ALTRUISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Généralement, le terme d'altruisme qualifie une attitude morale concrète qui, par-delà toute crainte et même toute norme, privilégie autrui. L'altruisme manifeste un débordement de l'amour propre naturel, calculateur et soucieux de préserver le soi, et du désir érotique qui porte éperdument vers autrui mais un autrui à posséder. Une sorte d'aura entoure le terme d'altruisme. On est aux confins de l'exceptionalité : l'individu, par l'autre et pour l'autre, est élevé au-dessus de lui-même. L'altruisme serait rien moins que naturel. La Bible entière fait de l'amour du prochain, égal à et même critère de l'amour de Dieu, une exigence. Et la célébration de l'amitié dans la philosophie ancienne, stoïcienne et épicurienne, chez Montaigne aussi, exprime remarquablement la rareté et le bienfait inattendu de cette générosité qui met l'autre au-dessus de soi et fait de la relation généreuse le lieu d'une vie nouvelle. L'altruisme n'est pas qu'affaire de sentiment. Il est décision pour l'humanité de tous. Montesquieu en a donné la formule sublime : « Si je savais quelque chose qui me fût utile, et qui fût préjudiciable à ma famille, je la rejetterais de mon esprit. Si je savais quelque chose utile à ma famille et qui ne le fût pas à ma patrie, je chercherais à l'oublier. Si je savais quelque chose utile à ma patrie, et qui fût préjudiciable à l'Europe, ou bien qui fût utile à l'Europe et préjudiciable au genre humain, je la regarderais comme un crime. » L'une des plus fines analyses contemporaines est celle de Max Scheler, véritable éloge de la relation à autrui. Celle-ci y est moins un idéal qu'un accomplissement de soi, comme si tout notre dispositif corporel, psychique, moral étai [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

  • : professeur de philosophie au Centre Sèvres, rédacteur à la revue Études, écrivain et traducteur

Classification


Autres références

«  ALTRUISME  » est également traité dans :

ALTÉRITÉ, philosophie

  • Écrit par 
  • Sylvie COURTINE-DENAMY
  •  • 5 371 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Levinas : l'Autre comme visage »  : […] Toutes les tentatives de la « philosophie occidentale » pour penser l'Autre à partir du Moi témoigneraient en fait pour Emmanuel Levinas de l'« insurmontable allergie », de l'horreur qu'inspire l'Autre « qui demeure Autre » ( En découvrant l'existence avec Husserl et Heidegger , 1949). En réduisant l'« étranger » à un thème ou à un objet, incapable qu'elle est de le laisser ê […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alterite-philosophie/#i_95063

AMOUR

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 10 164 mots
  •  • 5 médias

«  Dieu aimeras et ton prochain comme toi-même. » Toute la civilisation judéo-chrétienne est fondée sur ce double commandement énigmatique, dont la théorie freudienne semble fournir la version moderne lorsqu'elle montre l'injonction de jouir comme issue des profondeurs du psychisme. Mais il est vrai qu'entre une simple exigence du sujet et l' altruisme total prôné par Jésus-Christ existe tout l'éc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amour/#i_95063

DIFFÉRENCE, philosophie

  • Écrit par 
  • Alfredo GOMEZ-MULLER
  •  • 1 542 mots

Dans le chapitre « Éthique de la différence »  : […] De nos jours, et en raison de diverses circonstances historiques – parmi lesquelles on peut mentionner la décolonisation, l'apparition d'une nouvelle critique sociale et théorique à partir de la fin des années 1960 et la mondialisation contemporaine –, sont en train de s'opérer dans le monde des transformations culturelles qui tendent vers une nouvelle pensée et une nouvelle pratique sociale de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/difference-philosophie/#i_95063

DIALOGUE

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD, 
  • Robert MISRAHI
  •  • 4 420 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le paradoxe des philosophies non dialogiques du dialogue »  : […] Il est pour le moins paradoxal que les philosophes ont généralement assigné au dialogue des conditions de possibilité non dialogiques : la réminiscence (Platon), la commune participation à la raison (Descartes), l'harmonie préétablie (Leibniz), une structure catégoriale commune (Kant, Husserl). Le dialogue comme forme stylistique doit donc être distingué du dialogisme du dis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dialogue/#i_95063

FEUERBACH LUDWIG (1804-1872)

