COMIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le comique transcende les genres, et notamment la comédie. Il désigne plus généralement la qualité d'un personnage, d'une situation ou d'un texte, qui suscite le rire chez le lecteur ou le spectateur. Mais plutôt que du comique, on devrait parler de « comiques ». On en distingue généralement trois sortes. Le « comique de caractère » stigmatise le ridicule d'un personnage. Parfois réduit à un vice, ce dernier prête à rire par ses contradictions et ses excès. Ainsi en va-t-il d'Harpagon dans L'Avare (1668) ou de Monsieur Jourdain dans Le Bourgeois gentilhomme (1670) de Molière. Le « comique de situation » désigne des jeux de scène, tels que les lazzi dans la commedia dell'arte, la présence de personnages cachés ou les quiproquos. Enfin, le « comique de langage » joue sur l'exagération, la déformation ou les jeux de mots. On le voit, le rire naît le plus souvent d'une distorsion par rapport à l'habitude, d'un écart entre la norme et un comportement particulier. En définissant le comique comme « du mécanique plaqué sur du vivant » (Le Rire. Essai sur la signification du comique, 1964), Henri Bergson privilégie l'inadaptation à une situation donnée. Un homme qui trébuche peut être comique dès lors qu'il n'a pas vu un obstacle qu'il aurait dû contourner. Or cet écart est ramené par Bergson à un mécanisme de groupe et, plus exactement, à une réponse de la majorité à un comportement jugé inapproprié. Ainsi le comique frappe-t-il ce qui s'éloigne de la norme sociale. La description de la casquette de Charles Bovary, dans Madame Bovary (1857) de Gustave Flaubert, témoigne de la différence entre le « nouveau » et ses camarades de classe, englobés dans le « nous » du récit.

Telle est sans doute la fonction morale que s'assigne la comédie, qui prétend « châtier les mœurs en riant ». La comédie se veut en effet une stigmatisation des vices et des ridicules des hommes. Elle naît en Grèce avec Aristophane (env. [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure, agrégée de lettres modernes, docteure en lettres modernes et en arts du spectacle

Classification


Autres références

«  COMIQUE  » est également traité dans :

ALLEN WOODY (1935- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 2 581 mots
  •  • 3 médias

Quoi de commun entre Prends l'oseille et tire-toi ( Take the Money and Run , 1969) ou Bananas (1971) et Intérieurs ( Interiors , 1978), Manhattan (1979) , voire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/woody-allen/#i_82204

ARBUCKLE ROSCOE (1887-1933)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 598 mots

Comédien et réalisateur américain, Roscoe Arbuckle vit sa brillante carrière interrompue par le premier des grands scandales hollywoodiens. Né le 24 mars 1887 à Smith Center, au Kansas, Roscoe Conkling Arbuckle se produit dès l'âge de dix-douze ans dans des spectacles amateurs, dont l'entrée est fixée à cinq dollars. À vingt ans, ce jeune homme est déjà un vieil habitué des spectacles de variété […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roscoe-arbuckle/#i_82204

BOURVIL ANDRÉ RAIMBOURG dit (1917-1970)

  • Écrit par 
  • Robert de LAROCHE
  •  • 892 mots

Sans aucun doute possible, Bourvil a été le plus grand acteur comique de sa génération. Son registre s'étendait à tous les genres, de l'humour bouffon au drame , avec une subtilité qui lui a permis de passer d'un extrême à l'autre en donnant l'impression de rester toujours naturel. Tout au long de sa carrière, il eut, à plusieurs reprises, le courage de ne pas se satisfaire d'un succès trop facile […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bourvil/#i_82204

BOUVARD ET PÉCUCHET, Gustave Flaubert - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 245 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un « grotesque triste » »  : […] En écrivant Bouvard et Pécuchet , Flaubert concrétise un projet qu'il porte en lui depuis longtemps. Doté dès son enfance d'une sensibilité exacerbée au « grotesque triste » de la vie, c'est très tôt qu'il invente, avec les figures du Garçon ou du Commis, les prototypes de l'imbécile sentencieux qui aboutiront au personnage du pharmacien Homais dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouvard-et-pecuchet/#i_82204

