LUTHER MARTIN (1483-1546)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au lendemain de la mort de Luther, ses amis soulignèrent l'œuvre immense qu'il laissait derrière lui : un véritable renouveau de l'exégèse biblique, de la prédication, des sacrements et de la liturgie, ainsi que de la fonction ecclésiastique. L'école et la formation universitaire avaient subi des changements. On avait acquis une nouvelle compréhension de l'État, du mariage, de l'activité professionnelle et de la vie économique. Cette œuvre, dans ce qu'elle avait de créateur, était issue chez Luther d'une nouvelle prise de conscience de la relation avec Dieu à la lumière de l'Écriture. Il s'était représenté Dieu d'abord sous des couleurs sombres, voyant en lui le Dieu terrifiant et juge, puis il en vint à le reconnaître dans le Christ comme le Dieu miséricordieux et bienveillant qui justifie le pécheur. La volonté du Dieu juge et cependant miséricordieux devint, pour Luther, le critère qui, appliquée à l'Église, à la théologie, au monde et à l'homme, devait les redéfinir intrinsèquement et dans leurs relations mutuelles.

1500 à 1600. Expansion ibérique et Réforme

Vidéo : 1500 à 1600. Expansion ibérique et Réforme

Espagnols et Portugais en Amérique et en Asie. Charles Quint. Luther.Le XVIe siècle marque l'apogée ottomane. En 1517, l'Empire détruit le pouvoir mamelouk d'Égypte ; puis, Soliman le Magnifique étend ses conquêtes en Orient, et jusqu'aux terres de l'empereur Charles Quint.Pendant ce... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Luther im Weinberg, L. Cranach

Photographie : Luther im Weinberg, L. Cranach

L. Cranach, Luther im Weinberg, peinture sur bois, 1569. Les réveils religieux, comme ceux du pays de Galles ou ceux de l'Allemagne baroque, tentent de remettre la religion à l'unisson d'une société environnante qui s'est transformée. 

Crédits : AKG

Afficher

Le moyen dont il se servit pour cette transformation était la parole prêchée et écrite, une parole puissante et forçant l'assentiment, parce qu'il avait quelque chose d'original à dire, une parole parfois paradoxale et irritante, puis à nouveau parfaitement claire et d'une simplicité enfantine. Ayant conscience d'être l'instrument de Dieu, il se montrait incommode et ne se laissait guère manipuler. Il se livrait vis-à-vis de ses adversaires à des critiques acerbes et à des polémiques violentes, souvent même à des propos vulgaires. Mais, en même temps, il savait trouver les accents chaleureux qui consolent merveilleusement. Ce n'était pas un saint ; au contraire, il avait toujours conscience d'être devant Dieu comme un pauvre homme totalement dépendant de lui. Son portrait au regard de l'histoire ne pouvait dès lors que susciter la controverse. Salué par les uns comme un héros religieux ou national, exalté comme incarnant l'idéal culturel ou bourgeois, il devait être condamné par les autres comme hérétique, dénoncé comme un modèle d'immoralité ou accusé d'être à la solde des princes et l'ennemi de la démocratie. Néanmoins, dans les dernières décennies, les Églises se sont mises à écouter ensemble le message de Luther, et la science historique elle-même en est venue à le juger d'une manière plus objective.

La vie et l'action du Réformateur

Origine et formation

Quoique, à l'occasion, il se soit réclamé de son humble origine paysanne, Luther, né le 10 novembre 1483 à Eisleben en Thuringe dans le comté de Mansfeld, a passé sa vie dans les villes. Son père, Hans, était un petit exploitant dans les mines de cuivre. On a cherché à expliquer les conflits religieux auxquels Martin fut exposé par ses rapports avec un père exigeant et une mère quelque peu mélancolique. D'après le peu d'informations dont nous disposons, l'éducation de cet enfant à la vive sensibilité fut, selon la coutume d'alors, sévère certes, mais ses rapports avec ses parents paraissent dans l'ensemble avoir été bons. D'ailleurs, le père, désireux lui-même de s'élever socialement, nourrissait au sujet de Martin de grandes ambitions. Soucieux, pour cette raison, de lui assurer une bonne formation scolaire, il l'envoya en 1497 à Magdebourg, puis, l'année suivante, à Eisenach. À Magdebourg, chez les Frères de la Vie commune, et à Eisenach, dans une ambiance pieuse, Martin reçut ses premières empreintes religieuses. En 1501, il entra à l'université d'Erfurt pour y préparer une carrière de juriste. Le nominalisme, comme le courant de pensée caractéristique de la fin du Moyen Âge, y était encore dominant ; parallèlement, l'humanisme y faisait cependant déjà son entrée. Luther termina cette première phase de ses études en 1505 avec l'obtention du grade de maître ès arts. Depuis le début de cette année-là, une crise, marquée par la peur de la mort et par les doutes qu'il éprouvait sur l'orientation de sa vie, s'était développée en lui, et, quand, au cours d'un voyage, durant l'été de 1505, il se trouva pris dans un orage près d'Erfurt et que la foudre éclata à ses côtés, l'incident amena chez lui un revirement. Il fit ce vœu : « À mon aide, sainte Anne ! Je veux me faire moine. » Son intention était, en faisant ce pas, de consacrer entièrement sa vie à Dieu afin d'assurer son salut éternel.

