LAMBERT JOHANN HEINRICH (1728-1777)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mathématicien, astronome, physicien et philosophe suisse et allemand d'ascendance française. Né à Mulhouse, qui faisait alors partie de la Suisse, Johann Heinrich Lambert, dès l'âge de douze ans, quitte l'école pour aider son père qui était tailleur tout en continuant seul ses études, donnant ainsi l'exemple, rare dans la science, d'un autodidacte complet. Il est alors employé aux écritures, puis, à partir de sa dix-septième année, secrétaire bibliothécaire à Bâle. Devenu en 1746, pour une dizaine d'années, précepteur des fils de l'importante famille von Salis à Coire (Grisons), il publie ses premiers travaux qui sont remarqués par Daniel Bernoulli et le font connaître du milieu scientifique européen. Il noue alors des relations durables avec de nombreux savants de son époque, dont Leonhard Euler, avec qui il est en correspondance dès 1758. À partir de 1765, il est membre appointé de la célèbre Académie des sciences de Berlin. Jusqu'à sa mort à Berlin, il produira plus de cent cinquante publications.

L'ouvrage philosophique principal de Lambert est son Neues Organon (Leipzig, 1764). Par ses idées philosophiques, Lambert appartient au courant issu du programme leibnizien de la mathesis universelle. Il étudie les conditions auxquelles il faut soumettre la connaissance pour qu'elle jouisse du même degré de précision et d'évidence que la connaissance mathématique. Il tente de créer un ars characteristica combinatoria, calcul logique ou conceptuel qui comprendrait le calcul des probabilités. Dans la partie la plus originale de son ouvrage, intitulée Phänomenologie, il discute des apparences fausses, ou subjectives, et donne des règles pour les distinguer des apparences vraies (ou objectives). En 1771, Lambert publie son second ouvrage philosophique, Anlage zur Architectonik, dans lequel il tente une construction mathématique, qui soit valable à la fois logiquement et métaphysiquement du corpus scientifique à partir d'un ensemble primit [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur en histoire des cultures, des savoirs et de l'éducation

Classification


Autres références

«  LAMBERT JOHANN HEINRICH (1728-1777)  » est également traité dans :

OBJET

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 8 222 mots

Dans le chapitre « Les objets, le langage et la pensée »  : […] Sans aborder ici les très intéressants problèmes posés au psychologue, il suffira de noter que ce que l'on nomme objet, à quelque niveau que ce soit – immédiat ou élaboré – de l'exercice de la pensée, ne peut être confondu sans plus avec des données, considérées indépendamment de leur assemblage et organisées en unités distinctes, que l'on nommera […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/objet/#i_60217

PHÉNOMÈNE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DUMONT
  •  • 3 342 mots

Dans le chapitre « La notion de phénoménologie »  : […] Le mot de phénoménologie, sans doute créé par J. H. Lambert ( Neues Organon , 1764), signifie théorie de l'apparence. La conclusion de Lambert est que le monde des corps ne se montre à nous que comme une apparence. La formule précédait de dix-sept ans la première édition de la Critique de la raison pure . Par quel retournement la phénoménologie de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phenomene/#i_60217

PHÉNOMÉNOLOGIE

  • Écrit par 
  • Renaud BARBARAS, 
  • Jean GREISCH
  •  • 7 227 mots

« Pour une part essentielle, la phénoménologie assume, en notre siècle, le rôle même de la philosophie » (Jean-Luc Marion). Si elle a pu assumer ce rôle, c'est grâce à l'œuvre de Husserl . L'expression elle-même fut forgée par Johann Heinrich Lambert (1728-1777) pour désigner la doctrine de l'apparaître, pour autant qu'elle se distingue de l'être […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phenomenologie/#i_60217

Pour citer l’article

Jeanne PEIFFER, « LAMBERT JOHANN HEINRICH - (1728-1777) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-heinrich-lambert/