BROOKS MEL (1926- )

  • Écrit par 
  • Michael BARSON, 
  • Harold L. ERICKSON
  •  • 1 535 mots

Dans le chapitre « Débuts professionnels »  : […] Melvin Kaminsky, qui adoptera plus tard le pseudonyme de Mel Brooks, naît le 28 juin 1926 à Brooklyn (État de New York), dans une famille juive d’origine germano-russe. Quand il achève ses études universitaires et s’enrôle dans l’armée américaine (1944), il est déjà un imitateur, un musicien et un batteur accomplis. Son affectation au programme de formation spécialisée de l’armée ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mel-brooks/#i_82204

BURLA, littérature

  • Écrit par 
  • Monique JOLY
  •  • 514 mots

Le terme espagnol burla désigne aussi bien la moquerie que la tromperie. Sur le plan littéraire, il est employé pour caractériser de façon large toute la matière facétieuse issue de la mise en œuvre de ces deux ressorts, matière longtemps indispensable pour la structuration d'une intrigue, hors des domaines nobles de la comédie héroïque et de la fiction idéaliste. Il s'agit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/burla-litterature/#i_82204

BURLESQUE COMÉDIE, cinéma

  • Écrit par 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 3 072 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Un rire libérateur »  : […] En évoluant dans le temps, la comédie burlesque prend conscience de ses pouvoirs. Les Marx et W. C. Fields , puis le nouveau Chaplin, celui des Temps modernes , du Dictateur et de Monsieur Verdoux , vont révéler ouvertement les possibilités satiriques du genre. Bien sûr, l'évolution des consciences au cours des années trente (réacti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-burlesque-cinema/#i_82204

CARAGIALE ION LUCA (1852-1912)

  • Écrit par 
  • Alain GUILLERMOU
  •  • 1 126 mots

Dans le chapitre « Un comique au second degré »  : […] Écrivain de grande qualité, Caragiale excelle à décrire et à faire parler. Bien mieux, le langage, chez lui, est source d'un comique au second degré, si l'on peut dire : il n'est pas seulement révélateur d'un personnage ou capable d'exprimer la drôlerie d'une situation, mais devient le plus souvent objet, même gratuit, de rire : ainsi, les tics de certains personnages ou les agencements humoristiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ion-luca-caragiale/#i_82204

CHAPLIN CHARLIE

  • Écrit par 
  • Francis BORDAT
  •  • 3 964 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'évolution du personnage et des scénarios »  : […] Dès qu'il dirige lui-même ses films, Chaplin donne à son personnage une dimension sentimentale qui le distingue des marionnettes, grotesques ou poétiques, mais dénuées d'épaisseur, de l'école sennettienne. Entre le Charlot de la Keystone (1914) et celui de la First National (1918-1923), l'évolution est continue. Sans jamais renoncer à l'anarchie exubérante de ses « petits gestes » et à une débauch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charlie-chaplin/#i_82204

CLOWN

  • Écrit par 
  • Tristan RÉMY
  •  • 2 713 mots
  •  • 2 médias

On se perd en conjectures sur la date et le lieu de naissance du clown , mot anglais qui signifie paysan, rustre, vilain. On lui donne, selon les pays, des ancêtres différents. Et, à défaut d'établir une filiation continue, on n'a que l'embarras du choix. Certains le font remonter aux bouffons et aux mimes de l'Antiquité ; ceux-là, aux fous des cérémonies médiévales ; ceux-c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clown/#i_82204

COLUCHE MICHEL COLUCCI, dit (1944-1986)

