HOHENZOLLERN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Burcardus et Wezil de Zolorin occiduntur, Burcardus et Wezil de Zolorin ont péri, c'est par cette courte phrase du chroniqueur Berthold de Reichenau pour l'année 1061 que le nom prestigieux entre dans l'histoire. La charte de fondation de l'abbaye d'Alpirsbach en Forêt-Noire (1095-1098) mentionne Adalbertus de Zolro. Aux xiie et xiiie siècles apparaît, parmi beaucoup de variantes, la forme Zoller, par laquelle les habitants du pays désignent encore le berceau de la famille. Une butte témoin (866 m) du Jura souabe, au sud d'Hechingen, dominant la contrée qui s'étend jusqu'au Danube, tel est le site où s'élève le château de Hohenzollern, tel est le point de départ d'une extraordinaire fortune.

Quatre dates jalonnent l'ascension des Hohenzollern : le burgraviat de Nuremberg (1191), l'électorat de Brandebourg (1415), la royauté en Prusse (1701), le titre impérial dans le Reich reconstitué (1871). Étonnante histoire, qui fait de ces petits nobles de l'Allemagne du Sud les chefs du plus puissant État de l'Allemagne du Nord, puis les souverains d'une Allemagne unifiée, fière de sa force et confiante en son avenir.

La catastrophe se produit en 1918. Les Hohenzollern doivent renoncer non seulement au trône impérial, mais à la couronne royale de Prusse. La disparition, après 1945, des deux noms d'États – Prusse et Brandebourg – auxquels ils devaient leur élévation est le signe de l'effacement politique actuel d'une famille qui avait tenu en Europe une si grande place.

Les Hohenzollern de Souabe

Frédéric III, descendant du Burcardus, tué en 1061, compte au nombre des partisans de Barberousse et de Henri VI. Son mariage avec Sophie de Raab, fille du burgrave Conrad II, lui apporte en 1191 le burgraviat de Nuremberg. Nommés par l'empereur dans différentes villes, les burgraves avaient, en Allemagne du Sud, des fonctions essentiellement militaires ; à Nuremberg, où leur commandement se limitait au château, ils étaient en outre juges et administrateurs des domaines impériaux. La charge était héréditaire, et à sa mort (1201) Frédéric la transmit à ses deux fils qui, en 1227, décidèrent de [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Rouen

Classification


Autres références

«  HOHENZOLLERN  » est également traité dans :

ALBERT DE BRANDEBOURG (1490-1568) premier duc de Prusse (1525-1568)

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 573 mots

Troisième fils du margrave d'Ansbach en Franconie, Albert de Brandebourg est destiné à une brillante carrière ecclésiastique. Dès l'âge de seize ans, il devient chanoine à Cologne, ce qui ne l'empêche pas de participer en 1508 à une campagne militaire de l'empereur Maximilien en Italie. C'est en 1510 que se situe sa fortune, lorsque, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-de-brandebourg/#i_31701

ALBERT DE HOHENZOLLERN (1490-1545) électeur de Mayence (1514-1545)

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 316 mots

Auteur indirect de la Réforme, le prince Albert de Hohenzollern est le type même de l'évêque humaniste et mondain, plus soucieux de politique que de pastorale. Frère de l'Électeur de Brandebourg, il devient, grâce à la politique dynastique qui vise à faire de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-de-hohenzollern/#i_31701

EMS DÉPÊCHE D' (1870)

  • Écrit par 
  • Louis DUPEUX
  •  • 310 mots

La dépêche d'Ems est l'occasion de la guerre franco-allemande de 1870-1871. Le gouvernement provisoire espagnol du général Prim avait offert la couronne d'Espagne à Léopold de Hohenzollern-Sigmaringen, petit-cousin du roi de Prusse. Léopold, longtemps hésitant, accepte, sur les instances de Bismarck, et obtient l'accord du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/depeche-d-ems/#i_31701

