L'ÉCOLE DES FEMMES (mise en scène J. Lassalle)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'École des femmes, de Molière. À peine a-t-on prononcé ces quelques mots que tout se met en place. Le premier combat de Molière travesti en Arnolphe, les Maximes du mariage comme passage obligé du tyran domestique, le jeu des quiproquos. Et une pièce jugée éclatante, une comédie autobiographique, un mélange des genres efficace – de la farce à la grande comédie –, organisant le passage des types aux caractères. À cela s'ajoute le travail de Louis Jouvet en 1936, son idylle avec Madeleine Ozeray, les décors de Christian Bérard, une mise en scène dont chacun parle avec délices, sans jamais l'avoir vue. Comment, dès lors, « re-lire » cette pièce sans sombrer dans le convenu, ni virer à l'actualisation superficielle ?

Jacques Lassalle, en ouvrant la saison 2001-2002 consacrée à Jouvet au théâtre de l'Athénée-Louis Jouvet, à Paris, s'est d'abord interrogé sur ces souvenirs mythiques, longuement fantasmés, avant de jouer le jeu, tout le jeu. S'il accepte de reprendre, dans ses grandes lignes, la scénographie et le décor de Jouvet-Bérard, ce n'est pas pour reconstituer une mise en scène qui a fait ses preuves de 1936 à 1951. Le souvenir n'est pas nécessairement pieux. Il peut, aussi, être actif.

Se souvenir, donc, du mur qui s'ouvre sur le jardin, mais avec moins de couleur ; des costumes, mais en abandonnant le crin pour du synthétique, et en veillant à l'effet de carapace ; du bigarré et du grotesque, mais en cherchant tout de bon à privilégier les expressions de la grande comédie : la souffrance, la douleur, la cruauté. Lassalle questionne Jouvet comme il questionne le texte de Molière : pour savoir ce que l'œuvre raconte, pour comprendre ce que Jouvet pensait, enfin pour donner au public un travail infiniment singulier.

Didier Bezace, à Avignon (juillet 2001, puis au théâtre d'Aubervilliers en janvier 2002), avait placé Pierre Arditi au centre, comme il est d'usage [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire et d'esthétique du théâtre à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Pour citer l’article

Christian BIET, « L'ÉCOLE DES FEMMES (mise en scène J. Lassalle) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-ecole-des-femmes-mise-en-scene-j-lassalle/