Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ARCHEVÊQUE

Titre fréquemment donné dans les Églises chrétiennes à un évêque ayant sur les autres évêques d'une province une certaine juridiction, qu'il exerce en plus de son pouvoir diocésain, mais qui n'implique pas une supériorité d'ordre. L'archevêque est l'héritier des anciens évêques métropolitains, qui avaient autorité sur les différents diocèses d'une province. Pourtant, l'archiépiscopat n'a pas impliqué, à l'époque de son institution, la juridiction métropolitaine ; il apparut, semble-t-il, au ive siècle, dans les Églises d'Orient, et il n'était qu'un titre honorifique accordé à certains évêques. L'Église occidentale ne l'employait guère avant le viie siècle. Il ne devint courant qu'après la décision prise par les Carolingiens de rendre aux métropolitains le droit de convoquer les synodes provinciaux. Les évêques métropolitains commencèrent alors à porter le titre d'archevêque pour marquer leur prééminence sur les autres évêques. Le concile de Trente (1545-1563) réduisit leurs pouvoirs, qui avaient été considérables au Moyen Âge. Dans l'Église catholique romaine, l'archiépiscopat est quelquefois conféré à titre personnel à l'évêque d'un siège non métropolitain.

Dans les Églises orientales, orthodoxes ou autres, le titre est bien plus courant qu'en Occident et se rattache de façon moins stricte aux fonctions métropolitaines. Dans l'Église orthodoxe, il existe des archevêques autocéphales qui prennent rang entre les évêques diocésains et métropolitains. Chez les protestants européens, le titre s'emploie peu : il est réservé aux évêques luthériens d'Upsal (métropolitains de Suède) et de Turku (Finlande). Dans l'Église anglicane, il y a deux archevêchés qui sont les deux subdivisions du territoire ecclésiastique : celui de Canterbury, siège du primat de toute l'Angleterre, métropolitain de la province de Canterbury, et celui d'York, siège du primat d'Angleterre, métropolitain d'York.

— Jacques PONS

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • CANONIQUE DROIT

    • Écrit par Patrick VALDRINI
    • 8 003 mots
    ...d'Églises particulières. Cette législation est, pour une part, traditionnelle lorsqu'il s'agit du statut des provinces ecclésiastiques et du métropolitain ou archevêque, en raison du rôle important qu'ils ont joué dans l'histoire pour la création du droit au sein de conciles provinciaux (Églises...
  • CANTERBURY ou CANTORBÉRY

    • Écrit par Paul BENOÎT
    • 659 mots
    • 2 médias

    Sur un site occupé antérieurement, les Romains fondent, à un carrefour routier, la ville de Durovernum où l'on a découvert les vestiges d'un très vaste théâtre. Après la fin de l'occupation romaine et des invasions germaniques, elle prend le nom de Cantwarabyrig (le ville des hommes du Kent) et...

  • MÉTROPOLITAIN, ecclésiologie

    • Écrit par Hervé LEGRAND
    • 239 mots

    Ce terme désigne, dans l'Église latine, l'archevêque qui est à la tête d'une province ecclésiastique. Du fait de l'adoption par l'Église antique du principe d'accommodement qui lui fit calquer son organisation, à quelques exceptions près, sur les divisions administratives de l'Empire,...

  • SENS, ville

    • Écrit par Thérèse CHARMASSON
    • 405 mots
    • 2 médias

    À l'époque gauloise, la cité porte le nom d'Agedincum (ou Agendicum) ; le peuple des Senones, dont elle est le chef-lieu, est l'un des plus puissants de la Gaule : c'est lui qui envahit l'Italie et s'empare de Rome en ~ 390. Après la conquête de la Gaule, la...