COMIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le comique transcende les genres, et notamment la comédie. Il désigne plus généralement la qualité d'un personnage, d'une situation ou d'un texte, qui suscite le rire chez le lecteur ou le spectateur. Mais plutôt que du comique, on devrait parler de « comiques ». On en distingue généralement trois sortes. Le « comique de caractère » stigmatise le ridicule d'un personnage. Parfois réduit à un vice, ce dernier prête à rire par ses contradictions et ses excès. Ainsi en va-t-il d'Harpagon dans L'Avare (1668) ou de Monsieur Jourdain dans Le Bourgeois gentilhomme (1670) de Molière. Le « comique de situation » désigne des jeux de scène, tels que les lazzi dans la commedia dell'arte, la présence de personnages cachés ou les quiproquos. Enfin, le « comique de langage » joue sur l'exagération, la déformation ou les jeux de mots. On le voit, le rire naît le plus souvent d'une distorsion par rapport à l'habitude, d'un écart entre la norme et un comportement particulier. En définissant le comique comme « du mécanique plaqué sur du vivant » (Le Rire. Essai sur la signification du comique, 1964), Henri Bergson privilégie l'inadaptation à une situation donnée. Un homme qui trébuche peut être comique dès lors qu'il n'a pas vu un obstacle qu'il aurait dû contourner. Or cet écart est ramené par Bergson à un mécanisme de groupe et, plus exactement, à une réponse de la majorité à un comportement jugé inapproprié. Ainsi le comique frappe-t-il ce qui s'éloigne de la norme sociale. La description de la casquette de Charles Bovary, dans Madame Bovary (1857) de Gustave Flaubert, témoigne de la différence entre le « nouveau » et ses camarades de classe, englobés dans le « nous » du récit.

Telle est sans doute la fonction morale que s'assigne la comédie, qui prétend « châtier les mœurs en riant ». La comédie se veut en effet une stigmatisation des vices et des ridicules des hommes. Elle naît en Grèce avec Aristophane (env. [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure, agrégée de lettres modernes, docteure en lettres modernes et en arts du spectacle

Classification


Autres références

«  COMIQUE  » est également traité dans :

ALLEN WOODY (1935- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 2 581 mots
  •  • 3 médias

Quoi de commun entre Prends l'oseille et tire-toi ( Take the Money and Run , 1969) ou Bananas (1971) et Intérieurs ( Interiors , 1978), Manhattan (1979) , voire Hannah et ses sœurs ( Hannah and Her Sisters , 1986), September (1987) ou Une autre femme ( Another Woman , 1988), ou encore Match Point (2005) ? D'un côté, un personnage de juif new-yorkais, au comique verbal et absurde dans la […] Lire la suite

ARBUCKLE ROSCOE (1887-1933)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 598 mots

Comédien et réalisateur américain, Roscoe Arbuckle vit sa brillante carrière interrompue par le premier des grands scandales hollywoodiens. Né le 24 mars 1887 à Smith Center, au Kansas, Roscoe Conkling Arbuckle se produit dès l'âge de dix-douze ans dans des spectacles amateurs, dont l'entrée est fixée à cinq dollars. À vingt ans, ce jeune homme est déjà un vieil habitué des spectacles de variété […] Lire la suite

BOURVIL ANDRÉ RAIMBOURG dit (1917-1970)

  • Écrit par 
  • Robert de LAROCHE
  •  • 892 mots

Sans aucun doute possible, Bourvil a été le plus grand acteur comique de sa génération. Son registre s'étendait à tous les genres, de l'humour bouffon au drame , avec une subtilité qui lui a permis de passer d'un extrême à l'autre en donnant l'impression de rester toujours naturel. Tout au long de sa carrière, il eut, à plusieurs reprises, le courage de ne pas se satisfaire d'un succès trop facile […] Lire la suite

BOUVARD ET PÉCUCHET, Gustave Flaubert - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 245 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un « grotesque triste » »  : […] En écrivant Bouvard et Pécuchet , Flaubert concrétise un projet qu'il porte en lui depuis longtemps. Doté dès son enfance d'une sensibilité exacerbée au « grotesque triste » de la vie, c'est très tôt qu'il invente, avec les figures du Garçon ou du Commis, les prototypes de l'imbécile sentencieux qui aboutiront au personnage du pharmacien Homais dans Madame Bovary . Ce roman, vaste catalogue de cli […] Lire la suite

