LE MALADE IMAGINAIRE, MolièreFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Malade imaginaire, créé le 10 février 1673 au théâtre du Palais-Royal, est la dernière pièce de Molière (1622-1673), celui-ci, par une tragique superposition de la réalité et de la fiction, mourant juste après la quatrième représentation, le 17 février. Il s’agit d’une comédie-ballet composée de trois actes en prose précédés d’un prologue, séparés par des intermèdes, et conclus par un dernier intermède, tous en vers. La musique a été confiée à Marc Antoine Charpentier et la danse au maître de ballet Pierre Beauchamp. Les intrigues de Lully ayant contribué à faire tomber Molière dans une relative disgrâce auprès du roi, la troupe, après sa mort, sera chassée du Palais-Royal et dispersée. Elle renaîtra quelques mois plus tard à l’hôtel de la rue Guénégaud, où elle reprendra très vite Le Malade imaginaire. À partir de 1680, la Comédie-Française, née de la fusion de l’hôtel de Bourgogne et de l’hôtel Guénégaud, mettra à son répertoire cette pièce qui ne le quittera plus. Ce n’est qu’en 1682, sous la direction de La Grange, comédien et successeur de Molière, que la pièce sera publiée pour la première fois, avec l’ensemble des œuvres du dramaturge. En mars 1990, Le Malade imaginaire a été présenté au théâtre du Châtelet dans sa version d’origine. Jean-Marie Villégier en signait la mise en scène, Francine Lancelot la chorégraphie. Le chœur et l’orchestre des Arts florissants, dirigés par William Christie, accompagnaient les interprètes.

Le Malade imaginaire, Molière

Photographie : Le Malade imaginaire, Molière

Photographie

Après Tartuffe et Le Bourgeois gentilhomme, entre autres, Molière poursuit la peinture de la société de son temps avec Le Malade imaginaire (1673). Cette ultime pièce mêle les genres de la comédie-ballet et de la farce. Ici, Michel Bouquet et Julie de Bona lors d'une représentation de la... 

Crédits : Serge Benhamou /Gamma

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LE MALADE IMAGINAIRE, Molière  » est également traité dans :

CHRISTIE WILLIAM (1944- )

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 2 344 mots

Dans le chapitre « Du miracle d'« Atys » à Mozart »  : […] William Lincoln Christie naît à Buffalo (État de New York) le 19 décembre 1944. Sa formation musicale, commencée auprès de sa mère, comprend l'étude des instruments à clavier (piano, avec Laura Kelzy, orgue, auprès de Reed Jerome, clavecin, avec Igor Kipnis, au Berkshire Music Center de Tanglewood) ; elle est couronnée par un diplôme d'histoire de l'art obtenu en 1966 à l'université Harvard. Il a […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « La comédie »  : […] Entre-temps, la comédie a opéré dans la hiérarchie des jugements poétiques une ascension considérable, au point de rivaliser en considération avec le genre tragique. Corneille et Rotrou avaient d’abord tiré de la comédie d’intrigue romanesque et de registre galant, dans le sillage de la commedia erudita italienne, un miroir flatteur et enjoué de la vie à l’âge des amours et des peines de cœur po […] Lire la suite

PULCINELLA

  • Écrit par 
  • Valeria TASCA
  •  • 942 mots

Pulcinella est l'un des types de la commedia dell'arte. Apparu au xvii e siècle dans le théâtre napolitain, il devint bientôt célèbre en Europe et se maintint dans le théâtre populaire jusqu'à la fin du xix e siècle. On a cherché depuis le xviii e siècle à conférer des lettres de noblesse à la comédie italienne en la faisant dériver du théâtre latin. Il est impossible aujourd'hui d'admettre ces […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Guy BELZANE, « LE MALADE IMAGINAIRE, Molière - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/le-malade-imaginaire/