Cependant l'éthos cultuel du chrétien, même revenu à ses origines, ne récupère sans doute pas la richesse de la source archaïque. Pour le « primitif », l'éthos cultuel avait un sens plein : tous ses actes s'inscrivaient dans une sphère surnaturelle ; rien n'était profane, pas même l'utile, le quotidien. Au contraire, pour le moderne, la vie entière peut s'imprégner de religion, mais seulement par le biais d'une moralité d'intention. Dans le premier cas, l'éthos cultuel était foncièrement symbolique et mystique. Dans le second, il n'est qu'éthique.

Si l'on prenait la notion d'éthos au sens de Max Scheler, il faudrait rapprocher culte et culture, et montrer que la religion vécue renvoie toujours à des formes typiques qui varient suivant les peuples et les époques (dans ce sens il y a un éthos, c'est-à-dire un style objectif d'appréhension des valeurs religieuses, qui diffère de l'Inde à la Grèce, des Romains aux Germains, des païens aux juifs et même des juifs aux chrétiens).

De toute façon, l'éthos cultuel se caractérise par les notes suivantes, si du moins il reste fidèle à ses sources : a) l'existence n'est jamais un simple donné ; elle est vécue comme valeur morale et religieuse ; b) l'existence n'est pas un fait, mais un comportement, une pratique réglée et orientée ; c) l'existence n'est pas un ensemble de réflexes ou de conduites mécaniques : les gestes de l'homme sont tenus pour signifiants, et le sens ultime de toutes les significations est d'instituer un rapport vécu au numineux, aux puissances, aux dieux, à Dieu ; d) l'existence n'est pas une dispersion de démarches, même signifiantes, même finalisées par une intention religieuse : elle tend à concentrer son effort de piété, sa ferveur, dans des lieux et des moments privilégiés, d'où les cérémonies et les fêtes, le culte proprement dit, avec ses objets, ses ministres, ses emplacements, ses prescriptions, ses formules ; e) l'existence n'est pas divisée entre le profane et le sacré, même dans les sociétés où cette distinction existe (ce qui n'est pas le cas de toutes les sociétés) ; elle puise son énergie dans l'expérience du sacré et elle la ravive constamment à son contact, mais pour l'infuser dans la totalité de la vie ; f) l'existence n'est pas gênée, ni tourmentée, par la pluralité des valeurs : spontanément, elle les hiérarchise, et sa hiérarchie subordonne d'emblée les valeurs techniques, éthiques, esthétiques, à la valeur mystique ; g) l'existence ne théorise pas dans l'abstrait (elle ne le fait que tardivement, là où l'évolution autorise un savoir désintéressé ; elle a sa manière à elle, tout entière de myth [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur de philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  CULTE  » est également traité dans :

ASSYRO-BABYLONIENNE RELIGION

  • Écrit par 
  • René LARGEMENT
  •  • 4 260 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le culte »  : […] La vie quotidienne des dieux était ordonnée à l'image de celle des rois ; on offrait à la divinité quatre repas par jour : le grand et le petit repas du matin, le grand et le petit repas du soir ; chacun d'eux se composait de boissons fermentées, de pains, de fruits et de viande ; ils n'étaient pas purement symboliques ; le menu journalier des quatre grandes divinités d' Uruk exigeait 243 pains fa […] Lire la suite

AUTELS

  • Écrit par 
  • Louis LÉVY
  •  • 3 687 mots
  •  • 1 média

L'offrande d'un présent est destinée à obtenir la faveur de celui auquel on l'adresse, l'échange de dons manifeste l'amitié, et le partage du repas a longtemps signifié l'intimité. Les relations des hommes avec la divinité se ressentent de ces schèmes. On a d'abord sacrifié des victimes ou présenté des mets. Mais la différence entre ces rites n'est pas essentielle, car ils consistent tous deux à o […] Lire la suite

BOUDDHISME (Histoire) - Le Buddha

  • Écrit par 
  • André BAREAU
  •  • 4 307 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les origines du culte bouddhique »  : […] Ce respect que les fidèles laïcs éprouvent envers les moines est mêlé, conformément aux vieilles croyances indiennes, d'admiration et d'une certaine crainte, dues aux pouvoirs surhumains attribués aux ascètes et résultant des austérités qu'ils s'infligent, comme de leur pratique des méditations et des exercices analogues. À l'égard du Bienheureux, ce respect devient de la vénération, sa sainteté é […] Lire la suite

DULIE & HYPERDULIE

  • Écrit par 
  • Henri-Jacques STIKER
  •  • 278 mots

La pratique populaire chrétienne consistant à rendre un culte aux saints, avec les excès ou les mépris qu'elle peut entraîner, a amené les théologiens et l'Église officielle à prendre position à ce sujet. On a admis qu'une forme de culte était légitime vis-à-vis des saints, mais en précisant qu'il fallait la distinguer du culte rendu à Dieu lui-même. La doctrine du Concile de Trente, face à la réa […] Lire la suite

HATRA SITE ARCHÉOLOGIQUE DE

  • Écrit par 
  • Michel GAWLIKOWSKI
  •  • 2 068 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les dieux  »  : […] Les divinités principales de Hatra sont au nombre de trois et forment une famille : elles sont évoquées comme Marân (« Notre Seigneur »), Martân (« Notre Dame ») et Bar-Marên (« Fils de Nos Seigneurs »). Le premier est certainement le Soleil ; il est parfois nommé « Notre Seigneur l’Aigle ». Les identités de sa compagne et de leur fils sont discutées. Une foule d’autres dieux est également attesté […] Lire la suite

