Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PHÉNOMÉNOLOGIE

Un nouvel âge de la phénoménologie française

Avec la publication de la thèse d'Emmanuel Levinas sur le problème de l'intentionnalité, la phénoménologie husserlienne fut introduite en France dès le début des années 1930. Elle connut un premier âge d'or dans les années 1940-1950, avec les travaux de Jean-Paul Sartre, Maurice Merleau-Ponty, Mikel Dufrenne. Les figures centrales de cette époque ont laissé des textes dont certains font désormais partie des classiques de la philosophie du xxe siècle, tels que L'Être et le Néant (1943), ou La Phénoménologie de la perception(1945). La contribution des philosophes français à l'histoire du mouvement phénoménologique dans la première moitié du siècle a fait l'objet d'un certain nombre de travaux historiques (H. Spiegelberg, B. Waldenfels) qui ont permis de cerner sa spécificité. Le volume Philosophie phénoménologique de la collection Handbuch der Philosophie (1989) se présente sous forme d'un diptyque dont le premier volet est consacré à Husserl (E. Ströker) et le second à la phénoménologie française (P. Janssen).

L'analyse de la vitalité étonnante dont la phénoménologie française fait preuve à la fin du xxe siècle reste à faire. Pour bien des observateurs étrangers, la France semble être redevenue sinon un paradis, du moins une terre particulièrement favorable à l'éclosion de travaux phénoménologiques de grande qualité. En même temps qu'ils contribuent à l'étude des textes fondateurs, ils redonnent une nouvelle actualité à la maxime husserlienne : « Aller aux choses mêmes ! ». Tout en reconnaissant les ambiguïtés de l'expression « phénoménologie française », qu'on risque toujours d'assimiler à un « produit de terroir », alors qu'elle est de plus en plus inséparable de la recherche internationale, nous tentons d'en dresser ici un bref portrait.

Un temps de crise et de maturation

Le renouveau est d'autant plus remarquable que la mort de Merleau-Ponty, en 1961 semblait sonner le glas de cet âge d'or. S'ouvre alors une longue période de silence apparent, qui va durer presque vingt ans. Ce n'est qu'à partir des années 1980 que l'on se rend compte que cette période de relative clandestinité marquait un temps d'incubation et non une interminable agonie. Une fois encore, le Zeitgeist (l'« esprit du temps ») qui se complaît dans le rôle de fossoyeur, s'était trompé, en prédisant que la confrontation avec les prétentions transcendantalistes des sciences humaines devait s'achever par le triomphe de ces dernières. Les grands débats qui opposent au début des années 1960 les partisans du structuralisme au camp des phénoménologues se ramènent en partie à la conviction qu'il était grand temps que la phénoménologie soit renvoyée à son berceau d'origine que, contrairement aux apparences, elle n'avait jamais quitté : le psychologisme.

On aurait tort de faire du structuralisme le seul bouc émissaire de la crise que traversait alors la phénoménologie, et plus généralement la philosophie elle-même, sous l'influence des sciences humaines et de la critique des idéologies. Dans les écrits d'un certain nombre de philosophes, qui avaient commencé leur itinéraire sous la bannière de la phénoménologie, on relève les symptômes d'un amour déçu. C'est le cas de la « dérive » qui conduit Jean-François Lyotard de son ouvrage de jeunesse, La Phénoménologie (1954), à l'analyse de la condition postmoderne. Jean Toussaint Desanti, au contraire, qui publie en 1963 Phénoménologie et Praxis, devenu, dans la seconde édition de 1976, Introduction à la phénoménologie, n'a cessé de maintenir une fidélité paradoxale au geste phénoménologique, tout en rejetant comme une chimère le projet d'ériger la phénoménologie transcendantale[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : agrégé et docteur en philosophie, maître de conférences à l'université de Paris-IV-Sorbonne
  • : docteur en philosophie, professeur émérite de la faculté de philosophie de l'Institut catholique de Paris, titulaire de la chaire "Romano Guardini" à l'université Humboldt de Berlin (2009-2012)

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Edmund Husserl

Edmund Husserl

Michel Henry

Michel Henry

Autres références

  • ACTE, philosophie

    • Écrit par Paul GILBERT
    • 1 282 mots
    ... est une herméneutique (Jean Greisch), c'est-à-dire une lecture de nos actions affectives et rationnelles en lesquelles l'être, ou l'acte, s'expose. La phénoménologie contemporaine insiste semblablement sur un acte originaire, sur un apparaître qui se livre ou se « donne » dans l'apparence (Jean-Luc...
  • ALTRUISME

    • Écrit par Guy PETITDEMANGE
    • 3 328 mots
    • 1 média
    Indétachable de la tradition phénoménologique (Husserl, Heidegger) mais aussi de la tradition juive pharisienne, la pensée de Levinas se développe non pas à partir d'une déception de la raison, mais d'une sorte de désaveu de son désir premier, celui de l'absolument autre, « le désir métaphysique »....
  • ANIMALITÉ

    • Écrit par Florence BURGAT
    • 7 682 mots
    • 9 médias
    C'est à la phénoménologie qu'il revient d'avoir ouvert la voie la plus féconde dans la compréhension de la singularité de la vie animale, en ruinant, par le type même des questions qu'elle pose, cette ontologie renversée qui, pour la métaphysique, qualifie l'animalité. C'est, entre autres, pour ne pas...
  • ANTHROPOLOGIE ET ONTOLOGIE

    • Écrit par Frédéric KECK
    • 1 255 mots

    Si l’anthropologie s’est définie contre la métaphysique classique en remplaçant un discours sur Dieu comme fondement de toutes choses par un discours sur l’homme comme sujet et objet de connaissance (Foucault, 1966), elle a renoué depuis les années 1980 avec l’ontologie, définie comme un...

  • Afficher les 101 références

Voir aussi