  • Écrit par 
  • Gilbert SALACHAS
  •  • 1 020 mots

Le 19 juin 1986, Coluche a trouvé la mort dans un accident de la route ; alors qu'il conduisait une moto (sa passion), il a heurté un camion. Il est entré aussitôt dans la légende. Pourtant, rien ne pouvait laisser prévoir que cet artiste, spécialisé dans le comique le plus immédiat, serait un jour reconnu, encensé, sacralisé. Il n'avait rien d'un demi-dieu. C'était au contraire un « petit rigolo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coluche/#i_82204

COMÉDIE

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED
  •  • 5 416 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La comédie antique »  : […] La comédie européenne est née en Grèce, dans le cadre des fêtes traditionnelles en l'honneur de Dionysos. Au milieu des réjouissances populaires qui suivaient les cérémonies religieuses, un cortège burlesque se formait dans une explosion de plaisanteries et de chansons : ce théâtre quasi spontané engendra dès le vi e siècle avant J.-C., dans les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie/#i_82204

COMÉDIE ITALIENNE, cinéma

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI, 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 3 510 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Origines et composantes »  : […] L'expression même de « comédie italienne » prête à confusion. On a dit d'abord et on dit encore « comédie à l'italienne ». Or, dans la péninsule, l'expression all'italiana est familière, voire péjorative. C'est une allusion à la routine, aux compromis, au laisser-aller qui caractérisent les Italiens, selon les étrangers et souvent selon les Italiens eu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-italienne-cinema/#i_82204

DEVOS RAYMOND (1922-2006)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 928 mots

Raymond Devos était l'alchimiste du verbe, le magicien des mots, tout à la fois comédien, jongleur, rêveur, funambule, clown poète, maître en calembours, « amuseur » comme il se présentait lui-même. Se jouant des coq-à-l'âne et des paradoxes, il tenait les spectateurs en haleine au fil de monologues imaginaires pour les ramener dans le réel, au terme d'une lutte où on le voyait se battre seul avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-devos/#i_82204

DRAME - Les écritures contemporaines

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SARRAZAC
  •  • 6 547 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Le lieu de la question »  : […] Le refus du « bel animal » et d'une dramaturgie du conflit (événementiellement, fabulairement limitée) remonte à la fin du xix e  siècle : Peer Gynt d'Ibsen, en s'appuyant sur le genre limite de la féerie, puis Le Chemin de Damas de Strindberg, en s'en détachant, reprennent l'expérience du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/drame-les-ecritures-contemporaines/#i_82204

ESTHÉTIQUE - Les catégories esthétiques

  • Écrit par 
  • Anne SOURIAU
  •  • 3 722 mots

Dans le chapitre « Idéal permettant des jugements de valeur »  : […] Quand les conditions nécessaires ne sont pas remplies, l'œuvre échoue à faire naître l'effet désiré par l'artiste ; il est à cet égard instructif d'étudier les œuvres manquées et médiocres : on voit quelles exigences elles n'ont pas su satisfaire. Le système d'exigences définit un type de valeur esthétique à quoi l'on peut se référer pour juger l'œuvre. Le grotesque, par exemple, est une sorte de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-les-categories-esthetiques/#i_82204

ÉTAIX PIERRE (1928-2016)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 684 mots
  •  • 1 média

Acteur, prestidigitateur, musicien, clown, peintre, dessinateur, sculpteur, créateur d’automates, affichiste, humoriste, écrivain, dramaturge, metteur en scène, gagman, scénariste et réalisateur de cinéma, tel était Pierre Étaix. Né à Roanne le 23 novembre 1928, il découvre à cinq ans le cirque et manifeste aussitôt le désir d’être clown. Il étudie le violon, puis le piano et le dessin. Il rencon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-etaix/#i_82204