FRÉDÉRIC-GUILLAUME Ier (1688-1740) roi de Prusse (1713-1740)

  • Écrit par 
  • Georges LIVET
  •  • 735 mots

Né trois mois après la mort du Grand Électeur, Frédéric-Guillaume Ier devient roi de Prusse le 25 février 1713. Son père Frédéric Ier a obtenu pour la famille des Hohenzollern le titre royal. Sa mère Sophie-Charlotte de Hanovre, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-guillaume-ier/#i_31701

FRÉDÉRIC II DE PRUSSE (1712-1786)

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 3 131 mots
  •  • 2 médias

pas moins vrai que Frédéric II a tenu dans l'histoire de l'Europe – indépendamment de la bruyante propagande que lui ont faite les philosophes – une place qu'on ne saurait lui contester. Il est avant tout un Hohenzollern, un roi de Prusse uniquement soucieux de la grandeur de sa maison et de la force du royaume que ses ancêtres lui ont légué […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-ii-de-prusse/#i_31701

GUILLAUME Ier (1797-1888) roi de Prusse (1861-1888) et empereur d'Allemagne (1871-1888)

  • Écrit par 
  • Léon STRAUSS
  •  • 461 mots
  •  • 1 média

Second fils de Frédéric-Guillaume III et de la reine Louise, Guillaume participe aux dernières campagnes contre Napoléon. Lors des événements de 1848, il apparaît comme l'incarnation des idées réactionnaires et absolutistes. Après les journées révolutionnaires de mars 1848, il se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-ier/#i_31701

GUILLAUME II (1859-1941) empereur d'Allemagne (1888-1918)

  • Écrit par 
  • Léon STRAUSS
  •  • 454 mots
  •  • 1 média

Empereur d'Allemagne et roi de Prusse, Guillaume II est le petit-fils de Guillaume Ier et de Victoria d'Angleterre, et le fils de Frédéric III. Après le court règne de son père, il accède à l'Empire en 1888. Très orgueilleux et jaloux de son autorité, il rêve de jouer un grand rôle et de conduire lui- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-ii/#i_31701

JEAN CICÉRON (1455-1499)

  • Écrit par 
  • Bernard VOGLER
  •  • 234 mots

Un des premiers princes touchés par l'humanisme, l'électeur Jean Cicéron s'est plus occupé de la gestion intérieure du Brandebourg que d'une politique active avec les voisins. Devenu gouverneur de l'électorat en 1476, il a connu des débuts difficiles, ballotté entre le contrôle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-ciceron/#i_31701

POTSDAM

  • Écrit par 
  • François REITEL
  •  • 568 mots
  •  • 1 média

Ville allemande, capitale du Land de Brandebourg. Un château édifié par les Ascaniens dans une île de la Havel est à l'origine de Potsdam, dont le nom apparaît pour la première fois dans des documents du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/potsdam/#i_31701

PRUSSE

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 8 223 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le Brandebourg »  : […] et Sigismond, eux aussi porteurs de la couronne impériale. En 1415, Sigismond, ayant contracté auprès de Frédéric de Hohenzollern, burgrave de Nuremberg, un emprunt qu'il était incapable de rembourser, lui donne la marche de Brandebourg avec la dignité électorale. Les domaines des Hohenzollern étaient situés en Souabe et en Franconie : la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prusse/#i_31701

SAINT EMPIRE ROMAIN GERMANIQUE

  • Écrit par 
  • Marcel PACAUT
  •  • 3 819 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La mort sans gloire »  : […] Aussi, dans un second temps, dut-il, avec une position souvent inconfortable, s'opposer en Allemagne même aux prétentions des Hohenzollern, les luttes des deux maisons s'imbriquant dans les complexes rivalités des puissances européennes. En 1740, à la mort de l'empereur Charles VI, la direction de la dynastie échut à sa fille Marie-Thérèse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-empire-romain-germanique/#i_31701

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel EUDE, « HOHENZOLLERN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hohenzollern/