Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

LUTHER MARTIN (1483-1546)

1500 à 1600. Expansion ibérique et Réforme - crédits : Encyclopædia Universalis France

1500 à 1600. Expansion ibérique et Réforme

Au lendemain de la mort de Luther, ses amis soulignèrent l'œuvre immense qu'il laissait derrière lui : un véritable renouveau de l'exégèse biblique, de la prédication, des sacrements et de la liturgie, ainsi que de la fonction ecclésiastique. L'école et la formation universitaire avaient subi des changements. On avait acquis une nouvelle compréhension de l'État, du mariage, de l'activité professionnelle et de la vie économique. Cette œuvre, dans ce qu'elle avait de créateur, était issue chez Luther d'une nouvelle prise de conscience de la relation avec Dieu à la lumière de l'Écriture. Il s'était représenté Dieu d'abord sous des couleurs sombres, voyant en lui le Dieu terrifiant et juge, puis il en vint à le reconnaître dans le Christ comme le Dieu miséricordieux et bienveillant qui justifie le pécheur. La volonté du Dieu juge et cependant miséricordieux devint, pour Luther, le critère qui, appliquée à l'Église, à la théologie, au monde et à l'homme, devait les redéfinir intrinsèquement et dans leurs relations mutuelles.

Martin Luther - crédits : Fine Art Images/ Heritage Images/ Getty Images

Martin Luther

Luther im Weinberg, L. Cranach - crédits : AKG-images

Luther im Weinberg, L. Cranach

Le moyen dont il se servit pour cette transformation était la parole prêchée et écrite, une parole puissante et forçant l'assentiment, parce qu'il avait quelque chose d'original à dire, une parole parfois paradoxale et irritante, puis à nouveau parfaitement claire et d'une simplicité enfantine. Ayant conscience d'être l'instrument de Dieu, il se montrait incommode et ne se laissait guère manipuler. Il se livrait vis-à-vis de ses adversaires à des critiques acerbes et à des polémiques violentes, souvent même à des propos vulgaires. Mais, en même temps, il savait trouver les accents chaleureux qui consolent merveilleusement. Ce n'était pas un saint ; au contraire, il avait toujours conscience d'être devant Dieu comme un pauvre homme totalement dépendant de lui. Son portrait au regard de l'histoire ne pouvait dès lors que susciter la controverse. Salué par les uns comme un héros religieux ou national, exalté comme incarnant l'idéal culturel ou bourgeois, il devait être condamné par les autres comme hérétique, dénoncé comme un modèle d'immoralité ou accusé d'être à la solde des princes et l'ennemi de la démocratie. Néanmoins, dans les dernières décennies, les Églises se sont mises à écouter ensemble le message de Luther, et la science historique elle-même en est venue à le juger d'une manière plus objective.

La vie et l'action du Réformateur

Origine et formation

Quoique, à l'occasion, il se soit réclamé de son humble origine paysanne, Luther, né le 10 novembre 1483 à Eisleben en Thuringe dans le comté de Mansfeld, a passé sa vie dans les villes. Son père, Hans, était un petit exploitant dans les mines de cuivre. On a cherché à expliquer les conflits religieux auxquels Martin fut exposé par ses rapports avec un père exigeant et une mère quelque peu mélancolique. D'après le peu d'informations dont nous disposons, l'éducation de cet enfant à la vive sensibilité fut, selon la coutume d'alors, sévère certes, mais ses rapports avec ses parents paraissent dans l'ensemble avoir été bons. D'ailleurs, le père, désireux lui-même de s'élever socialement, nourrissait au sujet de Martin de grandes ambitions. Soucieux, pour cette raison, de lui assurer une bonne formation scolaire, il l'envoya en 1497 à Magdebourg, puis, l'année suivante, à Eisenach. À Magdebourg, chez les Frères de la Vie commune, et à Eisenach, dans une ambiance pieuse, Martin reçut ses premières empreintes religieuses. En 1501, il entra à l'université d'Erfurt pour y préparer une carrière de juriste. Le nominalisme, comme le courant de pensée caractéristique de la fin du Moyen Âge, y était encore dominant ; parallèlement, l' humanisme[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur en théologie, professeur d'histoire de l'Église à la faculté évangélique de théologie à l'université de Münster
  • : docteur en théologie, professeur de théologie systématique à la faculté de théologie protestante de l'université de Neuchâtel

Classification

Pour citer cet article

Martin BRECHT et Pierre BÜHLER. LUTHER MARTIN (1483-1546) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

1500 à 1600. Expansion ibérique et Réforme - crédits : Encyclopædia Universalis France

1500 à 1600. Expansion ibérique et Réforme

Référence pointe vers un fichier inexistant en BDD :

Extbase Variable Dump
Universalis\MediaData\Domain\Model\Referenceprototypemodified entity (uid=0, pid=0)
   alt => protectedNULL
   children => protectedTYPO3\CMS\Extbase\Persistence\ObjectStorageprototypeobject (empty)modified
   description => protectedNULL
   file => protectedNULL
   singleDescription => protectedNULL
   ucode => protectedNULL
   uid => protected0 (integer)
   _localizedUid => protected0 (integer)modified
   _languageUid => protectedNULL
   _versionedUid => protected0 (integer)modified
   pid => protected0 (integer)

Luther im Weinberg, L. Cranach - crédits : AKG-images

Luther im Weinberg, L. Cranach

Autres références

  • DU SERF ARBITRE, Martin Luther - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 973 mots
    • 1 média

    Contre les pélagiens qui insistaient sur la volonté humaine pour l'obtention du salut, saint Augustin avait déjà rappelé au début du ve siècle que la perfection de l'homme ne peut provenir que de la grâce de Dieu, reçue comme un don de sa miséricorde, et qu'elle ne saurait être obtenue...

  • ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne médiévale

    • Écrit par
    • 14 136 mots
    • 7 médias
    ...Tetzel, prêchaient en Saxe, par des procédés de bruyante réclame, l'indulgence promise par Léon X pour financer la reconstruction de Saint-Pierre de Rome. Luther, religieux augustin, enseignait déjà à l'université de Wittenberg sa doctrine du salut et, le 31 octobre 1517, affichait ses quatre-vingt-quinze...
  • ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne du XVIe et du XVIIe s.

    • Écrit par
    • 6 506 mots
    • 7 médias
    Toutes les recherches conduites sur le climat religieux et social du début du xvie siècle laissent subsister l'importance historique du rôle de Luther. Élaborée à l'aide des traditions anciennes, des souvenirs des conciles de Bâle et de Constance, des vieilles hérésies, de la mystique des ...
  • ANTISÉMITISME

    • Écrit par
    • 12 229 mots
    • 9 médias
    ...Europe contribue puissamment à la propagande des stéréotypes antijuifs. Un humaniste comme Érasme ne leur applique guère ses principes de tolérance. Dépité qu' ils n'aient pas adhéré à sa nouvelle doctrine, Luther publie en 1543 trois pamphlets Von den Juden und ihren Lügen (À Propos...
  • CARLSTADT ANDREAS RUDOLF BODENSTEIN dit ANDREAS (1480 env.-1541)

    • Écrit par
    • 546 mots

    Née des querelles d'interprétation que la traduction des textes sacrés avait suscitées, la doctrine de Carlstadt traduit surtout la volonté d'indépendance qui se manifeste au début du xvie siècle, en Allemagne, contre le formalisme et l'intransigeance du parti luthérien. Bien qu'il...

  • Afficher les 33 références