Admis en juillet 1505 au couvent des Augustins d'Erfurt, Martin, qui y devint un religieux fervent, fit vite carrière. Ordonné prêtre en 1507, il fut bientôt désigné pour enseigner la philosophie au couvent d'études d'Erfurt. Simultanément, il étudiait par lui-même la théologie. En 1510-1511, il fut envoyé à Rome pour les affaires de son ordre. Certes, il y perçut quelques-uns des abus ecclésiastiques qui y régnaient, mais il ne s'en laissa guère émouvoir ; en revanche, il fit un ample usage des trésors spirituels de la Ville éternelle.

À la différence de sa vie extérieure, son évolution intérieure était tout autre que rectiligne. Dans son effort sincère vers la perfection monastique, il s'aperçut qu'il n'était pas en état de vivre sans péché et de produire envers Dieu la preuve d'une parfaite obéissance. Ses problèmes intérieurs ne venaient donc pas du fait qu'il n'arrivait pas à s'adapter à la vie monastique, mais bien de ce qu'il prenait celle-ci au sérieux et voulait la vivre de manière rigoureuse. Dans son cas, la formule du monachisme se solda par un échec. La théologie nominaliste représentée à Erfurt enseignait que, si l'homme faisait ce qui était en son pouvoir, Dieu ne lui refusait pas sa grâce. Or Luther doutait de plus en plus de sa capacité à accomplir les bonnes œuvres prescrites.

Il se distinguait encore de la théologie régnante en ce que, dès son entrée au couvent, il s'était intéressé ardemment à la Bible et avait acquis vis-à-vis d'elle une familiarité unique. Dans sa recherche, il se servait déjà des moyens linguistiques modernes que proposait l'humanisme. Mais cette étude était pour lui autre chose qu'une simple occupation intellectuelle ; elle ne faisait qu'un avec la prière, la méditation et le culte divin. Les paroles de la Bible pouvaient l'effrayer ou bien le consol [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 18 pages

Médias de l’article

1500 à 1600. Expansion ibérique et Réforme

1500 à 1600. Expansion ibérique et Réforme
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Luther im Weinberg, L. Cranach

Luther im Weinberg, L. Cranach
Crédits : AKG

photographie

Luther

Luther
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Zwingli

Zwingli
Crédits : G. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en théologie, professeur d'histoire de l'Église à la faculté évangélique de théologie à l'université de Münster
  • : docteur en théologie, professeur de théologie systématique à la faculté de théologie protestante de l'université de Neuchâtel

Classification

Autres références

«  LUTHER MARTIN (1483-1546)  » est également traité dans :

DU SERF ARBITRE, Martin Luther - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques-Noël PÉRÈS
  •  • 975 mots
  •  • 1 média

Contre les pélagiens qui insistaient sur la volonté humaine pour l'obtention du salut, saint Augustin avait déjà rappelé au début du ve siècle que la perfection de l'homme ne peut provenir que de la grâce de Dieu, reçue comme un don d […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne médiévale

  • Écrit par 
  • Pierre-Roger GAUSSIN
  •  • 14 149 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « À la veille de la Réforme »  : […] Le règne de Maximilien fait transition entre l'époque médiévale et les Temps modernes. C'est alors que s'établissent les premiers rapports entre le pouvoir et la nouvelle puissance des banquiers, en l'occurrence entre Maximilien et Jakob Fugger. Surtout c'est le moment où apparaît, en matière religieuse, un climat préréformateur dont l'une des plus célèbres manifestations fut la Reformatio Sigism […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne du XVIe et du XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Georges LIVET
  •  • 6 502 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le rôle historique de Luther »  : […] Toutes les recherches conduites sur le climat religieux et social du début du xvi e siècle laissent subsister l'importance historique du rôle de Luther. Élaborée à l'aide des traditions anciennes, des souvenirs des conciles de Bâle et de Constance, des vieilles hérésies, de la mystique des Pays-Bas, vivifiée et enrichie par l'humanisme d'Érasme, l'idée de la réforme de l'Église dans son chef et […] Lire la suite

ANTISÉMITISME

  • Écrit par 
  • Esther BENBASSA
  •  • 12 226 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'antijudaïsme de la Renaissance au XVIIe siècle »  : […] Dans l'Espagne du xv e  siècle, la suspicion permanente et la jalousie entretenue à l'encontre des conversos et de leur descendance, aussi appelés « nouveaux chrétiens » ou marranes, fait naître l'idée chez certains « vieux chrétiens » d'exiger des « statuts de pureté du sang » ( estatutos de limpieza de sangre ) pour l'accès aux offices publics. Le premier de ces statuts, arrêté par la ville de […] Lire la suite