BROOKS MEL (1926- )

  • Écrit par 
  • Michael BARSON, 
  • Harold L. ERICKSON
  •  • 1 535 mots

Dans le chapitre « Débuts professionnels »  : […] Melvin Kaminsky, qui adoptera plus tard le pseudonyme de Mel Brooks, naît le 28 juin 1926 à Brooklyn (État de New York), dans une famille juive d’origine germano-russe. Quand il achève ses études universitaires et s’enrôle dans l’armée américaine (1944), il est déjà un imitateur, un musicien et un batteur accomplis. Son affectation au programme de formation spécialisée de l’armée ( army speciali […] Lire la suite

BURLA, littérature

  • Écrit par 
  • Monique JOLY
  •  • 514 mots

Le terme espagnol burla désigne aussi bien la moquerie que la tromperie. Sur le plan littéraire, il est employé pour caractériser de façon large toute la matière facétieuse issue de la mise en œuvre de ces deux ressorts, matière longtemps indispensable pour la structuration d'une intrigue, hors des domaines nobles de la comédie héroïque et de la fiction idéaliste. Il s'agit d'un concept clé pour […] Lire la suite

BURLESQUE COMÉDIE, cinéma

  • Écrit par 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 3 072 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Un rire libérateur »  : […] En évoluant dans le temps, la comédie burlesque prend conscience de ses pouvoirs. Les Marx et W. C. Fields , puis le nouveau Chaplin, celui des Temps modernes , du Dictateur et de Monsieur Verdoux , vont révéler ouvertement les possibilités satiriques du genre. Bien sûr, l'évolution des consciences au cours des années trente (réactions à la grande crise économique, au fascisme naissant ; espoirs d […] Lire la suite

CARAGIALE ION LUCA (1852-1912)

  • Écrit par 
  • Alain GUILLERMOU
  •  • 1 126 mots

Dans le chapitre « Un comique au second degré »  : […] Écrivain de grande qualité, Caragiale excelle à décrire et à faire parler. Bien mieux, le langage, chez lui, est source d'un comique au second degré, si l'on peut dire : il n'est pas seulement révélateur d'un personnage ou capable d'exprimer la drôlerie d'une situation, mais devient le plus souvent objet, même gratuit, de rire : ainsi, les tics de certains personnages ou les agencements humoristiq […] Lire la suite

CHAPLIN CHARLIE

  • Écrit par 
  • Francis BORDAT
  •  • 3 964 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'évolution du personnage et des scénarios »  : […] Dès qu'il dirige lui-même ses films, Chaplin donne à son personnage une dimension sentimentale qui le distingue des marionnettes, grotesques ou poétiques, mais dénuées d'épaisseur, de l'école sennettienne. Entre le Charlot de la Keystone (1914) et celui de la First National (1918-1923), l'évolution est continue. Sans jamais renoncer à l'anarchie exubérante de ses « petits gestes » et à une débauch […] Lire la suite

CLOWN

  • Écrit par 
  • Tristan RÉMY
  •  • 2 713 mots
  •  • 2 médias

On se perd en conjectures sur la date et le lieu de naissance du clown , mot anglais qui signifie paysan, rustre, vilain. On lui donne, selon les pays, des ancêtres différents. Et, à défaut d'établir une filiation continue, on n'a que l'embarras du choix. Certains le font remonter aux bouffons et aux mimes de l'Antiquité ; ceux-là, aux fous des cérémonies médiévales ; ceux-ci, aux baladins du thé […] Lire la suite

COLUCHE MICHEL COLUCCI, dit (1944-1986)

  • Écrit par 
  • Gilbert SALACHAS
  •  • 1 020 mots

Le 19 juin 1986, Coluche a trouvé la mort dans un accident de la route ; alors qu'il conduisait une moto (sa passion), il a heurté un camion. Il est entré aussitôt dans la légende. Pourtant, rien ne pouvait laisser prévoir que cet artiste, spécialisé dans le comique le plus immédiat, serait un jour reconnu, encensé, sacralisé. Il n'avait rien d'un demi-dieu. C'était au contraire un « petit rigolo […] Lire la suite