FABLIAU

  • Écrit par 
  • Dominique BOUTET
  •  • 1 302 mots

Dans le chapitre « Caractéristiques du genre »  : […] La définition du genre pose des problèmes délicats. Une cinquantaine de fabliaux, que l'on dit « certifiés », se donnent eux-mêmes ce nom : mais quelques-uns d'entre eux semblent le devoir à une erreur de scribe, tant ils ressemblent à des genres comme le dit ou la fable. D'autres pièces se situent aux confins du lai, du conte moral, de la nouvelle courtoise ou du débat. Mais ce flou demeure margi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fabliau/#i_82204

FARCE

  • Écrit par 
  • Cedric E. PICKFORD
  •  • 1 160 mots

On appelle farces les pièces de théâtre comiques composées du xiii e  jusqu'au xvi e  siècle. On ne les nomme pas comédies parce que, selon les Arts poétiques du Moyen Âge, ce terme s'applique aux poèmes dont le début est triste et la fin plutôt joyeus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/farce/#i_82204

FERNANDEL FERNAND CONTANDIN dit (1903-1971)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 655 mots

Fernand Joseph Désiré Contandin dit Fernandel débuta au music-hall comme enfant prodige avant de devenir un des rois du comique troupier. À cette époque, la décentralisation était effective : on pouvait devenir vedette à Marseille avant de recevoir le sacre parisien. Son numéro bien rôdé, Fernandel « monte » à Paris et débute à Bobino. Itinéraire désormais classique : il est remarqué par Mayol, qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fernandel/#i_82204

FEYDEAU GEORGES (1862-1921)

  • Écrit par 
  • Hélène LACAS
  •  • 617 mots

Fils du romancier Ernest Feydeau, Georges Feydeau prend la relève de Labiche et porte à sa perfection le vaudeville. Il est pris très tôt par le démon d'écrire et, dès la fin de ses études, il entre dans une double carrière mondaine et théâtrale. Il écrit d'abord des monologues que des acteurs célèbres récitent dans les salons, et deux courtes pièces en un acte représentées à l'Athénée ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-feydeau/#i_82204

FIELDS WILLIAM CLAUDE dit W. C. (1879-1946)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 327 mots
  •  • 1 média

C'est l'avènement du cinéma parlant, fatal à d'autres comiques (Langdon, Semon, Chase, Cook, Pollard, Al Saint-John, Ben Turpin), qui assura la célébrité de Fields . Il avait débuté pourtant sous la direction de Griffith dans Sally, fille de cirque ( Sally of the Sawdust , 1925), mais c'est en 1932 qu'il s'impose avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-claude-fields/#i_82204

FIORELLI TIBERIO (1608-1694)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 384 mots

Un des plus célèbres acteurs italiens, passé à la postérité sous les traits de Scaramouche, personnage de la commedia dell'arte, variante du Capitan, mais qui comporte quelque chose du Zanni (ou bouffon). Fils de Silvio Fiorelli, le “capitaine Matamoros”, Tiberio serait venu en France pour la première fois en 1645 avec la troupe de Guiseppe Bianchi ; après plusieurs séjours, il s'y installe vers 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tiberio-fiorelli/#i_82204

FO DARIO (1926-2016)

  • Écrit par 
  • Laetitia DUMONT-LEWI, 
  • Valeria TASCA
  •  • 2 261 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Théâtre et pouvoir »  : […] La notoriété de l’homme de théâtre en tant qu’acteur et auteur va de pair avec sa reconnaissance comme personnalité publique, de par l’engagement politique qui habite son œuvre. Dès 1962, Franca Rame et lui acquièrent une réputation nationale comme trublions du monde du spectacle. Appelés à diriger la très populaire émission de variétés Canzonissima , sur la première chaîne d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dario-fo/#i_82204