CARLSTADT ANDREAS RUDOLF BODENSTEIN dit ANDREAS (1480 env.-1541)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 545 mots

Née des querelles d'interprétation que la traduction des textes sacrés avait suscitées, la doctrine de Carlstadt traduit surtout la volonté d'indépendance qui se manifeste au début du xvi e siècle, en Allemagne, contre le formalisme et l'intransigeance du parti luthérien. Bien qu'il restât attaché au respect de l'ordre, ne prenant parti ni pour les iconoclastes ni pour Thomas Münzer, qu'il fréque […] Lire la suite

CÉLIBAT RELIGIEUX

  • Écrit par 
  • André BAREAU, 
  • Jacques POHIER
  •  • 7 030 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Célibat et vie religieuse »  : […] Dès les tout premiers siècles du christianisme, un grand nombre d'hommes et de femmes choisissent de vivre dans la continence absolue, ce qui semble à bon droit aux chrétiens et à leurs contemporains une attitude tout à fait propre à cette nouvelle religion, puisque ni le judaïsme ou les autres religions orientales, ni les religions grecques et romaines n'avaient jamais conçu que le célibat pût êt […] Lire la suite

CHORAL

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY
  •  • 2 554 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le cantique et son histoire »  : […] Le Choralgesang , dont on a fait « choral » par abréviation, n'était d'abord que synonyme de gregorianischer Gesang , ou plain-chant à l'unisson. Lorsque Luther, voulant associer davantage le peuple au chant liturgique, entreprit de faire créer un répertoire de cantiques strophiques et syllabiques en langue allemande, il prit d'abord modèle sur le plain-chant qu'il adapta librement : c'est ainsi […] Lire la suite

CONFESSION D'AUGSBOURG

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 368 mots

Confession fondamentale des Églises luthériennes présentée le 25 juin 1530 dans ses versions allemande et latine, au cours de la diète d'Augsbourg, à Charles Quint, par sept princes luthériens et deux villes impériales libres. L'auteur principal en était Melanchthon, qui se servit des premières considérations de Luther sur la foi. Le but poursuivi était de défendre les luthériens contre les mauvai […] Lire la suite

DES HÉGÉMONIES BRISÉES (R. Schürmann) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 1 345 mots

Dans son livre Le Principe d'anarchie paru en 1982, consacré à « Heidegger et la question de l'agir », Reiner Schürmann (né de parents allemands, à Amsterdam en 1941, mort à New York le 20 août 1993) citait quelques lignes de Novalis, elles-mêmes méditées par Heidegger, qui peuvent servir de fil conducteur aux textes rédigés en français et rassemblés dans Des hégémonies brisées que les éditions […] Lire la suite

ELOI PRUYSTINCK (XVIe s.)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 389 mots

Proches de ceux que Calvin appellera les Libertins spirituels, les loïstes ou partisans d'Eloi Pruystinck propagent à Anvers, de 1525 à 1544, l'idée que l'esprit anéanti en Dieu permet d'identifier à la volonté divine la recherche des plaisirs sans contrainte ni culpabilité. En 1525, Eloi Pruystinck, « couvreur d'ardoyse », quitte Anvers pour Wittemberg, où il espère convaincre Luther et Melanchth […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

23-29 août 2020 États-Unis. Nouvel acte de violence policière contre un Afro-Américain à Kenosha.

Martin Luther King « I have a dream ». Le frère de George Floyd et le père de Jacob Blake prennent la parole. Le 29, à Portland (Oregon) où les partisans du mouvement Black Lives Matter continuent de manifester, un militant d’extrême droite qui participait à un rassemblement pro-Trump est tué lors d’une fusillade. […] Lire la suite

16 octobre 1995 États-Unis. « Marche d'un million d'hommes » à l'initiative du leader noir Louis Farrakhan

Martin Luther King, à Washington, plus de 400 000 personnes participent, dans la capitale, à la « marche d'un million d'hommes » organisée par Louis Farrakhan, leader charismatique de la Nation de l'islam, l'organisation musulmane noire radicale fondée par Malcolm X. Louis Farrakhan est controversé, jusqu'au sein des élites noires, en raison de son […] Lire la suite

28 février 1984 États-Unis. Victoire de Gary Hart à la première « primaire » démocrate

Martin Luther King (6 p. 100). Ce score n'est pas décisif puisque l'État du New Hampshire n'envoie à la convention démocrate, qui aura lieu du 16 au 19 juillet à San Francisco, que 22 délégués sur un total de 3 933, mais l'événement est important car la surprise est complète : Gary Hart gagne, contre tous les pronostics. Ancien directeur de la campagne […] Lire la suite

28 août 1983 États-Unis. Manifestation à Washington à la mémoire de Martin Luther King

Martin Luther King, vingt ans après la marche pour les droits civiques. C'est un succès pour les organisations noires qui avaient appelé à ce rassemblement. Les intervenants se montrent particulièrement critiques envers l'administration Reagan. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Martin BRECHT, Pierre BÜHLER, « LUTHER MARTIN - (1483-1546) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-luther/