  • Écrit par 
  • Henri ARVON, 
  • Universalis
  •  • 2 258 mots

Dans le chapitre « Le sensualisme »  : […] Ce sont les sens, ce « tiers état » tant méprisé jusqu'alors par les philosophes, qui, selon Feuerbach, donnent accès aux vérités philosophiques. Or, l'effort particulier de Feuerbach consiste à donner au sensualisme des dimensions capables de contenir la plénitude humaine. D'où l'importance capitale qu'il attribue à l'amour. Les rapports humains se déduisent en particulier de l'amour sexuel. Le m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ludwig-feuerbach/#i_95063

LANGUES ET LANGAGE ORIGINE DES

  • Écrit par 
  • Bernard VICTORRI
  •  • 6 746 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les causes de l'émergence du langage »  : […] Pourquoi le langage a-t-il émergé au cours de l'évolution des hominidés ? Cette question peut paraître saugrenue, tellement il est évident aujourd'hui que le langage constitue un avantage décisif pour notre espèce. Mais d'un point de vue darwinien, l'émergence d'un système de communication permettant d'échanger des informations factuelles sur le monde (sur les sources de nourriture, les prédateurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/origine-des-langues-et-langage/#i_95063

LÉVINAS EMMANUEL (1905-1995)

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 3 188 mots

Dans le chapitre « Autrui me regarde : l'épiphanie du visage »  : […] L'expérience du « déchirement profond d'un monde attaché à la fois aux philosophes et aux prophètes » ( Totalité et Infini ) est un aspect du thème central autour duquel gravite Totalité et Infini , qu'explicite le sous-titre : Essai sur l'extériorité . Lévinas cherche à étayer par des descriptions phénoménologiques originales sa t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emmanuel-levinas/#i_95063

LIBIDO

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 11 318 mots

Dans le chapitre « Auto-érotisme et choix d'objet »  : […] Le plan d'ensemble des Trois Essais sur la théorie de la sexualité (1905) montre, en effet, avec une entière clarté l'incidence majeure qu'a eue sur le développement du concept de libido et du concept connexe de zone érotique la mise en évidence des relations œdipiennes. « Avec le commencement de la puberté, nous dit Freud au début de la troisième secti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/libido/#i_95063

MARCEL GABRIEL (1889-1973)

  • Écrit par 
  • Lucien JERPHAGNON
  •  • 1 134 mots

Dans le chapitre « La foi et la présence aux autres »  : […] Second champ d'approfondissement : la destinée humaine vécue en communauté. « Conscience de participer ensemble à une certaine aventure unique, à un certain mystère central et indivisible de la destinée humaine. » Ensemble nous sommes appelés à vivre, à aimer et être aimés, « à souffrir, à décliner, à mourir ». L'existence commune est une sorte de ténèbre. Si fort est le sentiment d'avoir à partag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabriel-marcel/#i_95063

MORALE

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 15 730 mots

Dans le chapitre « Le principe d'universalité »  : […] Ce qu'est la liberté, non pas conçue comme une idée théorique, métaphysique, mais la liberté agissante, la volonté libre et la volonté de liberté, c'est donc le principe de l'universalité : la volonté libre est volonté d'universalité, puisqu'elle est la volonté de tout être humain qui se veut humain, elle est raison pratique (Kant). Le devoir est ainsi saisi, implicitement d'abord par toute consc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/morale/#i_95063

SOCIOBIOLOGIE (polémique)

  • Écrit par 
  • Jacques RUFFIÉ
  •  • 1 336 mots

Ce texte date du début des années 1980. Il a été rédigé par Jacques Ruffié (1921-2004), hématologue et biologiste, professeur au Collège de France. Ruffié a violemment attaqué la sociobiologie. Ce texte illustre l’intensité de la polémique qui se développe en France après de la publication en 1975 de l’ouvrage de E. O. Wilson, Sociobiology . The […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociobiologie-polemique/#i_95063

L'UTILITARISME, John Stuart Mill - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 039 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une morale utilitariste et altruiste »  : […] Ouvrage d'une centaine de pages, L'Utilitarisme s'ouvre sur un très court chapitre dans lequel Mill, après avoir fait remonter la tradition utilitariste à Socrate, critique les philosophies intuitionnistes et invite à dépasser la définition kantienne de l'obligation morale au nom de son conséquentialisme. Le chapitre ii affirme que « les actions so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-utilitarisme/#i_95063

Voir aussi

Pour citer l’article

Guy PETITDEMANGE, « ALTRUISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/altruisme/