FRANCE (Arts et culture) - Les Français en question

  • Écrit par 
  • Theodore ZELDIN
  •  • 12 309 mots

Dans le chapitre « L'« esprit » »  : […] Aujourd'hui les Français semblent être sur la défensive, parce que leur langue n'est plus la première du monde, et qu'il n'est plus certain que leur pays ait sa place parmi les grandes puissances. Cette attitude fait que les étrangers les voient comme agressifs et entêtés. Il est sûr en tout cas que le danger d'américanisation éveille chez eux une inquiétude très générale. Le monde français des a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-arts-et-culture-les-francais-en-question/#i_82204

FUNÈS LOUIS DE (1914-1983)

  • Écrit par 
  • Gilbert SALACHAS
  •  • 994 mots

Fernandel passera probablement à la postérité grâce aux quelques rôles mémorables qui lui ont été offerts par Marcel Pagnol. Mais Louis de Funès ? Curieuse et agaçante carrière que celle de cette vedette du cinéma comique français : vingt ans d'échecs et vingt ans de gloire. Plébiscité par le public et ignoré ou méprisé par la critique, Louis de Funès, à travers cent films médiocres, est parvenu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-de-funes/#i_82204

GROTESQUE, littérature

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 686 mots

Soupape de l'insécurité, le grotesque dans la littérature moderne ouvre les vannes d'un rire transformé en grimace sous la pression de l'angoisse ou du malaise, alors que la sensation d'insécurité et de l'oppression persiste chez l'écrivain et se répercute dans le public frissonnant. Sa charge comique ne suffit pas à une dénégation efficace, mais elle permet de réagir ; le grotesque apporte moins […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grotesque-litterature/#i_82204

HALLER BERNARD (1933-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 193 mots
  •  • 1 média

Humoriste suisse. Né à Genève, Bernard Haller appartient à une famille riche qui se retrouvera ruinée pendant la Seconde Guerre mondiale. Après avoir fait ses premiers pas au cabaret Chez Gilles à Lausanne, il « monte » à Paris en 1957. Il se produit notamment à La Vieille Grille, pépinière de jeunes talents. Mais c'est seulement à partir des années 1970 qu'il commence vraiment à se faire connaît […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-haller/#i_82204

HUMOUR

  • Écrit par 
  • Marie-Claude LAMBOTTE
  •  • 1 111 mots

Le concept d'humour, dont le champ d'application s'est considérablement élargi depuis son utilisation dans la littérature anglaise des xvii e et xviii e siècles, n'a pas pour autant subi de multiples variations sémantiques ni cessé de se rattacher implicitement à son étymologie latine : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/humour/#i_82204

IONESCO EUGÈNE (1909-1994)

  • Écrit par 
  • Philippe SELLIER
  •  • 2 586 mots

Dans le chapitre « L'effondrement du langage »  : […] Il décide d'apprendre l'anglais, et c'est en l'étudiant avec la méthode Assimil que l'idée lui vient de La Cantatrice chauve dont une partie du dialogue imite les phrases incohérentes d'un manuel de conversation courante en langue étrangère. « Les répliques du manuel, que j'avais pourtant correctement, soigneusement copiées les unes à la suite des autres, se déréglèrent », c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eugene-ionesco/#i_82204

ITALIENS LES, théâtre

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 877 mots

Les comédiens italiens qui, au xvii e et au xviii e siècle, se sont, pendant deux longues périodes, installés en France, ont joué dans l'histoire de notre théâtre un rôle considérable. Dès le dernier tiers du xvi e siècle et tout au long de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-italiens-theatre/#i_82204

KAYE DANNY (1913-1987)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 562 mots

À Broadway en 1941, Lady in the Dark , une « pièce musicale » écrit par Kurt Weill, fait courir tous les New-Yorkais. Dans un rôle secondaire, un jeune comédien joue sur l'absurdité du langage, dans un registre peu éloigné au fond de celui de Raymond Devos : Danny Kaye (de son vrai nom David Daniel Kaminsky, né à New York en 1913) venait ainsi de définir son style et d'attire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/danny-kaye/#i_82204