COMÉDIE

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED
  •  • 5 416 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La comédie antique »  : […] La comédie européenne est née en Grèce, dans le cadre des fêtes traditionnelles en l'honneur de Dionysos. Au milieu des réjouissances populaires qui suivaient les cérémonies religieuses, un cortège burlesque se formait dans une explosion de plaisanteries et de chansons : ce théâtre quasi spontané engendra dès le vi e siècle avant J.-C., dans les pays doriens, puis à Mégare et en Sicile, des repré […] Lire la suite

COMÉDIE ITALIENNE, cinéma

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI, 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 3 510 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Origines et composantes »  : […] L'expression même de « comédie italienne » prête à confusion. On a dit d'abord et on dit encore « comédie à l'italienne ». Or, dans la péninsule, l'expression all'italiana est familière, voire péjorative. C'est une allusion à la routine, aux compromis, au laisser-aller qui caractérisent les Italiens, selon les étrangers et souvent selon les Italiens eux-mêmes. Elle était employée par les critiqu […] Lire la suite

DEVOS RAYMOND (1922-2006)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 928 mots

Raymond Devos était l'alchimiste du verbe, le magicien des mots, tout à la fois comédien, jongleur, rêveur, funambule, clown poète, maître en calembours, « amuseur » comme il se présentait lui-même. Se jouant des coq-à-l'âne et des paradoxes, il tenait les spectateurs en haleine au fil de monologues imaginaires pour les ramener dans le réel, au terme d'une lutte où on le voyait se battre seul avec […] Lire la suite

DRAME - Les écritures contemporaines

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SARRAZAC
  •  • 6 547 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Le lieu de la question »  : […] Le refus du « bel animal » et d'une dramaturgie du conflit (événementiellement, fabulairement limitée) remonte à la fin du xix e  siècle : Peer Gynt d'Ibsen, en s'appuyant sur le genre limite de la féerie, puis Le Chemin de Damas de Strindberg, en s'en détachant, reprennent l'expérience du Faust de Goethe consistant à aborder au théâtre la vie à la fois comme totalité et comme fragment . Est a […] Lire la suite

ESTHÉTIQUE - Les catégories esthétiques

  • Écrit par 
  • Anne SOURIAU
  •  • 3 722 mots

Dans le chapitre « Idéal permettant des jugements de valeur »  : […] Quand les conditions nécessaires ne sont pas remplies, l'œuvre échoue à faire naître l'effet désiré par l'artiste ; il est à cet égard instructif d'étudier les œuvres manquées et médiocres : on voit quelles exigences elles n'ont pas su satisfaire. Le système d'exigences définit un type de valeur esthétique à quoi l'on peut se référer pour juger l'œuvre. Le grotesque, par exemple, est une sorte de […] Lire la suite

ÉTAIX PIERRE (1928-2016)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 684 mots
  •  • 1 média

Acteur, prestidigitateur, musicien, clown, peintre, dessinateur, sculpteur, créateur d’automates, affichiste, humoriste, écrivain, dramaturge, metteur en scène, gagman, scénariste et réalisateur de cinéma, tel était Pierre Étaix. Né à Roanne le 23 novembre 1928, il découvre à cinq ans le cirque et manifeste aussitôt le désir d’être clown. Il étudie le violon, puis le piano et le dessin. Il rencon […] Lire la suite

FABLIAU

  • Écrit par 
  • Dominique BOUTET
  •  • 1 302 mots

Dans le chapitre « Caractéristiques du genre »  : […] La définition du genre pose des problèmes délicats. Une cinquantaine de fabliaux, que l'on dit « certifiés », se donnent eux-mêmes ce nom : mais quelques-uns d'entre eux semblent le devoir à une erreur de scribe, tant ils ressemblent à des genres comme le dit ou la fable. D'autres pièces se situent aux confins du lai, du conte moral, de la nouvelle courtoise ou du débat. Mais ce flou demeure margi […] Lire la suite

FARCE

  • Écrit par 
  • Cedric E. PICKFORD
  •  • 1 160 mots

On appelle farces les pièces de théâtre comiques composées du xiii e  jusqu'au xvi e  siècle. On ne les nomme pas comédies parce que, selon les Arts poétiques du Moyen Âge, ce terme s'applique aux poèmes dont le début est triste et la fin plutôt joyeuse. On trouve le terme de farce qualifiant une pièce de théâtre à partir de 1398. Vers la fin du Moyen Âge, nombreuses sont les pièces intitulées f […] Lire la suite

Pour citer l’article

Elsa MARPEAU, « COMIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/comique/