JAMBLIQUE (250 env.-env. 330)

  • Écrit par 
  • Jean TROUILLARD
  •  • 1 689 mots

Dans le chapitre « La théurgie »  : […] Le second thème qui caractérise l'œuvre de Jamblique est celui qui constitue le principal objet du De mysteriis . Cet écrit se présente comme réponse à une série de questions posées par Porphyre à un certain Anébon sur les dieux et les démons. C'est « maître Abammon » qui donne la réplique. D'après Proclos, ce nom est un pseudonyme de Jamblique. Mais on est surpris par le ton solennel et dogmatiqu […] Lire la suite

LA FABRIQUE DE L'ÉCRIVAIN NATIONAL (A.-M. Thiesse) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marie-Ève THÉRENTY
  •  • 1 395 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L’écrivain, quintessence de l’esprit national »  : […] À compter du milieu du xix e  siècle, les écrivains sont définitivement chargés de l’écriture du roman national. Ils l’élaborent à travers des poésies au lyrisme patriotique et des œuvres panoramiques qui décrivent l’éventail national des types sociaux. Au moment des éveils nationaux, ils composent des hymnes et des manifestes, montent des pièces engagées. La publication de la littérature dans le […] Lire la suite

LAÏCITÉ, notion de

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 1 318 mots

Dans le chapitre « La liberté de conscience »  : […] La liberté publique de conscience pour tous et pour chacun a donc créé une situation historique radicalement nouvelle, et un ordre nouveau irréversible dont le caractère laïque obligeait à respecter les libertés religieuses. C'est ce que confirmera l'article 1 er de la loi du 9 décembre 1905 « concernant la séparation des Églises et de l'État » qui débute par cet engagement : « La République assu […] Lire la suite

LITURGIE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 962 mots

La liturgie est le protocole du culte. Elle ne se réduit pourtant ni à l'érudition du rubriciste, ni au savoir-faire du maître de cérémonie. Elle est redevenue une question d'actualité, en raison de la réforme liturgique entreprise depuis le 4 décembre 1963 par le catholicisme romain (messe en langue vernaculaire, communion reçue dans la main, participation plus active des fidèles aux célébrations […] Lire la suite

LITURGIE CATHOLIQUE DE L'EUCHARISTIE

  • Écrit par 
  • Jean-Noël BEZANÇON
  •  • 2 120 mots

Dans le chapitre « Rites et hiérarchie »  : […] Dans les premiers siècles, ces assemblées s'organisent. Des responsables apparaissent, prenant la suite des premiers « apôtres » de Jésus : des épiscopes (du grec episkopos , « surveillant » ; origine du mot évêque), des presbytres (du grec presbyteros , « anciens » ; origine du mot prêtre), des diacres (du grec diakonos , « serviteurs »). Des titres qui, à l'époque, ne sont pas religieux mais pro […] Lire la suite

Les derniers événements

22 juillet 2021 France. Adoption de la nouvelle loi antiterroriste.

Le texte concerne notamment l’instauration de périmètres de protection, la fermeture de lieux de culte, les mesures individuelles de contrôle et de surveillance et l’automatisation du traitement des données de connexion et de navigation sur Internet. […] Lire la suite

22 mars - 15 avril 2021 France. Polémique relative au financement d'une mosquée à Strasbourg.

Cette charte a été présentée en janvier par le Conseil français du culte musulman (CFCM). Quatre des neuf fédérations composant le CFCM ne l’ont pas signée, dont la fédération Millî Görüş porteuse du projet de la mosquée Eyyub Sultan, qui est proche du pouvoir turc. Le 6 avril, la préfète du Bas-Rhin défère la décision municipale devant le tribunal administratif à la demande du ministre. […] Lire la suite

17-20 janvier 2021 France. Élaboration d'une charte des imams au sein du Conseil français du culte musulman.

Le 17, les neuf fédérations composant le Conseil français du culte musulman (CFCM) annoncent s’être accordées sur la « charte des principes pour l’islam de France » que le président Emmanuel Macron les avait chargées d’établir en novembre 2020. Cette charte doit servir de référence au nouveau Conseil national des imams qui devra accorder une certification aux ministres du culte musulman. […] Lire la suite

2 octobre 2020 France. Discours d'Emmanuel Macron sur le séparatisme.

Il charge le Conseil français du culte musulman (CFCM) de mettre en place une procédure de certification des imams.  […] Lire la suite

10 juillet - 21 août 2020 Turquie. Transformation en mosquée de l'ancienne basilique Sainte-Sophie.

Le président Recep Tayyip Erdogan ordonne aussitôt la réouverture de Sainte-Sophie au culte musulman. Cette décision est critiquée par de nombreuses institutions et capitales dans le monde, notamment par l’Église orthodoxe, Athènes et Moscou. Le 24 se déroule la première séance de prières à Sainte-Sophie. Le 21 août, le président Erdogan ordonne la reconversion en mosquée d’une autre ancienne église orthodoxe d’Istanbul, Saint-Sauveur-in-Chora. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Henry DUMÉRY, « CULTE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/culte/