KEATON BUSTER

  • Écrit par 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 2 076 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le mécano de la relativité généralisée »  : […] Le rire est donc rigoureusement réservé au spectateur payant, qui ne doit pas savoir que « tous les gags sont tirés des lois de l'espace et du temps » et « qu'une bonne scène comique comporte plus de calculs mathématiques qu'un ouvrage de mécanique ». L'important, c'est le résultat, l'effet. L'invention, par exemple, dans Le Mécano de la « General » de cette poutrelle lancée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/buster-keaton/#i_82204

LABICHE EUGÈNE (1815-1888)

  • Écrit par 
  • Hélène LACAS
  •  • 742 mots

Successeur direct de Scribe dans la tradition du vaudeville et dans les faveurs du public parisien, Eugène Labiche a régné en maître sur le théâtre comique durant le second Empire. Cette célébrité ne déteint pas sur sa vie (« trop heureuse pour que [sa] biographie soit intéressante », dit-il lui-même), où le succès ne s'est pas fait attendre : « Je n'ai eu qu'à tirer le cordon pour entrer. » Issu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eugene-labiche/#i_82204

LAUREL STAN (1890-1965) & HARDY OLIVER (1892-1957)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 311 mots
  •  • 1 média

De tous les grands burlesques, Laurel et Hardy demeurent peut-être les plus aimés. Keaton est trop froid, Lloyd trop impersonnel, Langdon trop trouble et les Marx trop bavards. En revanche, Laurel et Hardy font partie du décor de la vie quotidienne. Dans leurs films, le rire ne naît pas de l'ingéniosité du héros (Keaton) ou de son agressivité (Fields), mais de la maladresse des deux personnages et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/laurel-et-hardy/#i_82204

LEWIS JERRY (1926-2017)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 1 534 mots
  •  • 1 média

Né d'un couple d'artistes de music-hall, à Newark (New Jersey), le 16 mars 1926, Joseph Levitch exerce toutes sortes de métiers à partir de ses douze ans. En 1944, il met au point un numéro d'imitation de chanteurs et passe avec succès en attraction dans les cinémas de la chaîne Paramount. Contre la volonté de ses parents, il se marie et sera père de six enfants. En juillet 1946, il est « adopté » […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jerry-lewis/#i_82204

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « Le roman »  : […] On voit que la poésie héroïque n’occupe pas, loin s’en faut, le premier plan de ce tableau, en dépit des efforts de Desmarets de Saint-Sorlin, Georges de Scudéry ou Chapelain pour donner à la France une épopée digne de celles d’Homère et surtout de Virgile. C’est le roman qui occupe pour partie ce registre, même si, effectivement héroïque dans la lignée des Amadis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviie-s/#i_82204

LLOYD HAROLD (1893-1971)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 284 mots
  •  • 1 média

Un des acteurs comiques les plus populaires du cinéma américain, Harold Lloyd fut à son apogée dans les années trente. Il imposa un personnage, l'optimiste, à qui tout réussit au milieu des pires catastrophes, et une silhouette, celle d'un jeune homme timide, portant lunettes d'écaille et canotier. Entre 1917 et 1921, Lloyd tourne plus de cent courts métrages dont certains sont excellents : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/harold-lloyd/#i_82204

LOPE DE RUEDA (1510?-1565)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 730 mots

Avec Juan de la Cueva, Lope de Rueda est l'un des principaux représentants du théâtre espagnol antérieur à Lope de Vega. On connaît mal sa vie. Né à Séville vers 1510, il devint à la fois acteur et auteur dramatique après avoir exercé le métier de « batteur d'or » ( batihoja ). La petite troupe qu'il dirige et avec laquelle il parcourt l'Espagne en jouant ses propres pièces o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lope-de-rueda/#i_82204

