BRENTANO FRANZ (1838-1917)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Brentano a exercé une profonde influence sur l'évolution de la pensée philosophique au xxe siècle, ainsi que sur plusieurs courants de la psychologie moderne. Parmi ses élèves, on compte Husserl, père de la phénoménologie, Ehrenfels, pionnier dans l'étude de la « Gestalt », Stumpf, Meinong et Marty.

Brentano doit beaucoup à la philosophie antique (surtout à celle d'Aristote qu'il considérait comme son maître et auquel il consacra plusieurs ouvrages) et à la scolastique. Mais il a subi l'emprise de la méthode expérimentale, mise en vogue par l'épanouissement des sciences naturelles. Son admiration pour Aristote et pour la grande tradition explique son refus de la philosophie kantienne ; quant à l'idéal d'une philosophie comme science rigoureuse, il l'incite à critiquer sévèrement les écoles idéalistes, et en premier lieu Hegel.

De la théologie aux sciences humaines

Brentano, né à Marienberg (sur le Rhin), appartient à une famille célèbre (Clemens Brentano, le grand poète romantique, était son oncle). Il fit des études de philosophie et reçut la prêtrise en 1864. Il prit part à la controverse sur l'infaillibilité du pape et rédigea le mémorandum présenté par les évêques allemands au Vatican. Il fut professeur de philosophie aux universités de Würzburg et de Vienne. En proie à des doutes et à des conflits intérieurs, il quitta l'état sacerdotal en 1873, tout en demeurant au sein de l'Église. Son mariage provoqua l'indignation des autorités ecclésiastiques de Vienne, et le gouvernement exigea sa démission de l'Université. Il enseigna encore à Vienne en qualité de Privatdozent jusqu'en 1895, année où il partit pour Florence. Du début de la guerre à sa mort, il vécut à Zurich.

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BRENTANO FRANZ (1838-1917)  » est également traité dans :

GESTALTISME

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 6 595 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un double courant originel : Wilhelm Wundt et Franz Brentano »  : […] origines, est représentée par deux noms de première importance : Wilhelm Wundt (1832-1920) et Franz Brentano (1838-1917). Wundt est le fondateur de la psychologie expérimentale, qui s'assigne alors pour tâche de reconstruire scientifiquement la conscience en tentant d'appliquer les méthodes physiologiques de l'époque aux « éléments » qu'elle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gestaltisme/#i_20052

MEINONG ALEXIUS VON (1853-1920)

  • Écrit par 
  • Francis JACQUES
  •  • 2 677 mots

Dans le chapitre « La formation du système »  : […] des seules « impressions » et « idées » auxquelles Hume avait borné son investigation. Déjà la « psychologie descriptive » de Brentano avait accompli un progrès sur l'empirisme en refusant d'absorber la totalité de la vie psychique dans ses contenus. Elle avait placé le critère du mental dans la propriété d'« inexistence intentionnelle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexius-von-meinong/#i_20052

OPPOSITION CONCEPT D'

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 18 814 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Freud et la pensée romantique »  : […] Enfin, il faut envisager l'enseignement de Brentano comme un canal possible par où les thèmes principaux de la philosophie allemande auraient pu être transmis à Freud. En dehors d'un cours sur la logique aristotélicienne, Brentano tenait un séminaire qui consistait, dit Ernest Jones, en « réunions de lecture ». Dans une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concept-d-opposition/#i_20052

PENSÉE

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 8 283 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'intentionnalité des pensées »  : […] ont une « inexistence intentionnelle », relative aux actes mentaux qui les visent. Selon Brentano, ce trait constitue un critère du mental comme tel, qui le distingue du physique. Mais on peut reformuler ce critère comme critère non pas du mental, mais de la manière dont nous le décrivons. En effet, les phrases utilisées pour rapporter des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pensee/#i_20052

PERCEPTION

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 6 093 mots

Dans le chapitre « Le dualisme percevant-perçu »  : […] xixe siècle, la psychologie de l'acte, qu'inaugure Franz Brentano (1873), fournit les premiers fondements d'une théorie de la perception qui, à travers le concept d'intentionnalité, rendra possible un traitement des modalités de la constitution telle qu'elle est développée par Husserl. Cependant, les successeurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perception/#i_20052

TWARDOWSKI KASIMIERZ (1866-1938)

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 515 mots

Philosophe polonais, né à Vienne, K. Twardowski passe son doctorat de philosophie en 1892 ; en 1895, il obtient une chaire de philosophie à l'université de Lwow où il enseigne jusqu'en 1930. Son rôle pédagogique est essentiel ; c'est lui qui forme les représentants de la philosophie polonaise du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kasimierz-twardowski/#i_20052

Voir aussi

Pour citer l’article

Samuel Hugo BERGMAN, « BRENTANO FRANZ - (1838-1917) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/franz-brentano/