L'ÉCOLE DES FEMMES, MolièreFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après le succès de L'École des maris (1661), Molière (1622-1673) décide de reprendre la même intrigue : une jeune fille échappe à son tuteur, un barbon, pour épouser un jeune homme qu'elle aime et dont elle est aimée. Le naturel et l'innocence triomphent du pouvoir et de l'argent. La farce venue de la tradition médiévale nourrit le ridicule d'Arnolphe, comme elle constituait celui du Sganarelle de L'École des maris. Enfin, un quiproquo central est le ressort majeur de l'intrigue. Apparemment, rien de très original ni de bien dangereux pour quiconque. Pourtant, cette comédie en cinq actes et en vers nommée L'École des femmes, représentée pour la première fois le 26 décembre 1662, va donner lieu à l'une de ces grandes querelles dont le xviie siècle est friand.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire et d'esthétique du théâtre à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  L'ÉCOLE DES FEMMES, Molière  » est également traité dans :

L'ÉCOLE DES FEMMES (mise en scène J. Lassalle)

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 113 mots

L'École des femmes, de Molière. À peine a-t-on prononcé ces quelques mots que tout se met en place. Le premier combat de Molière travesti en Arnolphe, les Maximes du mariage comme passage obligé du tyran domestique, le jeu des quiproquos. Et une pièce jugée éclatante, une comédie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-ecole-des-femmes-mise-en-scene-j-lassalle/#i_24974

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « La comédie »  : […] Entre-temps, la comédie a opéré dans la hiérarchie des jugements poétiques une ascension considérable, au point de rivaliser en considération avec le genre tragique. Corneille et Rotrou avaient d’abord tiré de la comédie d’intrigue romanesque et de registre galant, dans le sillage de la commedia erudita italienne, un miroir flatteur et enjoué de la vie à l’âge des amours et des peines de cœur po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviie-s/#i_24974

MOLIÈRE

  • Écrit par 
  • Antoine ADAM, 
  • Alfred SIMON
  •  • 8 499 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « L'École des femmes » »  : […] Un an plus tard, en juin 1661, Molière créait L'École des maris . Sur deux points, cette pièce apportait des nouveautés importantes. Si, par certains traits, elle s'en tenait aux traditions de la farce, elle était écrite en trois actes, ce qui contrevenait aux lois du genre. On devine sans peine l'origine de cette nouveauté : la commedia dell'arte des Italiens était en trois actes ; c'est à elle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moliere/#i_24974

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian BIET, « L'ÉCOLE DES FEMMES, Molière - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-ecole-des-femmes-moliere/