MIME ET PANTOMIME

  • Écrit par 
  • Tristan RÉMY
  •  • 2 879 mots
  •  • 3 médias

La pantomime, la mime sont des formes d'expression par gestes sans recours à la parole ; par extension, au théâtre, la pantomime elle-même constitue l'argument interprété par l'acteur – le pantomime ou, par contraction, le mime –, en fonction d'une histoire dramatique de composition (le mimodrame) ou d'un ensemble de situations comiques, sans intrigue et sans dénouement, animées par la verve de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mime-et-pantomime/#i_82204

MOT D'ESPRIT, littérature

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 522 mots

Il est plus difficile de définir le mot d'esprit que d'en recenser les différentes techniques de production, ou d'en trouver des synonymes plus ou moins parfaits. Il est encore assez difficile de les juger du point de vue esthétique, mais il est très facile d'en donner des exemples. À la place d'une définition classique, les auteurs proposent le plus souvent la mise en rapport avec d'autres phénom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mot-d-esprit-litterature/#i_82204

NOUVELLE MÉDIÉVALE

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 314 mots

Type de récit bref qui remplace, à la fin du Moyen Âge, le fabliau et le dit en vers. Le nom et le genre viennent d'Italie ; le Décaméron de Boccace et les Facéties du Pogge, alors traduites en français, fournissent les modèles aux Cent Nouvelles nouvelles , recueil composé pour le duc de Bourgogne Philippe le Bon au milieu du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouvelle-medievale/#i_82204

PARODIE, art et littérature

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 231 mots

Dans le chapitre « L'art du détournement »  : […] Si la parodie est sans doute aussi ancienne que la littérature, c'est dans La Poétique (vers 340 av. J.-C.) d'Aristote que le mot se rencontre pour la première fois : la parôdia y occupe en effet la quatrième case de la fameuse classification des genres littéraires, selon deux modes (dramatique et narratif) et deux niveaux (haut et bas). La parodie se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parodie-art-et-litterature/#i_82204

OPÉRA - Histoire, de Pelléas à nos jours

  • Écrit par 
  • Harry HALBREICH, 
  • Christian MERLIN
  •  • 6 138 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Le retour à la comédie »  : […] Tant d'ouverture d'esprit a contribué à remettre au goût du jour lyrique un genre jusqu'ici abandonné au profit de la gravité : le comique. Il est à vrai dire le plus souvent ironique ( Ubu Rex , 1993, de Krzysztof Penderecki), grinçant ( Life with an Idiot , 1991, de Schnittke), surréaliste ( Komödie ohne Titel , 1998, de Jan Mülle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-histoire-de-pelleas-a-nos-jours/#i_82204

OPÉRETTE

  • Écrit par 
  • Sylvie FÉVRIER
  •  • 2 978 mots
  •  • 1 média

Camille  Saint-Saëns  proclamait que « l'opérette est une fille de l'opéra-comique ayant mal tourné, mais les filles qui tournent mal ne sont pas toujours sans agrément. » La boutade est amusante, la réalité plus complexe. Littré, dans son Dictionnaire de la langue française (1863-1873), donne les définitions suivantes : « Opérette : 1 o  Mot qui a p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/operette/#i_82204

SATIRE

  • Écrit par 
  • Roger ZUBER
  •  • 2 689 mots
  •  • 1 média

Il ne s'agira dans cet article que de la satire littéraire. Or, même littéraire, la satire est une des formes les plus difficiles à cerner. Où la tragédie et la comédie, voire le roman, offrent l'appui, même incertain, d'une formule consacrée, et semblent occuper un domaine délimité, la satire menace de s'insinuer partout, au théâtre, dans la prose et dans l'épopée, comme à travers les strophes ly […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/satire/#i_82204

PARODIE, littérature

  • Écrit par 
  • Daniel SANGSUE
  •  • 5 268 mots
  •  • 2 médias

Dans un sens restreint, la parodie désigne une œuvre littéraire ou artistique qui transforme une œuvre préexistante de façon comique, ludique ou satirique. Mais l'usage populaire, ainsi que les définitions des poéticiens et des parodistes ont donné à la parodie des acceptions plus larges, souvent aussi plus confuses. Retracer l'histoire de la notion de parodie et présenter quelques manifestations […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parodie-litterature/#i_82204

