PHÉNOMÉNOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Pour une part essentielle, la phénoménologie assume, en notre siècle, le rôle même de la philosophie » (Jean-Luc Marion). Si elle a pu assumer ce rôle, c'est grâce à l'œuvre de Husserl. L'expression elle-même fut forgée par Johann Heinrich Lambert (1728-1777) pour désigner la doctrine de l'apparaître, pour autant qu'elle se distingue de l'être même. En s'adossant au travail de Kant, Hegel fut le premier philosophe à envisager la possibilité d'une phénoménologie qui aurait pour tâche d'étudier systématiquement les figures phénoménales de la conscience que l'esprit doit parcourir pour s'élever au savoir absolu. Sa Phénoménologie de l'esprit (1807) se présente comme « science de l'expérience de la conscience », dans laquelle chaque figure, par le fait de parvenir à la pleine compréhension de soi, se dépasse dans la figure suivante.

C'est en un tout autre sens que la phénoménologie husserlienne peut être dite « science de l'expérience de la conscience ». L'expérience est ici celle de la conscience intentionnelle considérée sous ses multiples formes. De cette expérience subjective peut-il y avoir science, et science rigoureuse ? L'idée husserlienne de la phénoménologie a trouvé sa première expression canonique dans les Recherches logiques, dont la première édition a paru en 1900-1901. Un simple regard sur le paysage intellectuel du xxe siècle confirme que Husserl n'avait pas tort de les présenter, dans un projet de préface rédigé en 1913, comme un « ouvrage de percée » qui marque moins une fin qu'un commencement.

De la première génération des disciples de Husserl jusqu'à aujourd'hui, les penseurs qui se réclament du geste fondateur husserlien, n'ont cessé de s'interroger sur la nature exacte de cette [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages





Écrit par :

  • : agrégé et docteur en philosophie, maître de conférences à l'université de Paris-IV-Sorbonne
  • : docteur en philosophie, professeur émérite de la faculté de philosophie de l'Institut catholique de Paris, titulaire de la chaire "Romano Guardini" à l'université Humboldt de Berlin (2009-2012)

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Renaud BARBARAS, Jean GREISCH, « PHÉNOMÉNOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/phenomenologie/