ESPRIT, philosophie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le concept d'« esprit », dont la spécificité a sans cesse fluctué à travers les différentes cultures et tout au long de l'histoire des idées, semble de nos jours être pris à nouveau comme référence majeure, notamment par des biologistes, qui y voient « un mot au sens suffisamment large pour pouvoir englober toutes les réactions, des plus élémentaires aux plus évoluées, c'est-à-dire depuis les tropismes des êtres unicellulaires et les réflexes des organismes pluricellulaires aux facultés mentales les plus élaborées » (G. Lazorthes, Le Cerveau et l'Esprit, Flammarion, Paris, 1982). On évoquera ici, à travers l'histoire de la pensée, depuis l'Orient ancien et le νο̃υς grec ainsi que la mens ou l'ingenium des Latins, les moments les plus marquants de l'héritage d'un tel concept.

La philosophie orientale

Dans l'Inde ancienne, le Lankāvatārasūtra évoque un esprit correspondant à une construction mentale qui mène à la connaissance objective. Pour les Chinois de l'Antiquité, l'esprit, c'est Xin. Chez Zhuang Zhou, il se situe, en marge de la connaissance, entre l'intellect (discursif) et l'âme. On connaît mieux grâce à l'intuition qui survient après la concentration de l'attention-cœur-esprit, cette concentration produisant un vide illuminant de l'âme. Dati distingue de facto le cœur et l'esprit, tout en les disant complémentaires, en tant que formant la nature humaine et constituant une faculté supérieure par opposition à l'infériorité des sensations. Sous le vocable de pensée, on peut trouver, avec l'école meïtiste (iiie av. J.-C.), d'une part, la connaissance (rencontre entre le sujet et l'objet : la pensée et les sens), ensuite, la compréhension par l'esprit éclairant, enfin, la cogitation (la pensée sur elle-même). En général, le problème des rapports entre l'esprit et le corps a donné lieu, en Chine, à une controverse qui s'est [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ESPRIT, philosophie  » est également traité dans :

ALCHIMIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Universalis
  •  • 13 655 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le règne de l'homme »  : […] L'exemple de l'art, en effet, éclaire tout le problème de la nature matérielle et spirituelle de l'alchimie. Demande-t-on à un peintre s'il est vrai qu'il utilise des couleurs palpables et des métaux comme le chrome et le cobalt ? Et s'il répond que son problème consiste à trouver un certain jaune, et un bleu qui l'obsède, devra-t-on en déduire que la peinture n'est qu'une préchimie des colorants  […] Lire la suite

ÂME

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIR, 
  • Henri Dominique SAFFREY
  •  • 6 026 mots

Dans le chapitre « Le XVIIe siècle »  : […] Gassendi n'est pas loin de ces opinions ; il pense – peut-être, car l'interprétation de sa philosophie appelle nuances et prudence – à une forme animant l'esprit et le corps. Cependant, où se situerait exactement ce et  ? En tout cas, Descartes, lui, sépare nettement les deux, l'union âme-corps posant problème. C'est précisément cette union que s'efforceront, sinon d'éclaircir complètement, du mo […] Lire la suite

ANAXAGORE (env. 500-428 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Fernando GIL, 
  • Pierre-Maxime SCHUHL
  •  • 1 867 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La théorie du « Noûs » »  : […] Reste à savoir comment a pu s'opérer la dissociation de tous les éléments ainsi confondus – dissociation toute relative puisque, aujourd'hui encore, tout participe à tout, et rien n'est séparé comme à la hache de tout le reste. C'est ici qu'apparaît un principe nouveau, celui qu'Anaxagore appelle le Noûs , c'est-à-dire l'Esprit, principe spontané de mouvement, de pensée, de connaissance, de vie. […] Lire la suite

ATTENTION

  • Écrit par 
  • Éric SIÉROFF
  •  • 1 924 mots

Dans le chapitre « Aperçu historique »  : […] Dès l’Antiquité, les philosophes ont noté que l’esprit permet de voir les choses plus clairement ou au contraire de ne plus les remarquer. De même, Descartes note qu’une idée apparaît plus claire et distincte quand l’attention se dirige vers elle. Au xix e  siècle, David Ferrier, un neurophysiologiste anglais, note le rôle des régions préfrontales du cerveau dans l’attention, dont le développemen […] Lire la suite

BAUER BRUNO (1809-1882)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 649 mots

Philosophe hégélien, historien, exégète critique des textes bibliques et des Évangiles, Bruno Bauer est né à Eisenberg en 1809. Il mourra à Rixdorf (Berlin) en 1882. Traditionnellement rangé dans la droite hégélienne, par référence à Marx qui l'accable de railleries dans La Sainte Famille , il se contente en fait de perpétuer la croyance en un devenir de l'Esprit, que Marx a, lui, matérialisé dans […] Lire la suite

BERDIAEV NICOLAS (1874-1948)

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Marie-Madeleine DAVY
  •  • 2 300 mots

Dans le chapitre « Une philosophie religieuse »  : […] Berdiaev a tenté de réaliser une intégration chrétienne de la révolte moderne, surtout celle de Marx et de Nietzsche. Sa pensée s'enracine dans la tradition orthodoxe, marquée par l' apocatastase origéniste, la gnose anthropocosmique de Grégoire de Nysse, la libre réalisation spirituelle d'un Syméon le Nouveau Théologien. En Russie, de Khomiakov à Soloviev, cette tradition s'était éveillée à sa v […] Lire la suite

BOVELLES CHARLES DE (1478-1567)

  • Écrit par 
  • Pierre MAGNARD
  •  • 1 166 mots

Naître à Saint-Quentin dans une vieille famille picarde, grandir sous la protection de François et Charles de Hallewin, évêques d'Amiens et de Noyon, être l'élève de Jacques Lefèvre d'Étaples au collège du Cardinal-Lemoine avant d'en devenir l'un des maîtres, vivre dans le commerce des Champier, Clichtove, Budé, Bérauld, Boucher et autres humanistes, courir l'Europe des spirituels, des mystiques, […] Lire la suite

COGNITIVES SCIENCES

  • Écrit par 
  • Daniel ANDLER
  •  • 19 239 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le cognitivisme »  : […] Le cognitivisme conçoit la cognition comme un calcul sur des représentations internes ou mentales : un organisme, ou système cognitif, agit intelligemment dans son environnement en en formant des représentations (partielles, modèles des aspects pertinents eu égard à la tâche en cours) et en les modifiant, compte tenu de ses croyances et de ses désirs (ou des buts qui lui sont ou qu'il s'est assig […] Lire la suite

COMMUNION

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 1 218 mots

Ce qu'on entend par communion révèle une double dimension d'accomplissement spirituel de l'être humain : a ) une dimension transindividuelle de communauté, impliquant les notions de partage, d'échange, de réunion, de témoignage, de service, de don, de convivialité ; b ) une dimension surindividuelle d'union personnelle, impliquant les notions de présence, de participation, de fusion avec le divin, […] Lire la suite

CONNAISSANCE

  • Écrit par 
  • Michaël FOESSEL, 
  • Yves GINGRAS, 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 9 092 mots
  •  • 1 média

La connaissance désigne un rapport de la pensée à la réalité extérieure et engage la notion de vérité comme adéquation de l'esprit et de la chose. Par extension, le terme connaissance désigne le contenu de la pensée qui correspond à la nature de la chose visée, et s'oppose à erreur ou illusion. Ses caractères sont l'universalité et la nécessité, ce qui suppose de réfléchir sur la méthode propre […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre CLAIR, « ESPRIT, philosophie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/esprit-philosophie/