PLAUTE (env. 254-184 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Barthélemy A. TALADOIRE
  •  • 2 554 mots

Dans le chapitre « Structure de la comédie »  : […] Le mot « farce » n'a rien de péjoratif, car le genre qu'il désigne, loin d'être une simple « exploitation complaisante du burlesque », consiste bien plutôt dans cette « dénonciation fulgurante » des vices et des ridicules dont parle Jules Romains, riche en décharge comique et requérant par excellence une vertu de mouvement sans laquelle il n'est pas de vraie poésie dramatique. Si l'on s'avise de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plaute/#i_82204

RABELAIS FRANÇOIS (1483 env.-1553)

  • Écrit par 
  • Françoise JOUKOVSKY
  •  • 9 583 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La dérision »  : […] Autant de raisons d'espérer. Le texte n'en reste pas moins ambigu, volontairement brouillé par un jeu verbal qui interdit la réduction à un système de pensée. Comme l'ont montré de récents travaux, ce “plus haut sens” dont parle Rabelais dans le prologue de Gargantua n'est ni une interprétation symbolique ni une sorte de message. C'est plutôt une invitation à voir le pour et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-rabelais/#i_82204

SALVADOR HENRI (1917-2008)

  • Écrit par 
  • Alain POULANGES
  •  • 1 444 mots
  •  • 1 média

Artiste caméléon, à la fois clown aux éclats de rire contagieux, crooner, compositeur, guitariste de jazz, Henri Salvador reste ce chanteur osant les pires grimaces et les travestissements les plus insensés mais capable d'offrir aux générations qu'il a accompagnées pendant plus de soixante ans une berceuse d'anthologie, Le Loup, la biche et le chevalier , célèbre par ses prem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-salvador/#i_82204

SAYNÈTE

  • Écrit par 
  • Daniel DEVOTO
  •  • 152 mots

Petite pièce théâtrale comique, qui présente d'ordinaire des types populaires, la saynète est un exemple frappant des rapports entre la table et la littérature : tout comme la farce , la satire , l' entremés (qui est à rapprocher du terme « entremets », mais qui signifie « intermède »). Le terme de sainete dé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saynete/#i_82204

TABARIN ANTOINE GIRARD dit (1584-1633)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 497 mots

Célèbre charlatan du début du xvii e  siècle. Les origines de Tabarin restent obscures ; on ignore sa nationalité : quelques passages des œuvres rédigées sous son nom et des satires dont il fut l'objet laissent supposer qu'il était d'origine italienne, peut-être napolitaine, et que son véritable nom était Tabarini. On sait que sa réputation se fit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tabarin/#i_82204

TATI JACQUES (1908-1982)

  • Écrit par 
  • Jean COLLET
  •  • 1 546 mots
  •  • 1 média

Qui aurait pu croire, après le succès de Jour de fête , que Jacques Tati tournerait seulement six films en trente ans ? Le plus grand créateur comique du cinéma français a rejoint, peu à peu, la destinée surprenante des cinéastes maudits : Dreyer, Welles, Bresson. Il n'avait pourtant pas d'autre ambition, dit-il, que « d'apporter un petit sourire ». Comment expliquer que le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-tati/#i_82204

VAUDEVILLE

  • Écrit par 
  • Hélène LACAS
  •  • 952 mots

A l'origine, au xv e  siècle, le vaudeville, ou vaudevire, du nom du lieu où il a pris naissance, est une chanson gaie et maligne. Jusqu'à la fin du xviii e  siècle, moment où il se fond avec le courant de la chanson française, le vaudeville se présente sous deux aspects : un aspect satirique insp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vaudeville/#i_82204

Pour citer l’article

Elsa MARPEAU, « COMIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/comique/